6 Matching Annotations
  1. Apr 2020
    1. Comment les adolescents d’aujourd’hui vivent-ils la perte d’unproche et quelle place revêt le numérique dans leur expé-rience du deuil ?

      Problématique de l'article.

    1. La lutte contre la cyberviolence passe aussi par l’éducation des plus jeunes, et notamment par l’éducation à l’esprit critique. L’enjeu est de leur permettre de prendre de la distance par rapport aux contenus qu’ils consultent, mais aussi qu’ils relayent, likent et publient eux-mêmes. Certains établissements scolaires, partenaires de l’association Respect Zone, forment dans cette perspective leurs élèves à l’automodération et à l’autodéfense en ligne afin qu’ils prennent le réflexe de réfléchir avant de « cliquer » et sachent que faire lorsqu’ils se retrouvent victimes de violence en ligne. L’éducation aux médias et à l’information (EMI) qui vise, entre autres, à apprendre aux élèves à publier de l’information de manière citoyenne et responsable, dans le respect de la vie privée, du droit à l’image et de la dignité de chacun, est aussi une arme efficace. Autre levier d’action : l’éducation à l’empathie. Il s’agit d’apprendre à se mettre à la place des autres dont le visage n’est pas visible et dont les émotions sont inaccessibles en contexte numérique ; être capable d’imaginer l’impact que la publication de tel ou tel contenu aura sur eux. Enfin, favoriser le développement de l’estime de soi chez les plus jeunes est également pertinent, pour lutter, par exemple, contre l’automutilation digitale : parce qu’une bonne « estime de soi » – c’est-à-dire une évaluation positive de soi-même, de son mérite et de sa valeur – va directement influer sur la « confiance en soi » (sentiment que l’on est capable d’agir) et sur l’« affirmation de soi » (capacité à exprimer ses besoins et désirs aux autres tout en respectant les leurs).

      D'après l'auteure, pour lutter contre la cyberviolence, il faut éduquer les jeunes à l'esprit critique (leur permettre de prendre de la distance par rapport à ce qu'ils consultent), l'empathie (ne pas faire aux autres ce qu'on n'aimerait pas qu'on nous fasse), l'automodération et l'autodéfense en ligne (réfléchir avant de cliquer, réagir en cas de cyberharcèlement) mais aussi développer leur estime de soi (avoir confiance en soi et être conscient qu'on vaut au moins autant que n'importe qui d'autre).

    2. Une étude réalisée en 2017 auprès de 6 000 élèves américains âgés de 12 à 17 ans a révélé que 6 % d’entre eux avaient déjà publié anonymement en ligne des propos blessants à leur propre encontre. Parmi ces 360 élèves à s’être adonnés à cette pratique, 51 % ont déclaré ne l’avoir fait qu’une seule fois, 36 % ont déclaré l’avoir fait à plusieurs reprises et 13 % ont reconnu le faire régulièrement (Patchin, Hinduja, 2017).

      L'automutilation digitale consiste à publier anonymement des propos blessants à sa propre encontre. Une étude réalisée aux USA a révélé qu'il s'agissait là d'un phénomène qui touchait une certaine partie des adolescents.

  2. Oct 2018
    1. This is even more common among black teens. One-quarter of black teens say they are at least sometimes unable to complete their homework due to a lack of digital access, including 13% who say this happens to them often. Just 4% of white teens and 6% of Hispanic teens say this often happens to them. (There were not enough Asian respondents in this survey sample to be broken out into a separate analysis.)
    2. This aspect of the digital divide – often referred to as the “homework gap” – can be an academic burden for teens who lack access to digital technologies at home. Black teens, as well as those from lower-income households, are especially likely to face these school-related challenges as a result, according to the new Center survey of 743 U.S. teens ages 13 to 17 conducted March 7–April 10, 2018.
    3. Some 15% of U.S. households with school-age children do not have a high-speed internet connection at home, according to a new Pew Research Center analysis of 2015 U.S. Census Bureau data. New survey findings from the Center also show that some teens are more likely to face digital hurdles when trying to complete their homework.