283 Matching Annotations
  1. Last 7 days
    1. déliquescence.2

      En français, l’appel de notes s’insère avant la ponctuation (vous le faites à certains endroits, à d’autres non; li faudrait être cohérent(e)!)

      Si je fais des remarques aussi stupides, c’est parce que je dois éditer des centaines de textes mal typographiés – aussi bien le dire à mes camarades (qui publieront demain) dès aujourd’hui!

    1. .7

      C’est mineur, mais en français, l’appel de notes s’insère avant la ponctuation.

      (Si je fais chier avec des remarques aussi stupides, c’est parce que je dois traiter des centaines de textes mal typographiés – aussi bien le dire à mes camarades dès aujourd’hui!)

    2. ´

      Faites gaffe, vous avez tapé des « forward-tick » (l'équivalent de l'accent aigu, sans la lettre en-dessous) partout au lieu de l’apostrophe!

      Je vous enjoins rapidement de trouver le bon caractère (l’apostrophe) sur votre clavier!

    1. la littérature et la philosophie comme sources de vie

      En pleine contradiction avec votre conclusion!

      Vous concluez que l'intérêt pour la philo et la littérature naît de l'amour pour la vie, alors que vous titrez que la philo et la littérature sont des « sources de vie »!

      Autrement dit :<br> dans le titre, la vie a deux sources, soit la littérature et la philosophie;<br> dans la conclusion, la littérature et la philosophie ont comme source l'amour pour la vie!

    2. son intérêt pour la philosophie et son intérêt pour la littérature naissent du même amour inépuisable qu’elle a pour la vie.

      L'argument mériterait d'être appuyé!

      Schématiquement, ça donne ça :

      1. (prémisse) amour pour la vie
      2. → (donc) intérêt pour la philo + intérêt pour la littérature

      Logiquement :

      • V : amour pour la Vie
      • P : amour pour la Philosophie
      • L : amour pour la Littérature
      V → (P & L) (hypothèse)
      V. (prémisse)
      ---
      P & L (conclusion)
      

      Certes, Beauvoir mentionne à plusieurs moments des triades concernant notamm. l'écriture, l'amour et la vie, mais cette conclusion me paraît vraiment hâtive!

    3. Selon Sylvie Le Bon De Beauvoir,

      il manquerait une virgule!

    4. »6

      En français, on insère normalement l'appel de notes avant la ponctuation (vous le faites plus tôt; il s'agirait simplement d'être cohérente! 😉)

    5. Elle est libre de choisir son avenir, de devenir une intellectuelle

      Oui et non! Je ne pense pas qu'elle était si « libre » que vous le laissez entendre – d'autant plus que la mère de Beauvoir était beaucoup moins coopérative que le père, sans compter le contexte social dans lequel elle se situait!

    6. mariage arrangé

      Un « mariage arrangé », vraiment?

      Certes, les femmes se marient vite et tôt, mais je confronterais cette réalité avec celle des « vrais » mariages arrangés (par exemple, d'adolescentes de 14 ans avec un homme plus âgé qu'elles n'ont jamais vu, choisi par les parents…)

    1. Si les divinités sont vides et fumeuses, c’est que la philosophie l’est aussi

      Drôle d'argument (implication logique) :

      Si les divinités sont vides et fumeuses, alors la philosophie l'est aussi.

      A → B (hypothèse)
      A. (prémisse)
      ---
      B. (conclusion)
      

      Drôle d'hypothèse!

    2. oe

      C'est mineur, mais ce genre de caractère mérite une ligature (œ).

      Sur un Mac, c'est option + q. Sur windows, bah tu peux copier-coller avec ce cheatsheet utile.

    3. coincé dans des fantasmes

      Curieuse expression!

    4. compte

      les apparences qui comptent ;)

    5. Il y a une critique de la culture contemporaine car elle corrompt les jeunes et le peuple,

      car qui corrompt les jeunes – la critique ou la culture? (ambiguïté syntaxique, même si le lecteur comprendra)

    6. nouveauté

      nouveautés (lesquelles?)

    1. scindé

      qui s’est scindée? => la rationalité!

    2. c’est

      faute : s’est

    3. à outrance

      Ça va loin ton affaire… est-ce si « outrant » que Platon aie tant recours à des mythes?

    4. et le fait que sa structure interne l’oblige à parler d’éléments contingents

      j'imagine que c'est ça, le « deuxième défaut majeur »?

      Il devrait être introduit avec la même structure que le premier!

    5. qui semble a priori fausse, vraisemblable

      fausse et vraisemblable ne sont pas synonymes! Il manquerait un marqueur de liaison ou un connecteur logique (ex. « fausse, bien que vraisemblable »)

    6. SOCRATE. -

      Toute cette section rapportée mériterait d'être sous forme de « blockquote » (bloc de citation), laquelle se traduit généralement par une mise en retrait.

    7. logos

      À la limite, dialectique serait plus approprié (le logos est un aspect du discours)

    8. [1].

      Ce n'est pas ainsi que l'on fait les citations!

      D'abord, il faudrait citer sémantiquement avec la clef (ex. @brisson_1982) et non simplement recopier du texte en note de bas de page – mais les tutoriels de Marcello ne sont pas clairs 🙃

      Ensuite, pour appeler une note de bas de page, la syntaxe est la suivante (avec le ^):

      [^1]
      
      ...
      
      [^1]: Ma note de bas de page
      
    1. Ainsi, la philosophie est représentée comme une pensée figée, unificatrice et abstraite (elle ne construit pas), alors que la littérature saisit la vie, est pensée mouvante, potentielle, infinie - elle fait quelque chose

      Ce paragraphe a la qualité d'être très clair et très agréable à lire!

    2. saisir la sensibilité et la vie, là où la philosophie n’a nul pouvoir

      « nul pouvoir » : ça me paraît fort comme conclusion finale, mais c'est probablement juste!

      (la philosophie, prétendue reine de toutes les disciplines, serait attristée d'apprendre qu'il est un lieu où elle n'a aucun pouvoir… snif)

    3. Gravures au burin, 1961, par C.P. Josso

      Magnifique!

      Chapeau pour les images!

    1. l’imaginaire, en littérature, a le pouvoir de construire le réel, et c’est cela qui constitue la plus grande qualité de l’écriture qui, en répondant à sa propre logique matérielle et non à des idées abstraites extérieures à elle-même, se dote d’un pouvoir créateur.

      Je trouve ce passage très juste, et dont le propos est très pertinent!

    2. constructiviste

      Coïncidence : je parle de philosophie constructiviste chez Beauvoir.

    1. L’union entre les arts

      Aahhh là tu parles :)

    2. non-exempte

      Le trait d'union s'insère entre deux termes d'un nom; dans le cas d'une fonction d'adjectif, on ne mettrait pas de trait d'union.

    3. C’est possible, on peut en douter, c’est dogmatique.

      Je trouve ta façon de faire de la philosophie peu rigoureuse.

      « Possible, dogmatique »?

      WTF? As-tu quelque chose pour appuyer l'introduction d'une telle contradiction?

    4. Cela implique une volonté d’atteindre l’absolu.

      Là encore, le saut logique de l'hypothèse à la conclusion est vertigineux!

    5. qui oblige à la philosophie

      Drôle d'argument! Arriver à une telle conclusion me paraît syllogistiquement ambitieux (voire douteux).

    6. du Le cimetière marin

      Dans de telles situations, je crois qu'on peut enlever le déterminant original, ce qui devient : « du Cimetière marin »

    7. voir

      voire?

    8. l’antipode de l’entreprise symboliste, qui revendique et légitimise l’inverse de ce paradigme

      Selon qui? Selon le symbolisme? Qui donc revendique ce genre de chose et peut parler au nom du symbolisme?

