465 Matching Annotations
  1. Last 7 days
    1. méthodes de participation et bien sûr le design, que pourrait s’évaluer le mieux un tel projet. Il ne s’agirait pas alors de raisonner en termes « d’innovation » ou « d’impact » mais plutôt de se rendre attentifs à la capacité d’une expérience à bousculer, à questionner, et donc à rendre

      Très bonne remarque. Mais cette capacité à faire vaciller est encore assez réduite. Si un projet d'un tel ampleur, porté par un personnage des plus visibles arrive juste à désorienter quelques lecteurs, que pouvons-nous (qui n'avons pas la visibilité de Latour) espérer de nos propres projets expérimentaux?

    2.  Par ailleurs, les difficultés techniques des premiers temps de la « plateforme » numérique ne facilitent pas la prise en main, conduisant à questionner la pertinence de l’existence de cette dernière67 , et expliquent aussi les difficultés des critiques à rendre compte du projet :

      Cela me semble fort intéressant. La tension entre expérimentation et nécessité d'institutionnalisation est très forte

    3. Ainsi, dès ses débuts, l’expérimentation EME se déroule et se déploie ainsi

      ainsi ainsi

    4. correspondre avec une pratique de design entendue comme infrastructuration

      J'ai un doute: il me semble que ce concept - que je ne connaissais pas - implique une division nette entre contenu et contenant qui me semble être en opposition avec tout ce qui a été dit avant. Je caricature: d'une part il y a les designers qui produisent l'infrastructure et de l'autre les chercheurs qui l'utilisent. La distinction nette entre designers et chercheurs pose problème à mon sens. Mais je continue à lire avant de m'exprimer. Pour l'instant ce n'est qu'un doute.

    5. La notion de participation impliquée ici n’est pas à entendre dans les termes d’une « co-conception » du dispositif avec les chercheurs

      pourquoi avez-vous écarté cette possibilité?

    6. au moyen des moyens

      répétition

  2. Jul 2020
    1. d’étude remarquable pour analyser la manière dont des expérimentations émergeant d’une déstabilisation des technologies d’écriture de l’enquête dialoguent avec la formation institutionnelle et épistémologique de nouveaux collectifs de recherche.

      c'est vrai. Mais encore une fois: est-ce vraiment une institutionalisation? Scalar reste une forme d'écriture marginale et pas vraiment reconnue dans le cadre universitaire: si on met une publication Scalar dans un cv, est-ce quelque chose qui sera pris en compte dans le cadre d'une progression de carrière, par exemple? Très souvent ce n'est pas le cas - dans la plupart des institutions universitaires on demande une monographie...

    2. Pour ce faire, Scalar propose aux chercheurs d’écrire leurs publications en fonction d’un modèle de données qui reste invariant pour toutes les publications de la plateforme, mais qui est conçu pour être le plus souple possible en termes d’organisation des écrits et des autres matériaux à l’intérieur des publications. 

      En effet. Scalar essaie d'être le plus agnostique possible par rapport à la structure des ressources et des documents. Il propose une ontologie complètement plate o;u il y a des objets et des relations sans une hiérarchie ou une structure préétablies. Cela a un prix: la structuration est souvent pauvre ou alors demande un grand travail au producteur - qui doit construire une structure à l'intérieur de la métastructure de Scalar.

    3. Pour ce faire, je vais analyser les continuation de l’expérience de la revue-laboratoire Vectors dans la plateforme-organisation Scalar, qui vise à systématiser et transformer certaines des pratiques développées dans la première expérience sous la forme d’un dispositif socio-technique de plus grande échelle et à la configuration sociale plus stable.

      Voilà: la question de la stabilisation est fondamentale! En effet le cas de Vectors/Scalar est très parlant

    4. pour la plupart destinés inexorablement à être les victimes du destin funeste de l’obsolescence technologique

      ;) - cela soulève le problème du rapport entre expérimentation, stabilisation et perennité

    5. Considérer la présence des attaches empiriques de l’enquête dans l’écriture sur le registre de matériaux plutôt que de données correspond bien à une approche de la publication comme démarche fondamentalement performative. 

      Très bonne méthode. Votre choix est très convaincant.

    6. Le rapport entre l’épreuve (littéraire) du récit historique et la preuve (scientifique) de la « source » qui se joue dans la note de bas de page se voit donc négocié de manière diversifiée et hétérogène à l’intérieur d’une même discipline, et contribue à en dessiner des nuances, des bifurcations et des points de dissensus1

      Très bon exemple!

    7. Les enjeux de la relation entre enquête, écriture et publication sont alors de quatre ordres : épistémologique, sémiotique, méthodologique, et enfin socio-politique.

      Très clair

    1. comme des acteurs énonciatif

      La notion d'énonciation éditoriale de Souchier serait peut-être pertinente? J'y pense depuis le début ;)

    2. ’élaboration des formats de données pose alors un problème de représentation, au double sens esthétique (celui de la relation entre le sens et l’expression) et politique (celui des intérêts représentés par un format donné). Faire un choix technique relatif à l’édition revient ainsi à mettre en œuvre une certaine conception de ce qu’est un texte de recherche, quelles sont les pratiques et les opérations permettant de le construire, et ses modalités d’articulation entre les multiples acteurs des processus éditoriaux – éditeurs, relecteurs, ingénieurs, typographes, libraires, bibliothécaires, etc. Mais ce choix revient également, sur un plan politique, à parler au nom d’un ensemble d’écrivains et de lecteurs à venir, qui seront influencés et conditionnés par les modalités de « passage » des inscriptions à l’intérieur des circuits qui constituent la publication. C’est ainsi que « le sujet créé par le format n’a pas besoin d’être représentatif pour être partout, juste de fonctionner » (Sterne, 2012/2018, p. 385). Cette modalité opérationnelle et performative d’établissement d’une forme de pouvoir, se distingue ainsi assez nettement des logiques de normalisation technique qui ont pu structurer nos expériences médiatiques dans des époques antérieures. 

      Excellente explication.

