627 Matching Annotations
  1. Mar 2021
    1. désigne le mécanisme institutionnel de rationalisation de la domination politique en rendant les États responsables face à l'ensemble des citoyens

      cette définition n'est pas très claire et par ailleurs ne me semble pas vraiment représenter la pensée de Habermas, mais plutôt la critique de Fraser - qui n'a pas encore sa place au début du résumé. La définition donné;e dans le corps de l'article est plus claire et, à mon sens, plus juste. Peut-être serait-il préférable de la reprendre?

    2. uéré. Il désigne ce lieu physique où « l'apparaître de la vie sociale n'est plus qu'une manifestation secondaire et facultative d'entités déjà déterminées mais le moment de leur détermination ». C'est en interrogeant la vie publique en tant qu'espace physique, où l'action et les relations interindividuelles créent le politique, que nous pourrons conceptualiser un espace où la discussion est ouverte à tous et où la formation et la confrontation des opinions seraient formatrices d'un sens commun par d’autres voies que celle de l'argumentation rationnelle.

      Ce résumé est beaucoup trop long. Il faudrait le réduire. Le grand maximum ets 300 mots (1500 caractères) Celui-ci en fait plus de 700!.

    1. Respondeo dicendum quod, sicut philosophus narrat in XII Metaphys., quidam antiqui philosophi, scilicet Pythagorici et Speusippus, non attribuerunt optimum et perfectissimum primo principio. Cuius ratio est, quia philosophi antiqui consideraverunt principium materiale tantum, primum autem principium materiale imperfectissimum est. Cum enim materia, inquantum huiusmodi, sit in potentia, oportet quod primum principium materiale sit maxime in potentia; et ita maxime imperfectum. Deus autem ponitur primum principium, non materiale, sed in genere causae efficientis, et hoc oportet esse perfectissimum. Sicut enim materia, inquantum huiusmodi, est in potentia; ita agens, inquantum huiusmodi, est in actu. Unde primum principium activum oportet maxime esse in actu, et per consequens maxime esse perfectum. Secundum hoc enim dicitur aliquid esse perfectum, secundum quod est actu, nam perfectum dicitur, cui nihil deest secundum modum suae perfectionis.

      Matter's passivity

    1. As the Philosopher relates (Metaph. xii), some ancient philosophers, namely, the Pythagoreans and Leucippus, did not predicate "best" and "most perfect" of the first principle. The reason was that the ancient philosophers considered only a material principle; and a material principle is most imperfect. For since matter as such is merely potential, the first material principle must be simply potential, and thus most imperfect. Now God is the first principle, not material, but in the order of efficient cause, which must be most perfect. For just as matter, as such, is merely potential, an agent, as such, is in the state of actuality. Hence, the first active principle must needs be most actual, and therefore most perfect; for a thing is perfect in proportion to its state of actuality, because we call that perfect which lacks nothing of the mode of its perfection.

      Passivity of matter

    1. δεινὸν γάρ που, ὦ Φαῖδρε, τοῦτ᾽ ἔχει γραφή, καὶ ὡς ἀληθῶς ὅμοιον ζωγραφίᾳ. καὶ γὰρ τὰ ἐκείνης ἔκγονα ἕστηκε μὲν ὡς ζῶντα, ἐὰν δ᾽ ἀνέρῃ τι, σεμνῶς πάνυ σιγᾷ. ταὐτὸν δὲ καὶ οἱ λόγοι: δόξαις μὲν ἂν ὥς τι φρονοῦντας αὐτοὺς λέγειν, ἐὰν δέ τι ἔρῃ τῶν λεγομένων βουλόμενος μαθεῖν, ἕν τι σημαίνει μόνον ταὐτὸν ἀεί.

      Critique of writing

    2. Writing, Phaedrus, has this strange quality, and is very like painting; for the creatures of painting stand like living beings, but if one asks them a question, they preserve a solemn silence. And so it is with written words; you might think they spoke as if they had intelligence, but if you question them, wishing to know about their sayings, they always say only one and the same thing.

      Critique of writing

    1. answer that, In God there exists the most perfect knowledge. To prove this, we must note that intelligent beings are distinguished from non-intelligent beings in that the latter possess only their own form; whereas the intelligent being is naturally adapted to have also the form of some other thing; for the idea of the thing known is in the knower. Hence it is manifest that the nature of a non-intelligent being is more contracted and limited; whereas the nature of intelligent beings has a greater amplitude and extension; therefore the Philosopher says (De Anima iii) that "the soul is in a sense all things." Now the contraction of the form comes from the matter. Hence, as we have said above (Q[7], A[1]) forms according as they are the more immaterial, approach more nearly to a kind of infinity. Therefore it is clear that the immateriality of a thing is the reason why it is cognitive; and according to the mode of immateriality is the mode of knowledge. Hence it is said in De Anima ii that plants do not know, because they are wholly material. But sense is cognitive because it can receive images free from matter, and the intellect is still further cognitive, because it is more separated from matter and unmixed, as said in De Anima iii. Since therefore God is in the highest degree of immateriality as stated above (Q[7], A[1]), it follows that He occupies the highest place in knowledge.

      Intellect is separated from matter. But in the Anima it seems to be also separated from human beings...

    1. Respondeo dicendum quod in Deo perfectissime est scientia. Ad cuius evidentiam, considerandum est quod cognoscentia a non cognoscentibus in hoc distinguuntur, quia non cognoscentia nihil habent nisi formam suam tantum; sed cognoscens natum est habere formam etiam rei alterius, nam species cogniti est in cognoscente. Unde manifestum est quod natura rei non cognoscentis est magis coarctata et limitata, natura autem rerum cognoscentium habet maiorem amplitudinem et extensionem. Propter quod dicit philosophus, III de anima, quod anima est quodammodo omnia. Coarctatio autem formae est per materiam. Unde et supra diximus quod formae, secundum quod sunt magis immateriales, secundum hoc magis accedunt ad quandam infinitatem. Patet igitur quod immaterialitas alicuius rei est ratio quod sit cognoscitiva; et secundum modum immaterialitatis est modus cognitionis. Unde in II de anima dicitur quod plantae non cognoscunt, propter suam materialitatem. Sensus autem cognoscitivus est, quia receptivus est specierum sine materia, et intellectus adhuc magis cognoscitivus, quia magis separatus est a materia et immixtus, ut dicitur in III de anima. Unde, cum Deus sit in summo immaterialitatis, ut ex superioribus patet, sequitur quod ipse sit in summo cognitionis.

      Paradigm of the ideology of immateriality

    1. Respondeo dicendum quod in Deo perfectissime est scientia. Ad cuius evidentiam, considerandum est quod cognoscentia a non cognoscentibus in hoc distinguuntur, quia non cognoscentia nihil habent nisi formam suam tantum; sed cognoscens natum est habere formam etiam rei alterius, nam species cogniti est in cognoscente. Unde manifestum est quod natura rei non cognoscentis est magis coarctata et limitata, natura autem rerum cognoscentium habet maiorem amplitudinem et extensionem. Propter quod dicit philosophus, III de anima, quod anima est quodammodo omnia. Coarctatio autem formae est per materiam. Unde et supra diximus quod formae, secundum quod sunt magis immateriales, secundum hoc magis accedunt ad quandam infinitatem. Patet igitur quod immaterialitas alicuius rei est ratio quod sit cognoscitiva; et secundum modum immaterialitatis est modus cognitionis. Unde in II de anima dicitur quod plantae non cognoscunt, propter suam materialitatem. Sensus autem cognoscitivus est, quia receptivus est specierum sine materia, et intellectus adhuc magis cognoscitivus, quia magis separatus est a materia et immixtus, ut dicitur in III de anima. Unde, cum Deus sit in summo immaterialitatis, ut ex superioribus patet, sequitur quod ipse sit in summo cognitionis.

      Paradigm of the ideology of immateriality

    1. I answer that, In God there exists the most perfect knowledge. To prove this, we must note that intelligent beings are distinguished from non-intelligent beings in that the latter possess only their own form; whereas the intelligent being is naturally adapted to have also the form of some other thing; for the idea of the thing known is in the knower. Hence it is manifest that the nature of a non-intelligent being is more contracted and limited; whereas the nature of intelligent beings has a greater amplitude and extension; therefore the Philosopher says (De Anima iii) that "the soul is in a sense all things." Now the contraction of the form comes from the matter. Hence, as we have said above ([77] Q [7], A [1]) forms according as they are the more immaterial, approach more nearly to a kind of infinity. Therefore it is clear that the immateriality of a thing is the reason why it is cognitive; and according to the mode of immateriality is the mode of knowledge. Hence it is said in De Anima ii that plants do not know, because they are wholly material. But sense is cognitive because it can receive images free from matter, and the intellect is still further cognitive, because it is more separated from matter and unmixed, as said in De Anima iii. Since therefore God is in the highest degree of immateriality as stated above ([78] Q [7], A [1]), it follows that He occupies the highest place in knowledge.