    9. « les modalités du dialogue artistique dans la période de Mallarmé et Debussy [qui] visaient à maintenir l’indépendance entre poésie et musique »1

      Il manque un point à la phrase.

      Aussi, la référence pourrait être citée directement (sans note de bas de page)

    10. C’est un motif très répandu parmi le symbolisme de s’élever au-dessus des masses.

      Cette formulation est problématique :

      parmi le symbolisme

      non, plutôt : « parmi les symbolistes »

  2. Dec 2019
    1. – Un sujet très répandue au XVIII : lier la vertu et le bonheur (d’ ailleurs un sujet qui a été traité assez profondément par Aristote dans l’ Éthique à Nicomaque)

      – Le périple de Candide est constitué d´un grand catalogue de mésaventures . Une encyclopédie du mal serait plutôt dans les trois versions de la Justine de D.A.F. de Sade

      – La philosophie de l´optimisme de Pangloss est expérimenté par Candide. (La connaissance au XVIII se fait par l’ observation et par l’ expérience)

      – Sur le mal. Voltaire vs Leibniz. Voir: SUSAN NEIMAN. Evil in modern thought : an alternative history of philosophy. Princeton, N.J. : Princeton University Press, 2002.

      • Premier manuel des règles de l´art poétique.
      • La poésie est de l´imitation.
      • C´est l´objet imité qui définit le genre de poésie.
      • Mise en scène : tragédie et comédie
      • L´imitation d´une action = fable
      • La tragédie porte sur l´action des personnages représentant des êtres meilleurs (la noblesse, les dieux) dont l´histoire est grave. Une narration dont le but est de susciter de la pitié et de l´terreur qui entraînent la purgation des passions.
      • La comédie, sur des êtres pires (tous ceux qui ne sont ni nobles ni dieux) faire rire par l´exposition du ridicule.
      • Par rapport à l´étendue : Une action parfaite : début + milieu + fin
      • La poésie porte sur les généralités, l´histoire sur des détails.
      • Il faut que les généralités mises en action par la poésie soient vraisemblables ou nécessaires dans le contexte d´une fable donnée.
      • Une mauvaise fable est composée d´épisodes, c´est-à-dire de façon non enchaînée, (sans considérer ni la vraisemblance ni la nécessité)
      • Action complexe : construite par péripétie suivie de reconnaissance qui résultent dans un évènement pathétique
      • Une péripétie : passage enchaîné d´un état à un autre état (celui-ci opposé au premier) pour causer de la pitié et de la terreur. (renversement de la condition d´un ou de plusieurs personnages). Fondamental pour une bonne tragédie.
      • Évènement pathétique (souffrance d´un ou plusieurs personnages)
      • Une fable parfaite : une imitation d´actions des êtres meilleurs, qui par une grave erreur ont leur vie changée (du bonheur au malheur) dans le but de promouvoir les sentiments de pitié et de terreur au public.
      • Cohérence : les mœurs s´accordent aux êtres imités. Dans la tragédie, des êtres meilleurs ont de bonnes mœurs. Dans la comédie, des êtres pires, ont des mauvaises mœurs
      • Formes d´arriver à la reconnaissance : par signes, par souvenir, créée par le poète, tirée d´un raisonnement, par l´enchaînement des faits
      • Dans une fable, les impossibilités vraisemblables sont préférables aux possibilités improbables
    1. Corrompre les jeunes > que Socrate fait, comme les sophistes est de mettre en question les valeurs. Les sophistes avaient l’idée que tout est argumentable. Pour Socrate « je ne sais pas ce qui est vraie, cherchons-le-nous ensemble », donc il met en question les valeurs majoritaires et traditionnels.

      • L´imitation est toujours faillible. Selon les degrés de rapport avec l´idéal, l´art occupe la dernière place.
      • L´imitation amène à l´illusion et finalement, à la tromperie
      • La poésie est agréable, dangereuse et elle suscite des passions.
      • L´homme sage ne se laisse pas emporter par les passions.
      • Caricature des philosophes, des dieux
      • Il est absurde et inutile d´étudier la philosophie parce qu´elle ne sert à rien d´utile. Ce que Sokratès de Mêlos, et Khæréphôn connaissent n´a pas d´importance.
      • Si on laisse aux philosophes de discuter de la justice, on met les traditions en danger. Si les traditions, les dieux, la famille, la justice l´est aussi; car, l´unique justice possible est celle des dieux.
      • La philosophie et le sophisme sont en fait la même chose. L´étude de la philosophie n´est rien de plus que l´étude la rhétorique. L´art de bien parler pour apprendre à tromper les autres. Ainsi, le discours, comme métaphore de la philosophie, peut tout mettre en question et élaborer une pensée détournée . Donc, par la philosophie, il est impossible d´arriver à la justice
    1. Les Nuées sont des divinités d’une pensée progressiste > Par exemple, elles disent que les dieux traditionnels n’existent pas. Aristophane met en questions des choses religieuses. Il aussi est en danger par rapport aux valeurs traditionnels > Aussi Simone de Buvoir critique l’irrationnel de la société bourgeoise.

    2. rès adroitement. Il a fait fondre de la cire, puis il a pris la puce, et il lui a trempé les pattes dedans. La cire refroidie a fait à la puce des souliers persiques ; en les déchaussant, il a mesuré l’espace.

      La recherche philosophique qui ne porte à rien > s’interroger sur combien saute la puce, est une question que ne porte à rien. Mais aussi aujourd’hui est présent > on croit qu’est inutile.

      Paradoxe de la critique des valeurs traditionnels > quelle est la frontière de la capacité de mettre tout en question et d’avoir encore des valeurs. Aristophane voit à quel point la pensée critique peut devenir un danger parce qu’elle nous laisse sans appuis.

    1. j’entrais dans le grand circuit humain où, pensais-je, chacun est utile à tous
    2. En écrivant une œuvre nourrie de mon histoire, je me créerais moi-même à neuf et je justifierais mon existence.

      Ce passage revient à nouveau! (p. 187)

    3. En écrivant une œuvre nourrie de mon histoire, je me créerais moi-même à neuf et je justifierais mon existence.

      L'existentialisme de Beauvoir, par la littérature, tout crachée!

    4. je refusais farouchement la vie qui attendait la future Mme Laiguillon

      Intertexte contemporain : Surtout, ne l’appelez pas Mme Duvernay-Tardif (Florence Dubé-Morneau, conjointe d’un joueur de football très populaire).

    5. conciliait tout

      Satisfaction d'atteindre une globalité, une compatibilité universelle.

      (Son alliance avec Sartre est d'ailleurs une autre manifestation de sa « conciliation » : partager la vie d'un homme en préservant toute l'émancipation sexuelle, en-dehors de l'institution religieuse et dogmatique du mariage).

    6. j’acceptais mon « incarnation » mais je ne voulais pas renoncer à l’universel

      Dualité entre particulier (Beauvoir accepte son « incarnation particulière », voire singulière – c'est un euphémisme!) et universel.

    7. je récusais les vérités qui ne reflétaient pas un absolu. Je ne voulais céder qu’à la nécessité

      L'idée d'absolu et de nécessité guident le projet littéraire de Beauvoir (qui écrit par nécessité, pour donner une valeur, un sens à son existence; il y a un étroit rapport, voire une fusion entre sa vie et son écriture).

      Ce passage n'a pu qu'être écrit rétrospectivement!

    8. C’est que je venais de faire une cuisante découverte : cette belle histoire qui était ma vie, elle devenait fausse au fur et à mesure que je me la racontais.

      Le passage est en écho à celui-ci (p. 222) :

      Ma vie serait une belle histoire qui <mark>deviendrait vraie au fur et à mesure que je me la raconterais</mark>.

      Oups! Beauvoir se rend compte (avec lucidité, en rétrospective) de la fiction qu’elle écrivait!