    3. a TEI, centrée sur la notion de « Ordered Hierarchy of Content Objects » (OHOCC) entend modéliser les textes de manière agnostique à tout type de contenu. Cette conception n’est pas seulement envisagée comme un mode de description justifié méthodologiquement, mais aussi comme un reflet exact de ce qui les constitue, conduisant à penser que « le balisage descriptif nʼest pas seulement la meilleure approche… cʼest la meilleure approche imaginable »86 (A. H. Renear, 2004, p. 224) et qu’un tel format de données permet de décrire « ce qu’un texte est en réalité » (DeRose, Durand, Mylonas, & Renear, 1990). La suite de l’histoire de TEI est marquée cependant par un pluralisme progressif qui s’achève par une phase d’« antiréalisme radical » (A. H. Renear, 2004, p. 224), durant laquelle les modèles de description des documents sont construits à partir de la spécificité des projets scientifiques et/ou éditoriaux qui les portent. En ce sens, l’histoire des formats de données éditoriales révèle la dimension intrinsèquement interprétative de l’encodage, et donc la capacité d’un format à performativement implémenter une manière de pratiquer et de concevoir les textes. 

      très intéressant

    4. à réaliser ». […] Ces auteurs utilisent LaTeX (ou des variantes de celui-ci) parce quʼils ne pensent pas « quʼil vaut mieux laisser la conception des documents aux concepteurs de documents » : en fait, ils lʼutilisent précisément parce quʼils veulent sʼessayer au métier de concepteur (qui est à son tour parce quʼils « sʼinquiètent... de lʼapparence de leurs documents 

      sper citation! ;) Ce paradoxe de TeX et LaTeX est extrêmement intéressant.

    5.  Les formats de données sont en ce sens des acteurs énonciatifs.

      très juste

    6. plusieurs plusieurs modèles textuels

      plusieurs - couper

    7. tent généralement pas grande attention à l’inscription matérielle des documents-publications parce que la valeur socioprofessionnelle et informationnelle

      On pourrait même dire que selon une certaine culture, la dimension matérielle est une dimension servile par rapport à la dimension "intellectuelle". Le dualisme sert aussi à justifier une division de rôles - très sexiste, par ailleurs: l'homme qui pense et la femme (secrétaire) qui écrit. Le travail matériel est réservé aux petites mains.

    8. La conception et la conduite de projets liés à la fabrication de logiciels d’écriture, d’édition et de diffusion des textes de recherche en condition numérique est généralement traitée de la même manière que tout autre projet informatique, et la « séparation des problèmes » y est donc la règle. Ce cadre – rarement questionné – opère alors comme un nouveau facteur de dissociation de la matérialité des textes numériques et de leur manifestation physique en tant que documents reconnaissables.

      C'est une très bonne remarque. On pourrait peut-être l'associer au fait que les infrastructures elles mêmes sont modulaires dans les librairies qu'elles utilisent, les différents langages etc. Un même outil ou une même plateforme pourrait être fractionnée en plusieurs modules dont les principes, les philosophies, les idéaux,... sont foncièrement différents.

    9. Kant, le livre – et donc le texte – se doit donc d’être soumis à une opération de disjonction qui le détaille en une « substance » détachée de toute matérialité particulière

      C'est vrai. Mais ce dualisme pourrait aussi être situé dans une histoire plus longue - qui commence avec Platon...

    10. ette approche représentationaliste de la matérialité du livre permet de le placer sous un double régime juridique à la fois physique et immatériel. Ainsi Kant écrit-il :

      intéressant d'utiliser Kant. Suggestion bibliographique sur ce sujet: Rose, Mark. Authors and Owners : The Invention of Copyright. Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 1993.

    11. L’histoire du livre et du texte scientifique, portée par des auteurs tels que Roger Chartier, Donald McKenzie ou Jean-Michel Berthelot, nous offrent des repères pour replacer l’histoire des formats techniques de la publication dans la généalogie culturelle et intellectuelle du texte imprimé. Les travaux de sémiologie du texte informatisé portés notamment par Emmanuel Souchier, et ceux de la nouvelle théorie des médias anglo-saxonne incarnée par Katherine Hayles, Lisa Gitelman, Jonathan Sterne ou Alexander Galloway, fournissent aussi un ensemble d’équipements pertinents pour situer la dimension incarnée des documents-publications dans l’enchevêtrement socio-technique des pratiques qui en conditionnent la production et la fréquentation. Enfin, il s’agira de puiser dans la littérature issue de travaux plus proches des pratiques de conception et d’expérimentation elles-mêmes : d’une part, les recherches en ingénierie documentaire portées notamment par Bruno Bachimont et Stéphane Crozat ont participé à la fois à la formulation et à l’examen critique des principes de conception en œuvre dans les industries éditoriales ; d’autre part, dans la littérature des humanités numériques, des auteurs tels que Johanna Drucker et Alan Liu nous offrent une série de propositions et de provocations provenant de chercheurs en prise directe avec la transformation de leurs pratiques par les technologies numériques, et permettent d’en interroger les implications épistémologiques et méthodologiques.

      J'apprécie particulièrement ce cadre théorique riche complexe et hétérogène

    12. À ce titre, je développerai l’hypothèse selon laquelle le modèle de la séparation entre « contenu » et « présentation » développée par les industries éditoriales – bien que motivé par des considérations méthodologiques tout à fait légitimes de la part des concepteurs – a participé de la continuation et du renforcement d’un certain rapport dualiste au texte.

      Tout à fait d'accord

    13. Ainsi, pour Yves Souchier, les architextes informatisés se situent tout autant dans « un traitement de texte, qui intègre des outils dʼécriture, des polices

      Sur le même sujet, cf Kittler, Friedrich A. « There is No Software ». CTheory, 18 octobre 1995. https://monoskop.org/images/f/f9/Kittler_Friedrich_1992_1997_There_Is_No_Software.pdf.

    14. Ainsi, pour Yves Souchier, les architextes informatisés se situent tout autant dans « un traitement de texte, qui intègre des outils dʼécriture, des polices

      Sur le même sujet, cf Kittler, Friedrich A. « There is No Software ». CTheory, 18 octobre 1995. https://monoskop.org/images/f/f9/Kittler_Friedrich_1992_1997_There_Is_No_Software.pdf.

