7 Matching Annotations
  1. May 2024
    1. Résumé de la vidéo [00:00:07][^1^][1] - [00:18:19][^2^][2] :

      Cette vidéo présente une discussion entre Charles Pépin et Albert Moukheiber sur les discriminations et les biais cognitifs. Ils explorent les raisons pour lesquelles les discriminations existent et comment les préjugés et les stéréotypes façonnent notre perception des autres. Ils discutent également de l'importance de la métacognition et de la réflexion critique pour surmonter ces biais. La philosophie est présentée comme un outil pour déconstruire les préjugés et promouvoir une éthique des petits pas vers le changement.

      Points forts : + [00:00:07][^3^][3] Les discriminations et leur persistance * Les discriminations existent malgré la conscience de leurs impacts négatifs * Les biais cognitifs inconscients jouent un rôle dans la discrimination + [00:01:08][^4^][4] Les biais cognitifs et les stéréotypes * Les biais cognitifs sont des raccourcis mentaux nécessaires mais peuvent mener au racisme lorsqu'ils sont mal appliqués * Les stéréotypes peuvent être utiles dans certains contextes mais nuisibles dans d'autres + [00:02:37][^5^][5] La philosophie contre les préjugés * La philosophie aide à prendre du recul par rapport à nos préjugés * Une approche progressive et réfléchie est nécessaire pour changer les biais cognitifs + [00:04:46][^6^][6] La métacognition et le raisonnement critique * La métacognition est la réflexion sur nos propres pensées et émotions * Le raisonnement critique implique de douter de soi et de faire confiance aux autres + [00:06:01][^7^][7] La confiance et la rencontre * La véritable confiance repose sur la confiance en les autres et en le monde * Une rencontre réussie implique de laisser le réel s'imposer au-delà de nos projections + [00:10:00][^8^][8] Les pensées du troisième ordre et la discrimination * Il est crucial de considérer comment les autres perçoivent notre jugement d'eux * Les biais ont un impact sur les performances réelles et les opportunités des individus Résumé de la vidéo [00:18:20][^1^][1] - [00:19:42][^2^][2]:

      Dans cette partie de la vidéo, Charles Pépin et Albert Moukheiber discutent de l'importance de l'humour et de l'éthique de l'être ensemble dans les interactions sociales. Ils soulignent que l'humour doit être partagé et non aux dépens de quelqu'un pour renforcer les liens sociaux.

      Points forts: + [00:18:20][^3^][3] L'humour dans les interactions sociales * L'humour doit être partagé pour être drôle * Il renforce les liens sociaux quand il est mutuel * Rire avec quelqu'un et non de quelqu'un est crucial + [00:18:40][^4^][4] Réussir à être ensemble * Être ensemble malgré les projections et les biais * Les erreurs et discriminations ne doivent pas nous diviser * L'importance de douter de soi pour mieux s'unir + [00:19:02][^5^][5] La vertu du doute * Douter de soi permet une meilleure ouverture aux autres * Dire "je ne sais pas" et "je t'écoute" favorise l'unité * Être trop sûr de soi peut nuire à l'être ensemble

    1. citation de Daniel 01:13:00 Favre donc l'intolérance des élèves reflète l'incapacité de notre enseignement à valider et valoriser la part irréductible d'expérience subjective de la réalité donc paraît complexe mais ça veut dire que la 01:13:13 réalité telle que je la vois elle est subjective elle est liée à mon expérience et donc c'est pas pour vous juger hein c'est Daniel fav déjà c'est pas moi mais c'est pour dire que c'est l'enseignement dispositif scolaire qui 01:13:25 met pas cette incertitude sociale au centre vous voyez dans les pays scandinaves il y a l'enseignement il est basé sur l'interaction sociale sur la construction collective de la 01:13:38 connaissance ça permet alors après on on en sait rien sur commentment ça se passe dans les dans ces sociétés plus tard mais ça permet de développer une des compétences exécutives les plus luxueuses de ce cerveau qui est celle de 01:13:52 résister à soi
    2. culturellement on valorise la rapidité lesisances des processus mentaux de certains processus mentaux est-ce qu'on peut pas dire et si on valorisait 01:08:44 l'entraînement de la capacité à douter de soi et de ralentir en disant peut-être qu'il y a une autre façon de répondre à cette question
    3. l'exposition à l'art a été démontrée comme entraînant le raisonnement cette cette cette 01:09:21 résistance à l'automatisme l' abstrait parce que justement l'art abstrait euh c'est un art qui porte plusieurs interprétations mais a je peux vous citer plusieurs dispositifs qui permettent le développement de la 01:09:34 capacité à assumer l'incertitude par exemple parler plusieurs langues c'est simple ça veut dire bah ça ça peut s'appeler de 50000 façons différentes selon les langues déjà ça apprend une flexibilité mentale euh il y a donc 01:09:46 l'exposition à l'abstrait moi je moi je pense voilà vous voyez ici que euh notre tolérance à l'ambigué la tolérance à l'ambiguïé qu'à l'enfant devant ce qu'il ne comprend pas tout à 01:09:59 fait diminue pardon augmente avec l'expérience de l'art et avec la pratique de l'art donc ça c'est je vous dis ce qui a été fait comme étude l'art on a 01:10:12 les différentes langues voilà la poésie ça ça développe cette capacité àcher l'incertitude
    1. Alors je ne vais  pas mettre beaucoup de pression sur les parents,   dans ce sens qu'il faut toujours prendre le temps  de dire. C'est à dire oui, les automatismes, c'est   en quelque sorte l'autonomie de l'enfant. C'est  l'autonomie de l'enfant qui fait qu'il fait les   choses rapidement et ça veut dire qu'il apprend  à contrôler, maîtriser son monde. C'est injecter   00:12:11 quand on peut, quand on a le temps, l'énergie et  c'est pour ça que je ne juge pas les possibilités   des parents, des éducateurs même. C'est aussi des  fois une illusion quand on projette des attentes   que l'éducateur doit être toujours là, ou le  parent, ou l'éducatrice présente pour accompagner   00:12:36 cette pensée critique.
    2. https://www.youtube.com/watch?v=UEQ9His3TaM