    9. Mystère et mensonge des journaux intimes

      Beauvoir écrit un roman autobiographique, censé refléter sa fidèlement sa vie (écriture et vie réelle débordent sans cesse l’un sur l’autre).

      Beauvoir ayant consigné beaucoup de carnets de jeunesse, on pourrait penser que ceux-ci préfiguraient à l’écriture des Mémoires (autobiographiques); or, « ces journaux intimes ne disent pas tous la vérité<sup>1</sup>! »


      1. Golay, Annabelle Martin. Beauvoir intime et politique: La fabrique des Mémoires. Presses Universitaires du Septentrion, 2017, p. 141.
    10. Je me rêvais l’absolu fondement de moi-même et ma propre apothéose.

      Phrase très forte qui traduit le désir d’émancipation, d’autonomisation (« devenir sa propre cause et sa propre fin », p. 187), voire d’autofondation (ce qui n’est pas sans avoir des références philosophiques très importantes).

    11. J’avais toujours préféré la réalité aux mirages

      Affinité de Beauvoir pour la vérité (« réalité ») par opposition aux mirages, à l’illusion (à la fiction? quel rapport à la littérature dans ce cas? est-ce que la littérature chez Beauvoir, sans refuser la fiction, doit d’abord se subordonner à la réalité? le roman autobiographique en serait un exemple assez tangible…)

    12. vivre, écrire et être heureuse

      Encore une triade chez Beauvoir, dans laquelle l’écriture (« écrire ») se loge.

    13. Je découvris que j’avais une démarche, une voix : c’était nouveau.

      Beauvoir relève sa propre singularité.

    14. sur ce point son attitude différait à peine de celle de mon père

      Beauvoir contre le regard des hommes (y compris celui de son père)

    15. Mais le fait est que je gardais une idée quasi religieuse de ce que j’appelais « ma destinée ».

      Toujours ce vocabulaire pénétré de religion, auquel Beauvoir mêle fluidement la question de sa vocation (« sa destinée »).

    16. Il me répéta que notre société ne respecte que les femmes mariées.

      Trace forte de l’imaginaire social de l’époque.

    17. j’étais acceptée par son clan

      L’acceptation sociale (notamment par des hommes, et a fortiori par des hommes érudits) est importante pour Beauvoir.

    18. Mais quelque chose finissait.

      Beauvoir ne veut pas d’une existence cul-de-sac (c’était le cas par exemple avec Jacques, avec lequel elle deviendrait « Mme Languillon »).

      Si quelque chose doit finir, elle doit s’en détacher (par exemple, se marier et devenir la femme de quelqu’un sans rien de plus); elle souhaite progresser à l’infini.

    19. Il ne s’enracinerait nulle part, il ne s’encombrerait d’aucune possession : non pour se garder vainement disponible, mais afin de témoigner de tout.

      Le non-enracinement laisse libre cours à la liberté (et ne force pas la contingence à s’installer dans quelque particularisme – Sartre peut déployer sa pensée partout dans le monde, et pas seulement là où il ferait pousser ses racines).

    20. la passion tranquille et forcenée qui le jetait vers ses livres à venir

      Ce qui importe, c’est la pensée sous forme de livres (toujours ce lexique de la forme – on n’arrive pas à concevoir ou à matérialiser la pensée autrement que par des livres…)

    21. ce qu’il y avait de plus estimable en moi : mon goût de la liberté, mon amour de la vie, ma curiosité, ma volonté d’écrire

      Encore ces pôles dans la vie de Beauvoir :

      • liberté
      • amour (de la vie)
      • curiosité
      • écrire
    22. Sartre au contraire essayait de me situer dans mon propre système, il me comprenait à la lumière de mes valeurs, de mes projets

      Le regard de Sartre sur le « système » de Beauvoir suggère sa dimension philosophique (la philosophie comme système, unifié avec ses propres principes).

    23. celle de l’univers entier

      Beauvoir infère une vérité plus grande, plus totale – voire cosmologique – celle de l’« univers entier »!

    24. L’œuvre d’art, l’œuvre littéraire était à ses yeux une fin absolue ; elle portait en soi sa raison d’être

      Existentialisme de l’œuvre d’art (notamment littéraire), d’où une certaine nécessité de l’art (comme source de vérité, comme révélation).

      C’est aussi, paradoxalement, quelque chose de fini (c’est la « fin absolue »); le constat est surtout paradoxal lorsque confronté à son pendant religieux (la fin ultime comme Dieu). La connotation est aussi théologique que philosophique.

    25. ses idées sur l’être, l’existence, la nécessité, la liberté

      Thèmes importants, récurrents dans la philosophie de Sartre ainsi que dans celle de Beauvoir :

      • idées
      • être
      • existence
      • nécessité
      • liberté
    26. théorie de la contingence

      Autrement dit : la phénoménologie existentialiste de Sartre.

    27. C’était la première fois de ma vie que je me sentais intellectuellement dominée par quelqu’un.

      Signe de subordination à Sartre.

    28. brutale liquidation

      La « liquidation » est chose brutale et violente (ce qui surprend Beauvoir), mais elle est quand même nécessaire.

    29. la contingence n’était pas une notion abstraite, mais une dimension réelle du monde : il fallait utiliser toutes les ressources de l’art pour rendre sensible au cœur cette secrète « faiblesse » qu’il apercevait dans l’homme et dans les choses

      Sartre, contrairement à d’autres philosophes (qui refusent la contingence par opposition à la nécessité), s’intéresse aux potentialités de ce qui est contingent (caractéristique essentielle de l’art), et notamment pour « rendre sensible » (Hume prêchait en ce sens avec la sympathie).

    30. Il aimait autant Stendhal que Spinoza et se refusait à séparer la philosophie de la littérature.

      Sartre considérait conjointement la littérature et la philosophie.

    31. et j’avais pensé avec regret que c’était un monsieur marié, très lointain, pour qui je n’existerais jamais

      L’existence se manifeste sous la forme du mariage, aux yeux de l’homme – par une espèce « d’existentialisme du mariage »! (ce philosophisme est de moi, à prendre avec un grain de sel).

    32. il paraissait vivre ailleurs que dans les livres

      Beauvoir, obsédée par la littérature, reproche aux hommes (comme Sartre) de « vivre dans les livres », de manière détachée de la réalité.

      Cette forme d’existentialismeparaître vivre ailleurs que dans les livres ») que Beauvoir relève chez Herbaud, semble être une qualité.

    33. en fait j’en restais barbouillée ; les tabous sexuels survivaient

      Beauvoir prétend se sortir du catholicisme, et pourtant des traces bien vivantes de la religion continues de la hanter (comme les tabous sexuels)

    34. Mais j’aurais bien voulu qu’un secours me vînt du dehors

      Beauvoir attend un « secours extérieur », ce qui va à l'encontre de son désir d'autonomie…

      (Attend-elle Sartre?)

    35. je commençai « mon livre »

      Genèse de l'auteure

    1. p.126 > incapacité d’articuler le spectacle de l’Aleph - l’incapacité de le représenter à l’aide du langage. En essayant de décrire Aleph, Borges répète la phrase «J'ai vu» plusieurs fois en un seul paragraphe, comme si, à travers l'anaphore et l'accumulation de détails, il pouvait capturer l'émerveillement d'Aleph et confirmer ainsi la véracité de son expérience.

    1. comme elle l’avait toujours voulu
    2. a révolutionné le social par l’intime

      Beauvoir cherche à universaliser son expérience personnelle : elle affirme haut et fort sa singularité, pour pouvoir tenir un discours qui parle à tous.

    3. oeuvre utile

      L’implication philosophique de Beauvoir n’était pas simplement une théorie, mais bien une pratique, qui plus est utile (entraînant la révolution).