      Paradigm of the ideology of immateriality

    1. οἱ δὲ ἐν σαρκὶ ὄντες θεῷ ἀρέσαι οὐ δύνανται. [9] Ὑμεῖς δὲ οὐκ ἐστὲ ἐν σαρκὶ ἀλλὰ ἐν πνεύματι. εἴπερ πνεῦμα θεοῦ οἰκεῖ ἐν ὑμῖν. εἰ δέ τις πνεῦμα Χριστοῦ οὐκ ἔχει, οὗτος οὐκ ἔστιν αὐτοῦ. [10] εἰ δὲ Χριστὸς ἐν ὑμῖν, τὸ μὲν σῶμα νεκρὸν διὰ ἁμαρτίαν, τὸ δὲ πνεῦμα ζωὴ διὰ δικαιοσύνην.

      Ideology of immateriality

    2. Those who are in the flesh can't please God. [9] But you are not in the flesh but in the Spirit, if it is so that the Spirit of God dwells in you. But if any man doesn't have the Spirit of Christ, he is not his. [10] If Christ is in you, the body is dead because of sin, but the spirit is alive because of righteousness.

      Opposition of flesh and soul and ideology of immateriality

    1. their notion being that the soul is buried in the present life; and again, because by its means the soul gives any signs which it gives, it is for this reason also properly called “sign” (σῆμα). But I think it most likely that the Orphic poets gave this name, with the idea that the soul is undergoing punishment for something; they think it has the body as an enclosure to keep it safe, like a prison, and this is, as the name itself denotes, the safe (σῶμα) for the soul, until the penalty is paid, and not even a letter needs to be changed.

      Why this reference to "letters" (gramma)? Obviously the letter game (soma sema) but also the reference to signs and inscriptions.

    1. καὶ γὰρ σῆμά τινές φασιν αὐτὸ εἶναι τῆς ψυχῆς, ὡς τεθαμμένης ἐν τῷ νῦν παρόντι: καὶ διότι αὖ τούτῳ σημαίνει ἃ ἂν σημαίνῃ ἡ ψυχή, καὶ ταύτῃ ‘σῆμα’ ὀρθῶς καλεῖσθαι. δοκοῦσι μέντοι μοι μάλιστα θέσθαι οἱ ἀμφὶ Ὀρφέα τοῦτο τὸ ὄνομα, ὡς δίκην διδούσης τῆς ψυχῆς ὧν δὴ ἕνεκα δίδωσιν, τοῦτον δὲ περίβολον ἔχειν, ἵνα σῴζηται, δεσμωτηρίου εἰκόνα: εἶναι οὖν τῆς ψυχῆς τοῦτο, ὥσπερ αὐτὸ ὀνομάζεται, ἕως ἂν ἐκτείσῃ τὰ ὀφειλόμενα, τὸ ‘σῶμα,’ καὶ οὐδὲν δεῖν παράγειν οὐδ᾽ ἓν γράμμα.

      The soul is buried in the body. One of the most known expressions of the ideology of immateriality.

    1. Ξένοςἔστιν ἄρα ἐξ ἀνάγκης τὸ μὴ ὂν ἐπί τε κινήσεως εἶναι καὶ κατὰ πάντα τὰ γένη: κατὰ πάντα γὰρ ἡ θατέρου [256ε] φύσις ἕτερον ἀπεργαζομένη τοῦ ὄντος ἕκαστον οὐκ ὂν ποιεῖ, καὶ σύμπαντα δὴ κατὰ ταὐτὰ οὕτως οὐκ ὄντα ὀρθῶς ἐροῦμεν, καὶ πάλιν, ὅτι μετέχει τοῦ ὄντος, εἶναί τε καὶ ὄντα.

      Parmenides has been killed

    1. ὅταν τις αὐτῶν φθέγξηται λέγων ὡς ἔστιν ἢ γέγονεν ἢ γίγνεται πολλὰ ἢ ἓν ἢ δύο, καὶ θερμὸν αὖ ψυχρῷ συγκεραννύμενον, ἄλλοθί πῃ διακρίσεις καὶ συγκρίσεις ὑποτιθείς, τούτων, ὦ Θεαίτητε, ἑκάστοτε σύ τι πρὸς θεῶν συνίης ὅτι λέγουσιν; ἐγὼ μὲν γὰρ ὅτε μὲν ἦν νεώτερος, τοῦτό τε τὸ νῦν ἀπορούμενον ὁπότε τις εἴποι, τὸ μὴ ὄν, ἀκριβῶς ᾤμην συνιέναι. νῦν δὲ ὁρᾷς ἵν᾽ ἐσμὲν αὐτοῦ πέρι τῆς ἀπορίας.

      Doubts about not-being

    1. καὶ μὴν ἐάν γε τὸ ὂν ᾖ μὴ ὅλον διὰ τὸ πεπονθέναι τὸ ὑπ᾽ ἐκείνου πάθος, ᾖ δὲ αὐτὸ τὸ ὅλον, ἐνδεὲς τὸ ὂν ἑαυτοῦ συμβαίνει.Θεαίτητοςπάνυ γε.Ξένοςκαὶ κατὰ τοῦτον δὴ τὸν λόγον ἑαυτοῦ στερόμενον οὐκ ὂν ἔσται τὸ ὄν.

      Complex relationship etween being and not-being

  2. Feb 2021
    1. I myself, Porphyry of Tyre, was one of Plotinus' very closest friends, and it was to me he entrusted the task of revising his writings. 8. Such revision was necessary: Plotinus could not bear to go back on his work even for one re-reading; and indeed the condition of his sight would scarcely allow it: his handwriting was slovenly; he misjoined his words; he cared nothing about spelling; his one concern was for the idea: in these habits, to our general surprise, he remained unchanged to the very end. He used to work out his design mentally from first to last: when he came to set down his ideas, he wrote out at one jet all he had stored in mind as though he were copying from a book.

      Ideology of immateriality. Writing down an idea is a trivial action to which one should accord no attention. The important thing is "the idea".

    1. rs proposées pour classifier les didascalies n’a pas de prétention d’exhaustivité, ni d’universalité. La création d’une liste propre à un projet, adaptée à des auteurs ou des textes spécifiques reste toujours possible, voire recommandée. Cependant, en plein développement des “distant readings”, qui brassent de grands volumes de texte et visent à comparer des pratiques de pays, d’époques et de genres différents, la convergence vers un vocabulaire commun est nécessaire, et la liste proposée se veut une contribution en ce sens.

      parfaitement d'accord avec cette considération

    2. Ce dernier pourrait prendre les valeurs suivantes, éventuellement complémentaires, et non plus exclusives les unes des autres : SPC : la didascalie intervient dans la gestion de la parole, en p

      je trouve ce typage de valeurs convaincant, même si je ne suis pas suffisamment sp.cialiste de TEI pour exprimer un jugement.

    3. type

      baliser comme code (pour éditeurs)

    4. été abordées sous l’angle de leur statut textuel4, et non pas sous celui de leur apport informationnel

      Oui!

    5. De ces problèmes, l’annotation des didascalies constitue un éclairant cas d’étude, un laboratoire où l’on peut réfléchir plus largement à ce que peut être un balisage sémantique du (texte de) théâtre.

      excellent point

    6. [theatre-classique.fr], ou la « Bibliothèque dramatique » de l’OBVIL [https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/moliere/contexte/]

      syntaxe des liens à revoir

  3. Jan 2021
    1. ἀρχὰς εἶναι τῶν ὅλων ἀτόμους καὶ κενόν, τὰ δ' ἄλλα πάντα νενομίσθαι [δοξάζεσθαι]· ἀπείρους τε εἶναι κόσμους καὶ γενητοὺς καὶ φθαρτούς. μηδέν τε ἐκ τοῦ μὴ ὄντος γίνεσθαι μηδὲ εἰς τὸ μὴ ὂν φθείρεσθαι. καὶ τὰς ἀτόμους δὲ ἀπείρους εἶναι κατὰ μέγεθος καὶ πλῆθος, φέρεσθαι δ' ἐν τῷ ὅλῳ δινουμένας.

      Democritus atomism according to Diogenes

    1. His opinions are these. The first principles of the universe are atoms and empty space; everything else is merely thought to exist. The worlds are unlimited; they come into being and perish. Nothing can come into being from that which is not nor pass away into that which is not. Further, the atoms are unlimited in size and number, and they are borne along in the whole universe in a vortex, and therby generate all composite things – fire, water, air, earth; for even these are conglomerations of given atoms

      Democritus atomism cited by Diogenes

    1. matter simply “is […] a doing,” as Karen Barad p

      a definition of matter

    2. We therefore aim to illuminate how “negative new materialism,” “vital new materialism,” and “performative” or “pedetic” new materialism are simply not compatible.

      3 types of materialism

    1. Le texte est intéressant dans l'ensemble, même s'il manque une réflexion un peu plus générale sur les enjeux. Les rapports entre privé et public, par exemple auraient dû être pris en compte pour tracer un horizon éthique ou politique d’interprétation. Ton discours sur la sécurité reste très abstrait: pourquoi la sécurité? Quels sont les enjeux sociaux, politiques et culturels? On a un peu l'impression que tu prennes comme données les définitions des concepts - comme celui de sécurité. Or il peut y avoir plusieurs définitions et plusieurs interprétations. Le lien entre tes considérations techniques et tes considérations plus théoriques reste donc un peu faible.

