235 Matching Annotations
  1. May 2024
    1. « On a l’arsenal juridique pour réglementer l’accès », constate Anne Cordier. « Il faut obliger les plateformes à respecter les lois. » On pense au fait d’avoir 18 ans pour consulter un site pornographique, par exemple.
    1. il faut donc attendre le début du 21e siècle pour que les abus sexuels à l'encontre des enfants entrent 00:20:39 véritablement dans l'espace public et qu'on en découvre l'étendue à l'école dans le sport dans les églises dans le monde artistique dans l'univers 00:20:50 familial la plus importante métaanalyse réalisée à partir de 179 enquêtes épidémiologiques une métaanalyse c'est ce qui rassemble un ensemble de de données 00:21:02 d'autres enquêtes donc de 179 enquêtes épidémiologique mené en Europe et en Amérique du Nord établit que la fréquence des abus sexuels sans contact physique est de 2,6 % chez les garçons 00:21:16 et 6,7 % chez les filles avec contact physique de 4 et 12,7 % respectivement avec pénétration de 2 et 5,8 % respectivement 00:21:29 dans 8 % des cas ces violences avaient commencé avant l'âge de 5 ans en France le rapport publié en 2023 par la civise la commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles 00:21:40 faites aux enfants évalue à 160000 le nombre d'abus sexuel commis chaque année contre des enfants à 3,9 million le nombre de femmes qui ont été victimes de telle violence avant l'âge de 18 ans 00:21:53 soit 14,5 % et 1,5 million le nombre de homme affecté de la sorte soit 6,4 %. donc au total plus d'un adulte sur 10 a fait l'objet d'agression sexuelle dans 00:22:05 l'enfance l'âge moyen de début étant 8 ans et demi dans plus de 8 cas sur 10 il s'agit d'inceste une fois sur qu le père une fois sur 5 un frère la victime ne fait 00:22:17 immé ne fait immédiatement état de l'agression subie que dans moins d'un cas sur 10 lorsqu'il s'agit d'inceste
    2. les abus sexuels ont été reconnu très tardivement la recherche 00:18:31 historique conduite par la criminologue féministe britannique Carl Smart permet de comprendre comment ils ont été occultés voir niés tout au long du 20e siècle en médecine dès les années 1910 00:18:44 on a commencé à traiter des gonocoxies chez les enfants et notamment les petites filles souffrant de Vulv vaginite que les pédiatres interprétaient comme la conséquence de la promiscuité et de la malpropreté dans 00:18:56 les familles pauvres dont les logements Igu obliga parents et enfants à partager le même lit tandis qu'il les attribuait au manque d'hygiène des gouvernantes et des domestiques dans les familles 00:19:08 riches lorsque des attouchements et des viols étaient suspectés les praticiens les attribuaient volontiers à la croyance selon laquelle des relations sexuelles avec des vierges guérissaient les maladies vénériennes explication qui 00:19:20 semblaient les innocentés en désexualisant ses pratiques à l'égard d'enfants et même de nourrisson et vous savez peut-être que avec l'épidémie de de sida cette 00:19:32 croyance a été remobilisée de la purification par le des relations sexuelles qui souvent des viols de jeunes filles vierges ce n'est que dans les années 1980 que les médecins ont 00:19:46 commencé à associer ces infections à l'existence d'abus sexuel parallèlement la résistance à la reconnaissance de ces pratiques se manifestait aussi bien dans les cercles politiques où les les hommes 00:19:59 parlementaires s'opposaient à des réformes féministes visant à interdire les contacts sexuels avant l'âge de 16 ans que dans les milieux judiciaire où le traitement dubitatif et inquisiteur des plaintes par les magistrats 00:20:11 s'avérait dissuasif pour les victimes
  2. Apr 2024
    1. Résumé de la vidéo [00:00:02][^1^][1] - [00:08:05][^2^][2] : Cette vidéo aborde la protection des enfants contre les violences sexuelles en France. Elle souligne l'importance de la prise de conscience collective et des réponses politiques à ce phénomène systémique. La vidéo met en lumière les avancées législatives, comme la loi qui établit qu'aucun mineur de moins de 15 ans ne peut consentir à une relation sexuelle, et les efforts pour mettre en œuvre des recommandations visant à protéger les enfants.

      Points forts : + [00:00:13][^3^][3] La prise de parole et la sensibilisation * Importance des témoignages recueillis * Reconnaissance du problème systémique * Nécessité d'une réponse politique + [00:01:56][^4^][4] Les avancées législatives * Loi Billon votée en avril 2021 * Fixation de l'âge de consentement à 15 ans * Protection renforcée dans le cadre familial + [00:03:07][^5^][5] L'ordonnance de sûreté de l'enfant * Proposition pour prioriser la protection immédiate de l'enfant * Importance de ne pas exposer l'enfant à l'agresseur * Appel à des moyens adaptés pour l'application des lois + [00:05:40][^6^][6] Les débats et les blocages * Discussion sur l'imprescriptibilité et le secret médical * Propositions pour améliorer la protection des enfants * Importance de la formation et des ressources pour les professionnels

    1. Dans le projet d'éducation à la sexualité en France, certaines recommandations ne sont pas pleinement mises en œuvre. Voici quelques-unes d'entre elles :

      1. Allocation des Heures : Bien que le programme énonce des recommandations, la question du nombre d'heures allouées à cet enseignement interdisciplinaire reste non résolue. Il est essentiel de déterminer un temps adéquat pour couvrir les contenus de manière approfondie.

      2. Collaboration avec les Partenaires : Le programme mentionne la collaboration avec des partenaires extérieurs agréés, mais il n'est pas toujours clair comment cette collaboration est effectivement mise en place. Une meilleure coordination avec ces partenaires pourrait renforcer l'efficacité de l'éducation à la sexualité.

      3. Formation des Enseignants : Bien que le programme souligne l'importance de la formation des enseignants, il est essentiel de veiller à ce que tous les enseignants reçoivent une formation adéquate et continue pour dispenser cet enseignement de manière efficace.

      4. Évaluation et Suivi : Le suivi de la mise en œuvre du programme et l'évaluation de son impact sont essentiels pour apporter des ajustements et améliorations. Cependant, ces aspects ne sont pas toujours systématiquement mis en place.

      Il est important de continuer à travailler sur ces points afin d'améliorer l'efficacité et la pertinence de l'éducation à la sexualité dans les écoles françaises.

    2. Préconisation 6 : une information est adressée à l’ensemble de la communauté éducative et en particulier aux familles,pour présenter et expliquer l’esprit des moments et séances mis en place – et cela afin dissiper les inquiétudes et lesreprésentations erronées.
    3. Préconisation 5 : les intervenants extérieurs doivent disposer d’un agrément dûment vérifié et actualisé ; leursinterventions doivent se faire sur la base d’une préparation en amont et d’une coanimation des séances avec leséquipes pédagogiques locales.
    4. Préconisation 1 : au niveau académique, l’ensemble des établissements se voient rappeler l’obligation de mise enœuvre – régulière et complète – de l’éducation à la vie affective et relationnelle et à la sexualité.
    5. Préconisation 2 : la constitution dans chaque établissement d’une équipe préparant suffisamment en amont (N.B.Année n-1) la programmation des séances.
    6. Préconisation 3 : le positionnement anticipé des séances ou des moments consacrés à l’éducation à la vie affective etrelationnelle et à la sexualité.
    7. Préconisation 4 : un document repère est édité et actualisé chaque année à destination des élèves, indiquant lespersonnes référentes au sein de l’établissement (vie scolaire, pôle santé-social) ou les centres de ressources extérieurs(proches de l’établissement) auxquels les élèves peuvent faire appel en cas de besoin.
    8. Annexe 1 : Préconisations relatives à la mise enœuvre de l’éducation à la vie affective, relationnelleet à la sexualité
    1. Résumé de la vidéo [00:00:02][^1^][1] - [00:16:27][^2^][2] : Cette vidéo dévoile une enquête sur l'exploitation d'images d'enfants sur Instagram. Elle révèle la présence de comptes partageant des images obscènes d'enfants, la vente d'images pédocriminelles, et comment l'algorithme d'Instagram peut parfois favoriser cette activité illégale. L'enquête a également impliqué la création d'un profil anonyme pour suivre et signaler ces comptes, ainsi que la découverte de groupes Telegram où ces images sont vendues. Malgré les efforts d'Instagram pour supprimer ces comptes, de nouveaux apparaissent chaque jour, et l'algorithme continue de suggérer du contenu problématique.

      Points forts : + [00:00:14][^3^][3] L'exploitation sur Instagram * Des millions publient innocemment des images qui sont volées et republiées * Des commentaires obscènes sont laissés sous ces images * Des comptes vendent des images pédocriminelles + [00:02:01][^4^][4] L'enquête et ses méthodes * Création d'un profil anonyme pour suivre les comptes problématiques * Découverte de groupes Telegram vendant des images illégales * Tentatives de suppression des comptes via le signalement à Instagram + [00:05:18][^5^][5] La réponse d'Instagram * Suppression de certains comptes après signalement * L'algorithme suggère parfois encore du contenu inapproprié * Nouveaux comptes problématiques apparaissent continuellement + [00:13:47][^6^][6] Les conséquences et les actions légales * Témoignage d'un lanceur d'alerte devant le Sénat américain * Instagram répond aux résultats de l'enquête * Poursuites judiciaires contre le groupe MTA pour ne pas protéger les mineurs

    1. Voici un résumé du document:

      • Le document présente les standards pour l'éducation sexuelle en Europe, élaborés par le Bureau régional de l'OMS pour l'Europe et le BZgA, en collaboration avec un groupe d'experts de différents pays et disciplines.
      • Le document définit l'éducation sexuelle comme une approche holistique qui vise à informer les enfants et les jeunes sur tous les aspects de la sexualité et à développer leurs compétences, leurs attitudes et leurs valeurs pour vivre une sexualité positive et responsable.
      • Le document expose les arguments, les principes, les objectifs et les partenaires de l'éducation sexuelle, ainsi que les caractéristiques et les exigences de base pour sa mise en œuvre, notamment dans les écoles.
      • Le document propose une matrice qui présente les thèmes, les informations, les compétences et les attitudes que l'éducation sexuelle devrait couvrir pour les différents groupes d'âge, de 0 à 15 ans et plus, en tenant compte du développement psychosexuel de l'enfant et de l'adolescent.
      • Le document s'adresse aux décideurs politiques, aux autorités compétentes en matière d'éducation et de santé, aux spécialistes et aux acteurs du domaine, et vise à servir de cadre de référence et de plaidoyer pour l'introduction ou l'élargissement de l'éducation sexuelle dans la région européenne de l'OMS.
    2. Par leur proprecomportement relationnel, les parents donnent auxenfants des exemples vivants du fonctionnement derelations interpersonnelles. Les parents servent encorede modèles pour les rôles différenciés des deux sexeset pour l’expression des émotions, de la sexualité et dela tendresse. Même en ne parlant pas de sexualité (p.ex. en n’appelant pas les parties génitales par leurnom), les parents enseignent quelque chose à proposde la sexualité (leur silence peut en l’occurrence êtreinterprété comme de l’embarras).
    3. C’est le rôle des parents et desenseignants/éducateurs de permettre aux enfants etaux adolescents d’acquérir de solides bases à partir deleur propre comportement.
    1. → au niveau de la classe / parents-donner également des précisions aux parents lors de la réunion de rentrée sur ce que recouvre cet enseignement pour des élèves de cycle 1, 2 ou 3 (de quoi va-t-on parler? avec quels supports? quelles seront les principales activités) pour lever les craintes possibles sur les termes «éducation à la sexualité» (on ne va pas apprendre à nos jeunes élèves à faire des bébés...), parler d’«éducation à la vie relationnelle» également; et préciser que cet enseignement est au programme
    2. L'éducation à la sexualité, qui se situe à l'intersection de trois champs: biologique, psycho-affectif et social
    1. Résumé de la Vidéo

      La vidéo présente une conférence sur le bien-être à l'école, animée par Chloé Chambé. Christian Budex, conseiller au C2A2E et chercheur associé au Centre de recherche en éducation de Nantes, y intervient. Il aborde la prévention des violences et du harcèlement entre pairs à l'école, explique le programme PHARE de prévention du harcèlement et discute des méthodes et des pistes de prévention.

      Moments Forts: 1. Introduction à la conférence [00:00:06][^1^][1] * Accueil par Chloé Chambé * Présentation du thème du bien-être à l'école * Importance de la recherche en éducation 2. Présentation de Christian Budex [00:01:13][^2^][2] * Rôle de conseiller au C2A2E * Recherche en éducation à la fraternité * Pratique de la philosophie avec les enfants 3. Le programme PHARE [00:02:47][^3^][3] * Prévention et traitement du harcèlement * Mise en œuvre dans les écoles et collèges * Obligations des établissements scolaires 4. Méthodes et prévention du harcèlement [00:04:38][^4^][4] * La méthode de la préoccupation partagée * Éducation à la fraternité et éthique relationnelle * Lien entre recherche et expérience de terrain Résumé de la vidéo

      La deuxième partie de la vidéo aborde la nature du harcèlement scolaire, en s'appuyant sur les travaux de chercheurs comme Benoît Galand. Il est expliqué que l'origine du harcèlement se trouve dans la dynamique des relations entre élèves plutôt que dans la personnalité des auteurs ou des victimes. La méthode de la préoccupation partagée est présentée comme une approche efficace pour traiter certaines situations de harcèlement, en se basant sur cinq fondements théoriques qui découlent de la compréhension du phénomène. Cette méthode vise à résoudre environ 80 % des cas courants de harcèlement, en mettant l'accent sur une justice scolaire non punitive et sur l'amélioration du climat scolaire.

      Moments forts: 1. Origine du harcèlement [00:23:11][^1^][1] * Basée sur la dynamique des relations * Indépendante de la personnalité des individus * Influence de la peur commune chez les protagonistes 2. Méthode de la préoccupation partagée [00:25:15][^2^][2] * Adoptée dans le Programme national phare * Repose sur cinq fondements théoriques * Vise à briser la dynamique de groupe et l'invisibilité de la violence 3. Efficacité et éthique de la méthode [00:30:47][^3^][3] * Résout 80 % des situations courantes * Introduit un nouveau paradigme de justice scolaire * Recherche une sanction réparatrice plutôt que punitive 4. Prévention du harcèlement [00:34:02][^4^][4] * Liée à la déconstruction des stéréotypes de genre * Nécessite le développement de compétences psychosociales * Importance de la sécurité pour la réussite scolaire Résumé de la Vidéo

      La partie 3 de la vidéo aborde l'évaluation des méthodes de prévention du harcèlement, notamment la méthode de la préoccupation partagée, et souligne l'importance d'une approche intégrée dans le développement des compétences psychosociales pour la prévention. Elle met en lumière la nécessité d'une évaluation qualitative et quantitative des programmes de prévention et discute de l'implication des parents dans ces programmes.

      Points Forts: 1. Évaluation des méthodes de prévention [00:46:37][^1^][1] * Manque d'évaluation scientifique académique * Nécessité d'une évaluation empirique * Chiffres prometteurs mais besoin d'analyse qualitative 2. Importance des compétences psychosociales [00:48:01][^2^][2] * Recherches en cours sur l'intégration des compétences * Approche intégrée indispensable * Développement des compétences dans la prévention 3. Rôle de l'éducation affective et sexuelle [00:49:06][^3^][3] * Cohérence avec les programmes d'éducation morale et civique * Importance de l'éducation à la vie affective et relationnelle * Questions sur le cyberharcèlement et les ressources disponibles 4. Implication des parents dans la prévention [00:58:54][^4^][4] * Nécessité d'associer les parents * Importance de l'alliance avec les familles * Gagner la confiance des parents pour la prévention efficace

    1. Résumé de la Vidéo

      La vidéo aborde les conséquences neurobiologiques des violences sexuelles chez l'enfant, soulignant l'importance de comprendre l'impact des traumatismes répétés sur le développement neurobiologique. Elle explore les réactions du système de stress, les facteurs de risque et de plasticité, et l'importance des périodes de vulnérabilité dans l'enfance. La présentation met également en lumière les liens entre la génétique, l'épigénétique et la psychopathologie, ainsi que la réversibilité des troubles avec un traitement efficace.

      Points Forts: 1. Impact des violences sexuelles [00:00:34][^1^][1] * Conséquences neurobiologiques chez l'enfant * Importance de la compréhension des violences répétées * Effets sur le développement neurobiologique 2. Réponse au stress et facteurs de risque [00:03:30][^2^][2] * Dérégulation de l'axe du cortisol et de l'adrénaline * Facteurs de risque et de plasticité environnementale * Périodes de vulnérabilité dans l'enfance 3. Génétique et épigénétique [00:11:15][^3^][3] * Liens entre les gènes, l'épigénétique et la psychopathologie * Importance des allèles de susceptibilité * Réversibilité des modifications épigénétiques 4. Réversibilité des troubles [00:17:24][^4^][4] * Possibilité de réversibilité avec un traitement adapté * Modifications des altérations cérébrales structurales * Impact transgénérationnel et prévention

    1. Le 30 novembre 2023, le neuvième Prix de thèse du Défenseur des droits a été remis par Claire Hédon à deux co-lauréats.

      Florent Chossière pour sa thèse intitulée « Minorités sexuelles et de genre en exil. L'expérience minoritaire à l'épreuve de la migration et de la demande d'asile en France ».

      Réalisée sous la direction de Marianne BLIDON (Maîtresse de Conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Serge WEBER (Professeur, Université Gustave Eiffel), cette thèse porte sur les expériences migratoires de personnes LGBT+, qui, après avoir fui leur pays, ont demandé l’asile en France au motif de persécutions et craintes de persécutions liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre minoritaires.

  3. Mar 2024
    1. Résumé de la Vidéo

      La vidéo aborde la collaboration pour l'endométriose, soulignant l'importance des filières de soins en Île-de-France. Elle met en lumière les efforts pour structurer et territorialiser les parcours de soins, ainsi que l'importance de la formation des professionnels de santé. La vidéo mentionne également les plans interministériels et les instructions de l'État visant à améliorer la prise en charge de l'endométriose.

      Points Forts: 1. Collaboration et formation [00:00:00][^1^][1] * Importance de travailler ensemble * Formation des professionnels de santé * Structuration des parcours de soins 2. Plans et instructions de l'État [00:03:15][^2^][2] * Plans interministériels depuis juillet 2022 * Instructions pour améliorer la prise en charge * Objectif d'une meilleure coordination 3. Filières de soins en Île-de-France [00:03:34][^3^][3] * Quatre filières territoriales déployées * But de faciliter le diagnostic et la prise en charge * Importance de l'accès aux soins pour toutes les femmes 4. Rôle des associations de patients [00:06:09][^4^][4] * Présentation des actions des associations * Importance de la voix des patients dans l'amélioration des soins * Collaboration avec les filières et les institutions Résumé de la vidéo

      La vidéo aborde la structuration des filières de santé en Île-de-France, en particulier pour l'endométriose. Elle explique le découpage territorial basé sur les DACs, l'importance de la coordination entre les professionnels de santé, et l'organisation des soins à différents niveaux de recours. La vidéo souligne également le développement des outils de communication et de formation pour améliorer l'accès aux soins et la prise en charge des patientes.

      Points saillants : 1. Structuration des filières [00:25:20][^1^][1] * Organisation sur trois niveaux de recours * Orientation correcte des patients selon les niveaux * Début d'organisation des filières 2. Développement des filières d'endométriose [00:26:08][^2^][2] * Présentation des avancées depuis le lancement * Importance de la formation et de la sensibilisation * Mise en place de la gouvernance territoriale 3. Outils de communication et formation [00:31:25][^3^][3] * Création d'un site internet pour les professionnels et patients * Cartographie des filières et annuaire professionnel * Importance de l'adhésion à la filière pour la qualité des soins 4. Organisation des soins et RCP [00:34:31][^4^][4] * Gradation de l'offre de soins et organisation des RCP * Formation continue des professionnels de santé * Collaboration entre les différents niveaux de recours pour une meilleure prise en charge Résumé de la vidéo

      Cette vidéo est la troisième partie d'une discussion sur les CPTs (Communautés Professionnelles Territoriales de Santé) et leur rôle dans la gestion de l'endométriose en France. Elle met en lumière les initiatives locales pour améliorer la prise en charge de l'endométriose, notamment à travers des actions de prévention, la formation des professionnels de santé et l'intégration des soins de premier recours.

      Points forts : 1. Actions de prévention et formation [00:51:54][^1^][1] * Collaboration avec les mairies pour des actions de prévention * Importance de la formation continue pour les professionnels de santé * Mise en place de RCP (Réunions de Concertation Pluridisciplinaires) de premier recours 2. Partenariats avec les CPTs [00:52:56][^2^][2] * Exemples de partenariats fructueux avec les CPTs de Paris 19e, Marne plaisance et lien santé 77 * Initiatives pour une meilleure coordination des soins et partage des connaissances 3. Gouvernance et télé-expertise [00:54:02][^3^][3] * Intégration des professionnels de ville dans la gouvernance des filières de soins * Développement de la télé-expertise pour une meilleure traçabilité et conformité 4. RCP de premier recours et douleur [01:14:48][^4^][4] * Organisation des RCP de premier recours en lien avec les CPTs * Présentation d'un projet sur l'accompagnement de la douleur et les disménorrhées Résumé de la vidéo

      La partie 4 de la vidéo aborde les projets et initiatives liés à la prise en charge de l'endométriose et des douleurs associées. Elle met en lumière le travail collaboratif entre différents centres de la douleur et spécialistes pour développer des outils pratiques et des protocoles de recherche visant à améliorer le diagnostic et le traitement de l'endométriose.

      Points forts : 1. Développement d'ordonnances pour la dysménorrhée [01:16:42][^1^][1] * Collaboration avec le centre de la douleur de Saint-Joseph * Création d'ordonnances types pour médicaments et kinésithérapie * Classification de la sévérité de la dysménorrhée pour personnaliser le traitement 2. Utilisation du TENS dans la gestion de la douleur [01:18:30][^2^][2] * Discussion sur l'indication et la pratique du TENS (stimulation électrique transcutanée) * Enquête sur l'efficacité du TENS auprès de patientes * Projet de vidéo éducative sur l'utilisation du TENS 3. Proposition d'un PHRC pour l'endométriose [01:19:50][^3^][3] * Lettre d'intention acceptée pour un programme de recherche clinique hospitalier * Objectif de démontrer l'efficacité du TENS dans les douleurs d'endométriose * Espoir d'élargir la prescription du TENS par les sages-femmes et médecins 4. Éducation thérapeutique et suivi multidisciplinaire [01:29:53][^4^][4] * Présentation d'un parcours multidisciplinaire pour les patientes * Utilisation de questionnaires pour évaluer l'impact sur la qualité de vie * Amélioration significative de la qualité de vie et de la gestion de la douleur Résumé de la vidéo

      Cette partie de la vidéo aborde la prise en charge de l'endométriose en France, soulignant l'importance de la formation des professionnels, l'intégration des soins de support, et l'accessibilité et la reconnaissance des filières de soins. Elle met en lumière la nécessité d'une approche globale, incluant des critères d'évaluation clairs et des données chiffrées pour améliorer le parcours de soins.

      Points saillants : 1. Formation et annuaire des professionnels [01:42:03][^1^][1] * Distinction entre l'intérêt pour l'endométriose et la formation qualifiée * Importance de l'annuaire pour les professionnels formés 2. Rôle des soins support [01:42:41][^2^][2] * Essentiels dans la prise en charge globale de l'endométriose * Nécessité d'intégrer ces soins dans les parcours de soins 3. Accessibilité des filières de soins [01:43:21][^3^][3] * Défis de l'information et de la reconnaissance par les professionnels * Importance de la visibilité des filières pour une meilleure accessibilité 4. Évaluation et objectifs des filières [01:44:21][^4^][4] * Travail sur les critères d'évaluation avec l'ARS * Besoin d'objectifs chiffrés et de retours de données pour l'amélioration continue

    1. 20 Aborder dans le cadre des séances d'éducation à la vie sexuelle et affective les sujets relatifs à la marchandisation des corps et à la pornographie Ministère de l'éducation nationale Règlement ou circulaires 2022-2023
    1. 19. Au niveau de chaque académie, publier une évaluation annuelle de l’application de la loi relative àl’éducation à la vie sexuelle et affective et désigner un délégué académique à l’éducation à l’égalité et à lasexualité.20. Aborder dans le cadre des séances d’éducation à la vie sexuelle et affective les sujets relatifs à lamarchandisation des corps et à la pornographie.21. Recruter des professionnels de santé, formés en matière d’éducation à la santé et de conduite deprojet, dans les établissements scolaires.22. Faire connaître, dans les établissements scolaires et directement sur les réseaux sociaux utilisés parles adolescentes et les adolescents, les ressources accessibles pour répondre à leurs questions enmatière de sexualité.23. Sensibiliser les parents et mener une campagne de communication autour de la plateformejeprotegemonenfant.gouv.fr.
    2. LES RECOMMANDATIONS DE LA DÉLÉGATION POUR LUTTER CONTRE LESVIOLENCES PORNOGRAPHIQUES
    1. Résumé de la Vidéo

      Cette vidéo aborde le sujet délicat de l'éducation sexuelle dans les écoles américaines, soulignant les controverses et les incohérences dans l'enseignement. Elle met en lumière les défis auxquels les élèves et les enseignants sont confrontés, notamment l'absence de directives claires et la variabilité des programmes d'éducation sexuelle d'un État à l'autre, voire d'une école à l'autre. La vidéo critique également les approches axées sur l'abstinence et les messages stigmatisants adressés aux jeunes, tout en soulignant l'importance d'une éducation sexuelle complète et précise pour préparer les jeunes à la vie adulte.

      Points Forts: 1. Controverses autour de l'éducation sexuelle [00:00:17][^1^][1] * Réactions des parents aux contenus jugés trop explicites * Importance de l'éducation sexuelle à l'école * Difficultés à obtenir des informations sur les programmes 2. Variabilité de l'éducation sexuelle [00:03:49][^2^][2] * Absence de normes nationales ou d'exigences de précision médicale * Disparités entre les États et les districts scolaires * Manque de transparence des districts scolaires 3. Critique des programmes axés sur l'abstinence [00:06:45][^3^][3] * Augmentation du financement fédéral pour l'éducation à l'abstinence * Messages stigmatisants et informations erronées * Impact négatif sur les jeunes, en particulier les survivants d'agressions sexuelles 4. Importance d'une éducation sexuelle complète [00:14:36][^4^][4] * Confusion des étudiants sur le consentement * Nécessité d'inclure l'éducation au consentement enthousiaste et informé * Appel à une meilleure préparation des jeunes pour la vie adulte

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:07:15][^2^][2]:

      Cette vidéo présente le futur programme d'éducation à la sexualité en France, en commençant par un historique et en détaillant les nouveaux contenus pédagogiques. Le programme vise à introduire l'éducation à la sexualité dès la maternelle jusqu'au lycée, avec une approche progressive et adaptée à chaque tranche d'âge.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] Contexte historique et nécessité du programme * Introduction de l'éducation sexuelle en 1973 * Loi de 2001 sur l'IVG et les séances d'éducation * Faible mise en œuvre des séances dans les écoles + [00:00:45][^4^][4] Application du programme * Couvre tous les niveaux scolaires * Intégration progressive de la sexualité à partir du CM1 * Liaison avec les sciences de la vie et de la terre + [00:01:14][^5^][5] Éducation en maternelle et primaire * Apprentissage du corps et des parties intimes * Discussion sur l'intimité et le consentement * Réflexion sur les stéréotypes de genre + [00:03:21][^6^][6] Abord de la sexualité au cycle 3 * Changements liés à la puberté et reproduction humaine * Prévention de la pornographie introduite en 4e * Lutte contre les haines sexuelles et la diversité des rôles + [00:05:52][^7^][7] Rôle des intervenants * Participation des enseignants et des parents * Certification des associations intervenantes + [00:06:57][^8^][8] Objectifs au lycée * Formation au risque et à la liberté * Approche équilibrée, humaniste et républicaine

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:22:20][^2^][2]:

      Cette vidéo présente une matinale dédiée à la vie affective et sexuelle des jeunes, avec un accent sur la prévention des risques et la promotion de pratiques positives. Delphine Soulignac, référente régionale pour la thématique sexuelle, introduit l'événement et les intervenants, qui partageront leurs connaissances et expériences dans le domaine de la santé sexuelle des jeunes.