    4. Écrivant aussi pour se comprendre et pour arriver à une universalité concrète

      Écrire pour se comprendre.

      Fin : l’universalité (« concrète »)

  3. Nov 2019
    1. Je revenais à mon livre, à la philosophie, à l’amour.

      Triangle de la vie de Beauvoir : livre (écrire), philosophie (penser), amour (aimer…)

      Sa vie tourne autour de ces trois pôles.

    2. contrecœur à prononcer le nom de Kant

      Encore Kant – qui revient si souvent, c’en est gênant.

    3. Mal attifée, peu soignée

      Beauvoir se préoccupe de sa beauté (ce qui ne la complexait pas tant lorsqu’elle était plus jeune).

    4. dans le chœur des approbations, ce mutisme était subversif

      Beauvoir contestataire.

    5. mobilisation des femmes

      Beauvoir accepte-t-elle d’étendre l’égalité des sexes à la sphère militaire?

    6. et avec ferveur Nietzsche

      Beauvoir lit plusieurs philosophes, mais pourquoi son obsession (récurrente) pour Nietzsche?

    7. Pour Jacques, se marier, c’était décidément faire une fin et moi je ne voulais pas en finir

      Beauvoir ne veut pas « finir » sa vie comme « simple femme », (la « future Mme Languillon, p. 305).

      Beauvoir veut pouvoir progresser (peut-être à l’infini, sans bornes), et c’est pourquoi elle veut un mari « plus parfait » qu’elle (comme Sartre, qu’elle admire).

    8. rien n’a besoin d’être

      Question d’ontologie et de nécessité : l’existence n’est que contingente (et n’a rien de nécessaire), selon le constat de Beauvoir (qui a probablement lu l’Être et le néant de Sartre…)

    9. dans mon impatience j’universalisais mon cas particulier

      Mélange de Kant et d’existentialisme.

      (On retrouve l’universalisme de Kant, avec son dogmatisme : ne pas se poser trop de questions et s’en remettre aux principes généraux).

    10. Je continuai à subordonner les questions sociales à [Page 312]la métaphysique et à la morale : à quoi bon se soucier du bonheur de l’humanité, si elle n’avait pas de raison d’être ?

      Les questions sociales et la politique sont inférieures à la « métaphysique et la morale » (autrement dit, la philosophie).

      philosophie > politique
      

      Beauvoir lance ici une question existentialiste« à quoi bon se soucier du bonheur de l’humanité, si elle n’avait pas besoin d’être? »

    11. La philosophie avait fortifié ma tendance à saisir les choses dans leur essence, à la racine, sous l’aspect de la totalité ; et comme je me mouvais parmi des abstractions, je croyais avoir découvert, de façon décisive, la vérité du monde.

      Beauvoir explicite l’influence de la philosophie sur sa manière d’avoir une « saisie » sur le monde, dans les termes de la philosophie (« essence », « racine », « totalité », « abstractions »).

      L’aboutissement de ce constat, celui de « croire avoir découvert, de façon décisive, les <mark>vérités du monde</mark> », demeure rhétorique (elle » croit », mais n’en a pas la certitude; oxymore avec « façon décisive »…)

    12. Je décidai que j’allais consacrer les prochaines années à chercher avec acharnement la vérité.

      Beauvoir énonce sa vocation de philosophe.

    13. Je partageais la révérence qu’inspirait à mes parents le papier imprimé : à travers le récit que me lisait Louise, je me sentis un personnage ; peu à peu cependant, la gêne me gagna. « La pauvre Louise pleurait souvent amèrement en regrettant ses brebis », avait écrit ma tante. Louise ne pleurait jamais ; elle ne possédait pas de brebis, elle m’aimait : et comment peut-on comparer une petite fille [Page 20]à des moutons ? Je soupçonnai ce jour-là que la littérature ne soutient avec la vérité que d’incertains rapports.

      Surgit aussi très tôt la question du rapport entre littérature et vérité; + L'écriture, encore une fois, est tenue en haute estime.

    14. chaque fois qu’il m’arrivait quelque chose, j’avais l’impression d’être quelqu’un.

      La question de l'identité (et non seulement d'être quelque, mais de ne pas être n'importe qui) est présente très tôt chez de Beauvoir

    15. Je découvris avec dépit combien la gloire est éphémère.

      Gloire enfantine

    16. Un soir, devant un ami de mon père, je repoussai avec entêtement une assiette de salade cuite ; sur une carte postale envoyée pendant les vacances, il demanda avec esprit : « Simone aime-t-elle toujours la salade cuite ? » L’écriture avait à mes yeux plus de prestige encore que la parole : j’exultai.

      Il y a à ses yeux un certain prestige dans l'écriture que la parole n'a pas

    17. Soudain l’avenir existait ; il me changerait en une autre qui dirait moi et ne serait plus moi.

      La persistance du Soi

    18. Cependant, si elle échouait à m’expliquer l’univers et moi-même, je ne savais plus trop que demander à la philosophie

      Lisez Critique de la raison pure de Kant, et vous ne trouverez aucune réponse (c’est le punch très décevant du canon).

    19. Sa perfection excluait sa réalité.

      <mark>KANT : l’existence n’est pas un prédicat réel</mark> (exister n’ajoute ni n’enlève rien au concept – l’existence ou non des licornes ne change rien à la définition d’une licorne – in your face, Descartes).

      L’existence n’est donc pas une qualité (on peut l’exclure de la définition de l’être parfait, Dieu).

    20. J’avais imaginé que la loi morale tenait de lui sa nécessité : mais elle s’était si profondément gravée en moi qu’elle demeura intacte après [Page 183]sa suppression. Loin que ma mère dût son autorité à un pouvoir surnaturel, c’est mon respect qui donnait un caractère sacré à ses décrets.

      Kant!

    21. « Être un auteur célèbre. »

      Ouh, c’est explicite.

      (hey, Beaver, autrice, ça te plairait?)

    22. je servirais l’humanité

      Autre trace de la vocation (future) de Beauvoir.

    23. être ma propre cause et ma propre fin

      Il y a quelque chose de Spinoza peut-être dans cette idée de cause et de fin.

      Quoi qu’il en soit, Beauvoir recherche l’autonomie.

    24. mon entreprise fondamentale : m’approprier le monde.

      Beauvoir cherche à avoir une saisie sur le monde; c’est sa mission, sa vocation, son entreprise.

      Par quels moyens progressera-t-elle vers cet objectif?

    25. il était d’emblée le modèle de ce que je voulais devenir : donc il l’emportait sur moi

      Beauvoir montre déjà une déférence vis-à-vis de son compagnon de vie.

    26. j’avais l’ambition de progresser à l’infini

      Beauvoir évoque le caractère difficilement saisissable (et potentiellement sans fin, infini) du devenir, du moi en changement.

    27. l’homme prédestiné

      Beauvoir s’exprime déjà en termes téléologiques : même « l’homme de sa vie » est prédestiné…

    28. avec une élégance que je jugeai inégalable

      Beauvoir montre de la déférence pour une littérature qu’elle se sent incapable d’égaler (au point de recopier la page sans l’amender).

    29. la théorie du « coup de foudre sacramentel » : à la minute où les fiancés échangent devant le prêtre le oui qui les unit, la grâce descend sur eux, et ils s’aiment

      Amour et religion se mêlent inextricablement dans cet imaginaire social.

    30. cette indifférence même et la sécheresse de sa voix me révélèrent qu’elle n’avait pas une once d’affection pour moi

      L’affection (comme signe d’estime des autres) est importante pour l’estime de Beauvoir.

    31. Ma conscience, d’où sortait-elle ? d’où tirait-elle ses pouvoirs ?

      Réflexion authentiquement philosophique : philosophie de l’esprit, métaphysique, tentative d’auto-réflexivité.