    2. certain risque en

      s s

    3. , on définit

      "on"? qui?

    4. la santé et le bien-être des individus et de la communauté

      pourquoi choisir une telle définition? et cette source?

    5. Ceci étant dit, il y a toutefois une question théorique qu’il est primordial de se poser : qu’est-ce que la sécurité?

      en effet... c'est le point à aborder, car autrement il est difficile d'interpréter tout ce qui a été dit avant

    6. Des failles de sécurité peuvent toutefois survenir au sein de

      Les problèmes de sécurité ne sont pas les seuls... problèmes de logiciels propriétaires, de gestion de données etc... Pourquoi se concentrer sur la question de la sécurité en particulier? Il faudrait l'expliquer

    1. This argument is very well expressed in Professor Jefferson's Lister Oration for 1949, from which I quote. “Not until a machine can write a sonnet or compose a concerto because of thoughts and emotions felt, and not by the chance fall of symbols, could we agree that machine equals brain—that is, not only write it but know that it had written it. No mechanism could feel (and not merely artificially signal, an easy contrivance) pleasure at its successes, grief when its valves fuse, be warmed by flattery, be made miserable by its mistakes, be charmed by sex, be angry or depressed when it cannot get what it wants.”This argument appears to be a denial of the validity of our test. According to the most extreme form of this view the only way by which one could be sure that a machine thinks is to be the machine and to feel oneself thinking. One could then describe these feelings to the world, but of course no one would be justified in taking any notice. Likewise according to this view the only way to know that a man thinks is to be that particular man. It is in fact the solipsist point of view. It may be the most logical view to hold but it makes communication of ideas difficult. A is liable to believe ‘A thinks but B does not’ whilst B believes ‘B thinks but A does not’. Instead of arguing continually over this point it is usual to have the polite convention that everyone thinks.

      This is a nice critique (ante litteram) to the chinese room experiment of Searle.

    1. Pour mieux entendre ce point, il faut considérer qu’il y a deux grands principes de nos raisonnements : l’un est le principe de la contradiction qui porte que de deux propositions contradictoires, l’une est vraie, l’autre fausse ; l’autre principe est celui de la raison déterminante : c’est que jamais rien n’arrive, sans qu’il y ail une cause ou du moins une raison déterminante, c’est-à-dire quelque chose qui puisse servir à rendre a priori, pourquoi cela est existant plulôt que de toute autre façon.

      principe of non contradiction

    1. L'homme se fait ; il n'est pas tout fait d'abord, il se fait en choisissant sa morale, et la pression de circonstances est telle qu'il ne peut pas ne pas en choisir une.

      Sartre is to some extent an anti-humanist or a post-humanist. However, his morality can only be based on the human being.

    2. Le culte de l'humanité aboutit à l'humanisme fermé sur soi de Comte, et, il faut le dire, au fascisme. C'est un humanisme dont nous ne voulons pas.

      critique against humanisme as something defining the essence of human beings

    1. That neither our Thoughts, nor Passions, nor Ideas formed by the Imagination, exist without the Mind, is what every Body will allow. And it seems no less evident that the various Sensations or Ideas imprinted on the Sense, however blended or combined together (that is, whatever Objects they compose) cannot exist otherwise than in a Mind perceiving them. I think an intuitive Knowledge may be obtained of this, by any one that shall attend to what is meant by the Term Exist when applied to sensible Things. The Table I write on, I say, exists, that is, I see and feel it; and if I were out of my Study I should say it existed, meaning thereby that if I was in my Study I might perceive it, or that some other Spirit actually does perceive it. There was an Odor, that is, it was smelled; There was a Sound, that is to say, it was heard; a Colour or Figure, and it was perceived by Sight or Touch. This is all that I can understand by these and the like Expressions. For as to what is said of the absolute Existence of unthinking Things without any relation to their being perceived, that seems perfectly unintelligible. Their Esse is Percipi, nor is it possible they should have any Existence, out of the Minds or thinking Things which perceive them.

      Esse is Percepi

    1. Convince our minds of the infinite universe. Rend in pieces the concave and convex surfaces which would limit and separate so many elements and heavens. Pour ridicule on deferent orbs and on fixed stars. Break and hurl to earth with the resounding whirlwind of lively reasoning those fantasies of the blind and vulgar herd, the adamantine walls of the primum mobile and the ultimate sphere. Dissolve the notion that our earth is unique and central to the whole. Remove the ignoble belief in that fifth essence. Give to us the knowledge that the composition of our own star and world is even as that of as many other stars and worlds as we can see. Each of the infinity of great and vast worlds, each of the infinity of lesser worlds, is equally sustained and nourished afresh through the succession of his ordered phases. Rid us of those external motive forces together with the limiting bounds of heaven. Open wide to us the gate through which we may perceive the likeness [52] of our own and of all other stars. Demonstrate to us that the substance of the other worlds throughout the ether is even as that of our own world.

      Bruno's radical anti-anthropocentrism

    1. Convinci la cognizion dell'universo infinito. Straccia le superficie concave e convesse, che terminano entro e fuori tanti elementi e cieli. Fanne ridicoli gli orbi deferenti e stelle fisse. Rompi e gitta per terra col bombo e turbine de vivaci raggioni queste stimate dal cieco volgo le adamantine muraglia di primo mobile ed ultimo convesso. Struggasi l'esser unico e propriamente centro a questa terra. Togli via di quella quinta essenza l'ignobil fede.Donane la scienza di pare composizione di questo astro nostro e mondo con quella di quanti altri astri e mondi possiamo vedere. Pasca e ripasca parimente con le sue successioni ed ordini ciascuno de gl'infiniti grandi e spaciosi mondi altri infiniti minori. Cassa gli estrinseci motori insieme con le margini di questi cieli. Aprine la porta per la qual veggiamo l'indifferenza di questo astro da gli altri. Mostra la consistenza de gli altri mondi nell'etere, tal quale è di questo. Fa' chiaro il moto di tutti provenir dall'anima interiore, a fine che con il lume di tal contemplazione con piú sicuri passiprocediamo alla cognizion della natura.

      Radical anti-antropocentrism of Giordano Bruno which is at the same time a radical critic to unity

    1. quaeso a vobis, ut in hac causa mihi detis hanc veniam, adcommodatam huic reo, vobis (quem ad modum spero) non molestam, ut me pro summo poeta atque eruditissimo homine dicentem, hoc concursu hominum literatissimorum, hac vestra humanitate, hoc denique praetore exercente iudicium, patiamini de studiis humanitatis ac litterarum paulo loqui liberius, et in eius modi persona, quae propter otium ac studium minime in iudiciis periculisque tractata est, uti prope novo quodam et inusitato genere dicendi.

      What is "humanitas"? Cicero calls upon the "humanity" of his jury. He is not meaning something like "sympathy" or "compassion": humanity consists in being literate.

    1. Was den Aberglauben der Logiker betrifft: so will ich nicht müde werden, eine kleine kurze Thatsache immer wieder zu unterstreichen, welche von diesen Abergläubischen ungern zugestanden wird, — nämlich, dass ein Gedanke kommt, wenn „er“ will, und nicht wenn „ich“ will; so dass es eine Fälschung des Thatbestandes ist, zu sagen: das Subjekt „ich“ ist die Bedingung des Prädikats „denke“. Es denkt: aber dass dies „es“ gerade jenes alte berühmte „Ich“ sei, ist, milde geredet, nur eine Annahme, eine Behauptung, vor Allem keine „unmittelbare Gewissheit“. Zuletzt ist schon mit diesem „es denkt“ zu viel gethan: schon dies „es“ enthält eine Auslegung des Vorgangs und gehört nicht zum Vorgange selbst. Man schliesst hier nach der grammatischen Gewohnheit „Denken ist eine Thätigkeit, zu jeder Thätigkeit gehört Einer, der thätig ist, folglich —“. Ungefähr nach dem gleichen Schema suchte die ältere Atomistik zu der „Kraft“, die wirkt, noch jenes Klümpchen Materie, worin sie sitzt, aus der heraus sie wirkt, das Atom; strengere Köpfe lernten endlich ohne diesen „Erdenrest“ auskommen, und vielleicht gewöhnt man sich eines Tages noch daran, auch seitens der Logiker ohne jenes kleine „es“ (zu dem sich das ehrliche alte Ich verflüchtigt hat) auszukommen.

      It is impossible to say that "I think". The only thing one can say is that "something thinks"

    1. τοῦτο γὰρ λαβεῖν μὲν ἀναγκαῖον, οὐ ῥᾴδιον δέ. φαίνεται δὲ τῶν μὲν πλείστων οὐθὲν ἄνευ τοῦ σώματος πάσχειν οὐδὲ ποιεῖν, οἷον ὀργίζεσθαι, θαρρεῖν, ἐπιθυμεῖν, ὅλως αἰσθάνεσθαι, μάλιστα δ' ἔοικεν ἰδίῳ τὸ νοεῖν· εἰ δ' ἐστὶ καὶ τοῦτο φαντασία τις ἢ μὴ ἄνευ φαντασίας, οὐκ ἐνδέχοιτ' ἂν οὐδὲ τοῦτ' ἄνευ σώματος εἶναι.

      thinking without body

    1. sont assez sommaires

      Mieux: "ne sont pas encore à la hauteur de mes souhaits" ou une formule de ce type.