      Points forts: + [00:00:05][^3^][3] Introduction de la matinale * Présentation par Delphine Soulignac * Focus sur la vie affective et sexuelle des jeunes * Importance de la prévention des risques + [00:01:17][^4^][4] Présentation des intervenants * Philippe Martin, docteur en santé publique * Bénédicte Allard et Pascal Faget de l'Université de Toulouse * Ingrid Desla, infirmière conseillère technique + [00:07:02][^5^][5] Cycle santé des jeunes * Discussion sur la santé sexuelle des jeunes * Événements et formations à venir * Importance de l'éducation à la sexualité + [00:11:37][^6^][6] Projet Sexpert * Présentation par Philippe Martin * Recherche sur la santé sexuelle et reproductive des jeunes * Utilisation des communautés en ligne pour l'éducation à la sexualité Résumé de la vidéo [00:22:22][^1^][1] - [00:46:38][^2^][2] : La vidéo aborde les perspectives des jeunes sur l'éducation sexuelle et la santé sexuelle en France. Elle met en lumière leurs expériences, leurs besoins en matière d'information et la manière dont ils naviguent dans les ressources disponibles. Les jeunes expriment le besoin d'une approche plus holistique et moins alarmiste, qui tienne compte des aspects émotionnels et relationnels de la sexualité, plutôt que de se concentrer uniquement sur les aspects scientifiques.

      Points forts : + [00:22:22][^3^][3] Contextes de santé sexuelle des jeunes * Difficultés de la jeunesse * Besoin d'aide pour les tâches de la vie adulte * Attentes en matière d'éducation sexuelle + [00:26:03][^4^][4] Utilisation d'Internet et des réseaux sociaux * Accès quotidien à Internet * Compartimentation des sphères sociales * Recherche d'intimité et d'informations sur la sexualité + [00:29:36][^5^][5] Stratégies des jeunes face à la santé sexuelle * Diversité des questionnements et pressions * Importance de la communication et de l'identité sexuelle * Expériences variées avec l'éducation sexuelle + [00:32:00][^6^][6] Propositions pour l'éducation sexuelle en ligne * Besoin de fonctionnalités accessibles et ludiques * Espace sécurisé et anonyme pour les discussions * Interaction avec des professionnels spécialisés + [00:37:02][^7^][7] Contenus éducatifs créés par et pour les jeunes * Importance de la confiance et de la participation des jeunes * Aborder des sujets émotionnels et relationnels * Déconstruction des normes de genre et communication sur le plaisir + [00:41:27][^8^][8] Développement futur de l'éducation sexuelle numérique * Propositions concrètes des jeunes pour des actions en ligne * Importance de contenus valides et crédibles * Réflexions sur l'implication des jeunes et la personnalisation des actions Résumé de la vidéo [00:46:41]¹[1] - [01:08:27]²[2]:

      La vidéo présente une discussion sur les initiatives de santé sexuelle et reproductive menées par des professionnels de la santé en France. Elle met en lumière l'importance de l'éducation et de la sensibilisation à la santé sexuelle, notamment à travers des consultations de sexologie, des interventions éducatives et des ressources comme des podcasts et des outils interactifs.

      Points forts: + [00:46:41]³[3] Présentation du projet seexpert * Recherche sur la santé sexuelle * Liens entre santé sexuelle et mentale * Importance de l'éducation et de la sensibilisation + [00:47:49]⁴[4] Actions du Sims * Promotion de la santé au sein des universités * Consultations de sexologie disponibles * Interventions éducatives pour les étudiants + [00:51:26]⁵[5] Outils et ressources * Utilisation de modèles anatomiques pour l'éducation * Livres et manuels disponibles pour les étudiants * Podcasts sur divers sujets de santé sexuelle + [00:55:34]⁶[6] Vidéo sur le consentement * Importance du consentement dans les relations * Métaphore de la tasse de thé pour expliquer le concept * Diffusion systématique lors des rentrées universitaires + [01:03:19]⁷[7] Partage des compétences * Formation des collègues sur la santé sexuelle * Utilisation d'outils pédagogiques pour faciliter le dialogue * Sensibilisation à l'importance de discuter de la sexualité + [01:07:55]⁸[8] La licorne du genre * Outil pour lutter contre l'homophobie et la transphobie * Explication des concepts de sexe assigné et d'identité de genre * Importance de l'éducation pour le respect de tous les genres

      Source : conversation avec Bing, 14/03/2024 (1) undefined. https://www.planning-familial.org/sites/default/files/2023-11/LIVRE_BLANC_WEB.pdf. (2) undefined. https://www.education.gouv.fr/education-la-sexualite-en-milieu-scolaire-341103. (3) undefined. https://soseducation.org/docs/notes-etudes-entretiens-tribunes/education-a-la-sexualite-danger-ou-prevention-final.pdf. (4) undefined. https://www. Résumé de la vidéo [01:08:28][^1^][1] - [01:32:31][^2^][2] : La vidéo aborde la sensibilisation à la diversité des identités et orientations sexuelles, l'importance de l'éducation à la sexualité dans les écoles, et les stratégies de promotion de la santé selon la Charte d'Ottawa. Elle met en lumière les outils pédagogiques utilisés pour expliquer les concepts de genre et d'attirance, ainsi que les formations destinées au personnel éducatif pour aborder ces sujets avec bienveillance et compétence.

      Points forts : + [01:08:28][^3^][3] Diversité des identités et orientations sexuelles * Utilisation de métaphores pour expliquer le genre et l'orientation * Importance de la représentation et de l'acceptation de toutes les identités * Exemples d'outils pédagogiques comme les licornes pour illustrer ces concepts + [01:09:41][^4^][4] Éducation à la sexualité dans les écoles * Présentation des défis et de la nécessité de l'éducation à la sexualité * Discussion sur les attitudes homophobes et la nécessité de les combattre * Importance de l'intervention éducative pour ouvrir des discussions sur la sexualité + [01:10:00][^5^][5] Promotion de la santé selon la Charte d'Ottawa * Explication de la stratégie de promotion de la santé en prévention primaire, secondaire et tertiaire * Mise en place d'actions ancrées dans les textes de stratégie nationale et régionale * Importance de la réorientation des services de santé vers la prévention et la promotion de la santé + [01:12:46][^6^][6] Formation du personnel éducatif * Détails sur le programme de formation pour le personnel de l'Éducation nationale * Discussion sur l'importance de former divers profils professionnels * Objectif de créer un climat de confiance et de respecter la diversité des élèves Résumé de la vidéo [01:32:35][^1^][1] - [01:54:41][^2^][2]:

      Cette vidéo discute de l'engagement des jeunes dans une communauté en ligne pour améliorer leurs connaissances et comportements, notamment à travers une plateforme ouverte à tous. Elle aborde également l'importance de la recherche-action impliquant les jeunes, produisant des données sur leur vie affective et sexuelle, et évaluant les actions éducatives actuelles.

      Points forts: + [01:32:35][^3^][3] Communauté en ligne et plateforme éducative * Ouverte à tous les jeunes * Vise à être pérenne et inclusive * Implique les jeunes dans la recherche-action + [01:33:51][^4^][4] Étude sur les séries Netflix et la sexualité des jeunes * Analyse des messages éducatifs et de promotion de la santé sexuelle * Études en cours sur les perceptions des jeunes * Différences notables entre les séries comme "Sex Education" et "Elite" + [01:35:41][^5^][5] Accès aux ressources et outils éducatifs * Disponibilité équivalente pour tous les étudiants * Importance de la communication et de la sensibilisation * Utilisation de divers canaux pour informer les étudiants + [01:39:10][^6^][6] Formation des personnels éducatifs * Formations volontaires sur l'éducation à la sexualité * Limitations budgétaires affectant la disponibilité des formations * Importance de l'éducation à la sexualité pour le bien-être des élèves Résumé de la vidéo [01:54:43]¹[1] - [01:56:36]²[2]:

      Cette partie de la vidéo aborde l'éducation à la sexualité dans le système éducatif, soulignant son importance dans la protection et l'éducation des jeunes. Elle met en lumière la nécessité d'aborder divers aspects tels que la prévention des violences, le consentement, l'expression des émotions et le développement des compétences psychosociales.

      Points forts: + [01:54:43]³[3] L'importance de l'éducation à la sexualité * Protège et éduque les jeunes * Aborde la prévention des violences et le consentement * Encourage l'expression et la gestion des émotions + [01:55:38]⁴[4] Les stratégies pour gérer les oppositions * Respecte les limites individuelles * S'inscrit dans un cadre réglementaire rassurant * Intègre l'éducation à la sexualité dans le cursus global + [01:56:00]⁵[5] La conclusion de la présentation * Remerciements pour l'expertise et la bienveillance * Mention de la contribution des participants * Engagement à continuer le développement des ressources éducatives

      Source : conversation avec Bing, 14/03/2024 (1) undefined. https://www.planning-familial.org/sites/default/files/2023-11/LIVRE_BLANC_WEB.pdf. (2) undefined. https://www.education.gouv.fr/education-la-sexualite-en-milieu-scolaire-341103. (3) undefined. https://soseducation.org/docs/notes-etudes-entretiens-tribunes/education-a-la-sexualite-danger-ou-prevention-final.pdf. (4) undefined. https://www.

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:23:43][^2^][2]:

      La vidéo présente une conférence sur l'accompagnement de la transition et le rôle de la psychiatrie dans ce processus. Elle aborde les évolutions théoriques et pratiques liées à la transidentité, la dysphorie de genre, et les approches médicales et sociales pour soutenir les personnes transgenres.

      Points clés: + [00:00:00][^3^][3] Introduction * Présentation du sujet et des intervenants + [00:00:35][^4^][4] Rôle de la psychiatrie * Importance de l'accompagnement psychiatrique dans la transition + [00:05:09][^5^][5] Évolution des concepts * Changements dans la perception de la transidentité et de la dysphorie de genre + [00:12:00][^6^][6] Transition sociale * Discussion sur les lois et les procédures de changement d'état civil + [00:14:00][^7^][7] Accompagnement des jeunes * Approches spécifiques pour les enfants et adolescents transgenres + [00:19:04][^8^][8] Influence des réseaux sociaux * Impact des réseaux sociaux sur les jeunes et la transidentité Résumé de la vidéo [00:23:44][^1^][1] - [00:26:42][^2^][2]: La vidéo aborde l'influence des réseaux sociaux sur la recherche d'identité chez les adolescents, l'importance de l'accompagnement psychologique dans les parcours de transformation, et les défis liés à la chirurgie de transition.

      Points clés: + [00:23:44][^3^][3] Influence des réseaux sociaux * Impact sur l'identité des adolescents + [00:24:21][^4^][4] Chirurgie de transition * Évaluations psychiatriques recommandées * Importance de l'accompagnement psychologique + [00:25:08][^5^][5] Défis post-opératoires * Gestion des évolutions péjoratives * Nécessité d'un suivi psychologique

    1. Les Menstrueuses 2023 – De nouveaux essentialismes ? Partie 1

      https://www.youtube.com/watch?v=GAAwxpeX-LI

      Voici un résumé des points forts de la transcription de la vidéo, avec les timecodes correspondants :

      • Introduction du Festival [00'00'08] : Présentation du festival "les monstrueuses" et de son évolution au fil des années.
      • Exposition sur les Menstruations [00'00'36] : Inauguration d'une exposition intitulée "Song" par Lucie IDF, abordant l'histoire des menstruations, les tabous et les maladies associées.
      • Objectifs du Festival [00'01'14] : Discussion sur les buts du festival, notamment la médiation culturelle et scientifique autour des menstruations.
      • Programme Culturel et Scientifique [00'01'36] : Annonce des événements scientifiques et culturels organisés par l'Université de Poitiers et l'Espace Mendès France.
      • Performance Artistique [00'02'01] : Présentation d'une performance immersive par des artistes résidents travaillant sur la représentation des corps et l'image de soi.
      • Soirée Festive [00'02'45] : Invitation à une soirée festive avec un code vestimentaire rouge organisée par le Confort Moderne.
      • Publication d'un Ouvrage [00'04'37] : Annonce de la sortie d'un livre intitulé "Idées reçues sur les menstruations" coïncidant avec le festival.
      • Déconstruction des Idées Reçues [00'05'09] : Explication de la structure du livre et de son approche pour déconstruire les idées reçues sur les menstruations.
      • Disciplines Universitaires et Contributions [00'06'03] : Évocation de la diversité des disciplines et des contributeurs au livre, incluant des universitaires et des militants.
      • Journée d'Étude sur les Discriminations [00'07'40] : Introduction de la journée d'étude visant à explorer les discriminations au-delà des menstruations.
      • Discours Biologiques dans les Médias [00'08'16] : Analyse de la prévalence des discours biologiques et de leur impact dans les espaces médiatiques.
      • Parentalité et Procréation [00'09'45] : Discussion sur les perceptions de la parentalité et de la procréation comme naturelles ou contre-nature.
      • Conservatismes en Ligne [00'10'11] : Examen de la diffusion des conservatismes et des mouvements réactionnaires sur les réseaux sociaux numériques.
      • Mobilisations Anti-Trans [00'11'03] : Table ronde sur les mobilisations anti-trans et le contexte actuel des droits trans.
      • Conférence sur Genre, Sexe et Biologie [00'12'12] : Annonce d'une conférence publique par Thierry Hoquet sur les liens entre genre, sexe et biologie.
      • Introduction Historique [00'12'25] : Présentation historique sur l'instrumentalisation des savoirs biologiques et la différenciation des genres.

      Ce résumé couvre la première partie de la transcription jusqu'à [01h16min40s], mettant en lumière les principaux sujets et événements mentionnés. Voici un résumé des points forts de la transcription vidéo de la page, avec les timecodes correspondants :

      • Sciences Naturelles [00h17min26s] Les sciences naturelles, précurseurs de la biologie moderne, se sont développées en Europe du 15e au 19e siècle, se concentrant sur l'observation et la classification de la nature.

      • Procréation et Société [00h21min02s] La capacité de procréer est considérée comme essentielle pour les femmes et les hommes, avec une forte influence des croyances religieuses et médicales sur la reproduction et la sexualité.

      • Corps Féminin et Maternité [00h27min43s] Les traités médicaux du 18e et 19e siècle se concentrent sur la grossesse et la maternité comme réalisation principale des femmes, souvent en lien avec des symptômes d'hystérie chez les femmes célibataires ou sans enfants.

      • Discrimination et Biopolitique [00h32min03s] Des arguments biologiques sont utilisés pour justifier la hiérarchie sociale et la subordination des femmes et des minorités de genre, avec une intersection des questions de genre, de race et de classe sociale. Voici un résumé des points forts de la transcription de la vidéo entre [00h35min00s] et [01h16min40s], avec les timecodes correspondants :

      • Introduction par Marie Valin [00h35min00s] Marie Valin présente l'histoire des discours biologiques utilisés politiquement contre l'indifférenciation des genres, soulignant leur constance à travers le temps.

      • Sciences Naturelles et Biologie [00h37min26s] Discussion sur l'évolution des sciences naturelles et la naissance de la biologie au XIXe siècle, héritière des savoirs naturalistes.

      • Reproduction et Biopolitique [00h41min02s] Analyse de la perception de la reproduction comme un devoir incontournable et de l'impact des croyances religieuses sur les pratiques contraceptives et abortives.

      • Corps Féminin et Tempérament [00h49min21s] Exploration des idées reçues sur le tempérament féminin et l'impact supposé de la physiologie sur le désir sexuel des femmes.

      Ces points mettent en lumière la manière dont les savoirs biologiques ont été et sont encore utilisés pour justifier des hiérarchies sociales et des rôles de genre spécifiques. Voici un résumé des points forts de la transcription vidéo de [00:50:00] à [01:16:40]:

      • [00:50:00] Discussion sur la Frigidité Féminine: L'auteur Manger Opérationnelle aborde la perception de l'indifférence des femmes envers les plaisirs de l'amour, attribuée à l'absence de sécrétion de sperme et à un tempérament lymphatique.
      • [00:58:00] Lutte contre l'Onanisme et l'Avortement: Les médecins et la religion du XIXe siècle s'opposent à l'onanisme conjugal et à l'avortement, considérés comme des crimes anti-patriotiques.
      • [01:06:00] Rôles Genrés et Reproduction: La médecine et les sciences biologiques insistent sur la binarité de genre et la division sexuelle de la société pour des raisons biopolitiques.
      • [01:14:00] Instrumentalisation des Savoirs Biologiques: L'historienne Marie Vallin introduit la journée d'étude en soulignant l'utilisation historique des savoirs biologiques pour justifier l'ordre genré au nom de la nature.

      Ces points mettent en lumière les thèmes de la biologie, du genre, et de la reproduction dans le contexte historique et social du XIXe siècle.

    1. le dsm renonce à la notion de transsexualisme affirme qu'il n'ya plus de normalité de l'identité sexuelle donc plus de troubles de l'identité sexuelle 00:08:02 mais propose un nouveau terme qui est la notion de dispo riz de genre c'est à dire que finalement bas on a toute liberté de construction dans son 00:08:16 identité sexuelle mais par contre il ya des situations qui peuvent être source de souffrance soit source de souffrance dans son vécu corporels dans la réalité de son corps soit source de souffrance 00:08:28 avec l'environnement et que finalement ce qui légitime l'intervention du psychiatre c'est non par l'idée qu'il y aurait une possibilité normalisation ou d'une prise en compte 00:08:40 de l'identité sexuée par rapport à des critères mais plutôt l'idée que peut-être que les psychiatres savent accompagner et soulager la souffrance psychique c'est ça l'idée de la 00:08:53 dysphorie de genre
  4. Feb 2024
    1. Bien sûr ! Voici un résumé des points forts de la transcription de la vidéo sur cette page :

      1. Éducation à la sexualité : L'éducation à la sexualité est une dimension éducative et citoyenne essentielle à l'école. Elle s'inscrit au cœur du code de l'éducation et vise à aborder la sexualité de manière positive, en incluant les dimensions biologique, psycho-affective et sociale.

      2. Diversité d'approches : Une étude réalisée dans les années 2000 a révélé une grande diversité d'approches de l'éducation à la sexualité au sein des écoles. Cela a conduit à la mise en place d'un programme académique spécifique pour aborder cette thématique de manière cohérente.

      3. Formation intercatégorielle : Les enseignants et professionnels de l'éducation sont formés à l'éducation à la sexualité. Le programme intègre désormais des sujets d'actualité tels que les violences sexuelles, l'homophobie et l'accès à la pornographie.

      4. Écoles promotrices de santé : Les écoles promotrices de santé intègrent l'éducation à la sexualité dans leur projet. L'objectif est de préparer les élèves à leur vie d'adulte en abordant des valeurs d'égalité, de tolérance et de respect.

      N'hésitez pas si vous avez d'autres questions !¹²³¹: Eightify - Résumez des vidéos en quelques clics ²: Scriber : Transcrire ou résumer une vidéo YouTube gratuitement ³: Résumer une vidéo et transcrire son contenu en quelques clics

    1. Résumé vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:23:13][^2^][2]: La vidéo présente une conférence de l'INSPÉ Lille HdF par Arthur Voitou, maître de conférences à l'IRIS et à l'Université Sorbonne Paris Nord. Il aborde la sexualité des adolescents, la diversité des pratiques et le contexte d'utilisation d'Internet lors de l'entrée dans la sexualité.

      Points forts: + [00:00:17][^3^][3] Contexte de l'enquête * Importance de l'éducation à la sexualité * Enquête sociologique sur les usages sexuels d'Internet par les jeunes + [00:04:41][^4^][4] Données sur l'entrée dans la sexualité * Évolution de l'âge au premier rapport sexuel * Inégalités de genre et consentement + [00:10:50][^5^][5] Motifs du premier rapport sexuel * Différences entre les sexes dans les motivations * Impact des normes de genre sur les expériences + [00:15:15][^6^][6] Objectif de l'enquête * Comprendre l'impact d'Internet sur l'entrée dans la sexualité * Méthodologie ouverte pour capturer la diversité des usages + [00:20:44][^7^][7] Contexte sociétal * Influence des mouvements sociaux comme #MeToo sur la jeunesse * Prise de conscience des violences sexistes et sexuelles Résumé de la vidéo [00:23:15][^1^][1] - [00:46:09][^2^][2]:

      La vidéo présente une enquête sur les usages sexuels d'Internet chez les jeunes adultes, en se concentrant sur leur adolescence. Elle explore les conditions d'accès à Internet, l'importance de l'anonymat, et l'impact des pratiques culturelles sur la consommation de pornographie.

      Points forts: + [00:23:15][^3^][3] Contexte de l'enquête * Difficultés d'accès aux établissements scolaires * Enquête rétrospective auprès de jeunes adultes + [00:25:02][^4^][4] Méthodologie et objectifs * Entretiens biographiques pour comprendre l'entrée dans la sexualité * Relation entre pratiques numériques et expérience sexuelle + [00:27:09][^5^][5] Phases d'usage d'Internet * Phase d'exploration pendant le collège * Phase de partage pendant le lycée + [00:33:10][^6^][6] Conditions matérielles d'accès à Internet * Variabilité des usages selon l'espace privé et le contrôle parental + [00:37:02][^7^][7] Anonymat et information sexuelle * Importance de l'anonymat pour les questions intimes + [00:41:35][^8^][8] Visionnage de la pornographie * Pratiques cycliques et différences de genre dans la consommation Résumé de la vidéo 00:46:11 - 01:08:38: La vidéo aborde les pratiques culturelles et informatives des jeunes sur Internet, en particulier autour de la pornographie, de l'éducation à la sexualité et de l'exposition de soi sur les réseaux sociaux. Elle souligne l'importance de comprendre ces pratiques dans le contexte plus large de la culture adolescente et des normes sociales.

      Points forts: + [00:46:11][^1^][1] Perception de la pornographie * Souvent vue négativement * Reliée à d'autres pratiques culturelles + [00:47:34][^2^][2] Usages informatifs d'Internet * Recherche d'information sur la sexualité * Insuffisances de l'éducation sexuelle à l'école + [00:52:27][^3^][3] Exposition de la sexualité en ligne * Partage de photos suggestives * Influence des normes sociales et du groupe de pairs + [01:02:57][^4^][4] Recherche de partenaires * Utilisation des réseaux sociaux plutôt que des sites dédiés * Impact du capital scolaire sur la qualité de l'information trouvée Résumé de la vidéo [01:08:39][^1^][1] - [01:25:40][^2^][2]: La vidéo aborde les différences de comportement entre les filles et les garçons concernant la consommation d'images pornographiques et l'exposition de soi sur les réseaux sociaux, en mettant en lumière les stigmates sociaux et les pressions liées au genre.

      Points forts: + [01:08:39][^3^][3] Stigmatisation sociale * Moins déclarée par les filles * Plus valorisant pour les garçons + [01:10:33][^4^][4] Exposition sur les réseaux * Pression plus grande sur les filles * Influence des normes sociales et de classe + [01:12:02][^5^][5] Manque de vocabulaire * Difficulté à exprimer l'amour et le désir * Impact des séries et du discours féministe + [01:14:33][^6^][6] Éducation à la sexualité * Peu d'interventions avant le collège * Importance des ressources extérieures + [01:20:09][^7^][7] Scénarisation du porno * Prise de conscience des jeunes * Distinction entre fiction et réalité + [01:23:02][^8^][8] Impact des médias * Rôle des mangas et jeux vidéo * Éducation à la sexualité par certains éditeurs

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:24:15][^2^][2]:

      La vidéo est une discussion franche sur la sexualité, l'éducation sexuelle et les tabous culturels associés. Elle explore comment la sexualité est abordée dans différents contextes éducatifs et familiaux, et l'importance de la communication ouverte sur ces sujets.