    32. dogmatisme

      Le dogmatisme peut être associé à la religion, ou à Kant, son principal représentant en philosophie.

    33. Ce qui m’attira surtout dans la philosophie, c’est que je pensais qu’elle allait droit à l’essentiel. Je n’avais jamais eu le goût du détail ; je percevais le sens global des choses plutôt que leurs singularités, et j’aimais mieux comprendre que voir ; j’avais toujours souhaité connaître *tout* ; la philosophie me permettrait d’assouvir ce désir, car c’est la totalité du réel qu’elle visait ; elle s’installait tout de suite en son cœur et me découvrait, au lieu d’un décevant tourbillon de faits ou de lois empiriques, un ordre, une raison, une nécessité. Sciences, littérature, toutes les autres disciplines me parurent des parentes pauvres.

      Beauvoir touche à la philosophie, à son essence et à l’affinité qu’elle éprouve vis-à-vis d’elle :

      • sens global
      • comprendre
      • totalité du réel
      • ordre, raison, nécessité
    34. ainsi avait-elle réussi à concilier sa vie cérébrale avec les exigences de sa sensibilité féminine

      Ah! Mademoiselle Zanta offre un cher exemple à Beauvoir!

    35. Quand mon cavalier me serrait dans ses bras et m’appliquait contre sa poitrine, j’éprouvais une impression bizarre, qui ressemblait à un vertige d’estomac, mais que j’oubliais moins facilement. Rentrée à la maison, je me jetais dans le fauteuil de cuir, hébétée par une langueur qui n’avait pas de nom et qui me donnait envie de pleurer. Je pris prétexte de mon travail pour suspendre ces séances.

      Beauvoir éprouve un grand malaise vis-à-vis des rapports corporels (avec contact direct, comme en danse).

    36. Mais sa réponse me fit réfléchir.

      Devant la réaction de Magdeleine, Beauvoir remet en doute son propre scepticisme vis-à-vis des apparences, de la beauté féminine…

    37. apparences mentaient, le monde qu’on m’avait enseigné était tout entier truqué

      Beauvoir semble obsédée par la question des apparences, malgré son attachement à la lecture et à la littérature.

    38. Quand je l’évoquais, à demi dévoilée, exposée au regard d’un homme, je me sentais emportée dans un simoun qui pulvérisait toutes les normes de la morale et du bon sens.

      Clash flagrant entre l’existence des femmes et la vision des hommes.

    39. toute une existence que je façonnerais de mes mains

      La fiction (imaginaire, littéraire) devient réalité; Beauvoir designe (designer : penser + réaliser) sa propre vie via la littéature!

    40. mon destin ne reflétait plus la déchéance familiale, mais s’expliquait par l’étrange fatalité d’un don

      Autre soulignement du caractère exceptionnel (par le « don ») du parcours de Beauvoir.

    41. transfigura

      Curieux terme : il y a quelque chose de gadamérien (cf. Hans Georg Gadamer) dans cette idée de « transfiguration ».

      L’Art pour Gadamer a cette propriété de justement « transfigurer » le spectateur, qui entre en dialogue avec l’Œuvre d’art (ne se contentant pas simplement de la regarder passivement); l’Œuvre « transforme » le spectateur, ou quelque chose de plus : elle le « transfigure ».

    42. Je n’étais pas féministe dans la mesure où je ne me souciais pas de politique : le droit de vote, je m’en fichais. Mais à mes yeux, hommes et femmes étaient au même titre des personnes et j’exigeais entre eux une exacte réciprocité. L’attitude de mon père à l’égard du « beau sexe » me blessait. Dans l’ensemble, la frivolité des liaisons, des amours, des adultères bourgeois m’écœurait.

      Beauvoir formule ici les limites de sa propre « attitude féministe ». Elle ne se revendique pas d’un féminisme politique, mais d’une simple réciprocité des deux sexes l’un vis-à-vis de l’autre.

    43. Quelquefois, je pensais que les forces allaient me manquer et que je me résignerais à redevenir comme les autres.

      Beauvoir semble être dans un jeu d’« élitisme » constant, tentant de se distinguer de la masse populaire (par le bien-parler, par les idées, par la pratique assidue de la lecture, etc.).

      Elle souhaite ne pas être ordinaire, ce qui demande un effort constant (qu’elle redoute de perdre).

    44. Mon chemin était clairement tracé

      Beauvoir témoigne de signes « avant-coureurs » de sa vocation (même si elle écrit ces lignes après l’acquisition de sa célébrité…)

    45. entre moi et les âmes sœurs qui existaient quelque part, hors d’atteinte, ils créaient une sorte de communion

      Beauvoir témoigne d’un dialogisme par la littérature.

      Souvent seule dans ses lectures, elle trouve une résonance discursive à travers la littérature (avec d’autres « âmes sœurs »).

    46. Je m’abîmai dans la lecture comme autrefois dans la prière. La littérature prit dans mon existence la place qu’y avait occupée la religion : elle l’envahit tout entière, et la transfigura. Les livres que j’aimais devinrent une Bible où je puisais des conseils et des secours ; j’en copiai de longs extraits ; j’appris par cœur de nouveaux cantiques et de nouvelles litanies, des psaumes, des proverbes, des prophéties et je sanctifiai toutes les circonstances de ma vie en me récitant ces textes sacrés. Mes émotions, mes larmes, mes espoirs n’en étaient pas moins sincères ; les mots et les cadences, les vers, les versets ne me servaient pas à feindre : mais ils sauvaient du silence toutes ces intimes aventures dont je ne pouvais parler à personne ; entre moi et les âmes sœurs qui existaient quelque part, hors d’atteinte, ils créaient une sorte de communion ; au lieu de vivre ma petite histoire particulière, je participais à une grande épopée spirituelle. Pendant des mois je me nourris de littérature : mais c’était alors la seule réalité à laquelle il me fût possible d’accéder.

      Dans ce passage, c'est la lecture et la littérature qui sauvent Beauvoir.

      Le rôle « spirituel » et « total » de la religion est remplacé par la littérature.

      La métaphore religieuse est employée partout pour rendre compte d'une correspondance entre littérature et religion.

      « Réalité » : la littérature est une forme du « réel » pour Beauvoir; elle comporte une forme d'accès au réel, voire d’accès à la connaissance (fonction épistémologique).

    47. Je m’interdis les lectures frivoles, les bavardages inutiles, [Page 239]tous les divertissements

      Il y a du Nietzsche là-dessous!

    48. « C’est un type bien ; mais il devrait être marié et avoir un métier. — Pourquoi ? — Un homme doit avoir un métier. »

      Sémiosis sociale du rôle de l'homme en société.

    49. Je me sentais absolument seule au monde.

      Réitération du sentiment de solitude (« seule au monde »!)

    50. L’amour n’est pas l’envie.

      Beauvoir enlève ce que l’amour pourrait avoir de péjoratif, de simplement désirable.

    51. je me classais parmi les dernières. En solfège, je ne mordais qu’à la théorie ; je chantais faux et ratais lamentablement mes dictées musicales

      Beauvoir (comme plusieurs grands génies) était une cancre[sse].

    52. Je voulais qu’on jouât sérieusement

      Le jeu, comme le souligne l'anthropologue Serge Bouchard, est une affaire sérieuse (eh oui) : on ne joue qu'en respectant les règles; dès lors qu'il n'y a plus de règles, ce n'est plus un jeu; pour jouer véritablement, il faut jouer sérieusement.

      Émission C'est fou : le jeu (1<sup>ère</sup> partie), Radio-Canada, 2016, disponible ici.

    53. Mais lorsque je m’abandonnais à ces exquises déchéances, je n’oubliais jamais qu’il s’agissait d’un jeu. Pour de vrai, je ne me soumettais à personne : j’étais, et je demeurerais toujours mon propre maître.