    15. signale un écart persistant et non escamoté entre la pratique de l’écriture d’une part, et les divers processus éditoriaux qui produisent le document-publication, d’autre part. C

      En effet. Écart souvent nié ou négligé. Vous faites bien de le souligner!

    16. Le geste de la publication scientifique se définit donc comme un geste de constitution d’un collectif non pré-existant et marqué par une tension entre la formation d’une communauté constituée par des préoccupations partagées et l’ouverture à un débat confrontant des cadres de référence hétérogènes. Dans ce contexte, l’intersection de préoccupations communes opère comme un « liant » toujours en danger de dissolution, et les actes et les documents produits par la publication savante, s’entendent comme un geste qui est avant tout politique : publier, c’est assembler un public à propos de problèmes de recherche. Ainsi, si les SHS portent une diversité de programmes épistémologiques, elles se caractérisent donc peut-être également par un rôle politique particulier dans le débat démocratique et leur positionnement social. L’expression publication dans les Sciences Humaines et Sociales se voit donc trouver une forme de pertinence si elle implique de questionner le rôle des collectifs de recherche dans un environnement plus étendu sur le mode d’une relation instable et dynamique.

      excellent résumé

    17. publicité

      il faudrait problématiser cette traduction du mot allemand (Offenlichkeit)

    18. Ces expérimentations questionnent alors les modes de véridiction des disciplines tout autant qu’elles impliquent de nouvelles formes de relation avec les publics. C’est cette dernière relation à l’œuvre dans la publication dont il s’agit maintenant d’identifier les instabilités et les mutations.

      C'est une excellent analyse de différentes facettes des pratiques de publication. En effet, l'aspect essentiel est le rapport entre expérimentations et possibilité d,institutionnalisation - ou du moins de stabilisation - de ces expérimentations

    19. même de rendre davantage accessibles les productions effectuées dans le cadre d’activités de recherche.

      en principe. Reste que les monopoles ont un énorme pouvoir

    20. Pour Bhaskar, la production du contenu est avant tout rendue possible par l’existence de modèles qui sont un ensemble « d’extrapolations abstraites, que nous utilisons pour guider nos actions »12 (Bhaskar, 2013, p. 87)

      Super, je ne connaissais pas

    21. de publication provenant de passés aux configurations institutionnelles différentes jusqu’au contexte présent,

      Oui, vous avez compris que c'est mon obsession! ;)

    22. lisabeth Eisenstein a soutenu que l’invention et le développement des technologies de l’imprimerie et leur capacité à reproduire à moindre frais des documents identiques avaient non seulement ouvert la possibilité d’une plus grande diffusion des savoirs du fait de la baisse des coûts de production, mais avaient également été l’un des vecteurs d’une nouvelle culture humaniste et scientifique reposant sur l’exactitude des énoncés et la discussion à partir de sources stables

      justement: par rapport à un "avant" Guttemberg.

    23. La notion de « publication » en SHS peut d’abord être entendue comme l’acte de rendre public un écrit de recherche par la production d’une série d’exemplaires identiques et leur dissémination auprès d’un groupe ouvert de lecteurs.

      C'est une définition très moderne. Ici aussi, une mise en perspective historique à plus long terme aurait aidé, à mon avis - qu'est-ce que cela signifie de "publier" avant Guttemberg? Le terme avait déjà une signification

    24. e plutôt constante comme un secteur éditorial et une communauté de pratiques de communication qui justifient de la constitution d’infrastructures et d’organismes de médiation spécifiques

      tout à fait d'accord pour souligner cet aspect constant

    25. Le projet de définition des SHS comme un champ unitaire est un thème persistant et pourtant toujours contesté depuis la naissance des « Sciences de l’Homme » au 19ème siècle (Inglebert, 2013)

      J'aurais eu tendance à inscrire les SHS dans une histoire plus longue qui commence, au moins, avec l'humanisme et la notion d'humanae litterae. Cela aurait l'avantage de faire comprendre le fait que les sciences humaines ont principalement comme objet le texte et qu'en cela elles se différencient des sciences sociales. Remettre les deux ensemble est un geste significatif et évidemment problématique à certains égards, comme vous le montrez

    26. Ainsi, il est nécessaire de déconstruire le terme de « publication de recherche en Sciences Humaines et Sociales » comme un objet unifié et évident, pour le re-qualifier comme un territoire fluctuant dessiné par une série de vacillements qui affectent les modèles et les valeurs qui orientent les pratiques de lecture, d’écriture et d’édition des collectifs de chercheurs en SHS.

      super

    27. les pratiques tarifaires abusives de quelques éditeurs scientifiques en situation de monopole vis-à-vis des bibliothèques universitaires

      Sur cette question, cf. Larivière, Vincent, Stefanie Haustein, et Philippe Mongeon. « The Oligopoly of Academic Publishers in the Digital Era ». PLoS ONE 10, nᵒ 6 (10 juin 2015): e0127502. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0127502.

      Je le dis une fois pour toutes ici: mes suggestions bibliographiques sont juste des renvois vers des textes qui pourraient potentiellement vous intéresser. Il ne s'agit d'aucune manière d'affirmer que votre bibliographie est lacunaire. Prenez-les comme faisant partie d'un dialogue et non pas d'une évaluation.

    28. France sont dédiées à la fois à la préservation et l’exploitation des gisements documentaires produits par les chercheurs telles que Persée-COLLEX et HAL, l’or

      Pourquoi ne pas ajouter Huma-Num? Son rôle est déterminant, il me semble, pour l'émergence possible de formats (sémantisation, annotation etc.)

    29. des formats éditoriaux de la publication de recherche.

      Avant d'oublier, je vous suggère un texte qui me semble vraiment brillant sr la question des formats: Stern, Niels, Jean-Claude Guédon, et Thomas Wiben Jensen. « Crystals of Knowledge Production. An Intercontinental Conversation about Open Science and the Humanities ». Nordic Perspectives on Open Science 1 (23 octobre 2015): 1. https://doi.org/10.7557/11.3619.