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:33:12][^2^][2]:

      Cette vidéo présente une interview avec Samah Karaki, experte en neurosciences, qui discute de la pensée critique et de son importance dans l'éducation. Elle explique comment la pensée critique peut être considérée comme une forme d'intelligence et comment elle peut être développée tout au long de la vie.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] Définition de la pensée critique * La pensée critique est vue comme un "muscle mental" qui peut être exercé * Elle permet de réfléchir sur nos apprentissages et de penser de manière critique * Elle est essentielle pour s'adapter et choisir le bon processus mental + [00:07:12][^4^][4] Pensée critique chez les enfants * L'importance de développer la pensée critique dès le jeune âge * L'impact du comportement et des réactions des adultes sur la conception de l'intelligence chez les enfants * Encourager la curiosité et la gestion de l'erreur plutôt que la recherche de la bonne réponse + [00:14:23][^5^][5] Automatismes et confiance en soi * La tendance à survaloriser la confiance en soi et l'estime de soi chez les enfants * L'importance de valoriser l'apprentissage et l'acceptation de l'erreur * La nécessité de distinguer entre l'ego et la valeur humaine de l'enfant + [00:21:24][^6^][6] Intelligence et intelligence artificielle * La complexité et la nature culturelle de l'intelligence * La plasticité du cerveau et l'importance de l'acquis dans le développement de l'intelligence * La critique des tests de QI et la nécessité d'une approche plus nuancée de l'évaluation des compétences

      Résumé de la vidéo [00:33:16][^1^][1] - [00:40:24][^2^][2]:

      Cette partie de la vidéo aborde la pensée critique dans l'éducation et la nécessité de revoir les automatismes, en particulier en ce qui concerne l'évaluation des enfants. Samah Karaki souligne les problèmes liés à l'approche simpliste des tests standardisés et plaide pour des environnements d'apprentissage adaptatifs qui respectent la diversité humaine.

      Points forts: + [00:33:16][^3^][3] Problème de la cause unique * Critique de l'usage des tests simplistes pour expliquer des problèmes complexes * Importance de reconnaître la complexité sociale et individuelle * Nécessité d'adapter l'éducation à la diversité humaine + [00:34:49][^4^][4] Biais de sélection * Discussion sur l'association erronée entre les scores de tests et les traits de personnalité * Mise en garde contre les conclusions hâtives basées sur un échantillon non représentatif * Importance de ne pas généraliser les caractéristiques des enfants à haut potentiel intellectuel (HPI) + [00:36:16][^5^][5] Développement social et saut de classe * Questionnement sur la pertinence du saut de classe pour les enfants à haut potentiel * Importance de considérer le développement social et moteur en plus des compétences académiques * Plaidoyer pour des défis adaptés au sein d'un même environnement éducatif + [00:38:13][^6^][6] Conseils pour aborder l'esprit critique * Approche progressive pour enseigner la pensée critique aux enfants * Importance de la modélisation et de l'exposition à diverses expériences * Valorisation du processus d'apprentissage plutôt que de l'objectif final

  2. Apr 2020
    1. Ainsi, grâce aux activités technocréatives de type participatif, les élèves ont le potentiel de développer des compétences bien adaptées au 21e siècle. À commencer par la pensée critique et la pensée informatique jusqu’à la résolution cocréative de problèmes complexes.

      il s'agit d'une rhétorique, L'auteure s'appuie sur l' enchaînement des trois étages d'argumentation en amont pour emporter l'adhesion et persuader le lecteur, notamment par l'utilisation de l'adverbe "ainsi" pour signifier la conséquence. Egalement L'utilisation de "grâce à" à une connotation positive soit un jugement de valeur qui vient renforcer la persuasion.