      Beauvoir joue avec les rapports de domination. Elle affirme toujours sa propre autonomie, en restant lucide et maître[sse] d'elle-même.

    54. Cependant la religion, l’histoire, les mythologies me suggéraient un autre rôle.

      La religion parle d'une vocation.

    55. J’aimais tant étudier que je trouvais passionnant d’enseigner.

      Amour pour la connaissance (étudier), lequel déborde sur l'envie de la partager (enseigner)

    56. habituée à réprimer ses élans et à enfouir dans le silence d’amers secrets

      refoulement

    57. L’aventurier est un déterministe inconséquent qui se supposerait libre. 

      Lien entre romantisation (héros) et déterminisme

    58. Ma vie serait une belle histoire qui deviendrait vraie au fur et à mesure que je me la raconterais.

      L'écriture comme sens (cf. @maviro)

      Prophétie auto-réalisatrice?

    59. je préférais la littérature à la philosophie, je n’aurais pas du tout été satisfaite si l’on m’avait prédit que je deviendrais une espèce de Bergson ; je ne voulais pas parler avec cette voix abstraite qui, lorsque je l’entendais, ne me touchait pas. Ce que je rêvais d’écrire, c’était un « roman de la vie intérieure » ; je voulais communiquer mon expérience.

      vocation pour l'écriture

    60. J’avais besoin d’être prise dans des cadres dont la rigueur justifiait mon existenc

      nécessité

    61. la gloire et le bonheur qu’à travers de douloureuses épreuves infligées par les mâles

      martyr

    62. Les livres me rassuraient : ils parlaient et ne dissimulaient rien ; en mon absence, ils se taisaient ; je les ouvrais, et alors ils disaient exactement ce qu’ils disaient

      Similaire à Sartre Les Mots

    63. Simone est plus réfléchie, mais Poupette est si caressante… 

      Raison vs émotion

    64. Ces menues victoires m’encouragèrent à ne pas considérer comme insurmontables les règles, les rites, la routine ; elles sont à la racine d’un certain optimisme qui devait survivre à tous les dressages.

      Ici de Beauvoir semble expliquer son audace futur.

    65. Tante Alice ne me crut pas. Tante Lili [Page 19]me défendit avec feu. Elle était la déléguée de mes parents, mon seul juge ; tante Alice, avec son vieux visage moucheté, s’apparentait aux vilaines fées qui persécutent les enfants ; j’assistai complaisamment au combat que les forces du bien livraient à mon profit contre l’erreur et l’injustice.

      Comme pour Rousseau, la découverte de l'injustice est restée marquée.

    66. Je tenais particulièrement à les intéresser : je bêtifiais, je m’agitais, guettant le mot qui m’arracherait à mes limbes et qui me ferait exister dans leur monde à eux, pour [Page 16]de bon.

      Ce passage me rappelle comment dans Les Mots de Sartre, étant enfant il jouait à un rôle en quelques sortes afin de plaire à sa famille.

    1. p. 17

      on sait qu’après avoir chanté la guerre d’Ilion, il chanta la guerre des grenouilles et des rats, pareil à un dieu qui créerait d’abord le cosmos, puis le chaos

      Allusion à la Batrachomyomachia (« Le Combat des grenouilles et des rats ») un texte de 303 vers parodiant l’Iliade et ayant été attribué à tort pendant longtemps à Homère. Entre l’apocryphe et le faux, la référence à ce texte pose le problème de la véridicité et de l'auctorialité. Il fait écho à « ces intrusions » et « ces larcins » décelés par Nahum Cordovero et évoqués dans le « Post-scriptum de 1950 ».

    2. p.124 > Aleph est la première lettre de l'alphabet hébreu. Dans la tradition kabbalistique, Aleph symbolise l'origine divine de toute existence et est considéré comme la source spirituelle de toutes les lettres, paroles et langages. Bien qu’il soit l’origine du langage, l’Aleph ne peut être contenu par le langage car il comprend l’infini et est donc ineffable.

    3. p. 17

      Homère composa L’Odyssée ; aussitôt accordé un délai infini avec des circonstances et des changements infinis, l’impossible était de ne pas composer, au moins une fois, L’Odyssée. Personne n’est quelqu’un, un seul homme immortel est tous les hommes.

      Dans « Le credo d'un poète », une des conférences qu’il a prononcée à Harvard en 1967 et qui a été publiée en 2002 dans L’art de poésie (This Craft of Verse, Harvard University Press, 2000), Borges commente ainsi L'Immortel et « [c]ette idée d’un Homère oubliant qu’il était Homère » :

      « L’idée qui est derrière l’histoire – et cela surprendra peut-être certains d’entre vous qui ont lu cette histoire – c’est que, si un homme était immortel, au cours de cette longue, très longue durée, il finirait par arriver qu’il ait dit, fait et écrit toutes choses concevables. J’ai pris Homère comme exemple. Je l’ai imaginé comme ayant existé et écrit l’Iliade. Homère donc devait continuer à vivre et devait changer en même temps que les générations humaines changeaient autour de lui. Et un jour il devait oublier le grec, oublier même qu’il était Homère, découvrir la traduction de Pope, l’admirer comme une belle œuvre (ce qu’elle est) et même la juger fidèle à l’original. » (Gallimard, p. 106-107.)

    4. p. 129 :

      Mais les précédents (outre qu’ils ont le défaut de ne pas exister) sont de <mark>simples instruments d’optique</mark>.

      Les « simples » instruments optiques ne permettent que de voir certaines choses particulières qui sont perceptibles par l’optique, par les rebondissements de la lumière – loin d’être en mesure de pouvoir représenter l’Aleph!

    5. p. 126 :

      Je craignis qu’il ne restât <mark>pas une seule chose capable de me surprendre</mark>

      Le personnage a vu l’Aleph, il a vu l’infini (d’où l’énumération p. 125-126 dans laquelle il tente de rendre compte qu’il a tout vu, en donnant plein d’exemples particuliers); ce passage montre que le personnage pense être capable d’appréhender l’infini, la multiplicité infinie.<br> Sa seule « crainte » serait que quelque chose soit « capable de le surprendre » – il n’aurait dans ce cas pas compris l’infini, et sa crainte serait avérée.

    6. p. 124 :

      Peut-être les dieux ne me refuseraient-ils pas de trouver une image équivalente, mais mon récit serait <mark>contaminé de littérature, d’erreur</mark>. Par ailleurs, le <mark>problème central est insoluble : l’énumération, même partielle, d’un ensemble infini</mark>.

      La littérature fait peut–être erreur en ce qu’elle s’intéresse à des choses particulières, par opposition au discours universel des mathématiques et de la philosophie.

      Le passage sera suivi un peu plus loin d’une énumération d’exemples complètement étranges, laissant entendre qu’on pourrait continuer ainsi à l’infini sans jamais épuiser les possibilités.

    7. p. 125 :

      Chaque chose <mark>(la glace du miroir par exemple)</mark> équivalait à une <mark>infinité de choses</mark>, parce que je la voyais clairement de tous les points de l’univers.

      Borges souligne la récursion de l’infini dans chaque chose (ce qui n’est pas sans évoquer les monades de Leibniz).

      Il a recours au « miroir », exemple concret par excellence de la manifestation de l’infini dans la réalité (quel paradoxe).

    8. p. 124 :

      comment transmettre aux autres <mark>l’Aleph infini</mark> que ma craintive mémoire <mark>embrasse à peine</mark>?

      Borges évoque le problème de l’infini, dont l’idée est difficile, voire impossible à embrasser cognitivement.