    1. condition sine qua

      conditio sine qua non - au singulier. Conditiones sine qua non - au pluriel

    2. Notre réflexion partage avec les études sur l’intermédialité l’argument selon lequel aucun média n’est un espace neutre, c’est-à-dire sans empreinte sur le processus de transmission et de connaissance de son contenu.

      formulation très essentialiste et dualiste

    1. L’usage du préfixe « re- »

      C'est l'idée de la remediation de Bolter et Grusin. C'est une référence qui pourrait vous intéresser. Bolter, J. David, et Richard A Grusin. Remediation: Understanding New Media. Cambridge, Mass.: MIT Press, 2000.

    2. À l’intérieur des humanités numériques, ces relations sont tantôt entendues et pratiquées comme la possibilité de nouveaux outils pour des questions et des corpus établis, l’apparition de nouveaux objets d’étude nativement numériques, l’opportunité de nouveaux médiums d’expression et d’écriture, l’instauration de nouvelles formes de « laboratoires » et de modes de collaboration (ce point a été abordé précédemment), enfin comme des opportunités pour de nouvelles initiatives relevant de l’activisme et de l’hybridation entre pratiques artistiques et universitaires. 

      La question de la pluralité me semble essentielle ici.

    3. Une remarqe générale: il serait important d'afficher quelque part dans chaque page la date et éventuellement d'autres métadonnées - vous le faite dans le head HTML en DC. Surtout la date et une information de version qui rassure sur la stabilité du contenu.

    4. et des pages,

      L'usage du mot dans le cadre des environnements numériques et typiquement du web est un cas de remédiation selon l'idée de Bolter et Grusin.

    5.  Il s’agit donc, dans cette thèse, d’explorer les effets de la défamiliarisation impliquée par l’instabilité contemporaine des formats de publication en SHS.

      Je suis évidemment d'accord avec vous, mais on pourrait dire qu'en réalité ces changements sont assez anecdotiques: on reproduit les formats papiers sur écran... les exemples de formats réellement différents sont très rares.

    6. dans les relations constitutives des collectifs de recherche.

      C'est donc un vacillement aussi institutionnel? Ou pas encore? J'ai l'impression que les expérimentations touchent encore assez marginalement l'institution universitaire, par exemple. L'université reste attachée à ses formats et à ses dispositifs de production et légitimation du savoir. La preuve: vous avez dû finalement écrire une thèse qui puisse être représentée comme une thèse traditionnelle et cette contrainte a un impact majeur sur l'exposition de votre recherche.

    7. « l’ingénierie logicielle » et « le design » s’il fallait en nommer deux – qui étaient hier davantage ancrés dans des communautés de pratique industrielle que dans des communautés de savoir académique, et sont aujourd’hui dans ce contexte précis à la jonction entre ces deux mondes.

      remarque très intéressante. Il est très important que ces champs soient au centre de l’activité académique si on ne veut pas déléguer la pensée et la recherche au GAFAM

    8. penser », trop désincarné pour pouvoir rendre compte de la myriade de gestes et de situations associées aux pratiques savante

      En effet. À moins de redéfinir la pensée comme quelque chose d'inscrit et incarné.

    9. de page paged.js (

      Qui donne un très joli rendu! Bravo!

  3. Jun 2020
    1. 8. Such revision was necessary: Plotinus could not bear to go back on his work even for one re-reading; and indeed the condition of his sight would scarcely allow it: his handwriting was slovenly; he misjoined his words; he cared nothing about spelling; his one concern was for the idea: in these habits, to our general surprise, he remained unchanged to the very end. He used to work out his design mentally from first to last: when he came to set down his ideas, he wrote out at one jet all he had stored in mind as though he were copying from a book. Interrupted, perhaps, by someone entering on business, he never lost hold of his plan; he was able to meet all the demands of the conversation and still keep his own train of thought clearly before him; when he was fee again, he never looked over what he had previously written--his sight, it has been mentioned, did not allow of such re-reading--but he linked on what was to follow as if no distraction had occurred. Thus he was able to live at once within himself and for others; he never relaxed from his interior attention unless in sleep; and even his sleep was kept light be an abstemiousness that often prevented him taking as much as a piece of bread, and by this unbroken concentration upon his own highest nature.

      L'inscription matérielle de la pensée ne compte pas. Idéalisation de la pensée.

    1. Sodome et Gomorrhe

      je me rappelais que c'était dans un autre volume... tu es sûr?

    2. a manipulation de technologies aussi disparates que le télégramme, le réseau téléphonique, l’avion ou le voyage en automobile. Ainsi se réalise devant le regard attentif du narrateur-héros le rêve d’un « système plus vaste où les âmes se meuvent dans le temps comme les corps dans l’espace »(IV, 137). À l’image du réseau téléphonique, cette infrastructure « planant sur les rues, les villes, les champs, les mers, reliant les pays » (III, 500), les premières automobiles concrétisent le rêve d’ubiquité du narrateur. En outre, le paradigme de la vitesse produit une série de sensations passagères qui suscitent le désir. « Pour peu que la nuit tombe et que la voiture aille vite, note le narrateur, dans une ville, il n’y a pas un torse féminin, mutilé comme un marbre antique par la vitesse qui nous entraîne et le crépuscule qui le noie, qui ne tire sur notre coeur, à chaque coin de route, du fond de chaque boutique, les flèches de la Beauté » (II, 73). Ici encore, l’apparition d’une nouvelle technologie offre une nouvelle vue sur le monde. L’esthétique du rétroviseur qu’ébauche le héros thématise la fugacité des choses et des personnes. Cette fille anonyme entrevue au bord de la route suscite le désir du héros par sa dimension de fuite. Cette pulsion scopique ébauche déjà le roman d’Albertine, « être de fuite » (IV, 18) s’il en est.

      très bien

    3. (Vitali Rosati 2011

      merci de la citation, mais c'est pas très pertinent de me citer pour dire une chose juste objective: théâtre vient de θέαομαι : voir.