    2. ont vu naître la littérature et les genres qui la composent.

      occidentale! attention, ici on est très sensibles à la diversité. La littérature des premières nations ne doit rien à Rome. La littérature chinoise non plus - ou peu

    1. namque ita multa modis multis primordia rerum ex infinito iam tempore percita plagis ponderibusque suis consuerunt concita ferri omnimodisque coire atque omnia pertemptare, quae cumque inter se possint congressa creare,

      atoms

    2. Dicere porro hominum causa voluisse parare praeclaram mundi naturam proptereaque adlaudabile opus divom laudare decere aeternumque putare atque inmortale futurum, nec fas esse, deum quod sit ratione vetusta gentibus humanis fundatum perpetuo aevo, sollicitare suis ulla vi ex sedibus umquam nec verbis vexare et ab imo evertere summa, cetera de genere hoc adfingere et addere, Memmi, desiperest.

      Against antropocentrism

    1. For in such wise primordials of things,      Many in many modes, astir by blows      From immemorial aeons, in motion too      By their own weights, have evermore been wont      To be so borne along and in all modes      To meet together and to try all sorts      Which, by combining one with other, they      Are powerful to create,

      Atoms

    2.      Further, to say that for the sake of men      They willed to prepare this world's magnificence,      And that 'tis therefore duty and behoof      To praise the work of gods as worthy praise,      And that 'tis sacrilege for men to shake      Ever by any force from out their seats      What hath been stablished by the Forethought old      To everlasting for races of mankind,      And that 'tis sacrilege to assault by words      And overtopple all from base to beam,--      Memmius, such notions to concoct and pile,      Is verily--to dote.

      Against antrhopocentrism

    1. ἔγρετο δ᾽ ἐξ ὕπνου, θείη δέ μιν ἀμφέχυτ᾽ ὀμφή:

      It's dream which produces thinking

    1. ἐγὼ δ᾽ οὐκ αἴτιός εἰμι, ἀλλὰ Ζεὺς καὶ Μοῖρα καὶ ἠεροφοῖτις Ἐρινύς, οἵ τέ μοι εἰν ἀγορῇ φρεσὶν ἔμβαλον ἄγριον ἄτην, ἤματι τῷ ὅτ᾽ Ἀχιλλῆος γέρας αὐτὸς ἀπηύρων.

      Thinking is not a production of a subject but it comes from gods

    1. A like reasoning will account for the idea of external existence. We may observe, that 'tis universally allow'd by philosophers, and is besides pretty obvious of itself, that nothing is ever really present with the mind but its perceptions or impressions and ideas, and that external objects become known to us only by those perceptions they occasion. To hate, to love, to think, to feel, to see; all this is nothing but to perceive. Now since nothing is ever present to the mind but perceptions, and since all ideas are deriv'd from something antecedently present to the mind; it follows, that 'tis impossible for us so much as to conceive or form an idea of any thing specifically different from ideas and impressions. Let us fix our attention out of ourselves as much as possible: Let us chace our imagination to the heavens, or to the utmost limits of the universe; we never really advance a step beyond ourselves, nor can conceive any kind of existence, but those perceptions, which have appear'd in that narrow compass. This is the universe of the imagination, nor have we any idea but what is there produc'd.

      there is not such a thing like existence outside perception

  4. Dec 2020
    1. Après-propos. Pour un renouveau de la méthodologie de la recherche universitaire.

      il faudrait peut-être dire un mot à propos de Schmidt?

    2. cité

      s

    3. avant de céder la place à la thèse en soi

      j'utiliserais pas cette rhétorique. mais à toi de voir

    4. épondant ainsi à l’injonction de notre directeur de thèse, Marcello Vitali-Rosati, qui dit à ses étudiant·e·s que les problématiques d’une thèse doivent être des questions qui affectent en profondeur la personne avant de prendre la forme d’interrogation scientifique : être un immigrant qui quitte un espace pour un autre, qui entretient une bonne partie de ses relations humaines par l’intermédiaire des outils numériques et qui doit aussi s’engager dans la production d’un nouveau sens a assurément influencé le regard que nous portons à ces questions, pour le meilleur et pour le pire. Il y a dans cette situation personnelle un des points de départ de notre pensée que l’on ne saurait pas passer sous silence sans avoir l’impression de cacher le véritable moteur de cette thèse.

      trop personnel. il faut commencer par situer la question. je couperais ce passage

    1. C'est un univers intéressant et tes considérations théoriques sont passionnantes. Cependant: on ne parle pas d'un algorithme, mais plutôt d'une approche algorithmique particulière. La spéculation est donc plus importante que l'analyse, car il n'y a pas un objet concret à analyser. Il aurait fallu regarder une implémentation particulière de près pour voir si effectivement ton analyse est pertinente. Par exemple un usage particulier: https://towardsdatascience.com/random-forest-in-python-24d0893d51c0 Le risque de ton discours est d'être trop générique et de rester abstrait. Mais l'idée est bonne et la recherche intéressante. Après, le niveau de complexité mathématique est excessif - au moins pour moi - pour pouvoir être sûr de donner la bonne interprétation.

    2. sklearn.ensemble.RandomForestClassifier (n_estimators=100, , criterion=‘gini’, max_depth=None, min_samples_split=2, min_samples_leaf=1, min_weight_fraction_leaf=0.0, max_featur

      ça c'est juste la limitation, pas l'algo en tant que tel... je crois?

    3. à ne pas confondre une implémentation avec le principe général de ce groupe d'algorithmes

    1. Difficile de cerner ta problématique: l'étude de l'AP à l'ère numérique ou sa lecture? Sa circulation? Son sens? Ou la manière qu'auront les érudits de l'analyser?

    2. lus concrètement, la phase initiale de mes travaux de recherche portera sur la compréhension des premières études sur l’Anthologie. Il convient en effet d’appréhender l’entière tradition de l’œuvre avant de pouvoir étudier le corpus à la lumière du numérique. Dès lors, je me pencherai sur la position géographique de l’œuvre à une époque donnée, ses possesseurs, le courant intellectuel et culturel dans lequel ceux-ci s’inscrivent et enfin la façon dont on écrit sur l’Anthologie, la perception que l’on en a, puis, de manière réflexive, sur l’impact qu’a eu celle-ci sur la pensée de ses possesseurs et a fortiori celle de l’époque. Les prolégomènes posés, je pourrai poursuivre mes recherches en examinant l’état de la question sur l’Anthologie aujourd’hui et quelles sont les visées poursuivies par les projets numériques. S’ensuivra une mise en relation de l’ancien et du moderne : l’évolution des thématiques étudiées, l’objectif poursuivi, les aspects privilégiés, tant dans les études et commentaires qu’à travers les traductions.

      cette partie semble intéressante, mais n'est pas claire à mes yeux. Il faut la reformuler. Si tu pouvais ajouter un côté "francophone" ça aiderait pour le département de littfra.

    3. propose

      "permet", plutôt?

    4. dans l’environnement tant universitaire qu’amateur.

      sources

    5. de plusieurs érudits.

      source!

    6. pidité, de l’écriture sur des composantes électroniques, et surtout, l’ère du savoir « à portée de pouces »

      il faut une source

    7. Le manuscrit de l’Anthologie Palatine (appelé « codex Palatinus 23 »),

      ajoute une source, par ex Cameron.

    1. L'idée générale était pas mal. Mais le travail est un peu bâclé. Dommage. Il aurait été intéressant d'approfondir les taxinomies et les ontologies et commenter un peu plus sur cela. Quel type de littérature représentent-ils? De quoi parlent-ils quand ils disent que la littérature él est finie? Leurs modélisation correspond à un a priori théorique que tu aurais dû expliciter.

    2. Si les communautés sont fortes, elles auront facilement tendance à mettre en avant l’objet de leur fandom. Ainsi une dimension de mémoire collective liée aux recommandations sur les réseaux pourrait être une piste de renforcement des répertoires actuels.

      Ces réflexions aureient pu être réliées à l'analyse des formats de balisage et aux taxinomies.

    3. Dublin Core Le Dublin Core es

      ok, il arrive ici

    4. r les entrées bibliographiques, afin de les faire correspondre aux MADS (Metadata authority Description Schema). MODS est proche du langage naturel, il permet de créer des vocabulaires personnalisés, sans avoir à les faire valider par d’autres associations. Cette indépendance tend à enclore les taxonomies créées à l’usage pour lequel elles ont été conçues, et à des acteurs prédéfi

      une analyse plus approfondie de MODS et une mise en paralèle avec DC auraient été nécessaires. Et aussi un peu d'histoire...

    5. Je croise les doigts, touche du bois et embrasse des lapins

      on est dans un contexte de rendu universitaire... les lapins n'ont pas grand chose à faire ici

    6. Collectif. s. d. « CELL Project ». Consulté le 19 octobre 2020. https://cellproject.net/.

      ce n'est pas le bon url, je n'y retrouve pas tes citations

    7. défaitiste, si ce n’est alarmiste :

      ?? pourquoi? Ils disent l'inverse!