      Si le personnage a (l’impression d’avoir) vu l’Aleph (l’infini), sa mémoire en rend difficilement le souvenir – précisément parce qu’il a entrevu l’infini, mais n’a certainement pas pu le saisir!

    9. p. 121 :

      Je précisais, pour plus de vraisemblance, que je ne parlerais pas le lundi suivant à Alvaro, mais le jeudi : au cours du petit dîner qui couronne d’habitude toutes les réunions du club des Écrivains (<mark>ces dîners n’existent pas, mais il est irréfutable que les réunions ont lieu le jeudi</mark>, fait que Carlos Argentino Daneri pouvait vérifier dans les journaux et qui donnait à la phrase une allure de vérité).

      Borges s’amuse souvent avec la fiction, à inventer des passages hyperboliques complètement farfelus (et qui ne sont pourtant pas si inutiles – on n’a qu’à se tourner vers la réalité pour se rendre compte de la lucidité de cette invention). 🙃

    10. p. 121 :

      […] je fis impartialement face aux perspectives d’avenir qui se présentaient à moi : a) parler à Alvaro et lui dire que le cousin germain de Beatriz <mark>(cet euphémisme explicatif me permettrait de la nommer)</mark> avait écrit un poème qui semblait <mark>reculer à l’infini les possibilités de la cacophonie et du chaos</mark> ; b) ne pas parler à Alvaro.

      La parenthèse constitue un amusant prétexte, une prétérition (figure stylistique consistant à prétendre ne pas parler de quelque chose pour justement pouvoir mieux en parler!)

      Mais la suite est plus sérieuse : « reculer à l’infini les possibilités du de la cacophonie et du chaos » renvoie peut-être à une manière détournée de parler de l’infinité, précisément de la manière dont la poésie fait chaque jour reculer l’horizon des possibles imaginables.

    11. Aleph p. 143

      Aleph) est à la fois la première lettre de l'alphabet hébreu et le chiffre 1. Il signifie l'origine de l'univers, le premier qui contient tous les autres nombres. En mathématiques il dénote les ensembles infinis -- il n'est pas anodin de noter ce fait étant donné que l'infini est un thème récurrent chez Borges. Selon Wikipédia, l'aleph rappelle la monade telle que conceptualisée par Gottlieb Wilhelm Leibniz, philosophe du XVIIe siècle. Tout comme l'aleph de Borges recense la trace de toute autre chose dans l'univers, la monade agit comme un miroir vers tous les autres objets (toutes les autres monades) du monde.

    12. Ne plus ultra des Colonnes d'Hercule > ça me rappelle le personnage d'Ulysse dans la Divine Comédie, qui a volu défier Dieu en allant au delà des colonnes. (Soif de connaissance). Ici on défie les régles de la Nature, en effet l'homme a toujours volu matriser la mort. Dans un sens large, l'homme fait de la littérature pour laisser une trace de soi > on vive pour toujours dans les mots qu'on écrit.

    1. Pag. 193 > Lecture qui provoque de l'emotion, de l'étonnement > on peut le comparer à la figure du lecteur de Proust au poète de Zambrano

    2. Lecture de livres classiques > c'est un voyage dans le temps, ils sont capable de transmettre leur message à travers le siècles, parce qu'ils sont toujours "vivants". Comme pour les anciens batiments, ils sont une pierre angulaire de la culture et de la formation personnelle et forment l'esprit du lecteur.

      (pag 192)

    3. "fait que restituer au malade la volonté de se servir de son estomac,de ses jambes,de son cerveau,restés intacts." (180)

      Lecture qui rend l'homme indépendant, qui ouvre de nouveaux horizons sur le monde

    4. Lecture come dialogue avec l'écrivain. On laisse que le livre nous parle, qu'il entre en connection avec notre vie et qu'il nous enspire. > puissance intellectuelle

      (pag 173-174)

    5. Le <mark>rire</mark> n’est point cruel de sa nature; il distingue l’homme de la bête […] (p. 175)

      La référence au rire (comme caractère anthropo-spécifique) pourrait être en référence à Bergson, qui a beaucoup écrit sur le rire.

    6. Le beau et la forme : éléments architecturaux et musicaux

      Proust évoque souvent des sentiments puissants que nous éprouvons, relatifs au beau (effet esthétique).

      Dans ce passage, il est question d’abstraction (formes abstraites, comme en architecture), ce qui rejoint le texte d’Eupalinos de Valéry :

      Ce sont les formes de cette <mark>syntaxe</mark>, mises à nu, respectées, embellies par son ciseau si franc et si délicat, qui nous émeuvent dans ces tours de langage familiers jusqu’à la singularité et jusqu’à l’audace et dont nous voyons, dans les morceaux les plus doux et les plus tendres, passer comme un <mark>trait rapide ou revenir en arrière</mark> en <mark>belles lignes brisées</mark>, le <mark>brusque dessin</mark>. Ce sont ces formes révolues prises à même la vie du passé que nous allons visiter dans l’œuvre de Racine comme dans une cité ancienne et demeurée intacte. Nous éprouvons devant elles la même émotion que devant ces <mark>formes abolies, elles aussi, de l’architecture</mark>, que nous ne pouvons plus admirer que dans de rares et magnifiques exemplaires que nous en a léguées le passé qui les façonna […] (p. 193)

      Il est beaucoup question de forme (« syntaxe », « lignes », « dessin », « formes abolies »).

      (Proust mentionne aussi une qualité remarquable et chère à Valéry, la durabilité – les « exemplaires » sont remarquables parce qu’ils ont traversé le temps.)

      Proust ne s’arrête pas en parlant d’architecture (il a notamment étendu son propos à « tous les arts », p. 190); il poursuit avec un discours autour du rythme et des silences (un autre aspect formaliste, relativement à la musicalité) :

      Souvent dans l’Évangile de saint Luc, rencontrant les <mark>*deux-points*</mark> qui l’interrompent avant chacun des morceaux presque en forme de cantiques dont il est parsemé, j’ai entendu le <mark>silence</mark> du fidèle qui venait d’arrêter sa lecture à haute voix pour entonner les versets suivants comme un <mark>psaume</mark> qui lui rappelait les psaumes plus anciens de la Bible. <mark>Ce silence remplissait encore la pause de la phrase</mark> qui, s’étant scindée pour l’enclore, en avait gardé la <mark>forme</mark> […] (p. 193-194)

      Proust s’attarde à des éléments très subtils de la forme (les « deux-points », les silences, les psaumes, les textes chantés) qui ne sont pas sans évoquer la musique, la « spatialisation des sons » ou encore une certaine « mise en forme » de la parole.

      Le rythme (c’est de la forme) contribue au sentiment de beauté.

    7. La lecture représente parfois un point de départ, un catalyseur pour la création – et donc une porte vers l’ouverture :

      […] l’exaltation qui suit certaines lectures ait une influence propice sur le travail personnel, on cite plus d’un écrivain qui aimait à lire une belle page avant de se mettre au travail. Emerson commençait rarement à écrire sans <mark>relire quelques pages de Platon</mark>. Et Dante n’est pas le seul poète que Virgile ait conduit jusqu’au seuil du paradis. (p. 180)

    8. Proust se prononce contre les dangers de la littérature et attribue à celle-ci une fonction positive supplémentaire, celle de rendre un esprit outillé contre les dangers des apparences (et des simulacres, et de l’imitation, cf. Platon) :

      Si le goût des livres <mark>croît avec l’intelligence, ses dangers, nous l’avons vus, diminuent</mark> avec elle. Un esprit original sait subordonner la lecture à son activité personnelle. Elle n’est plus pour lui que la plus noble des distractions, la plus ennooblissante surtout, car, seuls, la lecture et le savoir donnent les « belles manières » de l’esprit. (p. 189)

      Bref : littérature, mimésis et fiction FTW.<br> C’est le comeback d’Aristote!