    4. complexe de Benjamin sur la technique repose sur un ensemble de positions parfois contradictoires. Par exemple, la « ruine de l’aura » (Benjamin 2012, 24) qui trouve son expression la plus saisissante dans l’angoisse de l’acteur devant les caméras et l’interventionnisme du photographe avec la précision clinique du chirurgien a deux significations: si, d’une part, une lecture marxiste suggère que l’émergence du cinéma permet aux classes ouvrières de s’émanciper à travers l’affranchissement de la dimension cultuelle de l’art, d’autre part, le texte de Benjamin vise à « donner à comprendre en quoi la possibilité de reproduire l’objet d’un acte unique (la création artistique) contient en germe les possibilités offerte au totalitarisme d’imposer son régime aux masses ».25

      bravo. résumé nuancé et juste

    5. Timée, Platon développe une pensée de la khôra (le terme grec se trouve à l’origine du latin médiéval spatium auquel nous devons la notion d’espace). Pour lui, l’espace serait la condition nécessaire pour la manifestation des Idées dans le monde sensible, il est le réceptacle imparfa

      bien

    6. produit de nouvelles données.

      pas clair

    7. définitive

      étrange adjectif dans ce contexte

    8. s, un vague désir d’évasion tourné vers l’extérieur

      référence?

    9. _

      effacer?

    10. titulé L’Homme-machine: Découverte du « moi » et bases phénoménologiques dans la Recherche de Prou

      publié? Où? quel travail?

  4. Mar 2020
    1. Cette occurrence, on le sait, se trouve dans le discours Pro Archia prononcé par Cicéron en défense du poète éponyme dont le statut de citoyen romain est contesté. Dans ce discours, Cicéron vante les mérites du poète et par extension de l’étude « de l’humanité »

      Naissance de l'humanisme en 1333 lors de la découverte du manuscrit de la Pro Archia par Francesco Petrarca

  5. Feb 2020
    1. χωρισθεὶς δ' ἐστὶ μόνον τοῦθ' ὅπερ ἐστί, καὶ τοῦτο μόνον ἀθάνατον καὶ ἀΐδιον (οὐ μνημονεύομεν δέ, ὅτι τοῦτο μὲν ἀπαθές, ὁ δὲ παθητικὸς νοῦς φθαρτός)· καὶ ἄνευ τούτου οὐθὲν νοεῖ.

      Here is the idea of immortality.

    2. καὶ ἔστιν ὁ μὲν τοιοῦτος νοῦς τῷ πάντα γίνεσθαι, ὁ δὲ τῷ πάντα ποιεῖν, ὡς ἕξις τις, οἷον τὸ φῶς· τρόπον γάρ τινα καὶ τὸ φῶς ποιεῖ τὰ δυνάμει ὄντα χρώματα ἐνεργείᾳ χρώματα. καὶ οὗτος ὁ νοῦς χωριστὸς καὶ ἀπαθὴς καὶ ἀμιγής, τῇ οὐσίᾳ ὢν ἐνέργεια·

      This is the mysterious passage that has been the object of many interpretations in the history of philosophy. The idea of an intelect separate and common to all comes from here. Cf. for example Alexander of Aphrodisias.

    1. ἀπαθὲς ἄρα δεῖ εἶναι, δεκτικὸν δὲ τοῦ εἴδους καὶ δυνάμει τοιοῦτον ἀλλὰ μὴ τοῦτο, καὶ ὁμοίως ἔχειν, ὥσπερ τὸ αἰσθητικὸν πρὸς τὰ αἰσθητά, οὕτω τὸν νοῦν πρὸς τὰ νοητά. ἀνάγκη ἄρα, ἐπεὶ πάντα νοεῖ, ἀμιγῆ εἶναι, ὥσπερ φησὶν Ἀναξαγόρας, ἵνα κρατῇ, τοῦτο δ' ἐστὶν ἵνα γνωρίζῃ

      The nous is not mixed with the rest of the soul. An intellect separated from the body

    1. Midway between the Being which is indivisible and remains always the same and the Being which is transient and divisible in bodies, He blended a third form of Being compounded out of the twain, that is to say, out of the Same and the Other; and in like manner He compounded it midway between that one of them which is indivisible and that one which is divisible in bodies. And He took the three of them, and blent them all together into one form, by forcing the Other into union with the Same, in spite of its being naturally difficult to mix.

      An original form of mediation. A mediated-Being. This is the Soul - this is the intellect, this is thinking, actually

    1. Mais qu’est-ce donc que je suis ? une chose qui pense. Qu’est-ce qu’une chose qui pense ? c’est une chose qui doute, qui entend, qui conçoit, qui affirme, qui nie, qui veut, qui ne veut pas, qui imagine aussi, et qui sent.

      The fact that thinking is the production of a human being derives from the necessity of knowing what an human being is. Descartes wants to answer the question: who am I. Thus he takes what seems to be the more material and certain thing: thinking. Then he says: I am something who thinks. But actually this is a paralogism.

  6. Jan 2020
    1. l’imaginaire et le symbolique

      c'est LA question. Selon moi cela doit passer par un détour sur les new materialisms qui s'inspirent de Marx, d'ailleurs. L'idée aujourd'hui est que même l'imaginaire est materiel. Pour quelques réf cf https://research.steinhardt.nyu.edu/scmsAdmin/media/users/jek9/MCC-GE_2133_Starosielski.pdf

    2. Partant

      problème de français

    3. véritable espace parce que pas assez concrets et « pratiques

      ok, ce passage entre importance et non importance de l'imaginaire est fondamental. Peut-être il faudrait mieux souligner ça dès le début

    4. , s. d.

      il y a une date. revise ta biblio

    5. la ville (l’espace)

      pas sûr. Tu montres qu'il y a une spécificité de l'urbanisme par rapport à l'architecture pour ensuite la nier en assimilant les deux?