    8. LL Project “[t]h

      le lien avec ce qui précède est loin d'être clair

    9. oupes, pensons aux batailles autour des désignations des genres littéraires et de l’établissement de leur frontières.

      sources? de quelles batailles tu parles?

    10. Les possibilités d

      tu pouvais commencer ici

    11. e à établir avec des éditions désormais disparues. Il est intéressant de noter que la diversité des productions littéraires est grande, autant par les technologies et supports qu’elles exploitent, que par les modes de navigation imaginés. Hayles (2002) prend comme exemple l’écart entre les romans par emails (populaires dans les années 90) et les propositions en réalité virtuelle qui commençaient à se faire jour au début des années 2000.

      cette introduction parle de bcp de sujets différents. J'ai du mal à comprendre où tu veux en venir

    12. Le Web est un espace public, nous pourrions donc en faire la plus grande bibliothèque du monde.

      lien entre espace public et bibliothèque? Et ensuite la question du classement? Il me semble que cet incipit est quelque peu boiteux

    1. Texte excellent. Bravo d'abord pour la structuration en md qui est très bien faite. Bon choix et bonne analyse. Le bot est intéressant et tu prends en compte les différents aspects de façon organisée et convaincante. Quelques mots de plus aurait pu être dit sur la posture morale du bot.

    2. not_acceptables = [">!", "!<", "suicide", "rape", "murder", "hotline", "terroris", "nigg"]

      Il y aurait une analyse à faire sur la posture morale du bot. Plutôt convenue, évidemment. En gros il essaye de ne pas faire de vague

    1. C'est un très bon travail, avec de bonnes intuitions et de assez bonnes analyses. Je trouve cependant que le discours général sur les hippies et sur la culture psychédélique n'est pas assez bien relié aux analyses des 2 textes - qui auraient par ailleurs mérité plus de place.

    2. Du psychédélique au cyberdélique, de la conception dualiste de l’âme captive à la création de la machine intelligente, le tourment reste le même : il faut aller plus loin, transcender des limites physiologiques de la condition humaine.

      bon... opinions... pas très bien argumentées à mon avis. et le lien avec l'analyse précédente est faible

    3. Quelle entropie a permis la révolution cyberdélique ?

      je ne suis pas très sûr du lien entre l'analyse du poème et la culture cyberdélique

    4. #!/usr/bin/env ruby require ‘rubygems’ # gratitude require ‘nokogiri’ # arigato h=Nokogiri::HTML(curl http://www.biblegateway.com/passage/?search=Psalm+23&version=KJV&interface=print).css(“.text”).text.split(//) %w(Zarvox Princess Cellos).each{|v|say -v #{v} #{[9,7,9,123,9,42,55,118,104,108,6,7,100,10,95,96,86,76,120,72,106,107,63,32,42].map {|i|h[i]}.join(' ')}}

      le code se balise autrement en md: code qui s'écrit ``` code ```

    1. C'est une excellente analyse qui montre une limite fondamentale de l'édition structurée: le fait que, même avec des possibilités immenses, il ne suffit pas d'avoir un langage et un schéma... il faudrait que les éditeurs acquièrent les compétences! Le schéma Métopes est très riche potentiellement, mais très peu utilisé. Il est tolérant pour permettre d'aller vers les éditeurs, mais du coup très peu de son expressivité est exploité. Ravi que ce rendu ait été l'occasion pour toi d'aller regarder l'XML!

    2. a fait le choix de n’en retenir qu’un certain nombre, en fonction notamment des besoins de la profession et des possibilités des plateformes de diffusion.

      je crois qu'on peut spécifier dans le schéma métopes le type de document. Peut-être c'est facultatif, mais on peut le faire. Ici il y a une tension entre le schéma (très riche) et son usage assez limité pour simplifier la vie aux éditeurs. Schéma tolérant - et d'ailleurs pas complètement formalisé - pour aller vers la réalité des éditeurs. Ou alors, c'est la spécification métopes-oe qui limite le schéma métopes?

    3. mais le producteur de contenu n’a pas véritablement la main pour encoder son document comme il l’entend

      super

    4. finalement, ne maîtrise pas véritablement l’encodage

      oui, en effet! ;)

    5. 3.org/2001/XMLSchema-instance" // je ne sais pas pourquoi cet espace de nom est cit

      je ne sais pas non plus

    1. Le sujet est intéressant et u as essayé de développer l'analyse. Cependant ton préjugé négatif par rapport à la plateforme a été trop fort pour que tu développes une analyse objective. Plusieurs formulations sont très peu scientifiques (il semble que etc.) et pas appuyées par des faits. Wattpad est commercial, bien sûr, mais n'importe quelle maison d'édition l'est aussi! Ce sont des entreprises... Tu dis très peu des principes réels de la "popularité". Ton texte devient intéressant par exemple, quand tu parles des catégories et des genres, mais tu n'en dit que très peu. "Popularité" est très vague... Nombre de clic? Temps de lecture? Genre? Nombre des commentaires? Wattpad a justement complexifié l'idée de popularité, par rapport à l'édition papier qui ne peut que compter le nombre de ventes. Les textes critiques que je t'avais suggéré ne sont pas utilisés. Dommage, tu y aurais trouvé des analyses moins biaisées. Je vais quand même récompenser l'effort, car je sais que j'ai demandé un exercice pas facile et très peu accompagné.

    2. souvent moins au courant des enjeux économiques et éditoriaux de leur implication sur la plateform

      est-ce que les lecteurs sont au courant des enjeux économiques de gallimard? je ne crois pas

    3. niveau de la lecture puisqu’il est difficile de lire longtemps sur un petit écran sans se fatiguer

      ????? qui 'a dit?

    4. u’il semble

      à qui? Données? Statistiques? Méthodes d'analyse?

    5. l’accent mis sur la popularité

      tu le répètes mais tu ne l'as pas vraiment démontré. Donc c'est un préjugé, pas un résultat de ta recherche.

    6. signifie que les auteur.trice.s peuvent ajuster leur histoire en fonction de la demande

      ça c'est une interprétation... la demande? Ça peut être aussi des commentaires esthétiques... le fait d'avoir des lecteurs en cours d'écriture n'implique pas nécessairement de s'adapter à la demande

    7. nt les protagonistes sont blanc.che.s et hétérosexuel.le.s

      source? données?

    8. data

      pourquoi en anglais?

    1. Le sujet traité est intéressant. Par contre l'argumentation est assez mal organisée, avec des sujets qui viennent et reviennent et sans un développement clair. L'analyse du format est assez faible et le discours sur les DRM n'approfondit pas vraiment la question. Attention par ailleurs au ton du texte: dans un contexte universitaire des phrases comme "Les DRM c'est pas bête" ne sont pas acceptables.

    2. L’idée derrière ce DRM n’est pas bête.

      c'est un texte universitaire!

    3. Le format EPUB est le format le plus utilisé dans le cas du livre numérique et il peut être lu sur l’ensemble des appareils pouvant lire des livres numériques, à l’exception des kindle d’Amazon

      pourquoi mélanger epub et kindle ici?

    4. ées. L’utilisation d’un compte Adobe est nécessaire pour utiliser le logiciel de gestion Adobe Digital Editions. Ce compte est relié aux serveurs d’Adobe et peut être surveillé. Adobe peut analyser les données provenant des comptes, les types de fichiers importés.

      analyse un peu rapide...

    5. Il est temps d’aborder les DRM

      attention: cette rhétorique n'est pas celle d'un texte universitaire

    6. purement technique et la dernière qui est une réflexion pure. Certains sujets se verront approfondis par la suite dans la troisième section.

      étrange paragraphe.

    7. L’EPUB est un fichier compressé, qui contient des fichiers qui doivent absolument être présent comme un fichier MIMETYPE, un fichier container.xml, un dossier dans lequel se retrouveront des fichiers XML pour les métadonnées et aussi des fichiers optionnels. Les fichiers de contenu (comme des fichiers HTML, CSS, des polices de caractères, des images, etc.) doivent être regroupés dans un seul dossier distinct des métadonnées et du fichier MIMETYPE. Les dossiers et le fichier MIMETYPE sont ensuite compressés dans un fichier .epub.

      il aurait fallu mieux analyser les implication de cette structure. L'idée est justement de donner une structure linéaire - avec un index - à une pluralité de fichiers HTML et de contraindre la structure, e qui n'est pas le cas avec un HTML normal. Comment l'epub détorune-t-il l'HTML? Quelle est la relation entre les deux visions du monde? Le concept de remédiation aurait été intéressant ici (on essaye de remédier le livre papier...)

    8. mises en pages

      singulier

    9. d’intégrer un dictionnaire

      ? je ne sais pas de quoi on parle ici

    10. Antoine Fauchié compare d’ailleurs l’EPUB à un mini site web qui peut être utilisé sans connexion internet.

      source?

    11. l'inverse? Cette histoire est un peu trop linéaire pour mes goûts... Comme si tout s’insérait dans une ligne de progrès.

    1. Texte très intéressant et surtout très bien écrit. Tu as vraiment un don pour l'écriture. Par contre le ton est un peu trop journalistique - on est à l'université... - et les opinions personnelles sont trop présentes. Il aurait fallu par ailleurs mieux citer les sources. Si l'analyse s'était concentrée sur l'expérience de l'adolescente, le texte aurait probablement été plus intéressant. La partie sur ton expérience n'apporte finalement pas grand chose à l'analyse.

