10 Matching Annotations
  1. Apr 2020
    1. passé 20 ans, notre corps produit de moins en moins de dopamine – ce neurotransmetteur qui s’active à chaque nouvelle expérience et nous aide à mesurer le temps qui passe.

      L'argument de la production réduite de Dopamine n'est pas étayé par une source fiable.

    2. Considérez votre environnement d’adulte : tout y est familier. Vous ne remarquez même plus les détails de votre intérieur ou de votre bureau. Tandis que pour un enfant, tout est nouveau et inconnu : le monde est plein de nouvelles expériences à mener. Son jeune cerveau ne cesse de reconfigurer ses perceptions du monde extérieur, et cette intense activité psychique lui donne l’impression que le temps s’écoule lentement, tandis que pour un adulte englué dans le train-train quotidien, c’est l’inverse.

      aucune source ne vient étayer ce raisonnement.

    3. Plusieurs théories tentent d’expliquer cette sensation d’accélération du temps avec l’âge. L’une d’elle évoque une dégradation progressive de notre horloge biologique, due au ralentissement naturel de notre métabolisme au fil des ans : quand nous vieillissons, notre respiration et nos battements de cœur ralentissent. Chez les enfants, au contraire, le cœur bat plus vite et les poumons s’activent davantage. C’est cette plus grande intensité de l’activité biologique qui leur donne l’illusion d’un temps dilaté.

      Argument de la dégradation de l'horloge biologique.

    4. Pourquoi, en vieillissant, avons-nous l'impression que les semaines, les mois et les saisons passent à toute vitesse ?

      C'est à mon sens la problématique. IED_QA

    5. Une autre théorie suggère que cette sensation est associée à la quantité de nouvelles perceptions auxquelles nous sommes exposés au fil de notre vie. Face à des stimuli inédits, le cerveau met plus longtemps à traiter l’information, ce qui donne la sensation que le temps s’étire : voilà pourquoi ceux qui ont vécu un accident parlent souvent d’une impression de film au ralenti dans les secondes qui précèdent l’événement.

      Argument : quantité de nouveaux stimuli à traiter allongerait notre perception du temps

    6. Alors, activez-vous ! Le temps passe vite… et ça ne s’arrange pas avec le temps.
    7. Cependant, selon l’échelle logarithmique, nous percevons des périodes de durées différentes comme si elles étaient de même durée. En termes de perception du temps, passer de 10 à 20 ans, de 20 à 40 et de 40 à 80 revient exactement au même. Ce qui veut dire – attention, c’est un peu déprimant – que les années vécues entre l’âge de 5 et 10 ans vous paraissent aussi longues que les années qui séparent vos 40 ans de vos 80 ans.
    8. notre rapport au temps est relatif à l’âge que nous avons : pour un petit de 2 ans, une année représente la moitié de sa vie, ce qui explique que la distance entre deux anniversaires semble si longue à un enfant. Pour un marmot de 10 ans, une année ne représente que 10 % de sa vie (il devient alors un peu moins difficile d’attendre son prochain anniversaire), et pour un jeune de 20 ans, une année ne représente plus que 5 % de sa vie. Voilà pourquoi le temps semble s’accélérer avec l’âge.

      Démonstration mathématique de l'auteur. Aucune étude ne vient appuyer cette rhétorique.

    9. Lorsque nous vivons un événement inattendu, le cerveau doit soudain traiter une foule de nouvelles informations et stocke probablement des souvenirs plus riches et plus détaillés qu’à l’accoutumée.

      "probablement" : nous sommes dans le registre de la persuasion. De plus, la source en lien n'est pas fiable.

    10. Dans notre souvenir, l’événement semble alors plus long qu’il ne l’a été en réalité, comme le montre cette expérience menée sur les amateurs de chute libre.

      Source fiable, étude scientifique développée.