    6. oba

      globale

    7. remarquer dans cette autre citation

      pas très bien dit. Introuduis mieux la citation

    8. Du lieu à la production de l’espace. Notes pour une archéologie de l’espace contemporain.
    9. espace produit par des actions, certes, mais également espace produisant des actions

      bien

    1. e sans proposer de véritable rapport créatif. Cette traduction s’établie sur une écriture déjà médiatisée qu’elle prend comme support d’inscription, afin de remédier une théorie dans une autre langue d’inscription.

      peut-être faudrait-il thématiser davantage la question de la traduction

    2. se propose comme

      mal dit

    3. uhaitons procédés

      haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa. tu es virée

    4. McLuhan 1994)

      bon, ce n'est ps exactement ce que dit McLuhan... il dit que la médiation est tjs médiation de médiation. mais bon, ça peut passer

    5. d’une

      attention

    6. (

      espace

    1. innovantes autonomes

      juste autonomes... sinon c'est illisible

    2. ertextualité chez Compagnon et Genette, de l’éditorialisation chez Vitali-Rosati. Les dynamiques éditoriales se trouvant au confluent de multiples disciplines, j’alimenterai ma recherch

      citer des textes

    3. ,

      attention ponctuation

    4. Bourdieu

      ajoute des références

    5. émancipation matérielle et intellectuelle des auteur

      voilà pourquoi tu ne peux pas utiliser démocratisation: c'est ta question: la diffusion implique-t-elle aussi une démocratisation?

    6. démocratisé

      idem. on rendu la publication plus accessible

    7. démocratisation

      n'utilise pas ce terme. Démocratisation implique une émancipation qui n'est pas implicite à la diffusion des technologies. Parle de diffusion, d'accessibilité, à la limite, mais pas de démocratisation.

    8. para

      pas sûr qu'il faille les définir comme "paralittéraires". Je dirais plutôt: "Les pratiques littéraires se démultiplient"

    9. de

      --

    1. littéraires de palimpsestes générés par média numérique pour penser le dispositif médiatique du littéraire.

      pas clair. mais l'idée est bonne

    2. mais comme un processus continuel de création

      ici tu dis finalement quelque chose!

    3. s le geste même de création de la littérature [Day 2003 où est recopié un numéro entier du New York Times] et les modalités de son média [Theory 2015 pensées et fragments publiés sur une rame de 500 feuilles], Kenneth Goldsmith concentre ses recherches autour du bouleversement de la littérature par le numérique (crise équivalente selon lui à celle de la peinture face à l’ap

      ici il y a quelque chose d'intéressant. moi je partirais d'ici

    4. erche de mettre en tensions des œuvres littéraires thématisant le support et des œuvres classiques, dont la légitimité se fonde sur une idéalisation du texte pour comprendre les dynamiqu

      oui mais pour faire quoi? Il n'y a pas une question de recherche! Il n'y a pas de problématique. Il n'y a qu'une notion sortie d'un chapeau avec laquelle tu sembles vouloir faire quelque chose, mais on ne sait pas trop quoi

    5. mesure qu’elle existe (le texte se grise au fur et à mesure qu’il est en ligne)

      oui, avec ce texte ça fonctionne en effet

    6. gratte ainsi la page en tant que modèle et matérialité

      n'importe quoi. le lien avec la notion de palimpseste ici est vraiment tiré par les cheveux

    7. C’est en considérant le palimpseste comme un dialogue concret entre texte-source et texte-ajouté (Battles 2016), soit une coexistance à même une matière, et donc par une perspective intermédiale – comme herméneutique des supports et des relations entre les supports – que l’espace du média (peau, page, écran) devient un lieu potentiel de réédition de contenus selon un agencement « en connexion avec d’autres agencements »

      j'imagine que c'est une thèse importante, mais elle n'est pas claire du tout

    8. e des SIC af

      tu mobilises une quantité énorme de théories, d'approches, de disciplines etc., sans en avoir aucun besoin. Ici tu dois dire ce que tu veux chercher! Et tu perds ton temps à nous raconter que tu as lu plein de livres!

    9. dans une perspective intermédiale).

      l'intermédialité tombe du ciel.

    10. soit les phénomènes d’interaction littéraires

      donc c'est un usage métaphorique du terme? Je ne comprends pas. Deux approches? La notions signifie des choses différentes en sens propre et métaphorique, c'est ça que tu veux dire?

    11. notion de palimpseste comporte deux approches,

      ça veut rien dire... une notion ne comporte pas d'approche

    12. code constitue “a movable palimpsest,

      pas sûr du tout. les strates du palimpseste n'ont pas de relations entre eux

    13. ns que la surface d’écriture

      donc le parallèle avec le numérique (au moins avec la question des couches d'interprétation) ne fonctionne pas du tout

    14. Notre recherche se concentrera autour d’une étude du palimpseste littéraire en particulier (le palimpseste peut contenir des contenus autres : comptables ou juridiques notamment) en fondant mes réflexions sur les théories intermédiales.

      il n'y a plus le numériqe ici?

    15. où il est geste

      pas convaincu par ce mot

    16. en amont.

      cf bachimont, par ex. et bcp d'autres qui parlent des couches (julia Bonaccorsi par ex)

    17. nombres

      chiffres?

    18. s’interpénètrent autour notamment d’une réflexion générale sur le média de cet art d’écriture. Quelles matières d’inscription pour la littérature numérique ?

      le passage à la question de l'inscription n'est pas clair. pour le reste ce contexte me semble très bien fait

    19. (Saemmer 2015)

      attention à la syntaxe: ici tu doit mettre [ et puis @jdgdgd

    20. le lieu

      le lieu? le singulier me questionne ainsi que le mot "lieu"

    21. est la création

      un geste est la création? pas clair. Cette phrase tu dois la travailler, car je pense qu'elle pourrait t'aider à mieux saisir ce que tu veux faire

    22. le geste du palimpsest

      c'est quoi "le geste du palimpseste"?

  7. Dec 2019
    1. (40) Next I inquired, why the Hebrews were called God's chosen people, and discovering that it was only because God had chosen for them a certain strip of territory, where they might live peaceably and at ease, I learnt that the Law revealed by God to Moses was merely the law of the individual Hebrew state, therefore that it was binding on none but Hebrews, and not even on Hebrews after the downfall of their nation.