    2. Une heure après le test auquel elle s’est prêtée volontiers, Licia a toujours les yeux rivés sur son iPod à écouter TikTok, ses parents ayant oublié de lui indiquer que son temps-écran était écoulé.

      l'analyse des comportements de Licia est beaucoup plus intéressante, Peut-être aurais-tu dû te concentrer juste sur cette partie et la développer un peu plus. Ici tu n'es même pas condescendant! L'attention que tu prêtes à Licia devrait être l'attitude scientifique à avoir avec tous les autres utilisateurs, si tu veux donner un jugement "objectif".

    3. Comparativement, YouTube propose un choix énorme de documentaires de haute qualité dans tous les formats.

      attention: dans cette section tu donnes un jugement de valeur qui est fondé sur des préjugés (partageables sans doute) qui n'ont pas grande chose de scientifique. La question est peut-être: qui est la cible. Sans doute tu n'en fais pas partie - moi non plus - mais évite le discours condescendant. Tu ne peux pas exprimer, dans un texte académique, l'opinion selon laquelle les échecs seraient plus nobles que le jus de canneberge... L'algo semble ne pas fonctionner pour toi. Mais est-ce le cas? L'algo ne peut pas recommander des contenus qui n'existent pas sur la plateforme... Et ton expérience est très biaisée, car tu vas sur la plateforme pour expérimenter...

    4. échecs

      certes difficile de raconter l'opera game sur tiktok ;) à part peut-être le lion? 1. e4 f6 2. Dh5+ g6 3. Fe2 gxh5?? 4. Fxh5#

    5. a testé l’application pendant quelques heures

      avec ordi ou téléphone?

    6. utils tels que la vision par ordinateur (computer vision) qui décompose les éléments de l’image, ou le traitement automatique des langues (natural language processing) qui reconnaît des mots-clés, pour mieux le servir.

      je pense qu'il aurait été important de parler d'ergonomie. et de faire la différence entre l'ergo du cell et celle de l'ordi. Il est clair que tiktok est pensé pour les téléphones. Le format vertical etc. Je connais l'interface web, mais j'imagine que l'interface pour téléphone est basée sur le swipe? J'ai comme l'impression que dans le cas de tiktok l'ergonomie est presque plus importante que l'algorithme.

    7. algorithme

      là aussi, je dirais plutôt "la plateforme". C'est évidemment un commentaire mineur, mais il faut faire attention à bien précider de quoi on parle. Dire que "l'algorithme propose" signifie qu'on sait qu'il y a un bout de code qui propose. Or il peut y avoir plusieurs algorithmes mélangés avec du ux qui rentre dans le jeu etc. Donc mieux parler du point de vue phénoménologique: c'est la plateforme qui propose.

    8. de l’algorithme

      je parlerais plutôt des "principes des algorithmes de recommandation", car tu vas t'occuper des principes et pas des algorithmes en tant que tes et aussi parce qu'il ne s'agit pas vraiment d'"un", mais de plusieurs algorithmes.

    9. content. »

      source?

    10. air de Dreams, de Fleetwood Mac

      hahaah

    1. Nous nous abstenons de conclure, ce texte étant déjà fortement en retard.

      hahaha

    2. est d’ordre économique, ce qui n’est guère surprenant puisqu’Are.na est gérée par une entreprise :

      tu connais le livre d'Yves Citton sur l'économie de l'attention?

    3. plus une forme de rhétorique

      yep

    4. Il est néanoins évident que les logiciels qui sous-tendent la plateforme comportent de nombreux « algorithmes »

      haha, ils sont carrément dans une rhétorique commerciale eux aussi... ils n'y a pas d'algorithmes ;)

    5. De plus, la plateforme n’encourage ni ne rend possible les pratiques visant à accroître le référencement sémantique (il n’est pas possible de décrire une ressource avec un vocabulaire contrôlé, comme Dublin Core)

      il y aurait là une longue analyse à faire. Les standards qui semble s'imposer ne vont pas dans le sens de la structuration inspirée bibliothéconomie...

    6. confusion qu’elle pourrait susciter dans le contexte universitaire.

      bon, cela me semble plutôt évident ;)

    7. Cette révolution

      attention à ce terme... c'est plus une rhétorique commerciale qu'une vérité.

    1. C'est un bon travail. Parfois tu as peut-être été portée à surinterpréter. Disons que dans le cas analysé, la volonté et les objectifs du site sont plutôt clairs et déclarés... il n'y a pas vraiment d'opacité cachée dans le code. Concrètement la plateforme représente bien les valeurs des institutions qui en sont à l'origine. Peut-être aurais-tu pu insister un peu plus sur ça. Finalement il y a plus de considérations sociologiques à faire (qui sont les bibliothécaires québécois et quelles sont leurs valeurs) que d'analyse du code en tant que telle. En tout cas, c'est une bonne démarche d'analyse en platform studies.

  5. stylo.ecrituresnumeriques.ca stylo.ecrituresnumeriques.ca
    1. Sujet intéressant. Plusieurs considérations sont justes. Tu aurais dû te concentrer un petit peu plus sur le brevet et commenter ta méthodologie pour pouvoir faire ressortir un discours critique un peu moins généraliste. Dans l'ensemble c'est un assez bon travail, mais certains aspects restent un peu flous. Attention aux formulations, pas toujours très réussies.

    2. Tinder Plus, Tinder Gold et Tinder Platinum

      les trois niveaux aureint pu être mieux expliqués

    3. dont les hommes comme les femmes en ressortent p

      syntaxe

    4. ttractifs » arrêt

      ok, ça arrive

    5. n compte, lors d’un « affrontement », le poids de chaque joueur (Carr 2016; Duportail 2019). Si un joueur faible bat un joueur fort, son pointage serait plus élevé que l’inverse. La compagnie a abandonné ce score, peut-être parce qu’il a fait beaucoup de bruit dans les médias (

      tu aurais pu mieux expliquer comment c'était implémenté dans Tinder (joueur fort-faible)

    6. généralité

      plutôt un stéréotype!

    7. constitutive de la masculinité

      tu ne prends pas de la distance par rapport à cette affirmation?

    8. s

      de

    1. Le travail est intéressant. Le sujet bien choisi et mérite une analyse. Dommage que tes considérations soient plus descriptives que critiques. Il aurait été souhaitable d'approfondir l'aspect critique - au moins sur un des éléments soulevés. En revanche tu te limites à ébaucher une réflexion critique. Le style aurait mérité un tout petit peu plus de soin - j'ai souligné quelques coquilles, mais il y en a d'autres et certaines phrases sont un peu lourdes. Très bien pour es sources et leur structuration! Bravo!

    2. être achetés sur sa boutique en

      le modèle économique est donc différent de celui de Netflix ou Spotify. Il aurait fallu mieux l'expliquer. À quoi donne droit abonnement?

    3. vue environnemental, n’est pas anodin puisque celui-ci est développé par Go

      intéressant. à développer

    4. Sachant cela, autant la qualité de la vidéo diffusée sur la plateforme peut sembler prometteuse et attirante pour l’œil du joueur, autant il est plus judicieux pour ce dernier de réfléchir sur ses pratiques de jeux, notamment les heures passés devant l’écran, avant de faire le saut.

      des considérations critiques sur ce besoin infrastructure auraient été nécessaires. Quels sont les enjeux? Environnementaux? De digital divide? De propriété des infrastructures câblées?

    5. observe

      nt

    6. celle-ci

      il y a bcp de celle-ci!

    7. Carrascosa et Bellalta 2020)(Jain et al. 2020)(Hollister 201

      il y a une syntaxe pour mettre les deux références ensemble: [@blabla;@blabla]

    1. Il s'agit d'un bon travail dans l'ensemble. Cependant tu restes un peu trop descriptive et tu aurait pu approfondir les implications théoriques. L'HTML5 représente la victoire d'une pensée fondamentalement utilitariste sur une pensée plus scientifique (XHTML). Cela rend bien compte d'un virage commercial généralisé du web auquel le w3c a essayé - pas toujours de façon intelligente - de s'opposer. Par ailleurs, tu parles du XHML comme s'il était encore une réalité, alors qu'il a été abandonné... Le futur sera donc l'HTML5, malheureusement (?).

    2. t le <b> et le <i>, l

      ça c'est une remarque pertinente! différence de philosophie entre html et xhtml

    3. ouhaite

      souhaitait, vu que le standard a été abandonné...

    4. L’expérience concrète

      il aurait fallu plus de détails sur la conceptions et les principes

    5. En conséquence, Hickson fonde la même année le WHATWG avec des membres d’Apple, de Mozilla et d’Opera, vite rejoints par Google en 2005. Le groupe débute de son côté le développement du futur HTML 5.

