25 Matching Annotations
  1. Dec 2019
    1. vivre, écrire et être heureuse

      Encore une triade chez Beauvoir, dans laquelle l’écriture (« écrire ») se loge.

    2. ce qu’il y avait de plus estimable en moi : mon goût de la liberté, mon amour de la vie, ma curiosité, ma volonté d’écrire

      Encore ces pôles dans la vie de Beauvoir :

      • liberté
      • amour (de la vie)
      • curiosité
      • écrire
  2. Nov 2019
    1. Je partageais la révérence qu’inspirait à mes parents le papier imprimé : à travers le récit que me lisait Louise, je me sentis un personnage ; peu à peu cependant, la gêne me gagna. « La pauvre Louise pleurait souvent amèrement en regrettant ses brebis », avait écrit ma tante. Louise ne pleurait jamais ; elle ne possédait pas de brebis, elle m’aimait : et comment peut-on comparer une petite fille [Page 20]à des moutons ? Je soupçonnai ce jour-là que la littérature ne soutient avec la vérité que d’incertains rapports.

      Surgit aussi très tôt la question du rapport entre littérature et vérité; + L'écriture, encore une fois, est tenue en haute estime.

    2. Un soir, devant un ami de mon père, je repoussai avec entêtement une assiette de salade cuite ; sur une carte postale envoyée pendant les vacances, il demanda avec esprit : « Simone aime-t-elle toujours la salade cuite ? » L’écriture avait à mes yeux plus de prestige encore que la parole : j’exultai.

      Il y a à ses yeux un certain prestige dans l'écriture que la parole n'a pas

  3. Dec 2018
    1. il n'est pas possible d'identifier plusieurs niveaux d'énonciation

      Attention, là je crois que tu t'avances trop! Tu dis à la fin du paragraphe: "Selon la théorie de l'éditorialisation il y a des dynamiques scripturales qui font émerger des organisations spatiales desquelles émergent ensuite des éléments qu'on peut hypostasier en auteur, éditeur, support, architexte etc." et je suis d'accord avec cette phrase, qui est un peu le noyau de la méta-ontologie. Mais si les énonciateurs, l'énonciation, voire les dispositifs collectifs d'énonciation émergent, alors ils existent. Mais s'ils existent, pourquoi interdire l'identification de niveaux? Pourquoi appauvrir a priori la description, l'analyse...?

    2. en plaçant la production du sens exclusivement dans le domaine de l'humain

      La production de sens est liée au signe et le signe existe bien sûr bien avant l'humain. Il n'y a qu'à regarder les plantes et les animaux. C'est une évidence que je n'ai peut-être pas rappelée assez fort. Et donc: "Ce n'est pas parce que le symbole commence avec l'humain que le sens commence avec l'humain (ce que je n'ai jamais dit)". La différence entre la niche ou le territoire au sens zoologique, d'une part et la terre au sens anthropologique, d'autre part, vient de deux manières de faire sens et de lire/écrire dans l'espace. Et bien sûr la manière humaine inclut la manière animale, elle ne s'en sépare pas. Là je suis en train d'écrire un article qui reprend tes idées sur l'écriture, l'espace et la méta-ontologie et j'affirme que oui, l'écriture est constitutive de l'être et elle produit de l'espace et elle est pré-humaine. Mais je reste humaniste, c'est-à-dire que je crois toujours que le symbole est un genre particulier de signe, propre à l'humain. Le symbolisme (langue mais aussi musique, sacrifice, économie, etc.) est une manière particulière de produire du sens. Je veux bien que l'on dissipe les grosses oppositions molaires sujet/objet, nature/culture onto/épistémo, etc.... Mais pas au prix d'une indistinction (genre: il n'y a pas de différence entre X et Y...), au contraire: on le fait pour introduire des distinctions plus fines, plus petites que la taille de X et Y, transversales à X et Y, etc... Et puis n'oublions pas que tout ce que nous faisons dans ce champ philosophique et conceptuel a une portée existentielle, esthétique, politique. Il n'y a pas de vérité objective de tout ce travail conceptuel, c'est plutôt de la création culturelle. Quels sont les enjeux?

  4. Nov 2018
    1. l'écriture permet l'exteralisation de quelque chose qui semble proprement humain - et donc non externalisable, à non externaliser.

      est ce qu'il ne serait pas plus juste de parler ici d’extériorisation plutôt que d'externalisation. L'extériorisation fait référence à Leroy Gourhan et à ce processus par lequel l'homme se projette à l'extérieur de lui-même dans la technique, qui lui survit. L'écriture est une énième forme de technique, sans doute la plus aboutie dans la mesure où elle excelle dans cette fonction de mémoire et de transmission surpassant les limites biologiques de la vie. Du Stiegler des premières heures, voir https://hyp.is/m6eAdOL1EeiqL7eCgZ43wg/www.cairn.info/revue-les-cahiers-de-mediologie-1998-2-page-187.htm

  5. Jun 2017
    1. C’est ce manque qui engage sans doute le mouvement et permet de penser l’écriture numérique comme débordement.

      multiplicité/multiple : non-totalisable, non-dénombrable : mise en mouvement.