      Divine Law is historically situated

    1. Idee uniformi nate appo intieri popoli tra essoloro non conosciuti,debbon’avere un motivo comune di vero.
    1. 147 The nature of things is nothing but their coming into being (nasci- mento) at certain times and in certain fashions. Whenever the time and fashion is thus and so, such and not otherwise are the things that come into being.

      This principle seems to contradict the previous one: everything is historical!

    2. 144 Uniform ideas originating among entire peoples unknown to each other must have a common ground of truth.

      Unhistorical constants? Curious in Vico for whom everything is historical...

    1. méthodes différentes et concurrentes

      Cela me semble un point fondamental: la pluralité et la diversité de visions du monde et de paradigmes.

    1. Premièrement, un énoncé peut « parler de » quelque chose, et le paradigme est ce du vrai ou du faux.

      c'est Austin... cité par Cassin

    2. La conséquence logique de l’extrait est le syllogisme qu’un beau corps correspond à un argument vrai

      bien

    3. Méthodologie

      plus qu,une méthodologie - qui implique des théories, des approches etc. - ceci est une méthode... ou plutôt une "cuisine". Il aurait été préférable de la mettre en note ou de ne pas la mentionner dans les détails. Ou alors expliquer pourquoi tu le fais... en effet il s'agit de la matérialité du texte et cela pourrait avoir un sens méta.

    4. rni

      t. et j'arrête ici de corriger le français qui pose encore quelques problèmes même s'il s'améliore!

    5. «

      de

    1. philosophy is a desire produced by wonder to reduce the multiplicity of the world to a unity.

      This definition is what metaontology tries to question. The goal of metaontology is to be a philosophy of multiplicity

    2. world

      Each concept will have a definition, available on click.

    1. one t

      Es denkt: very bad translation. The meaning is more "something thinks"

    2. Es denk

      The translation "one thinks" is not accurate. Better: "it thinks" or "something thinks"

    3. This state of relations is an open process that involves acts rather than essences, and essences - concepts like “human” - are crystallized afterward.

      See the antiessentialist statement of Nietzche, here

    4. t

      This "t" is there in the original OCRized version.

    5. and thus also everything that “is”: the real, the world

      The concept of "World", "Real", "Reality" and their relationship to Being have to be defined in the book. There will be definitions for each of these terms and these definitions will progress during the writing process

    6. inscription
    1. ransformations constantes depuis l’avènement du livre imprimé.

      constantes, hétérogènes, multiples et NON LINÉAIRES!

    2. pratiques d’écriture et d’édition dans le champ littéraire

      oui, mais de sens aussi. il faut aller plus loin dans l'analyse théorique. Le sens se produit autrement car les formes de son inscription changent. Le sens est dans le code, dans les protocoles et dans les formats. Quels sens pour quels protocoles? Il n'y a pas "l'édition numérique", il y en a des milions

    3. ers la publication

      évidemment tu n'es pas d'accord? pas clair

    4. une phénoménologie de l’édition à l’ère numérique

      pas mal

    5. de recherche et de développement

      pltôt de pratiques

    1. Le numérique prolonge cette recherche de l’interface de lecture.

      différence entre structuration et visualisation. Tu aurais pu aborder cette question

    2. faciliter la vie

      expression familière

    3. granularité choisir pour la balisage

      c'est en effet la question fondamentale. C'est aussi la question de la mise en données (Johana Druker parle de capta au lieu que de data en pensant à ça)

    4. quelque chose de vivant, empli de sens.

      la notion d'indexation de bachimont serait utile pour expliquer pourquoi on passe de la lettre morte à la lettre vivante

    5. la tabularité est étendue.

      justement: du document à un ensemble de ressources - ou de données ici.

    6. s qu’il n’y ait d’implémentation dans des interfaces de lecture

      pas complètement vrai... il y a plusieurs implémentations. Il n'y en a pas une par défaut.

    7. a priori

      it.

    8. e web sémantique.

      il serait intéressant ici de faire une différence entre document et ressource. La fragmentation du document en ressource est un changement assez important opéré à la fin des années 1990 dans le sens de la tabularité

    9. logique

      pas sûr que ça soit le bon mot. C'est un langage de balisage...

    10. x kilomètres

      singuilier

    1. transparence au sein d’écritures num

      la notion de remediation telle que développée par Bolter et Grusin aurait aidé ici. Il s'agit en effet plus d'une rémédiation de la presse papier que d'une "transparence" du dispositif numérique.

    2. ’écran d’accueil de l’application indique la date et présente une rubrique «à la une», calq

      des captures décran auraient aidé

    3. atilit

      bi

    4. L’espace de l’écrit en lui-même n’est pas linéaire. De surcroît, l’analyse pratique des écritures hypertextuelles révèle que cette structure particulière n’est pas nécessairement gage de liberté, et peut reproduire subrepticement certaines formes de linéarité.

      cette analyse est assez juste, mais elle devrait être développée

    5. ion s’opère souvent sans tenir compte des « propriétés fonctionnelles des supports », des «traditions d’organisation des signes» ou des « formes d’inscription des sujets »(Jeanneret 2001).

      je ne comprends pas cette phrase. Tu fais l'effort louable de synthétiser des théories complexes, mais cette synthèse ne fonctionne pas toujours très bien

    6. t

      s

    7. L’écriture numérique se trouve ici réduite à une évidence et à un caractère intuitif qui la désolidarisent des formes historiques de l’écriture. L

      pas sûr de ce que tu veux dire ici: la question de l'opérativité n'est pas nécessairement liée à l'intuitivité...

    8. écrit d’écran

      citer Jeanneret et Souchier qui ont inventé l'expression

    9. clicare

      cliccare

    1. Somme toute, le choix du support possède un impact assez important sur le message transmis par le tatouage, qui agit d’une certaine façon comme la couleur extérieur

      Dans cette section t reviens à une conception très essentialiste du support et idéaliste du texte ce qui est en contradiction avec le cadre théorique annoncé au début de l'article.

    2. texte est modifié par son support 

      ici tu t'éloigne beaucoup de la théorie de Christin pour qui le support est la condition du texte et non pas quelque chose qui peut le modifier. La conception de Chartier que tu cites est beaucoup plus idéaliste

    3. mais qui couvre l’ensemble de l’univers communicationnel du tatouage.

      un peu prétentieux, non?