      Il aurait été nécessaire de mieux situer la rupture entre whattwg et w3c qui a beaucoup d'implications théoriques et politiques. Il y a eu une véritable guerre entre deux factions avec des conséquences immenses aujourd'hui

    6. nsidération la mise en form

      Avec quelques exceptions: par ex

  6. Nov 2020
    1. Il n’y aurait donc pas d’un côté l’esprit (ou la culture ou le langage), et de l’autre l’être (ou la réalité ou le monde), mais plusieurs manières d’être. L’ontologie devient le discours de l’anthropologie, parce que la notion d’être apparaît comme le comparant le plus puissant.

      For Latour Being is always mediated. But it is a human mediation. Thus ontology is antrhopology.

    1. Suppose that I'm locked in a room andgiven a large batch of Chinese writing. Suppose furthermore© 1980 Cambridge University Press0U0-525X/80/030417-41S04.00417https://doi.org/10.1017/S0140525X00005756Downloaded from https://www.cambridge.org/core. Universite de Montreal, on 10 Nov 2020 at 20:28:41, subject to the Cambridge Core terms of use, available at https://www.cambridge.org/core/terms.

      Here is the thought experience of the Chinese room which tries to explain the irreductibility of semantics to syntax.

    1. causa sui.

      Aristotle againg. But how is it possible to sharply separate what is inside and what is outside? A system is never causa sui. It is never completely selfstanding and isolated.

    2. cause-effect power

      Is it a case-effect structure which is needed or, broadly, just a relationship structure?

    3. Moreover, to exist from its own intrinsic perspective, independent of external observers, a system of elements in a state must have cause-effect power upon itself, independent of extrinsic factors.

      This is the very definition of nature (physis) for Aristotle.

    4. This is because the existence of one’s consciousness and its other essential properties is certain, whereas the existence and properties of the physical world are conjectures, though very good ones, made from within our own consciousness.

      This is true starting from Kant.

    5. For simplicity, in what follows physical systems will be considered to be constituted of elements in a state, for example neurons or logic gates. All that is required is that such elements have two (or more) internal states, inputs that can influence these states in a certain way, and outputs that in turn are influenced by these states

      Each epoch tends to represent the functioning of human beings on the basis of metaphors borrowed from the techniques of the time: from the automaton to the computer.

  7. Sep 2020
  8. Aug 2020
    1. e parallèle avec l’écriture numérique.

      il faut vraiment que tu décides si c'est un parallèle ou si c'est une réalité. Le numérique est "comme" un palimpseste ou il "est" un palimpseste? Métaphore ou essence?

    2. on du réel, à expérimenter des outils théoriques et pratiques pour cela. Le palimpseste se présente ainsi dans mon projet, il est institué comme un biais pour comprendre le fonctionnement de l’écriture numérique, dont sa trace est une des entités. Et c’est ainsi que j’arrive au premier volet de la question de recherche qui souligne un risque de gommage de la déliaison par la dérive d

      lien avec la tradition?

    1. méthodes de participation et bien sûr le design, que pourrait s’évaluer le mieux un tel projet. Il ne s’agirait pas alors de raisonner en termes « d’innovation » ou « d’impact » mais plutôt de se rendre attentifs à la capacité d’une expérience à bousculer, à questionner, et donc à rendre

      Très bonne remarque. Mais cette capacité à faire vaciller est encore assez réduite. Si un projet d'un tel ampleur, porté par un personnage des plus visibles arrive juste à désorienter quelques lecteurs, que pouvons-nous (qui n'avons pas la visibilité de Latour) espérer de nos propres projets expérimentaux?

    2.  Par ailleurs, les difficultés techniques des premiers temps de la « plateforme » numérique ne facilitent pas la prise en main, conduisant à questionner la pertinence de l’existence de cette dernière67 , et expliquent aussi les difficultés des critiques à rendre compte du projet :

      Cela me semble fort intéressant. La tension entre expérimentation et nécessité d'institutionnalisation est très forte

    3. Ainsi, dès ses débuts, l’expérimentation EME se déroule et se déploie ainsi

      ainsi ainsi

    4. correspondre avec une pratique de design entendue comme infrastructuration

      J'ai un doute: il me semble que ce concept - que je ne connaissais pas - implique une division nette entre contenu et contenant qui me semble être en opposition avec tout ce qui a été dit avant. Je caricature: d'une part il y a les designers qui produisent l'infrastructure et de l'autre les chercheurs qui l'utilisent. La distinction nette entre designers et chercheurs pose problème à mon sens. Mais je continue à lire avant de m'exprimer. Pour l'instant ce n'est qu'un doute.

    5. La notion de participation impliquée ici n’est pas à entendre dans les termes d’une « co-conception » du dispositif avec les chercheurs

      pourquoi avez-vous écarté cette possibilité?

    6. au moyen des moyens

      répétition

  9. Jul 2020
    1. d’étude remarquable pour analyser la manière dont des expérimentations émergeant d’une déstabilisation des technologies d’écriture de l’enquête dialoguent avec la formation institutionnelle et épistémologique de nouveaux collectifs de recherche.

      c'est vrai. Mais encore une fois: est-ce vraiment une institutionalisation? Scalar reste une forme d'écriture marginale et pas vraiment reconnue dans le cadre universitaire: si on met une publication Scalar dans un cv, est-ce quelque chose qui sera pris en compte dans le cadre d'une progression de carrière, par exemple? Très souvent ce n'est pas le cas - dans la plupart des institutions universitaires on demande une monographie...

    2. Pour ce faire, Scalar propose aux chercheurs d’écrire leurs publications en fonction d’un modèle de données qui reste invariant pour toutes les publications de la plateforme, mais qui est conçu pour être le plus souple possible en termes d’organisation des écrits et des autres matériaux à l’intérieur des publications. 

      En effet. Scalar essaie d'être le plus agnostique possible par rapport à la structure des ressources et des documents. Il propose une ontologie complètement plate o;u il y a des objets et des relations sans une hiérarchie ou une structure préétablies. Cela a un prix: la structuration est souvent pauvre ou alors demande un grand travail au producteur - qui doit construire une structure à l'intérieur de la métastructure de Scalar.

    3. Pour ce faire, je vais analyser les continuation de l’expérience de la revue-laboratoire Vectors dans la plateforme-organisation Scalar, qui vise à systématiser et transformer certaines des pratiques développées dans la première expérience sous la forme d’un dispositif socio-technique de plus grande échelle et à la configuration sociale plus stable.

      Voilà: la question de la stabilisation est fondamentale! En effet le cas de Vectors/Scalar est très parlant

    4. pour la plupart destinés inexorablement à être les victimes du destin funeste de l’obsolescence technologique

      ;) - cela soulève le problème du rapport entre expérimentation, stabilisation et perennité

    5. Considérer la présence des attaches empiriques de l’enquête dans l’écriture sur le registre de matériaux plutôt que de données correspond bien à une approche de la publication comme démarche fondamentalement performative. 

      Très bonne méthode. Votre choix est très convaincant.

    6. Le rapport entre l’épreuve (littéraire) du récit historique et la preuve (scientifique) de la « source » qui se joue dans la note de bas de page se voit donc négocié de manière diversifiée et hétérogène à l’intérieur d’une même discipline, et contribue à en dessiner des nuances, des bifurcations et des points de dissensus1

      Très bon exemple!

    7. Les enjeux de la relation entre enquête, écriture et publication sont alors de quatre ordres : épistémologique, sémiotique, méthodologique, et enfin socio-politique.

      Très clair

    1. comme des acteurs énonciatif

      La notion d'énonciation éditoriale de Souchier serait peut-être pertinente? J'y pense depuis le début ;)

    2. ’élaboration des formats de données pose alors un problème de représentation, au double sens esthétique (celui de la relation entre le sens et l’expression) et politique (celui des intérêts représentés par un format donné). Faire un choix technique relatif à l’édition revient ainsi à mettre en œuvre une certaine conception de ce qu’est un texte de recherche, quelles sont les pratiques et les opérations permettant de le construire, et ses modalités d’articulation entre les multiples acteurs des processus éditoriaux – éditeurs, relecteurs, ingénieurs, typographes, libraires, bibliothécaires, etc. Mais ce choix revient également, sur un plan politique, à parler au nom d’un ensemble d’écrivains et de lecteurs à venir, qui seront influencés et conditionnés par les modalités de « passage » des inscriptions à l’intérieur des circuits qui constituent la publication. C’est ainsi que « le sujet créé par le format n’a pas besoin d’être représentatif pour être partout, juste de fonctionner » (Sterne, 2012/2018, p. 385). Cette modalité opérationnelle et performative d’établissement d’une forme de pouvoir, se distingue ainsi assez nettement des logiques de normalisation technique qui ont pu structurer nos expériences médiatiques dans des époques antérieures. 

      Excellente explication.