      Points saillants: + [00:00:00][^3^][3] Introduction au sujet * Discussion sur le sexe et les tabous + [00:01:00][^4^][4] Découverte de la sexualité * Expériences personnelles et éducation + [00:06:00][^5^][5] Éducation sexuelle précoce * Débats sur l'enseignement aux enfants + [00:08:00][^6^][6] Sexualité et société * Impact de la banalisation du sexe + [00:10:00][^7^][7] Contrôle parental * Droits et limites des parents + [00:16:00][^8^][8] Homosexualité et éducation * Aborder l'homosexualité avec les enfants

    1. [00'00'03] Clive, si peu nationale, organise des webinaire de plus en plus, ce qui est une bonne chose. On est désolé, on est un petit peu en retard, ce qu'on avait quelques soucis techniques, mais tout va bien, donc on va. On va donc passer une bonne soirée sur ce sujet très important et à. [00'00'20] Avec des solutions, avec des intervenants, des experts sur la question, et je suis donc accompagné, donc, moi-même, je suis carla d'hugo, coprésidente de la fcb nationale, et je suis accompagné en plateau avec carol to be, or, donc secrétaire générale adjointe. [00'00'36] Ainsi que najat belkacem, co-présidente de la f, c, p e nationale. Je laisserai ensuite najat et carole vous expliquer un peu comment cette soirée va se passer. Alors, moi, j'ai juste un dernier, enfin une dernière chose à vous dire. Donc, n'hésitez pas, puisque c'est un webinaire, donc, vous avez au niveau de votre écran, en bas au milieu. [00'00'56] Une petite bulle qui s'appelle q et r. Donc, ces questions et réponses, n'hésitez pas à poser vos questions sur cet espace là. On vous répondra donc dans le cadre de ce webinaire. Voilà, je ne veux pas. Je veux pas être plus longue puisqu'on a perdu un petit peu de temps. Début, très bonne soirée et merci à toutes et à tous dont je donne la parole à carreaux. [00'01'16] Hollande. [00'01'19] Bonsoir à tous et à toutes. [00'01'21] Je vous remercie de votre présence. [00'01'24] Aussi nombreuses qu'on saurait être binaires de ce soir. C'est vrai que la prostitution des mineurs est un phénomène complexe qui prend des formes multiples. [00'01'33] Touche deux, qui touche tous les milieux et tous les territoires. [00'01'38] Géographique, malheureusement. [00'01'42] Merci, carla. C'est un phénomène difficile à quantifier précisément, mais qui, selon de nombreuses sources, est en expansion. [00'01'52] On évoque même soixante pour cent d'eau entre sept mille dix mille adolescents qui seraient concernés, et malheureusement encore majoritairement des filles. [00'02'02] Oui, faire face. Un plan de lutte gouvernemental a été lancé en automne dernier. [00'02'08] Et est doté de quatorze millions d'euros et d'une campagne sensibilise, sensibilisation qui vient de débuter. [00'02'15] C'est un plan de lutte entre deux, quatre volets principaux pour sensibiliser, repérer, protéger et réprimer. Il y a quatre pays, a treize actions qui s'appuient sur un rapport très complet. [00'02'30] Auquel ont participé plusieurs de nos intervenants de ce soir. [00'02'34] Face à l'ampleur que prend le phénomène et au désarroi des parents concernés, la fcb a souhaité s'emparer de ce sujet qu'elle n'avait encore jamais traité. [00'02'44] Najat, je te laisse continue. [00'02'47] Merci, carole, merci. [00'02'49] Donc j'ai de la scène. Je suis co-présidente de l'epci. Peut est en effet carole. [00'02'54] Poser le constat. Aujourd'hui, nous, en tant que parents, on se pose énormément de questions. On se pose des questions sur les signaux notamment. [00'03'04] Qui devrait nous alerter. On se pose des questions sur comment identifier aussi le comportement, de comportement à risque de nos enfants. [00'03'12] Est-ce qu'il existe des dénominateurs communs aux enfants victimes de prostitution? [00'03'18] Et lorsque son enfant est concerné, à qui s'adresser? [00'03'23] Qui alerté et comment être accompagné. [00'03'25] Comment accompagner également les mineurs concernés vers la sortie de la prostitution. Toutes ces questions-là que nous, parents, nous nous posons, nous avons voulu les poser ce soir comme un cadre pour pouvoir agir. [00'03'38] Dans la grande difficulté pour agir. C'est la multitude de formes que revêt la prostitution et on le sait bien, la prostitution [00'03'47] N'est pas une prostitution comme elle était, elle a pu être avant. Elle prend de nouvelles formes, notamment par la cyber prostitution aujourd'hui, qui [00'03'56] Fin qui émerge aussi via les réseaux sociaux et qui est un fléau, en fait, pour la jeunesse. [00'04'04] La prostitution en ligne, qui prend des caractères quelquefois aussi pornographiques, en ligne donc, et qui revêt ce caractère aussi. [00'04'14] Très, très facile d'accès pour nos enfants et très compliqué à identifier aussi. [00'04'19] Toutes ces questions-là, il va falloir qu'on se on se les pose, ce soit pour pouvoir agir. [00'04'24] Alors une autre difficulté aussi, qui réside dans le fait que, souvent, les jeunes mineurs prostitués ne soient pas comme des victimes. [00'04'32] Ils ont souvent le sentiment trompeur de maîtriser la situation. D'ailleurs, c'est- on reviendra là-dessus- par rapport à la campagne nationale qui a été lancée. [00'04'40] Qui s'appelle je gère. [00'04'43] Par le gouvernement et que on aura l'occasion, dont on aura l'occasion de reparler durant ce webinaire. Alors, bien évidemment, nos enfants, souvent, n'ont pas conscience du danger et lorsqu'il se retrouve pris dans cette spirale, il est souvent trop tard. [00'04'59] Et malheureusement. [00'05'01] Souvent, on a du mal à les sortir de ceux de cette spirale infernale. [00'05'07] Alors on peut pas parler aujourd'hui. [00'05'10] Deux, deux la prostitution, sans parler de cette culpabilité des parents qui souvent va avec ce phénomène, parce que quelquefois on se sent bien seul et voir même quelquefois l'institution nous rend coupable de cette situation. [00'05'25] Nous identifie comme, ou identifient en tout cas, le cadre familial comme un terreau fertile pour cette, pour ce phénomène. Et il n'en est absolument rien. On va le voir tout au long du webinaire avec nos intervenants qui vont pouvoir nous expliquer que ce phénomène ne touche pas une catégorie socio-professionnelle de famille ou de deux parents ou [00'05'45] Deux d'enfants, mais bel et bien n'importe qui, à n'importe quel moment, et c'est pour ça qu'il faut qu'on reste vigilants, nous parents. [00'05'53] Alors la culpabilité aussi pour pour nos enfants, quand ils sont touchés par ce phénomène. Le regard de la société vis-à-vis de ce deux, de cette situation qui est difficile aussi, apporté autant pour les mineurs que pour les ont eu les parents. [00'06'07] Qui est très, très compliqué et qui quelquefois laisse des séquelles. [00'06'10] Qu'on a du mal à surmonter. [00'06'13] Alors, il faut garder quand même à l'esprit que la lutte contre la prostitution des mineurs, elle s'inscrit dans une problématique beaucoup plus large que simplement la prostitution des mineurs. Elle s'inscrit dans une, dans une catégorie que l'on qualifie de protection de l'enfance, parce que on oublie souvent, mais les jeunes qui se prostituent, même s'ils sont [00'06'32] Sont à l'aube de leurs dix, huit ans, restent des mineurs et restent donc des enfants. Et ces enfants, il faut les protéger. [00'06'41] Alors c'est bien d'enfants dont il s'agit et aux risques. [00'06'45] Quelquefois de l'oublier, en fait au prétexte que certains de ces adolescents sont justement à l'aube de leur majorité. [00'06'53] Et c'est pour ça que nous avons, nous avons souhaité. [00'06'58] Prendre ce problème à bras le corps. [00'07'00] Parce que nous pensons que la réponse doit être globale. [00'07'03] Elle doit être globale de la part des associations, comme nous, mais elle doit être aussi globale de la part des institutions. [00'07'10] Et toujours, toujours en lien avec les familles. [00'07'15] Donc, pour ce faire, nous vous proposons, en introduction de ce webinaire, de visionner un petit court-métrage, justement. [00'07'23] Qui a été fait par une association. [00'07'25] Et qui donc, euh, reflète faim, relate en tout cas le témoignage de plusieurs de deux mamans et deux, et d'intervenants dans le champ de la protection de l'enfance et qui va pouvoir nous, nous éclairer, en tout cas nous donner au moins un premier cadre pour pouvoir lancer notre débat. [00'07'43] Donc, je laisse la vidéo se lancer et on se retrouve après la vidéo. Merci à tous. [00'08'32] Ma fille avait seize ans quand j'ai découvert le se prostituer. Ma fille- [00'08'36] Elle avait quatorze ans. Je ne pensais pas que ça existait, ce n'était pas possible. On ne pourrait pas prendre des jeunes filles comme ça, les mettre sur le trottoir. Ça n'existait pas pour moi, pas ici en france. Existait ailleurs. [00'08'45] Non, pas ici, ce n'était pas possible. Je ne savais même pas que des enfants vont être dans cette situation. Pense plus: prostitution. [00'08'54] Des mineurs en thaïlande d'ailleurs, y trouve plus de mal à l'imaginer. [00'08'59] À côté de chez nous. On a du mal à imaginer. [00'09'02] Une banalisation. Aucune jeune fille pour dix, vingt euros fasse une fellation comme si [00'09'09] Comme si acheter une clope, comme si elle donnait un moment de l'effet, ont commencé au lycée. Elle a commencé à rentrer très tard. Elles se rendent à des soirées. Elle me dit qu'elle va chez une copine passer une soirée. Elle reçoit un appel et elle se prépare ça tous les jours comme ça avant la rentrée. Mais maintenant, ça, c'est bon. Moi, j'ai pas eu le rôle des éducateurs, alors déjà, et les deux. [00'09'29] De soutenir les, les familles, il est également de soutenir ces jeunes filles quoi qu'il arrive. [00'09'36] C'est-à-dire que il va y avoir plein de va-et-vient. Ça peut fatiguer aussi le professionnel, les va-et-vient, parce qu'on se dit: bah, finalement, ça sert à rien ce que je dis et ce que je fais. [00'09'44] Elle a commencé quelque chose qu'elle a pas fini. [00'09'47] J'ai passé des heures à parler avec elle et elle recommence. [00'09'50] Penser d'être tout le temps là. En fait, je vois quelque chose de très fort. [00'09'54] Sur comment établir un lien. [00'09'58] Entre un éducateur et un jeune. [00'10'02] Qui va permettre que le jeune ne se sent pas jugé? [00'10'07] Sur les actes qu'il peut commettre, dont il ne comprend peut-être pas forcément le sens. La première éducatrice m'avait carrément dit d'arrêter de regarder les experts schreiber. Ce n'était pas possible. Ma fille rentre de plus en plus tard. Quand je le lui reprocha d'une amie, tu n'es pas rentrée, elle me répondait: bah écoute, tu as entendu. Le centre social, pour lâcher du lest, ne m'a pas cru jusqu'au fameux jour où ma fille a déclaré qu'en effet, elle était prostituée. Certes, [00'10'27] Un processus professionnel, ont du mal à reconnaître que ça existe. [00'10'32] Que c'est très gras. [00'10'34] Hé. [00'10'37] Et que c'est pas des choses à prendre à la légère, il faut s'en occuper. Ça, c'est rare qu'on se soit aperçu de ce phénomène. Pour nous, les accompagnons souvent ça après coup. [00'10'48] Donc les, les clandestins c'est? je pense que non. [00'10'53] Ça participe justement, nous, peut-être, de ce sentiment, d'une, d'une absence de déconsidération. Y a aussi, je pense, un manque d'information. [00'11'01] Et un manque de formation chez certains professionnels pour aborder le sujet, l'orienter chez les professionnels, ce qui pourrait peut-être répondre à cette problématique. [00'11'12] Alors, j'ai été faire beaucoup de déclarations pour fugueurs au commissariat- la brigade des mineurs déjà, ils me voyaient souvent. Ils savaient pour la plupart que ma fille était dans la prostitution, qu'elle était mineure. Dans mon quartier, tous les commissariats de police me commet jusqu'à médicament et boum code fidélité. Je n'avais même pas encore franchi la porte du commissaire. [00'11'32] Aria que la personne me reconnaissant me disait: ça y est, elle est repartie, mais vous n'arrivez pas à la gérer, madame, vous n'arrivez pas à la tenir. [00'11'39] Moi, j'aurais bien aimé que ces gens-là, ils me disent comment tenir ma fille lorsqu'on doit se lever pour aller travailler le matin. C'est vrai que moi, je l'ai souvent entendu dans le cadre de mes audiences- fait des parents qui s'ennuient parce qu'on leur dit: mais y'a trop de déclarations dessus. [00'11'51] Finalement, même les adultes au commissariat se sentent impuissants, puisque ils ont l'impression uniquement de noter. [00'11'59] L'existence de ces fugues, mais, en même temps, c'est le seul moyen de savoir, d'une part, que l'enfant [00'12'04] Il est en vie. [00'12'05] On a des nouvelles et parfois, selon le degré de description des fugues, il peut y avoir des éléments intéressants et importants. Alors, cet agent, regardez ce messe. Il m'a dit: mais madame, votre fille se prostituent volontairement. Je vois rien ici qui dit qu'elle est forcée. [00'12'22] On peut rien faire. Non, elle ne va pas volontairement. Je connais aucune petite fille. [00'12'27] Belle prostituée. Ce n'était pas résigné. [00'12'30] Forcer, contraindre sous influence. Probablement en aucun cas on ne prend en considération que sont des enfants. [00'12'36] C'est-à-dire que on ne peut rien faire. Elle est d'accord avec ça. Un mineur qui se prostitue est avant tout un mineur victime, qui doit être protégé. Il est vrai que on parle souvent de majorité sexuelles avec des mineurs. Or, c'est une notion qui, juridiquement, n'existe pas. Le système pénalise le recours. [00'12'56] La prostitution, fils d'une victime peuvent être coupables. Les coupables, ce sont ces individus. Lac pour fuir, justement, de jeune fille un peu naïve. Elle n'a qu'à déclarer elle-même. Elle a déclaré être en danger. [00'13'07] Menacé. On avait menacé sa famille. Minibar. Y a des gens qui sont derrière nous. [00'13'13] Ici, on ne sait pas, ils vont nous tuer ou tuer ma famille. J'aurais pu avoir des informations. Non, on m'a rien demandé du tout. Moi, mon enquête, je l'ai fait toute seule. Ça m'a brisé le cœur, j'ai très mal, mais je l'ai fait toute seule. Qu'effectivement la maman le dit clairement: sa fille est en danger. [00'13'32] Et à ce titre-là, effectivement, un mineur ont donc cher, relève du du champ de la protection de l'enfance et donc du champ de l'assistance éducative du juge des enfants. Le juge des enfants, il n'est pas là pour chercher un coupable, surtout en matière de protection de l'enfance. Donc, il est plutôt là pour encourager les parents, pour les rassurer par rapport à ce qu'il se passe. Mais les rires. [00'13'52] Investir dans leur fonction parentale. [00'13'54] Le juge des enfants. [00'13'56] Il est là pour prendre une décision dans l'intérêt de l'enfant, tout en respectant l'autorité des parents. Déjà, c'est fondamental, parce qu'on ne pourra jamais faire sans, mais pas. Notre prochain rendez-vous, c'est le mois de décembre, avec le juge pour enfants qui devait décider ce qu'il allait faire de ma fille, quelle solution elle allait pouvoir m'apporter. Donc, j'attendais beaucoup de ce rendez-vous et ça s'est plutôt mal passé. En fait, on dit: elle est trop vieille, maintenant, on peut plus rien faire. [00'14'16] Donc, on n'a rien fait pendant un an et demi et ensuite, quand j'ai été les voir en peinture, [00'14'21] Stop, c'est trop tard. Allemands, les pratiquants maintenant. [00'14'26] Je pense que ça, c'est des positionnements personnels qui relèvent de la responsabilité de chacun des juges. Moi, je considère que jusqu'à la veille de la majorité, je dois être présente, donc, c'est pas quelque chose qui va me freiner. Le problème lié à l'atteinte de la majorité civile- donc, elle arrivait à l'âge de dix, huit ans- c'est que le juge des enfants n'est plus compétent. Pareil, nous allons. [00'14'45] Antoine, disait-on, ans et dix. Oui, moi, le juge des enfants, c'est que à dix, huit ans et devra clôturer le dossier d'assistance éducative. Et qui sera plus compétent? elle a bientôt dix, huit ans et les a pas encore. Donc elle peut encore être protégé. [00'14'59] Peut être protégée. Même si c'est un mois avant majorité, elle peut être protégée, une mesure peut être prise. Les délais d'intervention peuvent être quand même très long, c'est-à-dire qu'on peut se retrouver avec des délais de mise en œuvre des mesures qui sont [00'15'17] De trois à six mois, voire un an. [00'15'19] Donc, c'est vrai que quand on est dans une situation où une jeune fille est là seize, dix, sept ans, [00'15'26] Le temps, des choses se mettent en place parce que c'est faute de moyens. [00'15'31] Ça peut être complexe. [00'15'34] Et ça ralentit l'intervention. [00'15'37] C'est un premier point. Le deuxième point: il faut savoir que le juge des enfants, il intervient en dessous de dix, huit ans, mais il peut permettre aussi. [00'15'44] Qu'il y ait des, des mesures qui aillent au-delà, dans le cas de la protection de l'enfance, qu'on peut aller jusqu'à vingt et un ans. En tout cas, c'était vrai il y a encore pas si longtemps que ça, mais qu'aujourd'hui ça devient, ça devient difficile, parce que l'aide sociale à l'enfance a de moins en moins de moyens. Donc, du coup, pour pouvoir effectuer un accompagnement au-delà de la majorité. [00'16'02] C'est extrêmement rare. Pendant c'est un an et demi, je vais frapper à ta porte, mais je pense que la plupart du temps n'ait pas été entendu. Malheureusement, il y a pas que deux mamans dans ce genre de cave. [00'16'14] Y en a tout un tas. J'ai eu l'impression que tu es un peu l'autruche quand tu étais un sujet tabou. Fallait pas en parler, fallait pas que ça se sache que si ces brutes pour moi, ces gens-là, ils n'ont voulu rien faire. [00'16'26] Et non, ils n'ont pas cherché à m'aider. On pas cherché à aider ma fille. Tant que cette pratique ne sera pas reconnue en tant que telle, [00'16'34] Ne sera pas traitée. [00'16'36] En tout cas, n'essaiera pas de la traiter. Moi, je ne peux que regretter et constater que y a très peu de coopération et de préparation en amont, dans la mesure où tout le monde est surchargé en quantité de travail. [00'16'47] Avec peu de moyens. Ils ont du goût. C'est ce qui fait que la coopération [00'16'52] Elle se fait non pas dans le cadre, moi, je trouve institutionnel, mais c'est de relations de personne à personne, et tu faut que ça devienne du coup. Ça marche comme ça. Il faut vraiment qu'une volonté, cette volonté, notre volonté politique, c'est une volonté aussi des acteurs de terreau. [00'17'07] Un shooting d'union sacrée, c'est-à-dire clair sur les droits des enfants, pour lequel il faut le dire non-stop. [00'18'06] Nous venons de voir ce film sur la prostitution des enfants. Les murs parlent. [00'18'11] Ca a été réalisé par l'association agir contre la prostitution des enfants. [00'18'16] Et maintenant, nous allons accueillir mme bérengère aux alertes, qui est la déléguée générale de l'aspect pas. [00'18'23] Euh, qui va nous dresser un état des lieux de ce phénomène et nous parlera des actions mises en place dans cet axe. [00'18'30] Cette association. [00'18'32] Mme bérengère bodin. [00'18'37] Bonjour. [00'18'38] Bonjour, je ne sais pas signé. Je ne sais pas si vous me voyez, si c'est bon. [00'18'43] Oui, vous voyez, on vous entend très bien. Bienvenue à vous. Euh qu'ici faire. [00'18'47] Alors, merci, merci de m'accueillir. Donc, oui, c'est notre association, la sybille qui a, qui a produit ce film, mais j'ai un peu de satisfaction l'envoyant. Il a été produit à cinq, six ans et je trouve quand même que quelqu'un ça un petit peu changé. Il y a des choses qui ont changé. En particulier, c'est vrai qu'à l'époque, il y avait un déni très, très, très profond. [00'19'06] Et que aujourd'hui, le sujet a quand même émergé quand on dit: il faut qu'il y ait une volonté. [00'19'11] Faut que ça devienne une cause. Crois que c'est le cas depuis quelques mois, et donc on est très heureux parce que les choses vont bouger. [00'19'16] Alors, nous, notre association agir contre la prostitution des enfants, c'est une association qui existe depuis mille neuf cent quatre vingt six. Nous sommes uniquement concentrés sur la prostitution des enfants depuis le début, sachant qu'à l'époque, il y a trente, cinq ans, si on parlait de la prostitution enfantine, [00'19'35] Kidd et des de la prostitution qui était consommé. [00'19'40] En asie, on parlait du tourisme sexuel. [00'19'43] Depuis quelques années. [00'19'44] Huit, dix ans, on s'est recentré sur la prostitution des enfants en france, d'abord parce que d'autres associations, plus larges, puis internationales, ont récupéré la question du tourisme sexuel, qui était quand même plus facile pour nous, et que, dans le même mouvement, [00'19'58] La prostitution française a émergé de façon assez nette. Alors pour nous, [00'20'04] Du mal à apparaître au grand public, mais je crois que maintenant, aujourd'hui, tout le monde est bien conscient de la difficulté. Alors, d'abord, je brosse un tout petit tableau rapide de la prostitution des mineurs. [00'20'17] Sachant que najat belkacem a déjà bien planté le tableau, je trouve que les le la problématique était quand même tout à fait posée dans les termes que j'aurais que j'aurais pu donner aussi. [00'20'32] C'est un phénomène qui est difficile à chiffrer, très difficile à chiffrer parce que il a beaucoup de visages différents, dont certains disent que c'est de la position. Est-ce que c'est pas de la prostitution? je vais vous en dire un petit mot. [00'20'45] Je vous donne déjà les chiffres. Alors, les chiffres que vous avez relayé tout à l'heure sont les nôtres, que relaye aussi le gouvernement. Mais depuis trois, quatre mois, on a des nouveaux chiffres, donc a priori. Donc, on a un chercheur. [00'20'57] Qui a travaillé sur la prostitution des mineurs et qui évalue, au sein, rien qu'au sein de l'aide sociale à l'enfance, un quinze mille jeunes en six ans victimes de prostitution. [00'21'06] Donc, ça veut dire que, dans la population générale, vingt, trente mille, largement certainement. [00'21'11] Donc, c'est un phénomène qui a pris une ampleur époustouflante. [00'21'18] Qu'est-ce qu'on appelle la prostitution? je ne vais pas rentrer dans les détails. [00'21'22] Pour la loi, donc la protection des enfants est interdite. [00'21'25] Ou écrite dans le texte: depuis deux mille deux. [00'21'28] Et comme on disait dans le film, les enfants, c'est-à-dire les mots, les jeunes de moins de dix, huit ans victime de prostitution, relève de la protection de l'enfance. [00'21'37] Du juge des enfants. [00'21'40] Qu'est-ce qui relève vraiment de la prostitution? est-ce que quand ce dont on parle beaucoup, les fellations pratiquée dans les toilettes contre un macdo, contre un paquet de clopes, est-ce que c'est de la prostitution? [00'21'49] Les cam girls, les filles qui se masturbent en direct et qui reçoit devant leur leurs caméras- et reçus, reçoivent des pourboires en ligne. Est-ce que c'est de la prostitution? alors, pour la loi, il faut créer un contact physique dont, pour l'instant, les camgirls ne relèvent pas de la prostitution, même si, dans beaucoup de visages. [00'22'07] Voilà, il faut que. [00'22'09] Faut qu'il aient un contact physique, mais les choses sont en train de changer. [00'22'13] Alors. [00'22'15] Très rapidement, parce que je trouve que c'est intéressant de vous parler de vous, parents- vous êtes nombreux à des parents- est une association de parents. Il faudrait pour vous centrer. Mais comme on m'a demandé de faire un rapide exposé, je lui donne, je vous donne quelques mots, c'est que [00'22'27] Ces jeunes victimes de prostitution. [00'22'30] Elles ont des profils. [00'22'32] Assez varié. Le profil social est très varié. On peut trouver: [00'22'36] Des jeunes en situation de prostitution dans dans toutes sortes de. [00'22'41] Toutes sortes de milieux de culture d'origine. [00'22'46] Il y a quelque chose qu'elles ont dit: elle, parce que le féminin l'emporte dans le sens où, a priori, il y a beaucoup plus de femmes, de jeunes filles, de jeunes filles même si les garçons existent, mais un très grand tabou dans la prostitution des garçons, puisque les clients sont des hommes, les garçons victimes de prostitution. [00'23'02] Sont dans la prostitution homosexuelle, même si eux-mêmes ne sont pas forcément homosexuels, et donc il y a un tabou supplémentaires, et donc on a beaucoup, beaucoup de mal à connaître. Les chiffres des garçons, c'est encore pire. [00'23'14] Donc je j'utilise le féminin en estimant quand même une large mérité. Majorité sont des et son défi. [00'23'20] Dans la plupart des situations, ces jeunes filles ont vécu des événements traumatiques, des événements difficiles. [00'23'28] Et beaucoup. Vous savez, on parle de psycho trauma, ça, et beaucoup des viols, des violences sexuelles intrafamiliales, des, on a des harcèlements scolaire un peu dur, et donc on retrouve dans le, dans l'histoire de ces jeunes filles, souvent des difficultés majeures. C'est aussi pour ça, certainement, qu'on rencontre en grand nombre [00'23'47] Dans les foyers de l'aide sociale à l'enfance, c'est que souvent, ils ont vécu des choses suffisamment difficiles en famille pour avoir été confié justement à autrui. [00'23'55] Donc voilà, on voit aussi un dans leur profil. Il y a quelque chose qu'il faut quand même souligner très fort, c'est un refus de se reconnaître comme victime. [00'24'06] Alors l'âge. Je prendrai un petit temps parce que je sais que vous êtes. [00'24'11] Il y a d'autres associations qui interviennent sur ce, sur ce sujet-là, et là je distingue vraiment de population depuis longtemps. Il y a des goûts, des jeunes filles qui viennent de pays étrangers- jean, nigéria, de roumanie- et qui sont en fait, on peut utiliser par des gros réseau de proxénètes qui viennent les prostituées. [00'24'31] Les deux parfois. [00'24'33] Sûr dans une prostitution assez traditionnelle dans le bois de boulogne, sur le dos, sur le trottoir. [00'24'40] Et qui sont elles-mêmes extrêmement victimes et pas du tout volontaires pour faire cette prostitution. [00'24'49] Leurs problématiques sont très proches de prostitution, de la prostitution des majeurs. C'est des situations vraiment dramatiques, comme toutes les situations de prostitution. Et voilà, alors, nous nous nous occupons très peu de ce profil. Là, nous, dans notre association, on s'occupe des des jeunes filles. Là, l'immense majorité née en france, [00'25'08] Et donc même si elles sont victimes en de nombreux points, [00'25'12] Tout en étant absolument victime, même si elles ne se reconnaissent pas comme tel. Nous ne faisons pas berner. Elles sont victimes, mais elles y vont de façon en général assez volontaires dans des, dans des situations d'emprise, parfois d'addiction de stupéfiants. [00'25'29] De traumatismes, mais elles y vont quand même. Y'a une motivation de leur part pour y aller de façon. Leur consentement est très mal éclairée. Mais évidemment y a y a, et c'est pour ça que c'est très difficile d'intervenir sur ce phénomène, parce qu'elles vont pas venir vers nous en disant: c'est terrible ce qui m'arrive, venez m'aider, je veux m'en sortir à tout prix. Ça va pas être ça, les filles, les ficelles. [00'25'49] Voilà, et il y en a dans les familles. [00'25'52] Et c'est pour ça que je voudrais avoir un, avoir quelques minutes pour vous parler de deux de ce qui se passe peut-être dans les familles, parce que des parents parmi parmi nous- je suis moi-même mère de famille nombreuse, qu'est-ce qui est bien évidemment des signes qui peuvent repérer, des signes de repérage pour voir que qu'un enfant pourrait être dans une cite. [00'26'12] Tu as une prostitution. Mais il y a autre chose sur lequel je voudrais vous alerter spécifiquement: les parents. C'est ce qu'on appelle peut-être le mot n'est pas très juste, mais c'est difficile de trouver un des termes. [00'26'22] Allaitement, adapter les conduites prêt prostitutionnel, c'est-à-dire sont des conduites des [00'26'28] Des comportements, des attitudes des enfants. [00'26'31] Ski, traverse qui, finalement, on s'est rendu compte souvent, malheureusement, pouvait mener ensuite à la prostitution, et ça, je pense que c'est intéressant de l'avoir bien en tête, ça ilya. [00'26'44] En particulier quand les les jeunes [00'26'48] On voit souvent des its peuvent arriver, des images, des news, par exemple, ou des vidéos à caractère sexuel. T'as, souvent, ça peut être une première étape. Parfois, c'est parfois une image de un, une étape de la marchandisation du corps. Parfois, c'est comment ça? on envoyer une photo de ses pieds. Oui, ça commence de façon assez innocence. [00'27'05] Sont prises par des prédateurs qui leur demandent de plus en plus. [00'27'08] Il y a aussi le harcèlement. Il faut s'arrêter un instant sur le harcèlement, parce qu'on se rend compte que beaucoup de jeunes filles, en particulier, sont harcelées. [00'27'15] À la suite, en particulier de jeux, des jeux type action ou vérité, ou le jeu de la bouteille, où on va comme gage leur donner, tu fais une fellation de façon très spontanée. On saurait, on est, on est désemparé à notre génération de voir à quel point ça se fait de façon spontanée. [00'27'30] Même