    4. Ainsi, quand l’on tente d’appliquer toutes ces notions au tatouag

      tu acceptes la reconstruction de Christin. Il faudrait mieux expliquer pourquoi. Ton résumé de ses positions est un peu scolaire.

    5. e signe-ci

      lourd. J'arrête d'annoter les problèmes de français, mais dans l'ensemble, l'expression aurait pu être un peu plus soignée. Il y a beaucoup d'expressions lourdes, de phrases compliquées et difficiles à suivre et de syntaxes un peu rocambolesques

    6. me

      je, on? il faut décider qui est l'énonciateur

    7. , à travers la pensée de Christin sur l’écriture comme signe.

      il faut mieux introduire le cadre théorique. Pourquoi Christin?

    8. ce fut

      lourd et pas très élégant

    9. sera démontré, dans un premier temps, les caractéristiques

      anacoluthe

    10. malgré la forme peu classique de cette inscription

      je ne comprends pas cette phrase

    11. e

      s

    12. artistique

      le mot "artistique" devrait être défini

    13. tatau

      et ça veut dire quoi?

    14. travail artistique du symbole

      définition pas très claire. Qu'est-ce qu'un "travail artistique du symbole"? Le symbole qui travaille? Un travail avec des symboles (mais tout travail artistique est symbolique, non?)

    1. But why speak of an inquiry into modes of existence? It is because we have to ask ourselves why rationalism has not been able to define the adventure of modernization in which it has nevertheless, at least in theory, so clearly participated. To explain this failure of theory to grasp practices, we may settle for the charitable fiction proposed above, to be sure, but we shall find ourselves blocked very quickly when we have to invent a new system of coordinates to accommodate the various experiences that the inquiry is going to reveal. For language itself will be deficient here. The issue—and it is a philosophical rather than an anthropological issue—is that language has to be made capable of absorbing the pluralism of values. And this has to be done “for real,” not merely in words. So there is no use hiding the fact that the question of modes of existence has to do with metaphysics or, better, ontology —regional matters, to be sure, since the question concerns only the Moderns and their peregrinations.

      Struglle between possibility of pluralism and possibility of reality

    1. Genius de l’annotation d’un exemplaire individuel d’un roman est la diffusio

      justement, cette question n'a finalement pas trouvé une réponse dans ton analyse...

    2. En effet, Christian n’a pas mangé depuis le chapitre 3 » serait très légèrement surligner alors que l’annotation d’un incipit célèbre, ayant donné lieu à de nombreuses analyses, serait surligner en rouge foncé.

      étant donné l'importance de la matérialité de la plateforme, des captures d'écrans auraient aidé à illustrer ton propos. L'ekphrasis a ses limites.

    3. The Great Gatsby un projet sur lequel les créateurs du site ont beaucoup insisté lors de l’expansion du proje

      des liens auraient aidé!

    4. jouter sa propre trace à travers les pages sanctifiés d’un roman

      un peu fort, non? Et un peu générale comme affirmation... j'imagine qu'il y a des étudiants qui annotent ;)

    1. sociologue

      plutôt philosophe

    2. e crée un retard par rapport aux États-Unis et à la France ; Il y a une carence d’inscription du queer sur des supports matériaux et numériques en général ; Une certaine désinformation et de la confusion occurrent en rapport avec une mauvaise vulgarisation en dehors des cercles universitaires et LGBTQ+.

      tu aurais pu mieux démontrer ce manque d'inscription. De quoi on parle? Pourqoi des livres sur le sujet n'ont pas été publiés au Québec? Quelle est la différence avec la France? Le fait que le concept ait une place plus importante dans la littérature aurait pu être développé. Cela me semble une bonne piste.

    3. le aussi assujettie à la primauté du langage, le fait que le livre possède une unité, une frontière matériell

      je ne comprends pas bien d'où sort la question du livre

    4. silence radio

      expression orale

    5. Un texte sur la primauté du langage qui a été très révélateur pour moi est un essai d’Ollivier Dyens Enfanter l’inhumain : Le refus du vivant. Il

      le passage à cette référence théorique aurait pu mieux être intégré dans ton discours.

    6. Je commencerais d’emblée avec cette affirmation : le langage est une toile d’araignée

      Un peu abrupte comme incipit

    1. L’autonomie originelle de l’écriture ainsi suggérée rejoint la valeur ontologique que Platon, d

      l'apparition de Platon est un peu abrupte

    2. a priori

      it

    3. tonome

      remplir la section métadonnées aurait été bien!

    1. ’Anne-Marie Christin, spécialiste de l’histoire de l’écriture. Dans L’image écrite ou la déraison gr

      mieux ici

    2. Je me suis d’ailleurs surprise

      étrange apparition de la première personne comme fonction d'énonciation scientifique...

    3. « écran[, e]space abstrait

      Tu aurais pu mieux situer cette citation. L'usage des textes théoriques aurait dû être contextualisé - ce n'est pas parce qu'on en a parlé en cours que c'est pertinent...

    1. es serveurs privés et formatés à ces fins ; ils dénotent les infrastructures de sécurité mises en place par les États-Unis et la droiture de protocoles auxquels doivent être soumis ceux qui les s

      ici il me semble qu'il faudrait préciser ce qui est matériel. Pas seulement le disque dur, mais aussi, et surtout, les protocoles, les formats, les algorithmes de cryptage etc

    1. 37. Et comme tout ce détail n’enveloppe que d’autres contingens antérieurs ou plus détaillés, dont chacun a encore besoin d’une analyse semblable pour en rendre raison, on n’en est pas plus avancé, et il faut que la raison suffisante ou dernière soit hors de la suite ou séries de ce détail des contingences, quelque infini qu’il pourroit être. 38. Et c’est ainsi que la dernière raison des choses doit être dans une substance nécessaire, dans laquelle le détail des changemens ne soit qu’éminemment, comme dans la source, et c’est ce que nous appelons Dieu.

      Unity of first cause