    3. a TEI, centrée sur la notion de « Ordered Hierarchy of Content Objects » (OHOCC) entend modéliser les textes de manière agnostique à tout type de contenu. Cette conception n’est pas seulement envisagée comme un mode de description justifié méthodologiquement, mais aussi comme un reflet exact de ce qui les constitue, conduisant à penser que « le balisage descriptif nʼest pas seulement la meilleure approche… cʼest la meilleure approche imaginable »86 (A. H. Renear, 2004, p. 224) et qu’un tel format de données permet de décrire « ce qu’un texte est en réalité » (DeRose, Durand, Mylonas, & Renear, 1990). La suite de l’histoire de TEI est marquée cependant par un pluralisme progressif qui s’achève par une phase d’« antiréalisme radical » (A. H. Renear, 2004, p. 224), durant laquelle les modèles de description des documents sont construits à partir de la spécificité des projets scientifiques et/ou éditoriaux qui les portent. En ce sens, l’histoire des formats de données éditoriales révèle la dimension intrinsèquement interprétative de l’encodage, et donc la capacité d’un format à performativement implémenter une manière de pratiquer et de concevoir les textes. 

      très intéressant

    4. à réaliser ». […] Ces auteurs utilisent LaTeX (ou des variantes de celui-ci) parce quʼils ne pensent pas « quʼil vaut mieux laisser la conception des documents aux concepteurs de documents » : en fait, ils lʼutilisent précisément parce quʼils veulent sʼessayer au métier de concepteur (qui est à son tour parce quʼils « sʼinquiètent... de lʼapparence de leurs documents 

      sper citation! ;) Ce paradoxe de TeX et LaTeX est extrêmement intéressant.

    5.  Les formats de données sont en ce sens des acteurs énonciatifs.

      très juste

    6. plusieurs plusieurs modèles textuels

      plusieurs - couper

    7. tent généralement pas grande attention à l’inscription matérielle des documents-publications parce que la valeur socioprofessionnelle et informationnelle

      On pourrait même dire que selon une certaine culture, la dimension matérielle est une dimension servile par rapport à la dimension "intellectuelle". Le dualisme sert aussi à justifier une division de rôles - très sexiste, par ailleurs: l'homme qui pense et la femme (secrétaire) qui écrit. Le travail matériel est réservé aux petites mains.

    8. La conception et la conduite de projets liés à la fabrication de logiciels d’écriture, d’édition et de diffusion des textes de recherche en condition numérique est généralement traitée de la même manière que tout autre projet informatique, et la « séparation des problèmes » y est donc la règle. Ce cadre – rarement questionné – opère alors comme un nouveau facteur de dissociation de la matérialité des textes numériques et de leur manifestation physique en tant que documents reconnaissables.

      C'est une très bonne remarque. On pourrait peut-être l'associer au fait que les infrastructures elles mêmes sont modulaires dans les librairies qu'elles utilisent, les différents langages etc. Un même outil ou une même plateforme pourrait être fractionnée en plusieurs modules dont les principes, les philosophies, les idéaux,... sont foncièrement différents.

    9. Kant, le livre – et donc le texte – se doit donc d’être soumis à une opération de disjonction qui le détaille en une « substance » détachée de toute matérialité particulière

      C'est vrai. Mais ce dualisme pourrait aussi être situé dans une histoire plus longue - qui commence avec Platon...

    10. ette approche représentationaliste de la matérialité du livre permet de le placer sous un double régime juridique à la fois physique et immatériel. Ainsi Kant écrit-il :

      intéressant d'utiliser Kant. Suggestion bibliographique sur ce sujet: Rose, Mark. Authors and Owners : The Invention of Copyright. Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 1993.

    11. L’histoire du livre et du texte scientifique, portée par des auteurs tels que Roger Chartier, Donald McKenzie ou Jean-Michel Berthelot, nous offrent des repères pour replacer l’histoire des formats techniques de la publication dans la généalogie culturelle et intellectuelle du texte imprimé. Les travaux de sémiologie du texte informatisé portés notamment par Emmanuel Souchier, et ceux de la nouvelle théorie des médias anglo-saxonne incarnée par Katherine Hayles, Lisa Gitelman, Jonathan Sterne ou Alexander Galloway, fournissent aussi un ensemble d’équipements pertinents pour situer la dimension incarnée des documents-publications dans l’enchevêtrement socio-technique des pratiques qui en conditionnent la production et la fréquentation. Enfin, il s’agira de puiser dans la littérature issue de travaux plus proches des pratiques de conception et d’expérimentation elles-mêmes : d’une part, les recherches en ingénierie documentaire portées notamment par Bruno Bachimont et Stéphane Crozat ont participé à la fois à la formulation et à l’examen critique des principes de conception en œuvre dans les industries éditoriales ; d’autre part, dans la littérature des humanités numériques, des auteurs tels que Johanna Drucker et Alan Liu nous offrent une série de propositions et de provocations provenant de chercheurs en prise directe avec la transformation de leurs pratiques par les technologies numériques, et permettent d’en interroger les implications épistémologiques et méthodologiques.

      J'apprécie particulièrement ce cadre théorique riche complexe et hétérogène

    12. À ce titre, je développerai l’hypothèse selon laquelle le modèle de la séparation entre « contenu » et « présentation » développée par les industries éditoriales – bien que motivé par des considérations méthodologiques tout à fait légitimes de la part des concepteurs – a participé de la continuation et du renforcement d’un certain rapport dualiste au texte.

      Tout à fait d'accord

    13. Ainsi, pour Yves Souchier, les architextes informatisés se situent tout autant dans « un traitement de texte, qui intègre des outils dʼécriture, des polices

      Sur le même sujet, cf Kittler, Friedrich A. « There is No Software ». CTheory, 18 octobre 1995. https://monoskop.org/images/f/f9/Kittler_Friedrich_1992_1997_There_Is_No_Software.pdf.

    14. Ainsi, pour Yves Souchier, les architextes informatisés se situent tout autant dans « un traitement de texte, qui intègre des outils dʼécriture, des polices

      Sur le même sujet, cf Kittler, Friedrich A. « There is No Software ». CTheory, 18 octobre 1995. https://monoskop.org/images/f/f9/Kittler_Friedrich_1992_1997_There_Is_No_Software.pdf.

    15. signale un écart persistant et non escamoté entre la pratique de l’écriture d’une part, et les divers processus éditoriaux qui produisent le document-publication, d’autre part. C

      En effet. Écart souvent nié ou négligé. Vous faites bien de le souligner!

    16. Le geste de la publication scientifique se définit donc comme un geste de constitution d’un collectif non pré-existant et marqué par une tension entre la formation d’une communauté constituée par des préoccupations partagées et l’ouverture à un débat confrontant des cadres de référence hétérogènes. Dans ce contexte, l’intersection de préoccupations communes opère comme un « liant » toujours en danger de dissolution, et les actes et les documents produits par la publication savante, s’entendent comme un geste qui est avant tout politique : publier, c’est assembler un public à propos de problèmes de recherche. Ainsi, si les SHS portent une diversité de programmes épistémologiques, elles se caractérisent donc peut-être également par un rôle politique particulier dans le débat démocratique et leur positionnement social. L’expression publication dans les Sciences Humaines et Sociales se voit donc trouver une forme de pertinence si elle implique de questionner le rôle des collectifs de recherche dans un environnement plus étendu sur le mode d’une relation instable et dynamique.

      excellent résumé

    17. publicité

      il faudrait problématiser cette traduction du mot allemand (Offenlichkeit)

    18. Ces expérimentations questionnent alors les modes de véridiction des disciplines tout autant qu’elles impliquent de nouvelles formes de relation avec les publics. C’est cette dernière relation à l’œuvre dans la publication dont il s’agit maintenant d’identifier les instabilités et les mutations.

      C'est une excellent analyse de différentes facettes des pratiques de publication. En effet, l'aspect essentiel est le rapport entre expérimentations et possibilité d,institutionnalisation - ou du moins de stabilisation - de ces expérimentations

    19. même de rendre davantage accessibles les productions effectuées dans le cadre d’activités de recherche.

      en principe. Reste que les monopoles ont un énorme pouvoir

    20. Pour Bhaskar, la production du contenu est avant tout rendue possible par l’existence de modèles qui sont un ensemble « d’extrapolations abstraites, que nous utilisons pour guider nos actions »12 (Bhaskar, 2013, p. 87)

      Super, je ne connaissais pas

    21. de publication provenant de passés aux configurations institutionnelles différentes jusqu’au contexte présent,

      Oui, vous avez compris que c'est mon obsession! ;)

    22. lisabeth Eisenstein a soutenu que l’invention et le développement des technologies de l’imprimerie et leur capacité à reproduire à moindre frais des documents identiques avaient non seulement ouvert la possibilité d’une plus grande diffusion des savoirs du fait de la baisse des coûts de production, mais avaient également été l’un des vecteurs d’une nouvelle culture humaniste et scientifique reposant sur l’exactitude des énoncés et la discussion à partir de sources stables

      justement: par rapport à un "avant" Guttemberg.

    23. La notion de « publication » en SHS peut d’abord être entendue comme l’acte de rendre public un écrit de recherche par la production d’une série d’exemplaires identiques et leur dissémination auprès d’un groupe ouvert de lecteurs.

      C'est une définition très moderne. Ici aussi, une mise en perspective historique à plus long terme aurait aidé, à mon avis - qu'est-ce que cela signifie de "publier" avant Guttemberg? Le terme avait déjà une signification

    1. condition sine qua

      conditio sine qua non - au singulier. Conditiones sine qua non - au pluriel

    2. Notre réflexion partage avec les études sur l’intermédialité l’argument selon lequel aucun média n’est un espace neutre, c’est-à-dire sans empreinte sur le processus de transmission et de connaissance de son contenu.

      formulation très essentialiste et dualiste