si c'est toujours un traumatisme pour la jeune fille qui le traverse, évidemment. Et donc, les filles songeuse, les jeunes filles, très innocent, souvent très jeunes, dès le début du collège, peuvent être soumises à ce genre de gage, n'osent pas s'opposer à la pression du groupe. Ensuite, une ou des vidéos sont prises, elles tournent dans le collège. Ensuite, cette [00'27'50] Jeune fille reçoit dépression, subit un harcèlement scolaire. [00'27'55] Un harcèlement dans le cadre de son collège très dur. [00'27'59] Et pour eux, avec eux, dépression de toutes sortes qui va les amener. Mais là, j'ai pas le temps d'en parler, parce que j'ai plusieurs heures pour en parler là, vers quelques minutes, c'est difficile parfois aller vers des conduites de prostitutionnel. Voilà donc, elles sont déjà victimes d'un d'un premier traumatisme, le harcèlement du coussin. C'est un enjeu majeur. [00'28'18] Les signes de repérage via les fugues? fait-il que l on élit des biens de consommation très cher- des chaussures, des sacs? y a une hyper connexion, y'a des décrochages scolaires et des difficultés avec les parents relationnels. Chacun de ces éléments n'est pas significatif, mais mis ensemble, on peut se poser des questions. Voilà, [00'28'35] Je vais très vite. Je voudrais juste faire un petit peu plaidoyer auprès de vous sur [00'28'41] Pourquoi il faut agir au niveau de l'école et en particulier avec les parents, parce que nous, alors nous, dans notre association, a une spécificité, c'est que on veut dans tous les cas associer les parents. On reçoit beaucoup les parents, au téléphone en particulier, mais aussi dans nos locaux, et on travaille avec eux, pas seulement avec les professionnels, mais beaucoup avec les parents. [00'28'59] Il y a- et je pense que chaque membre de des gens à peu près de notre génération doit en avoir conscience- la société a changé sur le plan de la sexualité, la secte. Il y a trois éléments qu'il faut absolument qu'on ait en tête en tant que parents. Un: aujourd'hui, il y a une mise en scène de soi, avec une hyper sexualisation, car il est très, très tôt. Avec un: [00'29'18] Instagram, on se met tout de suite en avant, y compris en mettant ses formes féminines en avant, etc. Et c'est tout à fait dévalorisé, pourrait dire, avec des stéréotypes de genre très fort aussi dans la télé-réalité. On ne veut pas vous faire tout un exposé, mais c'est des éléments. [00'29'34] Avec un culte de l'argent qui, quand même, atteint aujourd'hui des, en partie dans la télévision, est aussi dans l'intérêt les réalités, y a quand même une mise en valeur de l'argent qui qui grandit toujours et il y a un élément majeur, un essor de la pornographie des plus jeunes qui a débuté. J'ai fait une grosse étude là-dessus en deux mille dix neuf. [00'29'53] Débuté en deux mille treize. [00'29'55] Ça correspond à l'équipement de nos ados en smartphone, donc la possibilité de recevoir internet tout seul dans sa chambre, grosso modo. Et donc, la pornographie a pris une ampleur. La moyenne d'âge est de quatorze ans, ça veut dire que tout, tout jeune. [00'30'11] La sexualité à travers des images de pornographie. [00'30'14] Ces images évidemment. [00'30'17] Ce sont des images, construit pas par des marchands, pour des hommes hétéro normé beaucoup plus âgé. Donc, évidemment, la course la sexualité adolescente se construit dans des stéréotypes, qui ne qui n'est pas du tout adapté à leur, à leur profit, et donc [00'30'33] Y aurait beaucoup de choses à dire là-dessus, mais ces trois éléments se font que les jeunes aujourd'hui manquent de repères sur en, particules et dignité du corps. Parce que si on ne leur parle pas, si on dit pas que le corps, c'est un une marchandise différente des autres, [00'30'47] Si. Si ça n'a pas de dignité particulière, je peux le vendre, et ça coûte cher. [00'30'51] Donc voilà. [00'30'53] Ii faut, il est urgent que les parents et l'école, mais en plus les parents, et un contre-discours sur le corps et la sexualité. Voilà, et je vais juste en venir très rapidement aux actions de la sépia. Nous, on fait de la formation partout en france, on fait des campagnes de communication et plaidoyer. [00'31'11] Et on fait beaucoup de procès. Une quarantaine de procès en cours fait beaucoup pour des proxénètes, parce que les clients, pour l'instant, ne sont pas du tout poursuivis, et c'est un vrai sujet. Ce sont comme des des pédocriminels, les clients. Mais je ne sais pas, ça a pas l'air de poser problème et j'aimerais dire que ces sujets émergent et, surtout, on développe un réseau: ados sexo. [00'31'30] On a en seulement huit permanences pour l'instant, mais on est en train de le multiplier énormément partout en france. [00'31'36] Pour que les jeunes en situation de prostitution, leurs parents, les éducateurs et [00'31'42] Et des personnes. [00'31'43] Au bout du fil et qui puissent se les accompagner. [00'31'47] Et allez l'école. On propose plusieurs actions, une double conférence, et là, je vous en parle, vous, en tant que membre de la cité. Nous, on peut proposer des doubles conférences: une conférence pour les parents et les professeurs. [00'31'58] Pour un peu poser un peu le cas de cette sexualité des risques. [00'32'03] Des risques hum. [00'32'05] Des risques de la sexualité, nos sens profond, voyez, je dirai plutôt c'est. [00'32'11] Les réseaux et la place de l'adolescent. Rolala contre les réseaux et la construction de l'adolescent. Quelque chose a donc deux conférences: une pour les adultes et une pour les jeunes. [00'32'20] On fait de l'animation de débats, et puis on fait aussi des, alors des l'animation de débats en classe, en demi classe, et puis des ateliers. Voilà, et, mais je m'arrête là parce que j'ai beaucoup de choses à dire. Et surtout, je pense qu'il y a une urgence absolue à développer la prévention, parce que quand un jeune entre dans la prostitution, n'est bien placé pour le dire, c'est extrêmement long. [00'32'40] Difficile et coûteux lui ont fait leur en faire sortir et hasardeux. [00'32'44] C'est compliqué sortir la prostitution, donc il faut arriver avant. [00'32'48] Et donc j'interpelle l'ensemble des parents disant i il faut arriver dans la prévention avant ce fléau se déploie. [00'32'55] Merci de m'avoir écouté. [00'32'57] Coucou, merci, merci, bérangère alerte. Merci beaucoup. Merci pour votre intervention. Alors, en effet, on va, on va continuer ce tour de table. [00'33'07] Juste, juste avant de laisser la parole, je voudrais juste dire quelques, quelques réactions à votre intervention, parce que ce n'est pas vraiment des questions, donc je préfère, voulez lire maintenant, comme ça on ne perd pas trop le fil. [00'33'21] Donc c'est agnès. [00'33'23] Rouler, qui nous dit- je suis gêné par le terme de volontaire, car si la majeur, la majeur d'entre elles viennent de là, euh, c'est parce qu'elles ont déjà vécu, vécu un trauma. Elles ont l'impression de leur rue de leur rejouer, de le rejouer de façon active, avec le sentiment de la maîtrise, alors qu'elles ont été sous emprise. Donc, le point de vue d'un psychologue serait intéressant. [00'33'44] Cela dit bien faim, c'est bien le manque de tels moyens. Est-ce que ça vous ennuie, pardon? [00'33'51] Qui est-ce que ça vous ennuie? juste, je voudrais intervenir parce que je suis totalement aligné, et d'ailleurs, une partie de mes conférences, c'est sur le psycho trauma et la façon de rejouer la prison. Si quoi trauma dans le, dans la prostitution, de quoi je suis bien aligné. J'espère que vous n'avez pas compris le contraire. Non, non, pas de soucis bérangère, on va. On va justement y revenir. Je voulais juste. [00'34'11] Vous lire la réaction, mais vous pourrez intervenir à la fin de la table ronde. [00'34'15] Laissez nous, nos invités, intervenir tour à tour et ensuite, je veux, bien évidemment, je vous laisserai réagir à toutes les questions et les réactions qu'on a pu avoir pendant le webinaire. Pas de problème, merci en tout cas pour pour cette, cette première intervention. Alors, on continue notre, notre tour de table et nous avons plaisir alors de vraiment. J'insiste parce que [00'34'36] C'est assez, c'est, c'est, c'est assez exceptionnel pour le souligner. [00'34'41] Parce que en fait, [00'34'43] C'est un acteur, c'est un partenaire essentiel dans cette lutte. [00'34'47] Nous accueillons benoît rochon, chef du bureau de l'action sociale et de la santé au ministère de l'éducation nationale, et qui va donc maintenant aborder, et où on va s'intéresser un peu plus spécifiquement à l'aspect éducation, et qui va donc aborder les actions mises en place au sein de l'institution scolaire par le, par le ministère et plus largement. [00'35'08] Merci, monsieur ronchon, nous d'avoir répondu positivement à notre invitation. Nous sommes ravis de vous avoir ce soir parmi nous. Merci encore. [00'35'16] Je vous en prie, je reviendrai, si vous mourez. Avis divergent, entre autres: les allemands préparent mon bureau. [00'35'24] La relation école- famille. [00'35'28] Du jeu. Je pense que je pourrais venir plusieurs fois sans épuiser tous les sujets de conversation. [00'35'35] Au revoir. Alors je reviendrai pas un peu sur la description du phénomène prostitution pour les mineurs. [00'35'43] Je vous dis d'avance, je ne parlerai pas non plus de professionnels de santé d'éducation nationale, puisque j'ai vu qu'on avait une collègue infirmière à qui je ne vais pas voler. [00'35'54] Son intervention est donc juste de me concentrer plutôt sur ce qu'on fait. [00'35'59] Entre les deux. [00'36'02] Alors le intervenantes d'avant avait raison le souligner. C'est un sujet pur émergent. [00'36'11] Notre, qui émerge fortement ces dernières années, surtout ces derniers mois. [00'36'16] À l'education nationale. On se bat excessivement d'engie suis-je arrivé? [00'36'21] Y un an et demi, quand on m'a dit: je suis désolé, je vous raconte ma vie, mais quand aurélie m'a dit: il va falloir vous occuper de prostitution, jauge, bon, d'accord. Il s'avère que mes pense que les deux enseignants n'ont que mon père et ses petits vingt ans dans le, dans la loi. Donc j'ai appelé gibbons. Comment ça se passe, comment tu fais pour repérer ce que la vie scolaire [00'36'41] Quand même un endroit où on voit pas mal de choses, m'a dit: en vingt ans de carrière, j'ai jamais vu un cas de prostitution. Je regardais dessus, je me suis dit: bon bien, un problème, c'est que facebook n'en a pas eu. C'est gênant, et tu ne les as pas vus. [00'36'54] Et c'est là, à mon avis, là le vrai. [00'36'58] Un axe de progression. [00'37'00] Un pont entre un des deux grands axes de progression. [00'37'05] Je vends nous. [00'37'08] Je tiens d'abord à souligner inclus. [00'37'10] Les mineurs sont victimes, n'est-ce pas basque? [00'37'14] Une personne prostituée devient majeur, qu'elle cesse d'être victime. [00'37'18] Je pense que vers l'âge de dix-huit ans n'est pas une frontière en ce qui concerne. En ce qui concerne. [00'37'26] Sous ce sujet-là. [00'37'30] Un rôle. Que fait l'éducation nationale? elle fait trois choses. Elle fait de la prévention primaire, de la prévention secondaire, la prévention tertiaire, donc, elle intervient en amont: un pour limiter le risque de prostitution, a la fois caustique prostituée, mais aussi caustique prostitua. Elle fait de la prévention secondaire. [00'37'49] Du repérage, finalement pas du traitement. Et là, elle fait de la prévention tertiaire ans, malheureusement. [00'37'57] Moins, puisqu'au moins c'est moins son rôle, mais donc avec contribué. [00'38'02] Dans une dynamique de de sortie d'un postiche. [00'38'08] Alors comment on fait pour réduire le risque d'entrer? [00'38'12] Dans la prostitution. Quand vous l'avez dit, c'est pas un phénomène qui épargne certains milieux. [00'38'19] En revanche, on a un certain nombre de fragilités chez les jeunes disposent situé à un, quand bien même on connaît mal le phénomène. [00'38'27] On sait que la capacité du jeune [00'38'30] Ah. [00'38'33] Un protéger son corps, à avoir une bonne estime de soi. [00'38'38] À percevoir les risques d'une situation. [00'38'42] C'est susceptible de le protéger. [00'38'47] De l'inciter à ne pas entrer ou, en tout cas, à voir les dangers d'une situation d'entrée dans la prostitution. [00'38'55] Pour un éventuel consommateur. [00'38'57] Un, y compris dans les témoignages, une voix. [00'39'01] Rajouter. Y a peu d'études, mais a quand même quelques-unes, qui ont été faites par la la. La vie de paris et le département de la seine-saint-denis, notamment, sont assermentés à intéressantes de ce point de vue-là. Y a, des jeunes mineurs se prostituent. [00'39'16] Avec des jeunes prospects net mineurs qui les prostituent et des jeunes clients mineurs. [00'39'24] Et donc, on doit travailler à l'éducation nationale sur l'ensemble de ces aspects. Concrètement, qu'est-ce qu'on a? comme on dit, on a tout ce qu'on fait autour la promotion de la santé et en particulier autour de l'éducation à la sexualité. Je voyais que dans le, le, le tchad, [00'39'42] Avait été un point qu'a été soulevé. [00'39'45] L'éducation à la sexualité. Bien entendu, elle s'intéresse à la santé sexuelle. [00'39'51] Et à la présidence de j s t, mais heureusement pas que on travaille. [00'39'56] Autour des questions à d'égalité de filles-garçons, de lutte contre les violences, de respect d'autrui et, plus généralement, en train de converger. [00'40'07] Différentes stratégies éducatives hors programme, que l'on qualifie d'éducation transversale. [00'40'16] C'est notre travail autour du développement des compétences psychosociales. Ce qu'on voit bien aujourd'hui que le temps des élèves. [00'40'25] Il tend des enseignants aussi est limité dans la semaine, on a beaucoup, beaucoup d'objectifs autour. [00'40'32] Jv, je ne vais citer que ce que je porte dans mon bureau, mais l'éducation à l'alimentation, l'éducation à la sexualité, la promotion de la santé. [00'40'42] La l'éducation à la sécurité routière, le l'éducation au secourisme, la prévention des conduites addictives. [00'40'51] Moi, j'en change, et je n'ai cité qu'une partie des missions que je porte dans mon bureau. Et je ne suis pas le seul à porter des éducations transversales. [00'40'59] Et donc à un moment donné. [00'41'01] Non, on a intérêt à construire une politique qui soit cohérente, avec des synergies entre ces différentes éducations. En se disant qu'un jeune [00'41'11] Nicky a été. [00'41'13] Sensibiliser à se prémunir d'une situation à risque, par exemple autour de la prévention des addictions ou dans le cadre de l'éducation à la sécurité routière. Il sera capable de remobiliser cette compétence dans une autre situation à risques liés à la prostitution, même si on travaille autour du harcèlement- la prévention du harcèlement, à respecter les autres. Qui sera plus? [00'41'34] Enclin à ne pas aller acheter un service sexuel. [00'41'40] Donc, on essaye d'avoir une politique cohérente autour de ça. [00'41'44] Mais ça n'épuise pas le sujet, et on doit construire et on travaille notamment avec le mouvement du nid. [00'41'52] À réfléchir à comment on peut se doter d'outils performants autour de la question de la sensibilisation. [00'42'02] Au risque de nous, aux dangers de la prostitution. [00'42'08] Et moi, j'aimerais vous dire, puisque là où je suis né à avec des parents d'élèves, [00'42'15] Quel peut être votre, votre rôle à vous? [00'42'19] Et moi, je pense que vous avez un rôle à jouer dans cette prévention, à la fois auprès de vous, vos propres enfants. [00'42'26] Deux, de leur parler de cette question-là, de leur parler d'éducation à la sexualité, parce que [00'42'33] Moi, je je suis assez convaincu que c'est le rôle de l'école d'y contribuer. [00'42'39] Mesnil et de l'école n'a pas le monopole de cette, de cette éducation, et ca doit se faire de manière conjointe entre les parents et y. [00'42'52] Entre les parents et l'école. Et à ce titre-là, on a un site. [00'42'56] Fréquenté mais peut-être pas suffisamment, s'appelle la mallette des parents, dans lequel on va très prochainement mettre un peu en ligne de nouvelles pages autour de la question de la prostitution et qui permettront de proposer des ressources pour vous aider à en parler. [00'43'11] Avec, avec vos enfants. Le deuxième et le deux, le deuxième rôle. [00'43'16] Hélas, il est un peu plus délicat. [00'43'19] Je ne juge pas tout à fait sûr que je reste taffer fait dans mon devoir de réserve, mais il y a un enjeu autour de l'éducation à la sexualité entre des parents et entre les parents et l'école. [00'43'32] C'est que si on veut que ce soit efficace, je dois commencer tôt, de manière adaptée à l'âge. Mais on roule, delphine delcourt. [00'43'41] Dcb. [00'43'44] C'est souvent difficile à accepter pour les, pour les parents, et il y a beaucoup d'enseignants qui serait freine, qui n'en parlent pas, qui refusent d'aborder cette question en classe parce qu'ils ont peur de la réaction des parents d'élèves. Or, nous, on cherche à les accompagner et à les aider. [00'44'02] Aider à trouver la manière de présenter les choses qui permettent de recueillir l'adhésion de la communauté des parents d'élèves n'est pas toujours simple, et ce serait sans doute utile qu'une association comme la vôtre [00'44'15] Elle soit un peu plus proactive, y compris pour challenger les équipes éducatives pour qu'elles mettent en place [00'44'23] Dvd: stratégies d'éducation à la sexualité dans les écoles et dans les établissements. [00'44'29] Le deuxième enjeu, j'ai des soucis. Peuvent t-il être sensibilisés? le sont-ils actuellement? art. J'y viendrai. [00'44'35] C'est une très bonne question dont j'ai prévu de parler. [00'44'38] Juste après. [00'44'42] Autour de la question du repérage et l'alerte que pour le coup sur l'éducation à la sexualité. [00'44'49] Tenté de vous dire. Quand on travaille autour du respect du but du corps, par exemple, on travaille aussi bien à la prévention des violences sexuelles, à la prévention de la prostitution qu'à la prévention des violences sexuelles intrafamiliales. [00'45'00] Sur la question du repérage et. [00'45'03] Et de l'alerte. Je parlais de moi, mon père ou moi, ça, ça, ça m'a fait chier. [00'45'07] Quand même quelqu'un d'expérimenté s'il n'a pas vu si peu à ce qu'on lui a pas dit de regarder. Et quoi regarder? une des difficultés, c'est que les dessines sont pas évident à voir. [00'45'19] Mais comme sur les violences sexuelles intrafamiliales par ailleurs. [00'45'23] D'ici ne sont pas habitant à avoir et surtout, les gens sont pas exercé parce qu'on leur a pas dit qu'il fallait regarder. [00'45'30] Et l'autre. La troisième difficulté, c'est que une des princes, un des principaux indices de la prostitution, c'est le décrochage et la déscolarisation. Vous voyez toutes les difficultés qu'a l'école à repérer ce type de. [00'45'44] Ce type de phénomène. [00'45'47] Alors y a quand même un indice, ainsi, le changement brutal de niveau de vie et changement brutal de comportement, avec des comportements très sexualisé. [00'45'57] Mais ça, il faut être capacité en capacité de le voir très rapidement et que ça crée un signal d'alerte au sein de la communauté éducative. [00'46'06] Les enseignants, la vie scolaire. [00'46'08] Un certain nombre de personnels, ressources, dont le le service social et des personnels de santé. Mais si je vous l'ai dit, ce sujet-là, je et je le laisse. [00'46'18] Amas collègues, dont l'un gagne une vraie nécessité de former les personnels. [00'46'24] En mai, si j'ai bonne mémoire. Je ne me souviens plus des cafés, des dates. On a une action, on organise en haleine une, en administration centrale, un plan national de formation des cadres academy. [00'46'36] Sur le mont aaron, dont tous les ans, on a un séminaire. [00'46'41] Autour de l'éducation à la sexualité. Cette année, on le dédie en très grande partie. [00'46'46] A la question des violences sexuelles. [00'46'49] A la question des violences sexuelles sous plusieurs prises, dont on aborde la question des violences sexuelles intrafamiliales, on aborde la question de la prostitution et on aborde la question de l'éducation à la sexualité dans le premier degré, dont vous aurez compris que c'est un levier très important de de la prévention. [00'47'07] Et on s'attend ce c'est généralement ce space que les outils, les ressources, la connaissance qu'on aura transmis à ses cadres académiques ruissellent dans les plans académiques de formation, tout comme ça qu'on a organisé. [00'47'22] Où ces cadres reviennent avec ce mal, le matériau continuera à donner pour organiser eux-mêmes leurs propres séminaires pour les collègues en acadie. [00'47'32] On travaille également avec le mouvement du nid qu'on a financé pour que pour créer un nouveau guide. [00'47'38] Sûr, sur la prostitution. Moi, je me suis questionné à un moment donné si il fallait qu'on en fasse un. Pour être très honnête, j'aurais deux. On aura des difficultés à faire mieux que ce qu'a fait cette association et donc, si vous voulez un panorama assez claire de comment on repère, [00'47'55] Une situation. Moi, je vous invite à relire via le lien sur joujou. Mettrai des liens sur eduscol dans la conversation quand je rattraperai, puisque sinon je vais avoir du mal à continuer. Mais vous pouvez télécharger en ligne. [00'48'07] Ce guide via un lien ou sur sur une sur la page eduscol consacrée à cette question-là. Il est vraiment très bien fait où on les diffuse au sein de notre, notre réseau, notre réseau académique. [00'48'23] Et puis après, on a deux gars aussi à développer une culture du signalement. C'est pas tout de repérer des situations, mais il faut aussi être en capacité de passer le relais à une institution dont c'est le le métier. [00'48'37] Soit la crypte. Mais là, on est quand même sur des situations qui nécessitent de saisir le parquet. Et si j'ai bien vu, [00'48'45] Dans la liste, de vous inviter à un autre collègue du ministère de la justice qui pourra. [00'48'51] Vous en parlez. [00'48'53] Mieux que moi, mais en tout cas on a une maladie. [00'48'57] À un blocage un peu culturel- qui, par ailleurs, est de moins en moins vrai- sur le fait de signaler des situations. [00'49'05] A plus en plus une culture de la du signalement au sein de l'éducation nationale. [00'49'11] Et de passer le relais à une institution qui est capable de faire quelque chose. [00'49'15] Puisqu'en la matière, à part repérer, on est un met un peu du rebelle à alerter, on est un peu démunis en la ou les parents et les élèves peuvent nous accompagner. C'est sur le signalement de. [00'49'30] Deux, deux situations qu'il voit après. On n'a pas une stratégie axée sur la prévention par les pairs. [00'49'37] Dans la mesure où on en tout cas, on n'a pas une stratégie de la prévention axée sur la prévention par les pairs en matière de protection de l'enfance. [00'49'47] La prévention des addictions, par exemple, c'est un axe mal, ou le harcèlement, c'est un axe majeur de notre politique. [00'49'52] Parce qu'il nous semble. [00'49'54] Pas adapté de faire peser la responsabilité du repérage et du signalement, et donc de la culpabilité, si jamais on n'a pas fait, sur les élèves et sur les copains de classe. [00'50'07] Il n'empêche que si, à un moment, un parent ou un élève, ou le parent d'un élève qui a vu quelque chose est obi-wan, faut bien entendu. [00'50'15] On s'attend à ce qu'on puisse compter les uns sur les autres pour alerter, repérer et signaler une situation. Et puis enfin- mais là je serai bref parce que c'est plutôt une mission d'appui sur la prévention tertiaire- on a toute la stratégie de scolarisation des élèves. [00'50'36] Partir. [00'50'37] Deux de la constitution et être encore en âge scolaire. [00'50'42] Pour leur permettent de reprendre une vie. [00'50'47] Plus normal. [00'50'49] Et de deux, de se réinsérer dans un parcours scolaire et un parcours de vie. [00'50'56] West ne serait pas victime à georges bach, et quand vous n'avez pas parlé un peu des des objectifs de l'intervention, comme avant, je me disais que ces informations pour nous être utiles, mais j'ai prévu de rester, contrairement à ce que je vous avez dit, jusqu'à la fin. [00'51'13] Du séminaire et donc serais ravie de répondre à vos questions à la fin de la séance. [00'51'25] Questions qui ont été posées également sur le tchatche, que vous avez pris le temps d'y répondre. [00'51'31] C'est vrai aujourd'hui. Il y a également un lieu où nos enfants se rendent lorsqu'ils sont gays: scolaires. [00'51'38] C'est là une infirmerie. [00'51'40] Où il y a des infirmières qui qui sont là à leur écoute, qui les accompagnent. [00'51'45] Pour leur donner des conseils qui sont là pour tous, pour mettre en avant tout ce qui est prévention, et c'est tout naturellement que nous avons estimé [00'51'56] Inviter mme samia pommery, qui, infirmière scolaire et secrétaire départementale du sni effectue et qui va nous parler de son expérience de terrain et évoquera également les actions de prévention et de repérage qui peuvent être mises en place auprès de nos jeunes. [00'52'14] Madame maunoury, c'est à vous. [00'52'18] Oui, bonsoir à tous. Merci pour elle, accès pea pour cette invitation. [00'52'24] Non, donc effectivement. [00'52'27] J'ai abordé concernant la prostitution des mineurs. Quelles sont les actions de sensibilisation en milieu scolaire? [00'52'35] Donc euh, concernant nos collègues, selon la dernière étude du centre de victimologie pour les mineurs, d'après les données enregistrées par les services de police et de gendarmerie concernant les crimes et délits en france, [00'52'49] En deux mille vingt. [00'52'51] Environ une victime de proxénétisme de nationalité française sur deux est mineur. [00'52'58] Les victimes de prostitution de mineurs sont majoritairement des filles âgées entre quatorze ans et dix sept ans. [00'53'04] Il est donc évident, même si ce sujet reste tabou, que des infirmières de l'education nationale sont confrontés à des élèves qui la pratiquent. [00'53'14] Les programmes de prévention en milieu scolaire constituent donc un levier d'action efficace pour limiter les risques d'entrer dans ce cercle vicieux. [00'53'24] Ils doivent permettre de définir ce qu'est la prostitution, d'expliquer en quoi elle constitue une violence commise envers la personne prostituée, prostituée. [00'53'34] Loin de tout comportement sexuel déviant. [00'53'39] Le défenseur des droits recommande d'ailleurs dans ses rapports de favoriser une approche globale de la sexualité, intégrant ses aspects affectifs. [00'53'50] Psychologiques et sociaux. [00'53'52] En même temps que reproductif. [00'53'55] Sans oublier les notions de respect, de consentement et d'intégrité. [00'54'01] Mais ne nous y trompons pas, les jeunes qui se prostituent ou envisagent de le faire sous souvent dans une forme de déni des risques et des conséquences. [00'54'11] Pour certains, en rupture ou pas, subvenir économiquement à ses besoins ou à ceux de sa famille peut être une source de motivation. [00'54'21] Ces adolescentes peuvent en effet avoir une vision idéaliste de la prostitution. [00'54'26] Ou bien la considérer comme une prise de risque mineurs parmi d'autres, sans avoir conscience des violences auxquelles ils s'exposent. [00'54'35] Toutes les actions pour le développement des compétences psychosociales et l'éducation à la sexualité peuvent permettre d'empêcher l'entrée dans le système prostitutionnel ou d'aider à prendre conscience des dangers pour en sortir. [00'54'49] Aborder le respect, le consentement, l'estime de soi et la relation à soi, à l'autre, dès le plus jeune âge est une nécessité. [00'55'00] Et le discours doit évoluer selon le niveau de compréhension de deux élèves. [00'55'04] Comme le défenseur des droits, le snk s'effectue, identifient des obstacles aux actions de prévention, dont le manque de professionnels qualifiés et la résistance de certaines familles pour que ces questions soient abordées en milieu scolaire. [00'55'19] C'est pourquoi le snes fsu revendique des créations massives de postes infirmiers, afin que chaque établissement soit doté, a minima, d'un poste d'infirmier. [00'55'30] De la même façon, les lycées généraux et technologiques, qui ont vu supprimer les postes d'assistantes sociales pour couvrir le premier degré, à l'effectif, à effectifs constants, doivent être redouté. [00'55'44] Sur cette thématique comme sur de nombreux autres, le travail en équipe de toute la communauté éducative en lien avec les cbc, donc plus comité d'éducation à la santé et à l'assiste à la citoyenneté. [00'55'57] Et les conseil de vie collégien ou lycéen est impératif. [00'56'01] Il permet ainsi de croiser nos regards et de favoriser une meilleure analyse et prise en charge du jeu. [00'56'08] Mais la prévention de la prostitution des mineurs ne s'arrête pas aux actions collectives. Elle passe aussi par l'éducation à la santé individuelle lors des consultations infirmières de premier recours, consultation dont le snuipp fsu revendique sans relâche le renforcement. [00'56'24] En effet, un certain nombre de signes ou de vulnérabilités constituent des signaux d'alerte qu'il faut pouvoir repérer afin de venir en aide aux jeunes entrés dans