    2. L’écriture numérique n’invente pas la plasticité de l’écriture mais expérimente de nouvelles formes de délinéarisation et d’écriture comme milieu.

      l'écriture comme milieu !

    3. L’expérience littéraire du Général Instin n’est sans doute pas unique. Instin n’invente évidemment pas l’écriture collective, le déplacement des formes et leurs interrelations. En revanche, la durée dans laquelle s’inscrit le projet lui donne une épaisseur et une dimension rare sinon inédite.
    4. C’est la généalogie du manque qui ouvre l’aventure d’écriture. Chaque geste d’écriture, chaque acte artistique qui se saisit de la figure du Général Instin est une manière de donner forme à ce fantôme, de donner corps à ce manque.

      Ce geste d'écriture relève de l'action dispositive (Merzeau)

    5. L’immense work in progress que constitue l’aventure collective du Général Instin répond à une logique d’écriture qui ne scinde pas les champs ni les espaces de création.
  6. Mar 2017
    1. Comme toute marque, enfin, les youtubeurs sont tendus entre répétition et innovation : si la première est nécessaire, pour être identifiée sous une catégorie (« humour », « cuisine », « beauté », « jeux vidéo », etc.), elle peut conduire à la lassitude et trahir un manque de créativité.
    1. Ils déterminent la pensée et l’écriture

      "déterminent" à discuter car le dispositif pré-dispose certes, mais accueille aussi des pratiques non déterminées par lui.

  7. Aug 2016
    1. writing, in digital space, is building

      Oui, écrire est construire, ce n'est pas "matériau de construction"

    2. Other practices

      écriture en effet, mais d'une autre nature. Intentionnalité, voir discussion sur l'intentionnalité..

    3. Following Paul Mathias12, the web should be considered fundamentally as writing

      P. Mathias, “De La Dychtologie.” In Regards Croisés Sur L’Internet, edited by Eric Guichard, ENSSIB, 2011, p. 55–67.

    4. digital space is the organization of the totality of our reality thanks to writing

      l'écriture permet à l'espace numérique d'organiser la totalité de notre réalité

    5. representations are only imitations of reality, but these imitations are frozen frames of moving life, and therefore useless and fake

      jusqu'à ce qu'un autre s'en empare et s'en inspire pour produire autre chose..

    6. writing means making still what is moving

      même critique de l'oralité sur l'écriture

    7. are code

      amalgame entre écriture et code..

  8. Jul 2016
    1. le caractère essentiellement scriptural de la plupart des activités connectées

      écriture en premier lieu

  9. Jun 2016
  10. screen.oxfordjournals.org screen.oxfordjournals.org
    1. Michel Foucault raised another problem in his lecture: that ofecriture. I think it is better to give this discussion a name, since Iexpect that we have all been thinking of Derrida and his system.We know that Derrida is attempting (a gamble which I find para-doxical) to elaborate a philosophy of writing, while at the sametime denying the existence of the subject. This is all the morecurious since this concept of writing is otherwise very close to thedialectical concept of practice. To quote but one example amongothers: I can only agree with him when he tells us that writingleaves traces which eventually efface themselves; it is the propertyof every practice, be it the construction of a temple, which dis-appears after several centuries or millenia, the opening of a road,the altering of its course or, more prosaically, the manufacture of acouple of sausages which are then eaten

      Ties the discussion of ecriture to derrida.

    2. Another thesis has detained us from taking full measure of the 17author's disappearance. It avoids confronting the specific event thatmakes it possible and, in subtle ways, continues to preserve theexistence of the author. This is the notion of icriture. Strictlyspeaking,.it should allow us not only to circumvent references toan author, but to situate his recent absence. The conception oficriture, as currently employed, is concerned with neither the actof writing nor the indications, as symptoms or signs within a text,of an author's meaning; rather, it stands for a remarkably profoundattempt to elaborate the conditions of any text, both the conditionsof its spatial dispersion and its temporal deployment

      écriture is a fasle way of stepping around the problem in literary criticism, because it simply defers the identity of the author, without stopping treating the author as a unit. But it might be a solution to science writing, in that a credit system, for example, doesn't need an author-function to exist.