    9. Chez Proust, la lecture prend la forme d’un appareil dialogique (figures lectrice et autrice en dialogue), continuellement dynamique et indéfiniment ouvert.

      […] il y a une société qui nous est <mark>continuellement ouverte</mark> de gens qui nous parleraient aussi longtemps que nous le souhaiterions […] (p. 173)

      Nous ne pouvons platement « recevoir » la vérité; nous devons la faire naître nous-mêmes (processus dynamique!) :

      Mais par une loi singulière et d’ailleurs providentielle de l’optique des esprits (loi qui signifie peut-être que nous ne pouvons recevoir la vérité de personne et que <mark>nous devons la créer nous-mêmes</mark>) […] (p. 177)

      L’ouverture de sens est actualisée par la lecture.

      Le caractère dynamique de cette activité est dénotée par l’« incitation » – incitation à poursuivre la sagesse après celle de l’auteur :

      C’est là, en effet, un des grands et merveilleux caractères des beaux livres […] que pour l’auteur ils pourraient s’appeler « Conclusion » et pour le lecteur « Incitations ». (p. 176)

    1. marcher en te tenant toujours également distant de deux arbres

      Description (poético-géométrique dynamique) de la ligne droite.

    2. Tu ne sauras donc jamais quels temples, quels théâtres, j’eusse conçus dans le pur style socratique !

      Nous ne le saurons jamais, Socrate, puisque tu n’as fait que parler toute ta vie.

      Tu n’es qu’un philosophe, tu n’as jamais réussi à être architecte; tu n’as jamais rien réalisé…<br> (pardonne-moi, Socrate, te t’attaquer ainsi)

    3. Je me tromperai quelquefois, et nous verrons quelques ruines ; mais on peut toujours, et avec un grand avantage, regarder un ouvrage manqué comme un degré qui nous approche du plus beau.

      C’est le concept d’itération : un ouvrage n’est jamais parfait, mais d’autres architectes l’amélioreront!

      Par exemple :<br> L’iPhone de 3<sup>e</sup> génération a été amélioré par rapport à l’iPhone de 1<sup>ère</sup> génération; l’iPhone 3 est plus près de la perfection que l’iPhone 1, mais il comporte encore des lacunes (des « ruines »); la prochaine itération, l’iPhone 4, va encore être améliorée!

      (L’iPhone a encore beaucoup beaucoup de problèmes.)

    4. Une industrie inconnue vous a isolés et préparés selon ses moyens.

      C’est la (triste) sécularisation des disciplines.

    5. Par principes séparés.

      Élaboration + Exécution

      Saisie holistique générale du monde

    6. Cette étendue de leurs pouvoirs est le triomphe même de ce mode de construire dont je te parlais.

      Le pouvoir est aux philosophes-architectes-poètes; ce pouvoir est total.

    7. vérités les plus générales

      Tendance à l’universel; c’est le but de la philosophie!

    8. des exemples merveilleux de cette espèce rigoureuse de beauté

      La beauté n’est pas qu’une affaire floue et imprécise réservée aux artistes; les géomètres sont capables d’une réelle beauté, et qui plus est rigoureuse!

    9. L’élégance inattendue nous enivre.

      L’architecture ne peut s’en remettre qu’aux seules lois mathématiques; il y a d’autres principes qui produisent l’effet esthétique; le hic, c’est que, contrairement aux mathématiques, ces principes sont flous.

    10. Tout

      L’Unité!

    11. comment trouver les principes ?

      Ah! La belle question épistémologique des principes de l’architecture.

      (Une piste : Principes universels du Design, ouvrage publié chez Eyerolles, réunit de nombreux principes applicables notamment en architecture, reposant sur des textes fondateurs et des études en psychologie : organisation de l'espace urbain, environnement et sécurité, mais aussi des effets a posteriori, après la construction, comme les boucles de rétroaction).

    12. Mais l’arbre et toutes ses parties ; et le coq, et toutes les siennes, sont construits par les principes eux-mêmes, non séparés de la construction.

      La construction fait unité!

      L’architecte-philosophe s’assure que son projet se tienne en un, malgré ses différentes parties (la nature et les corps organiques offrent un bel exemple). L’unité est une qualité de la construction!

    13. ce sont choses mortes, inférieures dans la hiérarchie à ces tas de moellons que vomissent les chariots des entrepreneurs, et qui amusent, du moins, l’œil sagace, par l’ordre accidentel qu’ils empruntent de leur chute

      ce qui n'a pas été desseiné, planifié, n’est pas intéressant à contempler.

      La métaphore est aussi intéressante en art : on s’intéresse davantage au processus créatif, à la démarche, au contexte socio-politico-historique dans laquelle une œuvre d’art se manifeste; une œuvre vide de sens, de geste, de réflexion, n'est pas intéressante, aussi tape-à-l’œil soit-elle.

    14. conçois comme si j’exécutais

      L'architecte fait correspondre la conception (planification) et l'exécution (réalisation) – c'est l'objectif ultime de l'architecte, penseur-démiurge!

    15. Il apportait les soins les plus exquis aux enduits qu’il faisait passer sur les murs de simple pierre.

      Le design, comme l’architecture, relève d’une réflexion totale (notamment heuristique), constante et rigoureuse sur l'objet dans son environnement, autant dans sa réalisation que dans sa planification.

      Elle implique de nombreux cycles d'aller-retour (travail de perfectionnement – le terme est un peu mal choisi, puisqu'on ne vise pas la perfection, mais un projet fini).

    16. Il prescrivait de tailler des planchettes dans le fil du bois, afin qu’interposées entre la maçonnerie et les poutres qui s’y appuient, elles empêchassent l’humidité de s’élever dans les fibres, et bue, de les pourrir.

      Description fine de la technique : une telle prévoyance ne peut se réaliser sans le savoir-faire de la technique!

      À l’école du Bauhaus, tous les étudiants de « design » apprenaient d’abord en maniant les matériaux (bois, verre, métal…); on ne pouvait concevoir un projet sans une connaissance technique, un savoir-faire nécessaire!

      https://www.youtube.com/watch?v=4uN9JK66-vs

    17. matière précieuse au philosophe

      Valéry traite explicitement de « matière », du matériau du philosophe – amusant (et très intéressant!), car les philosophes aiment bien pelleter des nuages.

      La métaphore architecturale n'est pas loin.

  4. Oct 2019
    1. parce que ça fait un drôle de bruit

      il y a une justification (existentialiste), ce qui donne du sens à cette action.

    2. je demandais tout juste un peu de rigueur

      Rollebond cherche de la rigueur dans les choses; car, ce qui est cohérent est nécessaire.

    3. Trois heures. Trois heures, c’est toujours trop tard ou trop tôt pour tout ce qu’on veut faire. Un drôle de moment dans l’après-midi. Aujourd’hui, c’est intolérable.

      Le personnage ne fout rien de ses journées.

    4. Exister, c’est être là, simplement

      Il n'y a pas d'être qui se cache derrière.

    5. il me serait facile de les mettre en mots

      c'est au moment de les raconter que les choses prennent sens.

    6. Tout ce qui s’est passé autour d’eux a commencé et s’est achevé hors de leur vue

      Leur existence leur échappe! Ils n’ont pas l’emprise sur leur vie; tout est contingent, hors de leur contrôle.

    7. C’est un professionnel de l’expérience : les médecins, les prêtres, les magistrats et les officiers connaissent l’homme comme s’ils l’avaient fait.

      Force de la connaissance empirique : les « professionnels de l’expérience » connaissent si bien l’homme (« comme s’ils l’avaient fait ») en raison de leur expérience.

    8. Mais le docteur a compris la vie, dominé ses passions.

      Compréhension intellectualisante du monde, au-dessus des émotions, défait de l’emprise des passions.