la prostitution. [00'56'36] A savoir: [00'56'37] Le décrochage scolaire. [00'56'39] Des rapports conflictuels et difficiles avec l'école. [00'56'43] Faible estime de soi. [00'56'45] La drague, la dague, pardon, la dégradation de l'hygiène de vie, troubles du sommeil, de l'alimentation. [00'56'52] Le changement d'apparence physique. [00'56'55] Les carences affectives et ou éducatives liées à des contextes familiaux dysfonctionnels que l'élève peut aborder lors de soins ou d'entretien. [00'57'05] Des fugues. [00'57'06] Des prises de risques, des risques sexuels, des addictions- alcool, stupéfiants, etc. [00'57'13] Et des violences pendant l'enfance, principalement intra-familiales et ou sexuelles. [00'57'20] Pourquoi? voilà, c'est un, un. Voilà les les, un exemple majeur de ce qu'on peut retrouver. [00'57'28] Dans l'étude citée au début de ses propos. [00'57'31] Avant les faits prostitutionnel. Les mineurs victimes rapportent un parcours marqué par l'absentéisme et la et la déscolarisation. [00'57'40] Tous ces signes ne permettent pas toujours le repérage et peuvent laisser penser les difficultés psychologiques, sans qu'il soit possible de déterminer facilement si elles s'inscrivent dans le cadre de violences sexuelles. [00'57'52] En cas de doute, il faut établir une relation de confiance avec l'élève concerné pour aborder le sujet. [00'57'59] Cette relation peut être facilitée par la notion de secret professionnel favorable à la libération de la parole. [00'58'07] Il apparaît donc évident que les consultations infirmières à la demande de l'élève ou de l'équipe éducative, [00'58'13] Libre et gratuite, sans jugement, au sein d'un de leurs principaux lieux de vie. [00'58'20] Es primonial sont un cadre privilégié. [00'58'24] Il arrive aussi que l'infirmière reçoive un élève en consultation afin de l'alerter au sujet d'un ou d'une amie. [00'58'31] Dont ils craignent qu'elle soit, où qu'il soit dans un ordre entrée en dans un, dans un engrenage prostitutionnel. [00'58'42] Outre l'augmentation des postes infirmiers, le phœnix revendique: il revendique des formations pour améliorer les actions d'éducation à la santé collective et la prise en charge des élèves et du suivi qui en découlent. [00'58'55] Parce que les méthodes de prévention et les problématiques évoluent. Ces sujets doivent être abordés dans la formation initiale, mais aussi en formation continue, afin d'outiller les infirmières à prévenir, repérer et accompagner. [00'59'11] Lors de son dernier congrès rassemblant la profession et auquel lave ses plats, nous a fait l'amitié de participer. Nos deux organisations ont rédigé dix propositions simples et réalistes, capables d'agir concrètement sur la santé des jeunes aujourd'hui pour les adultes de demain. [00'59'29] Je vous en cite trois appropriées au sujet qui nous rassemble ce soir. [00'59'34] Donc la proposition par exemple numéro trois. [00'59'37] De la maternelle à l'université. [00'59'40] Tout élève ou étudiante ou étudiant. [00'59'43] Doit avoir le droit et pouvoir accéder de façon inconditionnelle. [00'59'48] A la consultation infirmière dans son établissement scolaire. [00'59'53] La proposition numéro cinq. [00'59'56] Tout élève et étudiant a le droit d'avoir accès à des professionnels de santé autonomes, responsables et dûment formés. [01'00'05] Capable de lui apporter un accueil et des réponses de qualité en totale indépendance. [01'00'12] La proposition numéro sept. [01'00'15] La simplification du parcours des élèves, des étudiants et de leurs familles. [01'00'20] Par le remboursement à cent pour cent des consultations des psychologues suite à l'adressage par une infirmière de l'education nationale de l'enseignement supérieur. [01'00'30] Je vous remercie pour votre votre attention. [01'00'35] Merci, samia. Juste avant de laisser la parole au prochain intervenant, je voulais juste que l'on reste encore quelques minutes avec vous. [01'00'44] Ce que je sais que vous avez. [01'00'47] Vous avez une expérience aussi du sujet qui nous intéresse. [01'00'51] Sur, sur un élève, qui qui veut, qui est venu justement, ou une élève qui est venu vous voir et sur lequel il y a eu un signe, et un signal justement a détecté. Que est-ce que vous pouvez nous en parler? [01'01'02] Parce que je, je sais que vous, vous connaissez bien le sujet aussi du de la pornographie et ça, c'est. Ça serait très intéressant d'avoir votre, votre regard là-dessus en quelques, en quelques mots, si vous, si vous pouvez compléter votre propos. Merci beaucoup, samia. Je suis désolé de vous prendre un peu à court comme ça, mais ça reste pour alimenter un peu notre, notre vision. [01'01'22] Au global et le débat. Merci encore à vous. [01'01'26] Alors je vais préciser donc, je travaille sur un collège et sur trois groupes scolaires, dont je suis de la maternelle jusqu'à jusqu'à l'âge de quinze ans, quinze, seize ans. [01'01'36] Donc effectivement, juste pour reprendre, par rapport aux actions de prévention. [01'01'41] J'effectue cette année beaucoup d'action, ou quoi. Enfin, disons qu'on a bon, je crée, j'ai élaboré de nouvelles actions de prévention, puisqu'on évolue effectivement avec les thèmes qui nous qui, qui, comment dirais-je, qui accaparent nos jeunes. Donc, cette année, effectivement, en ce qui me concerne, [01'02'01] Dès l'école, élément élémentaire. J'ai plusieurs actions de prévention. Une sur le consentement. [01'02'08] Une autre qui est réservée plus pour les lâches sème de l'âge des des dix, onze ans. [01'02'14] Autour de la puberté. [01'02'17] Le harcèlement, l'on classe et pour toutes les classes. Et la dernière, excusez-moi, je cherche le harcèlement, la puberté, le consentement. [01'02'31] Samsung, je ne m'en souviens pas. [01'02'33] Sarde reviendra, et donc, effectivement, pour les collégiens, donc, c'est autour, effectivement, de la contraception sexualité, le sexisme. [01'02'43] Le respect et le consentement. Voilà tout cas beaucoup, beaucoup d'interventions qui se mettent en place. [01'02'51] Ski ensuite amène certains jeunes à venir nous rencontrer en individuel. [01'02'58] Ados, par exemple, il y a quelques années. On va dire ça comme ça: j'ai deux jeunes qui sont venus me voir en disant: ben, écoutez-vous, on vous connaît depuis un moment. [01'03'08] Donc voilà, on sait pas quoi faire. On reçoit régulièrement, ces derniers temps, des vidéos. Donc c'était trois vidéos. [01'03'17] D'une jeune fille d'un autre établissement scolaire, qui postait ça à tout, toute la commune a priori. [01'03'23] Voilà se mettant en scène, enfin, étant et ayant des rapports sexuels filmés. [01'03'30] D'aucune mineur qui avait autour d'eux d'une quinzaine d'années. [01'03'35] Et donc voilà, c'est, c'était l'heure. [01'03'38] J'étais très, très inquiet pour cette jeune fille et donc que la question de la prostitution s'est posée. Voilà donc, après, il y a eu tout un tout, un signalement de faits, etc. Des réseaux se sont mis en place, les établissements. Enfin, moi, j'ai contacté ma collègue infirmière dans l'autre établissement. Voilà donc bouillet, ça peut venir aussi par cette porte. [01'03'58] Cela est. Il est vrai que ça passe pas mal aussi par les réseaux sociaux. [01'04'03] Donc ça c'est. [01'04'06] On n'a pas de visibilité par rapport à ça. [01'04'10] Et puis aussi souvent sépare des jeunes filles. Effectivement. [01'04'14] Qui voilà, qui ont des tenues vestimentaires qui changent à cuisson. [01'04'19] Qui mettent en relief beaucoup plus leur forme. [01'04'22] Le maquillage, etc. Donc, voilà des idées de maquillage qui sont loin, ah, c'est à dire prononcé. [01'04'31] Voilà donc, il y a toute une, toute une panoplie qui peuvent effectivement nous nous alerter, nous mettre, nous mettre en branle pour essayer de de de créer une relation de confiance, une relation d'aide. [01'04'44] Sans jugement, pour les amener à pouvoir se confie. [01'04'48] Mais ça prend du temps. [01'04'50] Merci, merci beaucoup, samia. Merci pour votre intervention. [01'04'55] Les chiffres sont inquiétants, ils nous effraient. [01'04'58] Ils font frémir et j'ai le plaisir de passer la parole à maître simon bernard combes court- bon pardon- substitut du procureur au parquet de bobigny, qui est cohérent sur la prostitution et la traite. [01'05'14] Des mineurs et qui va évoquer ce soir avec nous les actions et les réponses de l'institution judiciaire. [01'05'24] Handball. [01'05'25] Oui, bonjour, bonsoir. Je partageais un, un écran, mais de joie que je bloquais, je peux avoir partagé mon, mon écran. Est-ce qu'on peut m'autoriser à le faire ou redire? on va vous donner la main, bien sûr, on va, on va vous permettre de le faire. Juste, donc, uniquement quelques minutes en bas. [01'05'42] Aurélien écran partagé. Est-ce que on peut? [01'05'47] Autorisé. [01'05'51] Voilà tous les participants. [01'05'53] Merci. [01'05'55] Aurélien. Normalement, ça devrait. Cependant, c'est bon, est-ce que vous le voyez pas? [01'06'00] Un. [01'06'02] Là le moment. Pour l'instant, non. [01'06'06] Partager. [01'06'08] Ce que c'est. Voilà très bien, mais voilà donc nous. Bonsoir à toutes et à tous. Donc, sont probants. Je suis substitut du procureur de la république au tribunal de bobigny. [01'06'17] Embarquer des mineurs. Comme on le dit nous, je suis magistrat judiciaire. Je travaille depuis quatre ans. [01'06'23] Dans ce tribunal, et notamment sur la question de la prostitution chez l'un et un déco référente cette matière. [01'06'28] Pour ce tribunal depuis quatre ans. [01'06'32] Donc, euh, le jeu intitulée: dansons sur la lutte du proxénétisme. Exemple: l'assomption, ni mes vêtements. J'ai abordé les réponses judiciaires qu'il me demandait. [01'06'42] L'ascenseur très rapidement. Un département assez hors-norme en france, le plus criminogène de france, de métropole, l'un des plus jeunes est l'un des plus pauvres. Non que je parle d'humains dans une perspective assez particulière, mais en tout cas sur la prostitution des mineurs qui travaillent, très touchés, très concernés. [01'06'58] Comment est-ce que la justice est là? et le poker? la république en concurrence est et est saisie de ces affaires-là. Je prends l'exemple. [01'07'04] De l'appel de nuit à la permanence, donc du procureur, un quai qui fonctionne, ventre, grâce un cadre commun, comme un hôpital. [01'07'12] Donc les policiers nous appellent la nuit, nous indiquent que des parents ou des amis ont signalé qu'une jeune fille était prostituée dans un appartement dans un hôtel et les policiers vont intervenir immédiatement à prendre un pour entrer dans cet appartement et récupérer la jeune fille glacée. Un cas concret: à la jeune oak était âgée de quatorze ans et qui a habité [01'07'32] A paris. [01'07'34] A partir de là, on va interpeller un jeune qui avait quelques, qui fait un agent de sécurité, afin que la surveille en tout cas, et l'enquête, après, va se dérouler pendant six mois avant qu'on démantèle le réseau de proxénètes qui l'exploiter. Je j'évoquerai à la fin de mon intervention les réponses judiciaires qui ont été apportées à cette, à cette affaire. [01'07'53] Très rapidement, je viens donner un cadre juridique précis à ofelia ad hoc de la procédure de prostitution, puisque celle-ci définira, dans la drogue, dans la jurisprudence depuis assez longtemps, depuis une trentaine d'années, il faut trois à trois éléments constitutifs à un des contacts physiques, à un acte vénal et la satisfaction d'un besoin situé. [01'08'13] D'autrui ou qui évoquent les trois éléments sont caractérisés. Vous avez de la prostitution. [01'08'18] Il y avait évitant la production numérique, et ça, c'est évident. [01'08'21] Il y a un tout, un tas d'infractions qui permettent de poursuivre la position numérique. [01'08'27] Les études sur la question des images pédopornographiques, un lien ouvre une nouvelle infraction, qui s'appelle extorsion également. Donc, même si la pression n'est pas ne pas poursuivre sur ce qui se passe numériquement, d'autres infractions le permettent. [01'08'39] La protection des mineurs est interdite en france depuis deux mille deux. Donc, ça fait vingt ans aujourd'hui que dans la loi, c'est très clair: ce n'est pas autorisé en france, en fait, c'est c'est interdit. [01'08'50] Cette interdiction a plusieurs conséquences juridiques. Le fait que le, le ou la mineur ait plus de quinze ans ou moins de quinze ans ne change rien. Il n'y a pas de majorité sexuelle en la matière. Ça reste interdit. [01'08'59] Il n'y a pas de consentement valable. [01'09'02] On ne peut pas parler de prostitution volontaire, parce que ça veut dire que je lirai: les enfants ont un libre arbitre sur le fait de vendre leur corps. Ça n'a aucun sens, en tout cas même en philosophie. En termes pratiques, il n'y a pas de prostitution involontaire en tant que tel. [01'09'16] Et ça reste extrêmement marginal. Si c'était le cas, [01'09'20] Ça reste contestable, par ailleurs. [01'09'22] Le mineur ou la mineure est une victime au sens de la loi, de une victime de son client qui achète le rapport sexuel et de son proxénète qui l'exploite. C'est quasiment systématique et toujours, presque toujours, un proxénète qui va exploiter un enfant aube. C'est très rare que qu'une jeune fille arrive à regagner sa position toute seule. C'est à nouveau très marginal. Et quand je dis qu'elle est victime, ça veut dire qu'elle ne peut pas être. [01'09'42] En garde à vue, on ne peut pas être poursuivi ou un envoyé en prison. C'est une victime qu'il faut protéger, ses vêtements, avec la quatrième conséquence que j'évoque, le mineur prostituée est en danger au sens de la loi et doit donc être protégé. [01'09'57] Locminé zéro dix-huit ans. Prostitution, c'est un danger, il faut protéger. C'est ce que dit la loi très clairement. [01'10'03] Elle a pratiqué la protection. Elle s'articule de deux façons: d'une part avec un suivi, une protection éducative, et, d'autre part, par la répression des clients et des proxénètes. Donc, s'agissant du suivi éducatif, dans un premier temps, effectivement, ça a été évoqué tout à l'heure, para- [01'10'19] Par un intervenant sur la question du signalement à ces faits de prostitution. Dès lors qu'il y a des doutes autour d'une situation de prostitution d'un enfant, d'un collégien, un lycéen, il faut le signaler. [01'10'31] Auprès de deux du département de la grippe en particulier. [01'10'35] Ou auprès du tribunal. Un les parents peuvent écrire directement au tribunal auprès du procureur de la république. [01'10'40] Pour que des solutions soient apportées sur le plan judiciaire ou administratif, en fonction de la situation. [01'10'48] Ne s'applique pas qu'on soit médecin enseignant. [01'10'50] Infirmières, etc. Il n'y a pas de secret professionnel en la matière. On est sur des faits extrêmement graves qui justifient de signaler ces faits à l'autorité judiciaire, à la police, aux services sociaux. [01'11'01] Le suivi éducatif qui part de femmes en jupe, je n'y reviens pas, assez complexe, mais on y revient si vous voulez. [01'11'07] Je parle là d'un protocole particulier en seine-saint-denis, où depuis bientôt deux ans, [01'11'13] On a mis en place avec différents intervenants, et notamment l'amicale ville de seine-saint-denis. [01'11'18] Les juges des enfants, donc le procureur. [01'11'20] Et des services sociaux que la habituelle, à un principe, à un système de co-intervention pour les situations de mineurs en situation de prostitution. Vous avez d'un côté, [01'11'29] Les services éducatifs classiques qui connaissent un des deux dés des questions d'enfants en danger, maltraités, etc. Et on fait intervenir même temps l'association amicale du nid avec un spécialiste pour accompagner les équipes éducatives, un, mais aussi l'enfant et les parents vers une sortie. La prostitution, puisque c'est une thématique, c'est une problématique et très complet. [01'11'50] Beaucoup de professionnels sont effectivement démunis. Donc, c'est un dispositif qui a un an et qui, on l'a évoqué tout à l'heure, il y a un plan national qui va naître. [01'11'58] Mis en place par le gouvernement, qui va être doublé en. Le nombre de mesures va être doublé grâce à un financement de l'etat à destination de la seine-saint-denis. Je pourrais revenir, plomb ou non, si vous le souhaitez, par la suite. [01'12'11] Deuxième volet de la protection, c'est la répression. [01'12'13] Donc des clients et des proxénètes. [01'12'17] La répression des clients quelques-uns. Qui est qui est client concrètement? le client, c'est celui qui va solliciter, accepter ou obtenir des relations sexuelles contre rémunération ou promesse de rémunération de la part d'un mineur qui se livre à la prostitution. [01'12'31] Solliciter, accepter. Ça veut dire que même si on envoie simplement un sms ou un message à une jeune fille ou un jeune garçon qui se prostitue, mais qu'on n'a pas de rapport sexuel, on est déjà client et on peut être poursuivi. [01'12'41] Au sens du code pénal. [01'12'43] Si le mineur a moins de sens, à moins de deux deux entre quinze et dix huit ans, la peine encourue est de cinq ans d'emprisonnement et soixante quinze mille euros d'amende au maximum si le mineur ou la mineur a moins de quinze ans. [01'12'57] On est sur dix ans d'emprisonnement encourue et cent cinquante mille euros d'amende. [01'13'02] Maximum. [01'13'03] Son. Voilà donc le législateur a montre à quel point il a un, il a, il se concentre sur ces faits là qui sont qui sont des actions graves et qui peut être poursuivi du coup devant le tribunal correctionnel. [01'13'14] La distinction importante avec les. Les victimes majeures dont depuis deux mille seize, et les victimes majeures de la du système prostitutionnel sont également protégées par la loi. Avons-nous été poursuivi pour racolage? mais ce n'est plus le cas aujourd'hui. [01'13'28] Lorsque l'on est une victime majeure de la position, lorsqu'on a avec un client, le client risque à minima une amende. [01'13'35] Et voir maximum lorsque la victime est conseillé majeure. [01'13'39] A la différence des mineurs ou une peine d'emprisonnement qui est encourue. [01'13'43] Deuxième volet de la, la répression, c'est les proxénètes. Un, ceux qui exploitent les exploitants de deux, des relations sexuelles tarifées des enfants. [01'13'52] Qu'est-ce que le proxénétisme? c'est très large en droit, en droit français. [01'13'56] C'est une activité qui est matérialisée par le fait de participer et ou de tirer profit de la procédure d'autrui. Dès lors qu'on gravite autour d'une personne prostituée, mineure ou majeure, on est qualifié de proxénète à un endroit foncé. C'est très stressant de qualifier un deux deux, d'attraper un proxénète ou garrot au texte. [01'14'15] Qui le réprime? [01'14'17] Si la victime a est âgée de quinze à dix, huit ans, le proxénète risque dix ans d'emprisonnement, notamment, et si la victime est âgée de moins de quinze ans, c'est un crime que la cour d'assises, c'est vingt ans d'emprisonnement qui sont encourus. [01'14'31] Très rapidement aussi a un point sur l'ampleur du phénomène, le proxénétisme, l'exploitation sexuelle d'autrui. [01'14'38] Ciel, l'une des activités les plus lucratives au monde et à l'avant. [01'14'42] À côté de la vente d'armes et de drogues. [01'14'44] Une activité qui est extrêmement dangereuse pour les victimes, sur le plan physique, sur le plan psychique. Elles risquent leur vie et leur santé. [01'14'50] À être exploité. [01'14'52] C'est une activité qui est aujourd'hui très mobile. [01'14'55] Les livres. Les réseaux de proxénètes bouge beaucoup. Il reste en moyen dans un appartement pendant quelques jours, quatre, cinq jours. Ils changent d'appartement ou d'hôtel qu'il loue via différentes applications booking, airbnb, etc. C'est une activité qui est très facile à mettre en œuvre. Malheureusement, il suffit de trouver un jeune adolescent ou une adolescente en perdition. N'attend pas malin. [01'15'14] Et un appartement ou une chambre d'hôtel louer. Cinquante euros, un téléphone portable, une annonce et vous pouvez commencer votre activité de proxénète. [01'15'23] À mettre en comparaison avec le trafic de stupéfiants, puisque beaucoup de proxénètes sont souvent un peu impliqués dans un trafic de stupéfiants à un moment donné de leur vie. Et pour le trafic de stupéfiants, c'est beaucoup plus difficile. Il faut de la matière première, il faut un point de deal. [01'15'36] Et c'est dangereux aussi. Voici la santé. Un peu de thriller, très facilement. [01'15'39] A l'inverse du proxénétisme, qui est beaucoup plus caché. Tout se passe dans des appartements et les hôtels en seine-saint-denis, on n'a pas de prostitution de rue. Donc c'est très difficile de déceler une situation de prostitution comme ça à budapest. [01'15'52] C'est une activité qu'on peut appeler de point zéro. Ça a été évoqué en introduction, un de cyber proxénétisme. Proxénétisme, tout se fait, tout se fait sur internet, que ce soit le recrutement sur snapchat, instagram et compagnie. [01'16'04] Puis après, on va chercher son appartement ou sa chambre d'hôtel sur une application et son application mobile, puis après, on va mettre une annonce sur internet pour avoir recruté les clients et ensuite les clients viendront toquer à la porte de l'appartement de l'hôtel pour avoir une relation sexuelle. Mais vraiment, l'importance de l'aspect numérique, un qui fait qu'aujourd'hui cette activité est très cachée. [01'16'23] Est difficile à identifier. [01'16'25] Le proxénétisme, c'est aussi une branche de l'actualité organisée. [01'16'29] C'est ce que le législateur estime, que le proxénétisme, c'est une activité de de grande délinquance avec qui justifie des moyens très spécifiques pour l'arrêt, pour enquêter et condamner. C'est les proxénètes. [01'16'42] Je vais dresser un rapide état des lieux du proxénétisme en ancienne annie pour donner un exemple. [01'16'48] Ans, depuis deux mille dix neuf depuis, je suis référent. [01'16'51] Ou reçoit en moyenne deux, si on nous signale. [01'16'54] Au parquet des mineurs, de mineurs en situation de prostitution. C'est énorme, puisque la justice ne nécessite que des situations les plus évidentes, les plus connues, les plus repérés. On vous imagine la réalité du du, du chiffre. En évoquer la question des chiffres, on est au début. [01'17'09] Mais de deux mineurs signalés par semaine, c'est déjà énorme. Et c'est une constante depuis deux mille dix neuf. [01'17'15] Les auteurs, qui nous, ce qui nous saisit de ces faits là, c'est principalement la police, les services éducatifs. [01'17'21] D'autres acteurs de la justice et à en quinzième position, les l'education nationale, qui repèrent des situations [01'17'28] Le profil des victimes, on l'a évoqué- principalement des jeunes filles âgées de quinze ans, quinze ans et demi en moyenne. On sait aujourd'hui qu'en réalité, l'entrée dans la prostitution se fait plutôt autour de quatorze ans. [01'17'36] Dans mes affaires, les mineurs sont à soixante quinze pour cent originaire de seine-saint-denis à française, vivant en france depuis longtemps, mais toutes françaises. C'est un point important. Mais vingt-cinq pour cent ne viennent de province. La seine-saint-denis, ile-de-france, attire énormément. [01'17'50] Les jeunes filles de deux de province, et même jusque dans les territoires ultramarins. [01'17'56] Issus tous les milieux sociaux, on l'a dit, mais quand même majoritairement des personnes de milieux défavorisés, puisque cette question de l'argent, comme kiki, qui tourne autour de du progrès de la prostitution. Ce sont des jeunes qui sont massés, massivement connu du juge des enfants qu'avec des vulnérabilités, déjà repéré avant l'entrée en prostitution. [01'18'12] Déscolarisé, on l'a dit régulièrement fugue, ayant subi des violences par le passé, quelles qu'elles soient, physiques, psychiques, sexuelles, ce sont. Les études sont unanimes, cette question: si quatre-vingts, quatre, vingt dix pour cent des enfants étaient victimes à adam avant l'entrée en question d'elle deux d'abus. [01'18'27] L'âge minimum, ses douze ans. [01'18'29] Effectivement, et on constate depuis quelques mois avec mes collègues un rajeunissement- [01'18'33] Cette semaine, j'ai traité un dossier avec trois victimes qui avaient toutes moins de quinze ans. [01'18'37] C'est, c'est une réalité qu'on constate depuis quelques mois, avec un rajeunissement des victimes. Donc, douze envoyés, c'est la sixième et ça veut dire que même avant, il y avait déjà des signes de détresse, donc avant l'entrée au collège. [01'18'50] J'ai ce schéma assez, assez terrible on qui a été qu'a pu être évoqué à tout à l'heure, sur comment est-ce qu'on entre dans la prostitution. [01'18'57] Vous avez donc les violences sexuelles, physiques, psychiques. Dans un peu avant l'entrée, on envoie des nudes, des photos ou vidéos dénudées à des garçons ou des jeunes ou des filles, qui vont les diffuser. [01'19'08] Ça va s'ensuivre du harcèlement scolaire, une mauvaise réputation. On va ceux-là, le jeune ou la jeune va se déscolariser et se marginaliser. Elle va fuguer, faire des mauvaises rencontres, la mauvaise copine, le mauvais, le proxénète, et on entre dans la prostitution et on recommence avec les violences sexuelles, physiques et psychiques. [01'19'25] C'est très, très systématique dans les dossiers que je vois. [01'19'29] Effectivement deux notions importantes pour comprendre pourquoi les c'est des c'est des situations complexes. Il y a d'une part, d'un côté, le psycho traumatisme, qui explique: [01'19'37] Toutes ces spécificités, qui fait que ces jeunes filles sont très vulnérables et c'est difficile de les aider. D y a aussi l'emprise des proxénètes. [01'19'47] Du réseau. [01'19'48] Comme dans les violences conjugales, l'emprise fait qu'on n'arrive pas à se protéger parce que, en fait, on est trop quand on convient. Donc pris dans les liens, pas les proxénètes. [01'19'58] Les proxénètes? qui sont-ils? un des hommes, des femmes âgés de seize à trente ans- c'est vraiment un peu tout le monde autour de la pointe, en moyenne connu selon la justice pour la petite délinquance sur du trafic de stupéfiants. [01'20'09] Et issus du même quartier très souvent, qu'ils connaissent, qui sont coincés approvisionnement, les qui- et on c'est, monsieur tout le monde, un souvent insérés, sont souvent qu'à des moyens financiers pour payer des prestations qui rendent, monsieur tout le monde. [01'20'21] L'exemple de l'introduction d'intrusion. Vous évoquez l'affaire de la jeune ou âgé de quatorze ans. [01'20'27] Ces trois proxénètes ont des très jeunes nageurs, nés en deux mille un. [01'20'31] On était donc en juin deux mille vingt à sept ans. Six ans et cinq ans d'emprisonnement. [01'20'36] Pour l'effet qu'ils ont commis. Pendant deux semaines, ils ont exploité la jeune fille. [01'20'40] Quelques fois un petit focus sur les réponses qu'on apporte. [01'20'44] Un tribunal judiciaire unis pour les victimes de prostitution. [01'20'49] Donc, comme moi, on est trois actuellement sur onze magistrats par des mineurs, ce qui est énorme. [01'20'55] Qui montre à quel point ça aussi c'est important, de trail cette question-là et villers le lac. L'importance quantitative en a beaucoup d'affaires à traiter, comme je vous l'ai dit, [01'21'04] Par rapport à nos services d'enquête, ont créé des services d'enquête spécialisés. On a des stratégies pour faire avancer les enquêteurs le plus rapidement possible en forme enquêteurs également. Régulièrement, on les a. On les suit vraiment de très près pour l'effet, pour faire avancer ces procédures. [01'21'18] De deux éléments pour la, pour aider les victimes aussi, puisque très souvent, les parents sont défaillants ou vont être défaillant lorsque l'enveloppe laura, l'enfant est victime de proxénétisme. [01'21'28] Parce qu'ils ont déjà défaillant avant. Ils sont les leçons souvent après, parce qu'ils seront épuisés. [01'21'33] On désigne un administrateur ad hoc qui va. [01'21'36] Choisir un avocat pour le mineur et l'assister tout au long de la procédure pénale. [01'21'40] Et permettre de faire le lien avec les différents interlocuteurs. On gagnera également avec des associations spécialisées à qui on fait des avis pour qu'elles aillent aux audiences et qu'elle qu'elle se présente aux audiences pour faire une présence déjà physique pour la victime si elle est présente également. [01'21'56] Apporter un éclairage auprès des juges sur cette problématique de la protection des mineurs. [01'22'03] Très récemment, on a mis en place un protocole de prise en charge des, des auteurs, du staff, postulant donc les clients, d'une part, puisque depuis deux mille seize, on peut créer un stage spécifique pour prendre en charge les auteurs, donc, les clients s'installent, ce stage a donc aussi, une fois qu'on les a attrapés à en ayant eu recours à la prostitution. Donc, qui vont faire ce stage? [01'22'22] Pouvoir payer trois cents euros et suivre à une journée de sensibilisation à la lutte contre l'achat d'actes sexuels. Donc, ça montre à quel point la justice se focalise sur les clients, bien évidemment. [01'22'33] C'est, mais ça se passe à lames multiples si vous les proxénètes par ailleurs. [01'22'38] Clef, que c'est plutôt le lac. On se concentre, mais les clients sont siens, à un angle d'attaque et on est ont cette notion, bien évidemment, à beaucoup. Tribunaux, en france, ont ce type de partenariat de protocole pour prendre en charge les clients, et on a mis en place aussi un contrôle judiciaire renforcé par les proxénètes, puisque habituellement on demande à ce que les proxénètes soient incarcérés, soient détenus. [01'22'58] Avant d'être en de leur jugement. Mais ce n'est pas le cas. On demande à un contrôle judiciaire très renforcé pour éviter la récidive. [01'23'05] Voilà ce que je voulais vous dire sur les réponses judiciaires et le proxénétisme. Je suis à dix-sept minutes, millions déjà trop long. [01'23'13] Quelques références. Voilà, il y a un livre très intéressant sur le sujet. [01'23'17] Écrit par un papa et sa fille: papa, viens me chercher à thierry delcroix et nina. [01'23'21] Un récit terrible, mais très fidèle. Ah, ah, vraiment. [01'23'25] Très. Comment dire réelle fin ces séances? c'est vraiment ce que je vois dans mes dossiers quotidiennement. [01'23'31] De l'exploitation sexuelle d'enfants en france. [01'23'34] J'invite les parents qui souhaitaient avoir un- ce sont ce qu'on dira- acquérir davantage de connaissances, une question à lire ce livre également, donc aider. Il y a des séries qui ont été diffusées sur téléphone sur la question vint schéhérazade, et vous avez une multitude de rapports ont été publiés depuis, depuis les derniers, les derniers mois, dernières années, avec beaucoup de d'outils. [01'23'54] Pour comprendre le phénomène, pour l'analyser. Donc, aujourd'hui, alors que quand moi j'ai commencé à être référent deux mille dix huit, on avait peu d'outils, aujourd'hui, il y a beaucoup de documentation qui permettent d'outiller les professionnels de l'enfance, mais également les enseignants, les parents, pour mieux comprendre le phénomène et y répondre. Merci pour votre attention. [01'24'13] Merci, maître simon bénard coupon. Merci pour cette interview, intervention pardon- qui nous éclaire au niveau juridique et qui est très importante pour les parents puisque eux aussi, [01'24'24] C'est un déboulé très compliqué pour les parents qui sont confrontés à ce phénomène, souvent face. [01'24'31] Face au système judiciaire, ils sont aussi tout autant démunis. Alors, je, je n'ai pas été plus long, mais on a, on a le dernier interventions qui seront justement, alors, vous l'avez, vous l'avez cité vous-même, [01'24'47] Papa vient me chercher qui quitte un livre. [01'24'50] Sur lesquels, justement alors, la compagnie le cri d'escargot a fait une adaptation théâtrale. Et, sans plus tarder, je vais laisser la parole à pascal conty valls et rémi chevillard, justement. [01'25'03] De la compagnie le cri d'escargot, qui vont justement nous dire a priori un extrait de l'adaptation théâtrale du témoignage d'une jeune fille confrontée à la prostitution et que son père donc, si je ne me trompe pas, c'est bien nina et son papa, et qui sont donc les deux personnages du livre papa vient me chercher. [01'25'23] Il s'agit d'un projet, bien évidemment, à visée pédagogique, avant tout. [01'25'28] Et qui est destiné aux adolescents. Donc, je je remercie pascal conti valls et rémi chevillard d'être là parmi nous et, sans plus tarder, je vous laisse la parole pour ensuite. Eh bien, écoutez, vous serez les derniers intervenants et ensuite on pourra échanger avec la salle. Merci à vous deux. [01'25'47] Merci, bonsoir à toutes et à tous. [01'25'49] Juste avant de vous lire l'extrait, je voulais vous parler un peu l'origine du projet. Je trouve qu'en deux mille vingt, j'ai j'ai participé à une conférence, un webinaire autour de la prostitution des mineurs. [01'26'02] Et, très honnêtement, je n'étais pas au courant de ce fléau. [01'26'04] Et suite à ce webinaire, j'étais assez choquée parce que j'entendais et ce que je voyais, et du coup, je me suis posé la question, à savoir: est-ce que le théâtre s'était emparé de ce sujet? parce qu'il se trouve que nous travaillons vingt dans ma compagnie. Nous avons tendance à travailler sur des sujets actuels. On a fait un spectacle aussi sur l'art, sur les enfants soldats, par exemple. [01'26'25] Et je trouve que on y a très peu de compagnie théâtre qui vont en ile-de-france, qui s'était emparé du sujet. Donc voilà, j'ai demandé à rémi, avec qui je travaille depuis huit, huit, neuf ans, si ça l'intéressé. Du coup, je travaille sur ce projet et du coup, nous sommes porteurs tous deux, donc deux, deux, de ce projet prêt. [01'26'45] Ici et nous sommes tombés par hasard sur le livre de thierry et nina delcroix et nous avons décidé de l'adapter. [01'26'51] Voilà en gros points pour faire court. [01'26'54] Ouais, exactement, et donc du coup. [01'26'58] Donc, la forme, c'est vraiment l'idée, c'est de faire un spectacle débat, c'est-à-dire de d'intervenir directement dans les établissements scolaires. [01'27'07] Donc, à partir du collège et du lycée, de leur proposer donc une courte représentation théâtrale de la durée à peu près d'une heure de cours, dont quarante cinq, cinquante minutes, et puis de poursuivre ensuite l'échange, d'ouvrir la parole chez les, chez les jeunes, [01'27'24] Avec ensuite un intervenant extérieur issu du milieu associatif ou du milieu. [01'27'30] Des, des psychologues et, effectivement, de pouvoir. [01'27'34] Ouvrir la parole des jeunes et les sensibiliser via plusieurs missions est effectivement une mission de sensibilisation directement de potentielles victimes ou de comportements à risque. [01'27'43] Et puis a également sensibiliser les jeunes autour. [01'27'49] À ce fléau pour pour qui est aussi un système de de prévention qui puisse se mettre tout autour et d'accompagnement. [01'27'57] Qui puisse se mettre effectivement tout autour. [01'28'00] Concernant donc la, la scène qu'on va vous lire, donc le spectacle dure. [01'28'04] En environ quarante cinq minutes reprend. [01'28'07] Vraiment le le. Le témoignage de de nina et thierry delcroix. [01'28'13] Qu'est-ce qui nous a intéressés dans ce témoignage? c'est justement le regard croisé entre une victime [01'28'19] Nina. [01'28'21] Comment elle y elle entre petit à petit effectivement dans la prostitution. Et puis comment elle dit elle: [01'28'28] J'ai une véritable descente en enfer- et puis, en même temps, d'avoir un en permanence le rock, le regard d'un parent- il se trouve qu'on a effectivement tous les deux parents de deux jeunes filles- et ce regard là, et cette question-là, elle nous semblait effectivement en intéressante de voir que, effectivement, les enfants sont rarement complètement. [01'28'48] Seul et a été et est laissé à l'abandon, et donc d'avoir effectivement le rappel de et le témoignage de du père qui accompagne l'extrait, qu'on va vous lire. [01'29'00] Il intervient donc plutôt dans la zone de la deuxième moitié de de la pièce. [01'29'06] Et au moment où nina a effectivement donc la, la première partie de la pièce montre comment elle adopte petit à petit des comportements à risque, comment, effectivement, elle est elle-même victime de harcèlement, puis, [01'29'22] D'un viol initial. [01'29'24] Comment, elle tombe dans la drogue. [01'29'27] Comment elle se met en danger et effectivement, au bout d'un moment, il finit par basculer dans la prostitution et donc l'emmener dans un extrait où elle est tombée dans la prostitution et où elle qui donne à voir un peu. [01'29'40] Comment elle essaye de s'en sortir, comment elle elle, comment elle gère cette chose. [01'29'45] Pour reprendre le lol, effectivement le, la phrase de, de, de de la campagne de ministériel. [01'29'52] Hein, je gère. Mais voilà, on va voir. Ici, on essaye de mettre en scène un peu, effectivement, comment est elle digérée et comment fait de l'intérieur, elle ne gère plus du tout, et puis, en parallèle, comment son père essaye de de de lutter et de gérer cette chose-là. Donc, du coup, juste pour information, je lirai donc le père jean, le père oui, et je dirais nina, dans la pièce, et: [01'30'13] Évidemment, nous avons une troisième comédienne à nous deux. [01'30'16] À nos côtés. [01'30'18] Qui joue effectivement le personnage de nina. [01'30'20] Pascal joue le personnage du père. Et puis, moi, j'ai lu un rôle un peu de qui joue tous les autres personnages, que ce soit les clients, les amis, les proxénètes, les, le programme, les proxénètes, ou également les institutions. Qui essaye de l'aider est donc là dans la scène. Je vais jouer nina. [01'30'40] Et pascal va jouer thierry. [01'30'44] A partir de là, notre vie ressemble à un jeu de piste. J'ai un but précis. [01'30'48] Rembourser mes parents et prendre mon indépendance. Rien ne se mettra en travers de mon chemin. Nous parvenons à géolocaliser notre fille en train de quitter la ville. [01'30'58] Ex d'argent en un minimum de temps pour pouvoir rapidement arrêter et repartir de zéro. Elle prend la direction de la belgique. [01'31'05] Les crayons me dégoûtent physiquement et moralement. Je leur mens sur mon âge, ils me mentent sur tout, mais nous perdons sa trace. Il arrive qu'ils discutent froidement les prix au téléphone, parfois méchamment. [01'31'16] Quelques jours plus tard, grâce à une photo, nous découvrons qu'elle se trouve à amiens. [01'31'20] Et en cas de refus, ils me bombardent de messages me traitant de pute. Mais quand la police arrive, elle est déjà partie. [01'31'27] J'apprends à trier les clients. Puis on la retrouve à paris. J'arrête de prendre des jeunes, c'est trop dangereux. La gendarmerie parvient à localiser très précisément son appartement, il appréhende. Le risque, c'est de tomber sur des types qui te frappe de vols et de viols ou te racoler, te force à travailler pour eux. Les gendarmes l'ont placé dans un foyer d'hébergement. [01'31'47] Mais elle s'enfuit et disparaît à nouveau. La constitution me plombe le moral. J'ai envie d'arrêter. Les clients ne se bousculent pas. Nina finit par nous rappeler. Je la ramène à lille. [01'31'59] Elle se dispute violemment avec un de ses frères. [01'32'01] Elle part habiter chez ses grands-parents. [01'32'03] Elle nous supplie de lui pardonner. Elle nous répète qu'elle va prendre un nouveau départ. [01'32'08] Mais quelques jours plus tard elle fugue à nouveau. [01'32'10] Je recommence à me prostituer. [01'32'12] J'ai besoin de ma dose de cannabis. [01'32'15] J'aime tout ce qui m'en brume le cerveau et nous annonce qu'elle part en suisse. J'ai tout ce que je voulais de l'argent des amis- en tout cas, c'est ce que je me raconte- mais nous découvrons via les réseaux sociaux qu'elle part pour salou en espagne. Je poursuis mon chemin vers l'autodestruction. [01'32'30] Je fuis dans l'alcool, le cannabis, l'argent sale et les compliments miteux. On suit sa trace à montpellier, puis quelques jours à lyon. [01'32'38] Durant cette période, je rencontre des clients dangereux. [01'32'41] L'un me séquestre chez lui pendant cinq jours. Un autre, fortuné, me montre sur son smartphone des vidéos qui me font froid dans le dos. [01'32'49] On le voit attacher des gamines au corps de onze ans, les fouetter, les frapper, les insulter puis les violer. [01'32'55] Un autre encore me bande les yeux et me pénètre avec des objets. [01'32'58] Elle rentre à lille le vingt sept juin. Deux semaines plus tard, la justice nous enlève la garde de nina. Elle est placée dans une famille d'accueil chez omar et delphine. [01'33'07] Quand tu fais quelque chose d'intime avec quelqu'un que tu n'aimes pas juste par intérêt. [01'33'12] Il y a des images qui s'incrustent dans ta mémoire et qui te rappellent à quel point tu as souffert pour décrocher cet argent. [01'33'18] Des images qui ne s'effaceront jamais. En fait, je n'en peux plus. [01'33'22] Je suis hors de moi. Je ne lui pardonne plus cette surenchère permanente. C'est comme ces comportements à risque. [01'33'28] Je lui en veux d'autant plus qu'elle gâche la vie de toute la famille. [01'33'31] Nous l'avons pourtant tous tant gâtés. [01'33'34] C'était une enfant de l'amour. [01'33'36] Nous n'en menions partout. On voulait qu'elle découvre le monde. [01'33'39] C'était une petite fille curieuse, percutante têtue. [01'33'45] Voilà pour l'extrait. [01'33'49] Juste aussi. Ce que je voulais rajouter, c'est que, du coup, quand on a commencé à travailler autour de ce projet avec rémy, [01'33'56] On a cherché aussi qu'elle était wallonie. Vos institutions, niveau association. [01'34'02] Qui? qui s'occupait de ce sujet, qui s'y intéresser? c'est là qu'on a découvert la première association qu'on a contacté, l'asbl, voilà, et c'est vrai qu'avec en a eu l'occasion de rencontrer bérengère et qui nous a apporté aussi beaucoup d'informations. [01'34'17] Pareil pour la même pcs. Voilà, c'est ça. [01'34'20] Les gens qui nous vont aussi. [01'34'22] Mais qu'il nous aide aussi à construire ce qu'on veut faire et voir en sachant que c'est vraiment pour nous un ce qui est important. [01'34'28] Rémi l'a dit, mais je préfère citer que c'est: ça doit être un outil de prévention. [01'34'33] C'est comme ça qu'on rend- ont envie de le défendre- un outil de prévention et de pédagogie auprès des jeunes. [01'34'38] Voilà, et c'est pour ça aussi qu'on veut être accompagné. [01'34'41] Nous sommes comédiens d'abord. Et voilà là, on a eu déjà le témoignage de beaucoup de gens qui sont vraiment au plus près des jeunes. [01'34'49] Et des collégiens en particulier. Donc, c'est important pour nous aussi d'avoir cette partie débat après le spectacle. On ne peut pas les laisser sur le spectacle, n'est pas possible. Bon, voilà donc juste aussi une précision. Donc, le spectacle est encore en cours de création puisque, effectivement, le le [01'35'07] On a commencé les recherches et le et le, le travail illégal. [01'35'12] Un peu plus d'un an et [01'35'15] Et donc on est encore en élaboration, etc. Et cet outil, [01'35'20] Puisqu'on l'envisage effectivement vraiment comme un outil de prévention. [01'35'23] Cet outil vrai voir le jour. [01'35'27] A la fin de l'année scolaire. [01'35'29] L'art en deux mille vingt deux. [01'35'32] Dans les, dans les mois qui viennent, et, effectivement, pouvoir se déployer, être mise en place dans les dents les élus, dans les milieux scolaires. [01'35'41] A partir de deux mille vingt deux la saison. Deux mille vingt deux, deux mille vingt trois. [01'35'45] Quoi. [01'35'46] Merci, merci, merci. Merci à vous, merci pascal et merci rémy, on excellent, excellent, j'allais dire- au travail, en fait de d'en une pièce de théâtre court pour faire de la prévention. Merci à vous de vous être emparés de ce sujet qui qui touche malheureusement beaucoup de jeunes et [01'36'06] Et qui qui affecte forcément nombreuses familles. Alors nous allons justement alors, parce qu'on a pris un peu de retard, bien évidemment, on va passer aux questions réponses. [01'36'17] Je voudrais aussi remercier inès, qui est sur ma gauche. [01'36'21] D'être présente, qui est lycéenne et représentante du medef, emmanuel pardon- et donc qui va pouvoir aussi réagir à toutes tout ce qui a été dit ce soir. Alors, je sais qu'elle, elle, mais elle laisse un peu en off. Mais on va commencer. [01'36'36] On va commencer peut-être déjà avec les questions des des des participants. Donc je vais, je vais commencer, puis ensuite je vais laisser carol continuer. Alors on avait déjà une première réaction. [01'36'49] D'agnès à lyon, deux ans. Je pense qu'elle est de quand. Une bague agnès- lyon- quand, excusez-moi? [01'36'55] Comment faire pour organiser la prévention primaire auprès des jeunes collégiens, organisation au sein du collège, où ce sont les parents d'élèves qui doit prévoir des réunions de prévention. Alors, je pense que cette question s'adresse principalement à la dgesco. [01'37'09] Ou pas? [01'37'10] Si vous êtes d'accord, je suis. Je vais vous laisser la parole. [01'37'15] Je ne sais pas tout et je n'ai pas bien entendu la question, alors je voulais aussi vous la redire, peut-être pas de souci. Donc, comment faire pour organiser la prévention primaire? [01'37'26] Auprès des jeunes collégiens. [01'37'28] Première question. Deuxième question qui englobe le tout: organisation au sein du collège, où ce sont les parents d'élèves qui doivent prévoir des réunions. Prévention par rapport à votre intervention du début, ou alors, si c'est, [01'37'43] Je vous rassure, c'est pas aux parents d'élèves d'organiser des éducations transversales au sein de l'établissement d'un séjour dans la carrière fait une sacrée régression au sein d'institutions scolaires, fort heureusement. Non un aria de chaussée, un le ham le. [01'38'01] La sensibilisation à une association. Là on peut s'inscrire deux dans deux cadres qui sont souvent hybrides: soit dans des soies, c'est dans des [01'38'12] Séance d'éducation à la sexualité. Hein, j'ai vu. [01'38'15] Qui avait un certain nombre de collègues. Qui de collègues? euh pardon, excusez-moi, deux âmes de parents d'élèves, et j'ai l'habitude d'intervenir dans un séminaire de l'institution. Donc, [01'38'26] Puis quelques tics des usagers, quelques tics de langage. [01'38'29] Ceci dit, il peut y avoir des collègues aussi dans la salle, mais non. [01'38'33] Le ces séances. [01'38'36] Hi, c'est pas faux de le dire, on est pas, on n'atteint pas les objectifs très ambitieux la loi nous a fixés. [01'38'45] On essaye de de de faire augmenter. [01'38'48] Par ailleurs. Mais il faut bien avoir conscience que l'éducation à la sexualité des séances spécifiques n'épuise pas tous les temps on parle de sexualité avec des jeunes sont peut les avoir en étant informel, on peut les avoir dans des lieux privilégiés, je pense notamment au sein des infirmeries. [01'39'05] Nous avions peur et étions là dans le cadre des programmes scolaires. [01'39'10] Et en particulier un: la terre, en sciences de la vie et de la terre par nom, et en éducation morale et civique sur la question qui nous intéresse également en une éducation aux médias. Je n'ai pu intituler en noémie. [01'39'26] Dans médias d'information pas. [01'39'29] Là, au moins, je pense que les parents, ils, ont leur rôle à jouer. C'est un, pour soutenir l'institution scolaire quand elle met en oeuvre l'éducation à la sexualité via beaucoup de freins. Seize, cette éducation à la sexualité. Un des freins, c'est la réticence des parents à ce que l'institution scolaire mettent en œuvre cette éducation à la sexualité qu'il considère comme étant le mot. [01'39'49] Monobloc, monopole éducatif, de partir de leur monopole éducatif. [01'39'53] Ce qui ne veut pas dire qu'ils ont pas de rôle. Passionné aussi d'autres parents qui pensent que c'est le monopole de l'école. [01'39'58] Mes questions, c'est que c'est une responsabilité partagée. [01'40'03] Donc là où est le moulin? à mon sens, le le, la responsabilité des parents d'élèves, c'est un peu d'en parler avec leurs enfants. [01'40'13] Et puis le plus tôt possible, pas forcement parler de la prostitution, mais [01'40'17] Parler du respect du corps, du consentement et du délice décédé. On peut expliquer à un enfant que un adulte n'a pas droit de toucher sans son consentement. [01'40'27] Qui doit pas se dévêtir devant un adulte, fait des choses assez simples pour expliquer à des ressources en eau dans la, dans la littérature jeunesse, sont très bien faits. Pour nous servir de support à ce type de discussion, je vous ai mis dans le le lien discussion un des ressources sont plutôt destinés aux enseignants mais ne sont [01'40'47] Lequel vous retrouverez la bibliographie, qui peut très bien être utilisée par des parents d'élèves. [01'40'55] Le deuxième robe, c'est nous pousser. [01'40'58] Nous donner un signal positif de nous en d'encourager les équipes indicatif, en disant: moi oui, y a des parents. [01'41'07] On doit pas parler de d'éducation à la sexualité en classe. [01'41'12] Nous, on fait partie de ses parents. [01'41'15] Y pensons qu'en fait, c'est bien que l'école le fasse et il faut pas vous sentir inhibé ou vous sentir en danger vis-à-vis des parents quand vous le faites. [01'41'25] Et puis, il y a un espace statisticien d'investissement des parents d'élèves au sein des établissements scolaires. En particulier, c'est des comités d'éducation à la santé, à la citoyenneté et à l'environnement désormais, puisque leur périmètre a évolué depuis un an. [01'41'42] Dans. Lequel. [01'41'43] On cherche à coconstruire avec l'ensemble des des acteurs de la communauté scolaire, dont vous faites partie, des projets éducatifs sur le temps scolaire ou sur le temps périscolaire, autour notamment des questions d'éducation à la sexualité. [01'42'00] Je j'ai l'impression d'avoir répondu à votre question. [01'42'03] Oui, tout à fait. [01'42'04] Tout à fait. Nous avons également quelques réflexions de des personnes qui sont en salle, notamment une qui dit: il est important, dans la prévention, de s'adresser aussi aux garçons, futurs consommateurs de prostitution, car cela est une entrée banalisée dans la sexualité. [01'42'23] Et nous avons une question deux: est-ce que les enseignants sont correctement formés, est-ce qu'ils sont vraiment formés à ce fléau? [01'42'37] Est. [01'42'39] Oui, et là, votre micro est coupé. Pardon, benoît, pour votre micro-entreprise. Expliquez-moi, je coupe. J'ai coupé mon micro en pensant l'allumer. Merci et suis désolé. Si c'est encore une question, pourvoi pour le coup. [01'42'49] J'ai bien fait de rester, c'est bien. Merci, madame. [01'42'54] Oui, donc, je disais le un. Alors, est-ce qu'ils le sont? oui, ceux qui ne sont suffisamment pas encore. Voilà, je pense qu'il faut être transparent un peu. Je vous ai dit que c'était une préoccupation récente. C'est ma responsabilité de faire en sorte que ce cette sensibilité se développe. Alors, on a quand même des [01'43'12] Des lieux privilégiés pour le faire sont là. [01'43'17] On a ajouté, dans le cadre de la formation initiale des enseignants, dans les inhiber, un module égalité. [01'43'26] Douze- j'ai perdu le nombre d'heures- mais dans lequel on va parler d'égalité filles-garçons, la marchandisation du corps, de la pornographie, la prostitution, des violences sexuelles. [01'43'36] Et dans ce cadre-là on mange. [01'43'39] Dirais pas qu'on a épuisé le sujet, mais en tout cas, on a on a avancé sur la sensibilisation. [01'43'47] Je rappelle, comme les élèves le l'information des enseignants. Elle est essentiellement centrée sur l'acquisition de compétences et donc, de voir un professeur en s v? t, on va le former sur ton sdt. [01'44'01] Et donc le, le, le temps. [01'44'04] Des élèves et le temps des professionnels les contraint dans ma semaine. [01'44'11] Et donc parfois faire des choix pour l'éducation à la sexualité, on forme des enseignants ou d'autres personnels. Un, parce que, pour le coup, y'a des personnels de vie scolaire, personnels de santé, qui s'investissent beaucoup dans cette section, vous enverra via un exemple: [01'44'25] Tout à fait intéressant. [01'44'29] Eux, ils sont spécifiquement formés à faire ça. Mais après, sur le repérage, il faut vraiment sensibiliser l'ensemble de la communauté disque éducatif. Donc, on peut avoir des sessions de sensibilisation. [01'44'39] Là, on va plutôt passer par des. [01'44'42] Le dvd. Mais comme on en a fabriqué un sur la question des violences sexuelles intrafamiliales, l'on a estimé que celui du mouvement du nid [01'44'51] N'eut été. [01'44'54] Un outil dont on pouvait y arriverez difficilement à faire quelque chose de plus qualitatif. Allons travailler avec eux à ce que ce soit bien. Non, mais on partait déjà d'une bonne base. Donc, on cherche à diffuser plus largement possible, et puis, on prie, on s'appuie sur le réseau académique, le réseau déconcentré, pour diffuser. [01'45'11] Maximum. [01'45'12] Ces outils après, il faut avoir en tête qu'à chaque fois qu'on va aborder un sujet [01'45'18] Les gens vont me dire: mais il faut sensibiliser tout le monde. [01'45'21] Mais voilà, le sion, sion, sion sensibilise tout le monde. Surtout, y a un moment donné, vous aurez plus de d'enseignants en face de vous, en face de vos enfants. [01'45'33] Merci beaucoup, benoît. [01'45'35] Merci pour pour ces réponses. Alors on continue la série de deux. Deux questions. En a une, c'est une question de linda. [01'45'42] Et je pense que qu'elle est adressé un peu plus à samia. En fait, comment peut-on introduire en école primaire une discussion autour de ce sujet sans forcément heurter les sensibilités des uns et des autres, notamment? [01'45'56] Parce que ce sont des des enfants un peu plus jeunes que les collégiens, bien évidemment, et les lycéens. Mais c'est surtout comment aborder le sujet. On l'aborde pas de la même manière, est-ce que c'est bien? vous avez une fin, une première piste. [01'46'11] Pour, pour les parents qui nous, qui nous écoutent. Huit, on parle le prisme du consentement. Moi je dis: voilà, je trouve que c'est vraiment un très bon outil. Moi, je j'utilise un petit outil, aucun canadien. [01'46'25] Voilà une petite petite série animée: un, deux, deux d'un petit personnage. [01'46'31] Et donc le thème style consentement, et donc ces petits personnages dailly, plusieurs, plusieurs choses, par exemple, les parents qui lui disent: faire un bisou à ta tante emma, est-ce que mon envie forcément, tout le temps, de faire un bisou à sa tante pour lui dire bonjour, a forcément, est-ce qu'on a droit de dire non, oui, on a loi dit. [01'46'51] Hier. Nous voilà, et puis la représentation du corps à qui appartient, son corps. Donc, ça, c'est pas toujours clair dans la tête des enfants, par exemple. [01'46'59] Certains enfants qui disent que leur corps appartiennent à leurs parents. [01'47'02] Et même même même plus grand, au collège. Les formules surpris par composent cette question toute simple. On par des réponses yahoo pareil, ils estiment que leur corps appartient à leurs parents. Donc, c'est déjà définir les limites du corps et que c'est à eux d'accorder ou non. [01'47'21] Leur accord. Le fait de mal, alors oui, ou leur nom. [01'47'25] Pour qu'on les touche, mais ne serait-ce que toucher l'épaule ou les cheveux. Voilà, on voilà sur des choses très simples. Et puis, pour en élémentaire, je dirais, à partir d'un schéma, [01'47'37] Voilà, depuis quelques années, la envie de dire trois, quatre ans, et puis, surtout avec la pandémie. [01'47'42] Qui a fait que danser tous confinés chez nous et ont eu tous besoin d'utiliser les outils numériques. [01'47'52] Ne serait-ce que pour les enfants. Continuer pour certains. [01'47'57] D'étudier via les outils numériques, et puis garder ce lien social entre malaga. C'est cette problématique là. Et donc, on s'aperçoit que maintenant, schémas, on va dire bien, trois quarts de la classe sont détenteurs d'un téléphone portable. [01'48'14] Non pas, non pas de nom, pas de, parfois, de contrôles parentaux, et c'est en général un téléphone qui l'aurait parfois donner son sang vraiment. [01'48'26] Cent, sans explication, sans prévention autour des d'internet et ses risques et ses dangers. [01'48'35] De ne pas, par exemple, étaler, assume identité personnelle, etc. Donc ça, c'est un autre prisme. [01'48'42] Que j'utilise. [01'48'43] Donc internet et ses dangers. [01'48'46] Voilà pour parler de de ne pas envoyer sa photo sur sur sur les réseaux sociaux. [01'48'53] L'âge à laquelle on peut accéder aux réseaux sociaux qu'on s'aperçoit qu'un enfant de neuf ans a des arts, a déjà snapchat. [01'49'01] Oh bah, ça peut poser question. [01'49'03] Voilà, plus du tout. Alors on parlait de la pornographie. [01'49'07] Effectivement. Bah, y a aussi toutes ces images violentes et choquantes, images et vidéos violentes et choquantes. Donc voilà, on ne détaille pas ce point-là, mais je trouvais que c'est intéressant d'aborder, internet, chianti, formidable, mais qu'il peut y avoir des dangers. Et donc, par la suite, si possible, aux classes, une nouveauté cette année. [01'49'27] Par exemple, que que je mets en place dans mes, dans mes établissements, et donc, on va voir avec les équipes qui sont partantes. [01'49'34] Ensuite de faire une exposition sur dans internet et ses dangers. [01'49'39] Avec les parents, et puis pour pouvoir aussi sensibiliser les parents sur cette question-là. Merci beaucoup, samia, merci donna, même si c'est c'est très complet. Merci beaucoup. Alors, juste, je réponds à quelques questions qui sont identiques. Un sur sur le tchate: oui, bien évidemment, vous aurez le diaporama non seulement de disques. [01'49'59] Nous approuvons, proposé le substitut du procureur, donc de bobigny, mais également l'ensemble des des intervenants. Donc, pas de souci là-dessus, par contre. Alors je juste un regard de lycéenne. [01'50'13] Inès, si tu veux bien, peut-être que je sais que t'as des questions à poser, mais peut-être une et une première réaction de ta part, et puis ensuite la question que que tu veux faire, les questions que tu voulais te poser. [01'50'24] Du coup, j'ai pas spécialement de questions. Par contre, j'avais quelques réactions à faire. [01'50'28] Notamment sur la question de l'éducation sexuelle, la prévention, qui a été beaucoup abordée pendant ce we. [01'50'35] Dans ses interventions. [01'50'37] Aujourd'hui donc, on est censé avoir trois séances, donc an, donc, depuis la loi de deux mille un, et je pense que c'est clair. [01'50'45] Dix, pendant ce temps, ce webinaire, que c'était vraiment un outil primordial dans la prévention et la lutte contre la prostitution, mais aussi contre les violences sexistes et sexuelles. [01'50'56] C'est vraiment un outil qui est primordial et aujourd'hui, bah, c'est pas appliqué et en plus de deux mètres dans le, dans les programmes, la notion de de la lutte contre la prostitution. Je pense qu'il faut vraiment faire attention à. [01'51'11] Sur des professeurs, sur les budgets qui sont alloués aux associations qui viennent faire ces ces interventions, parce qu'il y a des sujets. [01'51'18] À des associations qui sont compétentes pour faire de la prévention en milieu scolaire et ses interventions. Elles peuvent pas être réduites à quelques, à quelques professeurs volontaires qui font ces interventions. Ça doit être quelque chose de global et donc il y a il y a un besoin de financement et de deux volontés de formation. [01'51'39] Globale, pour que vraiment tout le monde puisse avoir ces outils-là. Ça me paraissait des des interventions ponctuelles de certaines infirmières, de certains professeurs, parce que, en plus de naître, [01'51'49] Beaucoup ne sont pas pas. [01'51'52] Pas correctement formé, j'en ai fait l'expérience. Donc, j'ai eu, j'ai quasiment eu, aucun cours donc d'éducation sexuelle, par exemple, et on en a eu avec des professeurs qui, ne saisissez pas de leur faute, mais ils ne savaient pas comment aborder ces sujets. Et donc bien, il y a un réel besoin de l'education nationale de de mettre la priorité sur que c'est. [01'52'12] Sur cette question-là. [01'52'14] Merci, inès, pour cette réaction. Alors, justement, avant de laisser la parole à carol, il y avait des questions sur le tchate, sur le combien de séances sont les élèves. Est-ce que je peux? [01'52'25] Permettre de rebondir? excusez-moi, je peux me permettre de rebondir. Oui, samia. Alors juste, je pose la question et je laisse la parole tout de suite après, parce que, du coup, on est un peu pris par le temps. C'est pour ça je voudrais que tous les intervenants et leurs questions. C'est un peu compliqué, mais mais on va vous donner la parole et pas de problème. Donc, combien de séances sont les élèves parents au collège d'éducation? [01'52'45] La sexualité? est est-ce que, bien évidemment, ce sont des heures dédiées? bon, je pense que les questions sont liées. [01'52'51] Donc là, je vous laisse répondre également. Benoît, je suis désolé si c'est encore pour vous, et ensuite on laissera samia réagir à ce qui vient d'être dit aussi. [01'53'05] Votre micro est toujours coupé. [01'53'07] Du coup, je l'ai laissé comme ça. Ça bien voulez prendre la parole, je la laisse intervenir après, puis ensuite je répondrai. Ça me convient. [01'53'14] Ben, écoutez comme vous voulez. [01'53'16] Vous êtes du même, des dans le même domaine. Donc, pas de soucis, samia, c'est à vous. [01'53'22] Alors je voulais pas rebondir par part. L'utilise fin par le lit le fait que les associations [01'53'30] Puisse venir. [01'53'32] Va effectuer un petit peu jean-louis dire l'émission. [01'53'36] Qui sont aussi les nôtres. Le souci, c'est que, effectivement, c'est très intéressant parce que c'est sous formes variées de théâtre, forum, etc. Mais après ces associations, elles partent, elles restent pas, demeure dans les établissements scolaires. [01'53'51] Et, en plus, il faut qu'elle puisse être agréée, etc. Que le contenu soit, comment dirais-je, vérifiés et validés par l'education nationale et ne reste pas, donc, à demeure au sein des établissements. Donc, ça, ça pose question, parce que, ensuite, le jeune, on sait bien les jeunes, lorsqu'ils ont une question ou une préoccupation, ils ont. [01'54'10] Besoin de trouver un interlocuteur immédiat. [01'54'14] En qui j'ai confiance et qui a les compétences pour pouvoir. [01'54'18] Les écouter, les soutenir, les guider et les orienter, les accompagner, etc. Et là, j'ai envie de dire: voilà donc que si, effectivement, on fait pénétrer des aloès, des associations, à l'éducation nationale, [01'54'32] Bah euh, après les rediriger à l'extérieur. On sait que c'est très compliqué. Voilà qu'on leur dit: baba, tél adresse par exemple une jeune fille qui a pris un risque sexuel et qui a besoin. [01'54'43] Deux, deux, deux, de se faire dépister, etc. Qu'on lui dit d'aller au planning familial, etc. Et parfois c'est pas fait dans l'immédiat, parce que ça lui demande une démarche, elle, elle a besoin d'un alliant santé, une réponse t avec une action t immédiate. Donc voilà, c'est pour ça que ça sommes-nous à l'ademe, l'amour, en tout cas de snap, sexe et suce, ça nous préoccupe. [01'55'02] Je tenais à dire aussi qu'effectivement n'était en tout cas pour les infirmières, sept mille sept cents infirmières pour soixante-deux mille sites scolaires et treize millions d'élèves, donc, effectivement, [01'55'16] Je pense qu'il y a aussi un problème de moyens. [01'55'19] Je m'en excuse, monsieur rojo, mais je me permets de vous interpeller par rapport à ça. [01'55'25] Donc, il faudrait effectivement pouvoir. [01'55'30] Va créer des postes supplémentaires pour qu'on puisse développer et avoir le temps, effectivement, de de pouvoir mettre créer et mettre à disposition des actions de prévention et de pouvoir poursuivre, au sein des infirmeries, des consultations infirmières individuelles. [01'55'50] Avec un suivi. Là, actuellement on est, on a beaucoup de mal à effectuer le suivi. [01'55'56] Nez à chaque fois dans l'urgence, c'est-à-dire qu'on reçoit un jeune ou traite entre guillemets l'urgence, et puis cette urgence va aller chasser par une autre urgence. Donc, c'est difficile ensuite de reprendre de voilà, d'avoir une certaine continuité et suivi d'élèves. Voilà donc face et nos préoccupations vraiment de terrain, et c'est ce qui nous mine et qui nous met en souffrance actu. [01'56'16] Element: les infirmières à l'education nationale. [01'56'19] Voilà, parce qu'on a l'impression de toujours courir après le temps et et après les différents sites. [01'56'26] Pour lesquels on se partage. [01'56'29] Merci, samia, on va. Je vais répondre aux deux questions alors. [01'56'35] Je je m'appelais, ne doit pas polémiquer sur, mais juste rappeler, quand même inconnu, le corps des infirmiers. [01'56'42] Ses effectifs augmenter de quarante pour cent en vingt ans, alors qu'on a une stagnation du nombre d'élèves. Peut-être que c'est c'est pas suffisant. On a encore créé cinquante postes cette année sur deux, d'infirmiers et d'infirmières, lhomme et la femme seule. [01'56'58] Zozo. Donc, on voit bien qu'à un moment soit sur la question de la santé, de la protection de l'enfance. [01'57'04] Le béton. [01'57'05] A fait des efforts. Un moins, je comprends la position. [01'57'10] Les organisations syndicales de découvrir plus, certainement faire plus de plein de choses d'ailleurs. [01'57'17] Noé a. En revanche, sur la question des associations- et vous pourrez dire à votre, à votre direction, que j'ai dit ça parce que c'est quand même un comminges- absolument d'accord avec tout ce que ragot jusqu'à raconter la collègue du phœnix. [01'57'31] Le voilà. Moi, je trouve que les interventions sont particulièrement utiles. [01'57'37] La, le la la. La présentation qui nous a été faite de la pièce de théâtre, c'est très intéressant et c'est vraiment vraiment intéressant pour une équipe éducative, pour peu que ce soit co-organisé avec l'équipe. [01'57'50] Mais je tiens quand même à souligner qu'il y a des grosses différences territoriales. [01'57'55] Par exemple, à paris, l'intégrale des séances sont quasiment toutes faites. Dans tous les établissements, elles sont faites quasiment pas. [01'58'02] Que des associations. [01'58'03] Vous allez en corrèze. [01'58'06] Pas d'association. [01'58'09] Donc en fait même son souhaitait. [01'58'12] L'education nationale. Elle dispose d'une ressource d'appui très utile, très intéressante, mais qui ne peut être qu'une ressource d'appui. [01'58'22] On pige pas. J'ai j'ai dit samia, mais j'ai l'habitude de tutoyer les gens à la maison. On peut appeler ça samia, benoît. [01'58'32] Né le le. Le nodejs te dit: treize millions d'usagers. [01'58'38] Des lèvres, on trouvera plus d'usagers, plus leurs parents, ça va encore plus d'usagers. [01'58'43] Les treize millions d'élèves ont à peine ressources associatives qui couvrent trois séances par an. Pour treize millions d'élèves, donc, à un moment donné. [01'58'52] On ne peut ou ne doit, qu'on doit construire une stratégie qui repose sur les personnels de l'éducation nationale. [01'59'00] Et si on a des associations, et bien, c'est tant mieux. [01'59'04] Et après, oui, sur les, sur les trois sens, on a encore à progresser, c'est vrai. [01'59'10] Mais a une une difficulté à avancer. Je pense que certains de vous êtes. Quel moment vous avez cédé l'égalité. [01'59'18] Soudan, la difficulté qu'on a eue de parler de ce sujet. [01'59'23] Alors, merci, merci, benoît. Je suis désolé, on est un peu pris par le temps, donc, c'est pour ça que je me permets. Je vais donner la parole à carole tiède qui a, justement, vous parliez des associations et des compagnies de questions. Je crois, carole sûr pour la compagnie de théâtre. [01'59'38] J'ai deux questions pour la compagnie de théâtre et j'aurai également après une question à benoît. [01'59'44] S'il pourrait me répondre, ce serait magnifique. Alors là la question pour la compagnie de théâtre. Je voulais savoir: est-ce que c'est prévu une tournée de cette pièce de théâtre, le cri de l'escargot, au niveau de la france? et puis, quel type de public au niveau scolaire, qui peut, qui peut venir la regarder? [02'00'04] Alors, euh, en ce qui concerne la tournée, donc, évident, nous envisageons, dans un premier temps, nous envie, nous envisageons, excusez-moi, de [02'00'13] De le représenter en île-de-france. Vraiment, nous habitons paris. La compagnie vert est basée à paris, mais [02'00'22] En fait. Hum, c'était très compliqué en fait, parce que ce n'est pas un spectacle, enfin, on va pas faire la tournée des théâtres et tout ça. Même parler de tournée, pour moi, c'est, c'est assez étrange l'idée, vraiment, et j'insiste, de proposer cette pièce comme un outil de prévention. Donc oui, durant l'année. [02'00'42] A partir de deux mille vingt deux, deux mille vingt trois de cette année scolaire, la donc la prochaine. [02'00'46] Oui, on, on, nous pourrons aller. [02'00'50] Partout où les collèges seraient intéressés par cet outil. La voie en ile-de-france et sur le national, effectivement, pour préciser l'idée, c'est cette étape, c'est se déplacer directement dans les établissements scolaires, c'est-à-dire que c'est un spectacle qu'on envisage vraiment de jouer dans une salle de classe ou dans une salle d'activités au sein. [02'01'10] L'établissement super qu'effectivement, on amène le théâtre directement lus, dans le lieu où sont les premiers concernés à partir de là. Du coup, effectivement, et concernant le coût de cette intervention, la plupart des établissements scolaires n'ont pas forcément les moyens d'acheter directement. [02'01'30] Façon théâtrale, parce qu'effectivement, c'est un coup pour payer les comédiens, pour payer l'intervention, non après, etc. Et donc non pas forcément ses moyens. Et donc, effectivement, dans le financement de l'intervention, il est à chercher ailleurs, par le biais, effectivement, de subventions d'action, etc. Et donc, à partir de là, nous on [02'01'51] On se met à disposition si effectivement. [02'01'55] Un collège en corrèze ou ailleurs, est intéressé. Mais c'est simplement qu'on va avoir plus de déplacements et que c'est une logistique qui est un peu plus grande puisque, effectivement là, la compagnie est implantée en île-de-france. Mais rien n'est impossible et tout est envisageable, c'est-à-dire qu'effectivement le spectacle est suffisamment léger. [02'02'15] Pour se déplacer et et être disponible. [02'02'20] Effectivement, il tient le spectacle, on l'envisage, y tient dans, dans une voiture à peine, et on peut se déplacer. Et voilà simplement, si on a six heures de route pour arriver dans l'établissement, ça veut dire que derrière, il faut aussi prévoir. [02'02'35] Les infrastructures pour se loger, etc. Et que ça complique la chose, la chose, mais en soi, nous, on serait ravis de pouvoir effectivement [02'02'44] Tourner ce spectacle partout. Ils ont parlé d'en parler. Y'a des besoins et est sauvegardé. [02'02'52] Nous vous invitons peur. [02'02'56] Un. [02'02'59] Des paquets plus belles? non, [02'03'03] On, nous entend plus. [02'03'06] Benoît, c'était une boutade. [02'03'08] On en discutera, vous inquiétez pas. C'est alors. Je vais laisser la parole à carole pour une question pour monsieur le substitut du procureur, pour mettre bernard au bout. Alors, en fait, je voudrais savoir: vous avez dit lors de votre intervention qu'il y a au moins onze procureurs ont qui sont référents sur la prostitution. Il attend? [02'03'27] Fête des mineurs. Je voudrais savoir, au niveau des drôme des départements des régions d'outre-mer, est-ce qu'il y en a qui sont dédiés également? [02'03'34] Pour cette thématique. [02'03'37] Hé. [02'03'43] Du coup, vous me voyez me demander: ah oui, non, j'ai pas dit onze magistrats référents à l'agneau. J'ai pas du tout. [02'03'50] Dans au parquet des de bobigny que sagan zad magistrats. Onze au parquet des mineurs, à nos contrats, de toutes les affaires en lien avec les mineurs, victimes ou mineurs auteurs, et surveiller donc. Non, parmi mes onze collègues, dont je fais partie, on est trois référents. [02'04'04] Sur cette question de la prostitution. [02'04'07] Je n'ai aucune idée de ce qui se passe dans les territoires ultramarins. [02'04'12] La france compte à peu près cent quatre-vingts tribunaux. En aucun cas vous imaginez la difficulté de connaître toutes les situations dans chaque tribunal de france. Je sais qu'en ile-de-france, la plupart des tribunaux ont un référent. [02'04'25] Un ou deux référents sur la prostitution des mineurs ou des majeurs. [02'04'29] Comme c'est le cas à lille aussi, également à marseille ou lannoy, dans les grands tribunaux qui qui peuvent se permettre d'avoir des magistrats spécialisés. [02'04'38] Sachant que c'est un luxe. Dans les tribunaux de taille plus petite ou taille moyenne en général, les magistrats sont beaucoup moins spécialisés que je ne le suis. [02'04'45] Ainsi que mes collègues. [02'04'48] Merci, beaucoup, beaucoup merci pour cette réponse. Alors, une, une réaction, justement d'isabelle mathieu, qui nous dit: il faudrait ouvrir des événements aux représentants de parents sur ces sujets, par exemple, des formations ouvertes aux personnels de l'education nationale et, en début de soirée, par exemple, aux représentants de parents. Donc voilà, c'est une idée. [02'05'07] Pourquoi pas? alors on a une question. [02'05'11] Sur sur le tchad. Ne serait-il pas possible, pour le premier degré, que les mairies sensibilise également le personnel qui intervient pour l'encadrement périscolaire? cela permettrait de déployer cela sur l'ensemble du territoire national en complément de l'éducation nationale. Alors ça, c'est une question. [02'05'27] Je ne suis pas benoît si vous avez une réponse et ensuite j'aurais une question aussi pour pour un autre intervenant. Merci beaucoup. [02'05'36] Avant de répondre à la question. [02'05'39] J'aimerais dire à la compagnie qui fut jamais jouée à paris: suis très preneur d'aller voir comment ça se passe. [02'05'46] Avec les. Les élèves vont, qu'elles vont jouer. S'ils pouvaient me prévenir, moi, en équipe, je suis confiné dans mon bureau avec le covid et, pour être très honnête, j'ai très envie d'en sortir pour aller voir des choses qui se passent dans les établissements scolaires et je pense que ça pourrait être une très bonne occasion. [02'06'03] Très bon prétexte pour aller prendre un peu l'air. [02'06'07] Avec grand plaisir. Avec grand plaisir, le football. [02'06'11] Du coup sur la question des collectivités territoriales. [02'06'15] Mais quand même pas prendre des engagements à la place des autres. [02'06'19] Ce qu'il faut savoir souvent, fixer les collectivités territoriales qui financent des écoles et établissements pour payer les associations qui viennent. [02'06'29] Voilà donc si elles choisissent. [02'06'31] Voilà le fonctionnement un peu différent si on a un peu plus la main sur l'utilisation des crédits dans les établissements scolaires que dans les écoles. [02'06'40] Néanmoins un partenariat noué avec les collectivités autour de ces éducations transversales. [02'06'47] Nous qu'on a. [02'06'50] On a une action de là, on a en action le des collectivités territoriales, en sens, sur l'information des animateurs. Voici mes collègues de la de la geneva. [02'07'03] Force d'utiliser des d'acronymes, on nous oblige. Qui veulent dire la direction générale. [02'07'08] De la jeunesse. [02'07'11] Et de la vie associative. [02'07'15] Contribue à former les réseaux associatifs, et donc sans savoir précisément ce qui se passe. J'imagine que la ligue de l'enseignement ou d'autres associations forment d'ores et déjà des animateurs. [02'07'28] Maia sans doute à renforcer les liens sur ces questions-là entre les les différents acteurs qui sont en contact avec le public jeune tout au long de la semaine. [02'07'39] Même si l'institution scolaire, elle née après les familles, l'endroit où les jeunes passent le plus de temps. [02'07'47] Merci beaucoup. [02'07'48] Alors moi, j'ai une dernière question. [02'07'52] Justement, ça fait un peu le lien avec ce que vous venez de dire et pour l'aspect, euh donc, [02'07'57] Bérangère si. [02'08'00] Elle est allée partie d'accord pour bébés rangés, répartis. Pour ça, on lui posera la question. Mais en tout cas, si l'un de vous veut répondre à cette question-là, peut-on envisager des formations ou des liens, justement, entre les professeurs et les professionnels de la protection de l'enfance. Peut-être, monsieur le substitut ou benoît, je ne sais pas. [02'08'17] Et si quelqu'un a une réponse là-dessus. [02'08'22] Vous vous m'entendez. [02'08'23] Oui. [02'08'25] Ben, oui, oui, on vous entend. Ah oui, donc ça se fête, ça se fait effectivement très régulièrement, en tout cas ensemble. [02'08'34] L'amicale du nid que j'évoquais tout à l'heure a dispose d'un temps plein. [02'08'39] Chargé de mission à temps plein qui vient intervenir dans les établissements scolaires. [02'08'42] Collège, collège, lycée, pour former les professionnels. [02'08'47] Sur cette question-là de la prostitution des mineurs, mais de manière générale des violences sexuelles, à des questions du consentement. [02'08'53] Tant à l'égard des jeunes qu'elle a gardé des professionnels de l'établissement scolaire. Il y a d'autres associations qui font la même chose, d'autres qui sont: [02'09'00] Accès de manière générale sur les violences sexuelles faites aux enfants et donc effectuer des rencontres impossible. Je sais qu'en en seine-saint-denis a souvent des rencontres avec des partenaires. [02'09'12] Sociale à l'enfance, établissements professionnels scolaires. [02'09'16] Les services sociaux des mairies. [02'09'18] Donc avec des actions de sensibilisation sur une demi-journée, une journée, en fonction des dynamiques locales, locales. [02'09'25] Par exemple, je suis intervenu à trois. [02'09'28] A la demande de la préfecture et du tribunal requis. Il y a vraiment des possibilités d'intervention très large en fonction de de ce que des idées, des besoins et des demandes des établissements scolaires ou des préfectures ou des mairies. [02'09'44] Merci beaucoup pour pour cette réponse. Alors, comment toucher? le webinaire touche à sa fin. Je ne vais pas abuser, simplement vous donner les deux dernières réactions qu'on a eu. Donc, comment l'infirmière arrive-t-elle à tout faire? donc sa billard. [02'09'57] Bravo, bravo pour le travail que vous faites. Je pense que c'était un remerciement. Et le dernier, la dernière question était: comment peut on peut être prise en compte un suivi psychothérapeutique pour les jeunes? donc là, je pense que le la question s'adresser plus si on est sûr qu'on. [02'10'14] On va poser la question notamment ou au psychologue scolaire ou à d'autres, et puis on reviendra vers vous pour vous répondre sur cette question-là. Donc, notre webinaire touche à sa fin. Merci à tous de votre présence. [02'10'27] Je vais laisser un dernier mot à nos intervenants, donc en une phrase. [02'10'32] La question qu'on va vous poser, puisque on est en pleine campagne électorale. Fins électorales: oui. [02'10'39] Est-ce que, qu'est-ce que ça serait pour, justement endiguer ce phénomène? qu'est-ce que seraient les [02'10'46] Qu'est ce que vous proposez? auriez, par exemple: [02'10'48] Aux candidats à la présidentielle. [02'10'51] En une phrase. [02'10'52] S'il vous plaît. Alors on va commencer par aller. Honneur aux femmes samia. [02'10'59] C'est du sexisme. [02'11'03] À écouter en une phrase: [02'11'05] Plus de moyens humains en termes de assistante sociale, infirmière, psy, hum, etc. Pour pouvoir, justement, rendre garcin. [02'11'17] Comment dirais-je repérer, sensibiliser les équipes éducatives, etc. Tous ces, toutes ces problématiques. [02'11'25] Voilà lié autour de deux. [02'11'28] De la prostitution, la pornographie, etc. Parce qu'il y en a des thèmes malheureusement: le harcèlement, etc. Donc, il faut beaucoup plus de professionnels sur le terrain. Merci beaucoup, samia se doit peut-être une réaction. [02'11'43] Les invoquer: l'article cinq de la constitution de la fonction publique et mon devoir de réserve. [02'11'50] Merci, benoît, je me doutais un peu. [02'11'53] Alors simon peut-être. [02'11'55] C'est pas un avis, peut-être juste une phrase. Votre micro est désactivé de manière h, astreint à un devoir de réserve sur des questions politiques, mais je tiens à souligner que, de manière factuelle, le gouvernement actuel a à débloquer quatorze millions d'euros. [02'12'11] Sur cette question de la protection des mineurs. [02'12'14] Donc, avec un plan national, avec un rapport qui a été rendu, qui a été rendu il y a quelques mois, [02'12'20] Donc voilà, il y a pas mal de choses qu'ont été faites et qui vont être faites encore dans les années à venir, puisque le plan national a vocation à à se répéter pour les années à suivre. [02'12'30] Vous avez tout à fait raison. Quand les choses se font bien, il faut le souligner aussi. Merci aussi pour cette intervention tout à fait. [02'12'38] Peut-être que pascal ou non a effectivement souhaité il y a. Il y a effectivement la question des moyens. [02'12'46] Et après, c'est fait aussi. [02'12'50] Humainement. [02'12'52] Réussira à établir les liens et les contextes de façon à ce que les initiatives puissent effectivement se rencontrer. [02'12'59] F? s? et voilà, quand on voit que, effectivement, il y a un milieu associatif qui est florissant et qui s'empare de la question. C'est: comment réussir à mieux? peut être titré, tisser des passerelles entre ce milieu associatif et et et l'éducation nationale, de manière à ce que- est-ce que ça puisse porter ses fruits? [02'13'19] Et comme on en voit le résultat, sur le terrain, et si je peux, et avec les jeunes, [02'13'25] Lorsque vous faites, de temps en temps, on a tellement envie qu'on a tendance, mais pas à oublier en fait les principaux intéressés. [02'13'33] F l, les enfants. Voilà donc tout à fait, vous avez tout à fait raison. Merci, merci, justement, inès. Un dernier mot peut-être. [02'13'42] Ah bah déjà, merci de m'avoir invité. C'est super intéressant. J'ai appris beaucoup de trucs et je connaissais pas d'un nouveau sujet. [02'13'48] Et moi je continue. On peut les faire, les revendications de de mme l'infirmière. [02'13'56] Samia, samia. [02'13'58] Sur les moyens dans les, dans les établissements, est accordée aux professionnels de santé qui accompagnent les jeunes, parce que je pense que c'est primordial et j'espère que la présidentielle aura un impact sur ça et que, peut-être, le prochain gouvernement sera puissant, ouvert à l'idée de financer ça. Merci, merci, inès, plein de sagesse. [02'14'19] La jeunesse. Carole steiner, c'est carole carla. Dernier mot, merci. Merci à tous d'avoir joué le jeu, merci d'être présent, d'avoir participé à ce webinaire. C'est wagner qui- c'est un sujet qui n'est pas très facile à aborder, mais qui a été, pour ma part, [02'14'38] Très clair vis-à-vis des interventions des différents internautes, mais également dit des comment dire des intervenants, et merci à mes collègues de la etc. [02'14'51] Car carla carlos. Alors, un dernier mot pour. Pour moi, en fait, c'est déjà une bonne chose, en fait. On parle de plus en plus de ce sujet. [02'15'00] La prostitution des mineurs. Donc, il faut continuer. C'est vrai que là peu un rôle à jouer. [02'15'06] Justement sur sur ces questions-là, c'est vrai que j'ai beaucoup entendu, donc vrai, à un webinaire qualité. [02'15'12] Très enrichissant parce qu'on avait des intervenants. [02'15'15] Très complémentaire avec des visions différentes. Donc, ça va nous faire avancer. L'éducation à la sexualité: la f p e l'exige aussi davantage après. Certains intervenants l'ont souligné, les parents ne sont pas toujours encore assez sensibilisés à la question de l'éducation. [02'15'35] Sexualité. [02'15'37] Au sein de l'école. Donc, ça, c'est aussi un travail que nous devons faire avec benoît de la dgesco et tous les acteurs, en fait, de la communauté éducative. Voilà donc, merci beaucoup à tout le monde, n'achète. [02'15'50] Merci, merci, carla, merci à tous. Alors moi, simplement un dernier mot, déjà pour vous remercier tous d'être d'être intervenu, parce que, c'est vrai, comme l'a dit carole, le sujet était sensible. [02'16'01] Allez-y si peu. C'est l'une des des premières fois, en fait, qu'on aborde ce sujet, qui est assez transversal. Finalement, puisqu'on a parlé de harcèlement, on a parlé de de cyber, cyber prostitution, dont de cyber. [02'16'14] Pornographie aussi. Donc, c'est un sujet qui qui peut toucher n'importe qui à n'importe quel moment. Malheureusement, les réseaux sociaux n'ont pas fait que du bien sur ce sujet, mais nous on garde espoir. En tout cas, elle a eu si peu. [02'16'27] C'était la raison de ce, de ce webinaire et du binaire. Nous, nous, vraiment nous nous tenait à cœur. [02'16'32] De pouvoir trouver des actions et de travailler avec tous les acteurs, justement. [02'16'37] Que ce soit le ministère, d'autres acteurs de la protection de l'enfance. [02'16'43] Autour de cette thématique, parce que c'est vrai que on est sollicité de plus en plus par les parents qui sont souvent démunis. Et l'idée donc, demain matin, nous aurons des ateliers avec nos élus départementaux et l'idée, ce sera justement de trouver un axe des actions qui seront menées localement. [02'17'03] Anne a proposé à nos partenaires pour les mener localement mais aussi nationalement, et je voudrais juste revenir sur sur ce livre. [02'17'12] Je vous invite vraiment à le lire. Il est poignant, il est enrichissant, il est il est vraiment aussi plein d'espoir parce que nina, au final, retrouve ses parents et- et c'est vraiment un message que l'on veut aujourd'hui- [02'17'27] Donner un message fort, c'est-à-dire que rien n'est perdu. Il faut absolument, absolument garder espoir, nous, en tant que parents, mais aussi en tant que qu'acteur de la communauté éducative, garder espoir et continuer le combat, parce que rien n'est perdu d'avance. La preuve: nina s'en est sortie. Elle est sortie de cette, de cet enfer. [02'17'47] Donc, merci à tous. Nous espérons en tout cas que vous avez passé un agréable moment avec nous et que vous avez eu des informations qui vont justement vous amener à vous intéresser au sujet, à ce phénomène, et on vous proposera d'autres, d'autres webinaire, bien évidemment, comme l'a dit carla, et d'autres sujets. [02'18'06] A envisager aussi sur la question de l'éducation. Je rappelle juste que demain, nous avons une autre journée thématique. [02'18'13] Petit clin d'oeil à mes collègues, parce que on a cumulé ce week-end. La journée thématique concerne les segpa, donc n'hésitez pas à vous inscrire. Vous avez le lien sur la page facebook et twitter de de la pub nationale. Vous pouvez vous inscrire. Il y a encore encore un peu de place. Donc, n'hésitez pas aussi à participer, parce que les segpa, c. [02'18'33] Sont aussi un sujet à part entière. Merci à tous, bonne soirée et à bientôt. Juste merci à sophie. Pardon, excusez-moi. Oui, merci, tu as tout à fait raison, carottes. Merci sophie qui nous a accompagnés. Que vous ne voyez pas qui est derrière. [02'18'48] Derrière les caméras. Mais merci à sophie, notre chargée de mission, qui a nous a accompagné durant tout le montage de ce de ce webinaire. Merci à elle, parce que c'est vrai qu'elle nous a beaucoup, beaucoup, beaucoup aider. Beaucoup, merci à toi. [02'19'02] Bonne soirée à bientôt. Et puis va, portez-vous bien. Merci beaucoup, on va enfin.

    2. Webinaire FCPE sur la prostitution des mineurs FCPE Nationale

      Quels sont, chez un mineur, les signes précurseurs à une situation de prostitution ?

      Comment l’école peut-elle agir ?

      Et les parents d’élèves ?

      La FCPE vous propose le replay de son webinaire, organisé le 1er avril dernier, avec quatre experts de la question : Bérengère Wallaert, déléguée générale de l’association Agir contre la prostitution des mineurs (ACPE) ; Benoît Rogeon, chef du bureau de la santé et de l’action sociale au ministère de l’Education nationale ; Samia Bounouri, infirmière scolaire, secrétaire départementale du SNICS-FSU en Seine-Saint-Denis ; Simon Benard-Courbon, substitut du procureur de la République de Bobigny.

      RESSOURCES Livret "La laïcité à l'usage des parents d'élèves" (991.44 Ko) Le padlet de la FCPE pour parler de la laïcité en famille, novembre 2020

    1. Résumé de la vidéo [00:00:01][^1^][1] - [00:23:15][^2^][2]: La vidéo explore les mouvements conservateurs et réactionnaires en ligne, en se concentrant sur l'anti-avortement et la discrimination algorithmique contre les identités LGBT. Elle met en lumière l'utilisation d'Instagram par les anti-avortement et les défis de la modération des contenus LGBT sur les réseaux sociaux.

      Points forts: + [00:00:11][^3^][3] Introduction aux panels * Focus sur les mouvements conservateurs * Diffusion en ligne et nouveaux combats + [00:00:36][^4^][4] Conservatismes en ligne * Anti-avortement sur Instagram * Mobilisation de l'image du fœtus + [00:01:20][^5^][5] Discrimination algorithmique * Modération automatique ciblant les LGBT * Impact sur les contenus et identités + [00:07:51][^6^][6] Présentation de Thib Grison * Recherche sur la liberté d'expression * Censure dans les médias + [00:09:49][^7^][7] Censure et modération * Exemples de suppression de contenus LGBT * Impact de la modération sur les communautés + [00:20:52][^8^][8] Biais algorithmiques * Transformation de stéréotypes en conditions algorithmiques * Conséquences discriminatoires Résumé de la vidéo [00:23:17][^1^][1] - [00:46:35][^2^][2]: La vidéo aborde les biais algorithmiques et la discrimination dans les réseaux sociaux, en particulier comment les algorithmes peuvent perpétuer des stéréotypes et des discriminations, notamment envers les femmes et les communautés marginalisées. Elle discute également des stratégies utilisées par ces communautés pour contourner la censure algorithmique et les conséquences de la modération sur l'identité sexuelle et de genre en ligne.

      Points saillants: + [00:23:17][^3^][3] Biais algorithmiques * Influence de l'industrie du porno * Critères économiques sur la non-discrimination + [00:25:07][^4^][4] Conséquences sur les identités * Popularité des contenus hétérosexuels * Assimilation à des contenus pornographiques + [00:27:02][^5^][5] Stratégies de contournement * Crypto langages et vol de morting * Visibilité et invisibilité en ligne + [00:29:47][^6^][6] Impact de la modération * Effets sur les identités sexuelles et de genre * Stratégies de passing algorithmique Résumé de la vidéo [00:46:36][^1^][1] - [01:07:46][^2^][2]: La vidéo aborde l'importation des cadres antitrans en France, la théorie du ROGD, et les collectifs de parents vigilants. Elle examine comment ces éléments s'intègrent dans une stratégie discursive plus large, utilisant un langage scientifique pour influencer les perceptions sur la transidentité.

      Points clés: + [00:46:36][^3^][3] Importation des cadres antitrans * Effort d'acclimatation de la rhétorique antitrans + [00:47:27][^4^][4] Théorie du ROGD * Stratégie discursive remettant en question les transitions mineures + [00:52:01][^5^][5] Collectifs de parents vigilants * Mobilisation inspirée par des collectifs étrangers + [00:53:03][^6^][6] Effets des mobilisations aux États-Unis * Purges culturelles dans les écoles + [00:54:13][^7^][7] Rôle de la France dans la mobilisation transnationale * Importation de théories et affaires étrangères + [01:00:35][^8^][8] Juridicisation de l'identité de genre * Analyse des politiques de reclassification de sexe Résumé vidéo 01:07:48 - 01:30:54: La partie 4 de la vidéo aborde les nouveaux essentialismes et la transidentité. Elle examine les politiques de reclassification de sexe, la transphobie systémique, et l'importance de l'autodétermination de genre.

      Points clés: + [01:07:48][^1^][1] Nouveaux essentialismes * Comparaison avec la sociologie du handicap * Impact des conditions sociales sur l'identité de genre + [01:21:48][^2^][2] Transidentité et militantisme * Influence du militantisme sur la théorie * Lutte contre la transphobie et pour les droits trans + [01:29:12][^3^][3] Clarification idéologique * Réarticulation autour de la droite * Clarification des positions politiques sur les droits trans Résumé de la vidéo 01:30:57 - 01:54:43 : La vidéo aborde les nouveaux essentialismes dans le féminisme, en particulier la lutte contre la transphobie et l'essentialisme biologique. Elle critique l'alliance entre l'extrême droite et certaines féministes anti-trans, et souligne l'importance de déconstruire les catégories de genre rigides pour avancer les droits des personnes trans et intersexes.

      Points clés : + [01:31:01][^1^][1] Lutte idéologique * Clarification des débats féministes * Instrumentalisation par l'extrême droite + [01:32:15][^2^][2] Essentialisme et genre * Alliance entre l'extrême droite et féministes anti-trans * Critique de l'approche essentialiste du genre + [01:35:02][^3^][3] Patriarcat et genre * Le genre comme pilier de l'idéologie patriarcale * Importance de lutter contre l'essentialisme + [01:38:12][^4^][4] Droits des enfants trans * Nécessité de réfléchir aux droits des enfants trans * Autodétermination et capacité de choix des enfants + [01:47:29][^5^][5] Changement d'état civil * Débat sur la déjudiciarisation du changement d'état civil * Importance de gagner le débat public pour pérenniser les droits Résumé de la vidéo 01:54:44 - 02:17:18 : La première partie de la vidéo aborde les nouveaux essentialismes et le backlash transphobe, en examinant comment certains mouvements réactionnaires utilisent le féminisme comme prétexte pour avancer leurs idées. Elle explore également les idéologies sexistes et les différences entre le sexisme différentialiste et oppositionnel.

      Points saillants : + [01:54:44][^1^][1] Backlash transphobe * Utilise le féminisme comme couverture * Attaque les mouvements sociaux + [01:56:01][^2^][2] Idéologies sexistes * Sexisme différentialiste et oppositionnel * Impact sur les relations entre les sexes + [01:57:30][^3^][3] Influence médiatique et politique * Médias et politiciens amplifient les paniques morales * Législations nuisibles aux personnes trans + [02:03:24][^4^][4] Répercussions internationales * Les discours transphobes se propagent globalement * Effets sur les lois et la société + [02:09:01][^5^][5] Conséquences aux États-Unis * Lois régressives et climat de violence * Exode des personnes trans pour leur sécurité + [02:11:55][^6^][6] Situation en France * Importation des problématiques transphobes * Effets marginaux mais potentiellement dangereux Résumé de la vidéo 02:17:19 - 02:39:21 :

      La partie 7 de la vidéo aborde les nouveaux essentialismes et la manière de lutter contre les discours antitrans. Elle souligne l'importance de la production de discours politiques concurrents, le renforcement des liens avec le mouvement féministe, et la création d'entraide communautaire pour les personnes trans.

      Points forts : + [02:17:19][^1^][1] Nouveaux essentialismes * Discussion sur la fédération des extrêmes droites et féministes antitrans + [02:17:48][^2^][2] Lutte contre l'antitrans * Nécessité de discours politiques concurrents et renforcement des liens féministes + [02:18:45][^3^][3] Soutien communautaire * Importance de l'entraide face aux backlashes transphobes + [02:19:18][^4^][4] Perspectives et potentiels * Mouvements à plusieurs vitesses et méfiance envers la figure de la personne trans respectable + [02:21:02][^5^][5] Instrumentalisation des enfants * Discussion sur l'utilisation des enfants dans les discours antitrans + [02:25:00][^6^][6] Droits des mineurs trans * Accès aux hormones et autonomie des mineurs dans les décisions de santé

    1. Résumé vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:27:44][^2^][2]:

      Ce webinaire présente la campagne de vaccination HPV dans les collèges, expliquant l'importance de la vaccination pour prévenir les cancers liés au papillomavirus et les modalités de mise en œuvre dans les établissements scolaires.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] Objectif du webinaire * Présentation de la campagne de vaccination en milieu scolaire + [00:01:03][^4^][4] Avancement de la campagne * Nouvelle-Aquitaine en avance sur l'organisation + [00:05:28][^5^][5] Épidémiologie du HPV * Explication des risques et de la transmission du virus + [00:08:56][^6^][6] Recommandations de vaccination * Vaccination recommandée pour les jeunes filles depuis 2007 et pour les garçons depuis 2021 + [00:13:08][^7^][7] Vaccination dans les collèges * Discussion sur l'efficacité de la vaccination en milieu scolaire + [00:22:26][^8^][8] Communication avec les parents * Importance de l'engagement des parents et des solutions pour les zones défavorisées Résumé vidéo [00:27:47][^1^][1] - [00:56:19][^2^][2]: Le webinaire aborde la campagne de vaccination dans les collèges, mettant l'accent sur la communication et l'organisation. Il souligne l'importance de la collaboration avec les professionnels de santé et l'accessibilité des informations pour les parents.

      Points clés: + [00:27:47][^3^][3] Communication de la campagne * Messages pré-rédigés par l'ARS * Disponibilité des informations en ligne + [00:30:34][^4^][4] Calendrier de la campagne * Informations initiales en juin * Évaluation de la couverture vaccinale en juillet 2024 + [00:31:45][^5^][5] Plan de communication * Sensibilisation sur les réseaux sociaux * Ciblage des parents et adolescents + [00:37:12][^6^][6] Engagement des établissements * Planification de la vaccination * Mise à disposition des ressources pour les familles + [00:44:21][^7^][7] Organisation des centres de vaccination * Déplacement vers les établissements * Collaboration avec les acteurs locaux + [00:52:58][^8^][8] Rôle des chefs d'établissement * Facilitation de la vaccination * Support dans l'utilisation des outils numériques Résumé de la vidéo [00:56:21][^1^][1] - [00:57:31][^2^][2]: La partie 3 de la vidéo aborde la communication avec les familles concernant la campagne de vaccination dans les collèges, les difficultés rencontrées et les solutions proposées.

      Points forts: + [00:56:21][^3^][3] Communication avec les familles * Utilisation de papier pour les autorisations + [00:57:00][^4^][4] Lien avec centre de vaccination * Mise à disposition de documents nécessaires + [00:57:15][^5^][5] Conclusion de la réunion * Envoi des documents promis * Interruption pour une autre réunion

    1. Recommandation 2.Identifier les liens entre l’éducation à la sexualité et les dispositifsrelatifs à la santé, la citoyenneté, l’égalité entre les filles et les garçons et la protection de l’enfance.
    2. Ces recommandations sont regroupées autour de huit thématiques:1. Mieux cerner l’éducation à la sexualité.2. Clarifier le cadre législatif et réglementaire.3. Mieux intégrer l’éducation à la sexualité à la politique éducative auxniveauxnational et territorial.4. Rendre l’éducation à la sexualité plus lisible.5. Encourager l’établissement scolaire à développer la mise en œuvre de l’éducation à la sexualité.6. Consolider le cadre administratif et opérationnel des interventions extérieures.7. Mettre en œuvre une démarche de suivi et d’évaluation.8. Renforcer la formation des acteurs.
    3. Recommandation 1.Revoir l’appellation de l’éducation à la sexualité afin de la centrer sur les questions sexistes et sexuelles, en fonction d’objectifs et de contenus spécifiques.
    4. https://hyp.is/go?url=https%3A%2F%2Fdocdrop.org%2Fdownload_annotation_doc%2Figesr-rapport-2021-149-education-sexualite-milieu-scolaire-p-il3a8.pdf&group=world

      Voici un résumé du document :

      • Éducation à la sexualité en milieu scolaire : un rapport de l'Inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche (IGÉSR) qui évalue la politique publique d'éducation à la sexualité (EAS) menée par le ministère de l'éducation nationale, en lien avec les autres ministères et les partenaires institutionnels et associatifs.

      • Enjeux et contexte de l'EAS : l'EAS s'inscrit dans l'histoire de la sexualité et dans les évolutions sociales et sociétales qui touchent la santé, l'égalité, la citoyenneté et la protection de l'enfance. Elle vise à permettre aux élèves de développer des attitudes de responsabilité individuelle et sociale, en abordant des thématiques diverses et parfois controversées (reproduction, contraception, prévention des IST/sida, violences sexistes et sexuelles, consentement, discriminations, pornographie, etc.).

      • Cadre réglementaire et opérationnel de l'EAS : l'EAS repose sur une obligation législative de trois séances annuelles par élève, mais sans modalités précises de mise en œuvre. Elle s'appuie sur des orientations et des repères nationaux, un pilotage académique et des partenariats institutionnels et associatifs. Elle fait intervenir de nombreux acteurs, internes et externes à l'école, dont le rôle et la formation sont variables. Elle ne fait pas l'objet d'un suivi et d'une évaluation rigoureux.

      • Mise en œuvre de l'EAS dans les établissements scolaires : l'EAS est confrontée à un engagement variable et à des difficultés récurrentes, liées à la place accordée par les comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), à la faible participation des enseignants, à la diversité des formes pédagogiques, à l'absence de continuité éducative, au contexte sociétal, aux attentes des élèves et des parents, à la multiplicité et à la faible appropriation des ressources disponibles.

      • Recommandations : le rapport propose 35 recommandations pour améliorer le dispositif de l'EAS, autour de huit thématiques :

      • mieux cerner l'EAS, clarifier le cadre législatif et réglementaire,
      • mieux intégrer l'EAS à la politique éducative,
      • rendre l'EAS plus lisible,
      • encourager l'établissement scolaire à développer la mise en œuvre de l'EAS,
      • consolider le cadre administratif et opérationnel des interventions extérieures,
      • mettre en œuvre une démarche de suivi et d'évaluation, renforcer la formation des acteurs.
    5. Recommandation 19 : Inscrire systématiquement l’éducation à la sexualité dans les conventions departenariats avec les institutions (collectivités territoriales, agences régionales de santé, délégations auxdroits des femmes et à l’égalité) et veiller à leur mise en cohérence, en particulier en coordonnant les comitésde pilotage et de suivi correspondants.
    1. Résumé de la vidéo de [00:00:00][^1^][1] à [01:05:50][^2^][2] :

      Cette vidéo est un podcast à soi de Charlotte Bienaimé, qui traite du thème de l'autodéfense des enfants face aux violences et aux injustices. Elle raconte son expérience de mère qui veut protéger son fils, et comment elle a découvert les ateliers d'autodéfense pour les enfants de l'association Garance. Elle assiste à l'un de ces ateliers, où les enfants apprennent à faire valoir leurs droits, à dire non, à se défendre physiquement et verbalement, et à trouver des ressources personnelles et collectives. Elle interroge aussi les enfants sur leur vécu, leurs émotions, leurs difficultés et leurs envies. Elle conclut en affirmant que sortir du silence et apprendre à se défendre rend les enfants plus forts et plus heureux.

      Points forts : + [00:00:05][^3^][3] Introduction musicale * Présentation du titre et du sujet du podcast * Citation de Virginia Woolf sur les femmes anonymes de l'histoire + [00:01:35][^4^][4] Le témoignage de Charlotte * Son désir de protéger son fils de 7 ans * Sa prise de conscience de la nécessité de l'armer pour se défendre * Sa tristesse et sa démunition face aux violences du monde + [00:04:29][^5^][5] L'atelier d'autodéfense pour les enfants * La présentation de Laura et Manon, monitrices de Garance * Les trois droits fondamentaux des enfants : être en sécurité, fort et libre * Les situations d'agression et les stratégies de défense * Les réactions et les questions des enfants + [00:41:19][^6^][6] La violence sexuelle des adultes connus * La scène jouée par Laura et Manon sur l'inceste * Les signes d'alerte et les moyens de se protéger * Les personnes de confiance et les numéros d'écoute + [00:59:11][^7^][7] La conclusion de Charlotte * Son admiration pour les enfants et leur capacité de résilience * Son espoir pour un monde plus juste et plus respectueux * La présentation des intervenants et des sources du podcast

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:56:18][^2^][2]:

      Cette vidéo est un podcast animé par Ludo, un journaliste français, qui aborde différents sujets liés à la sexualité, à la société et à la culture. Il reçoit plusieurs invités experts, témoins ou créateurs pour échanger avec lui et répondre aux questions des internautes. Voici les principaux thèmes abordés dans cette vidéo :

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] La sexualité des jeunes Français * Une étude révèle que les 18-24 ans ont moins de rapports sexuels qu'avant * Les causes possibles : le stress, la pression sociale, le manque de confiance, le consentement, la diversité des orientations et des pratiques * Les conséquences : une meilleure qualité de vie sexuelle, une remise en question du modèle hétéronormatif, une libération des normes de genre + [00:58:00][^4^][4] Les hommes obsédés par leur taux de testostérone * Un phénomène de plus en plus répandu chez les hommes qui cherchent à augmenter leur virilité, leur performance et leur séduction * Les risques liés à la consommation de produits dopants, aux injections d'hormones, à l'hyper-musculature * Les enjeux sociétaux : la crise de la masculinité, le mythe du mâle alpha, le patriarcat, le féminisme + [01:39:00][^5^][5] La série "De grâce" sur Arte * Une série policière qui se déroule au Havre, avec Payanotis Pasco dans le rôle principal * Une plongée dans le milieu du trafic de drogue, de la corruption et de la violence * Une création originale qui mêle réalisme, humour et émotion

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:05:00][^2^][2]:

      Cette vidéo est un webinaire sur la sexualité des adolescents, animé par Didier Jourdan et Joëlle Mignot, experts en santé sexuelle et droits humains. Ils abordent les enjeux, les difficultés et les ressources pour accompagner les jeunes dans leur développement sexuel, en s'appuyant sur les valeurs de la santé sexuelle, du respect, de la réciprocité et du consentement.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] L'entrée des adolescents dans la sexualité * L'âge moyen du premier rapport sexuel est de 17 ans * Le corps et les émotions sont en pleine mutation à la puberté * La pornographie joue un rôle important dans l'apprentissage de la sexualité * La sexualité se construit tout au long de la vie, dès la naissance + [00:20:10][^4^][4] Les bases pour accompagner les adolescents dans leur sexualité * La définition de la santé sexuelle de l'OMS, qui intègre le bien-être physique, émotionnel, mental et social * Les droits humains, qui garantissent le respect, la liberté, l'autonomie et la dignité * Les valeurs de la réciprocité, du plaisir, du désir et de la responsabilité * Les outils pédagogiques, comme les livres, les BD, les séries, les sites web, etc. + [00:51:35][^5^][5] La question du consentement dans la sexualité des adolescents * Le consentement est la capacité de dire oui ou non à une relation sexuelle * Le consentement doit être éclairé, libre, révocable et spécifique * Le consentement implique de connaître ses limites, ses envies, ses besoins et ses droits * Le consentement nécessite de respecter l'autre, de communiquer, de négocier et de s'adapter

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:31:00][^2^][2]:

      Cette vidéo présente les résultats d'une enquête sur les violences vécues par les femmes et les hommes en Île-de-France, réalisée par l'Institut national d'études démographiques (INED) et le Centre Hubertine Auclert. L'enquête s'intéresse aux violences subies dans différents espaces de vie (famille, couple, travail, études, espaces publics) et à leurs conséquences sur la santé, le parcours de vie et la parole des victimes. Elle met en évidence les spécificités de la région Île-de-France, où les violences sont plus fréquentes et plus diversifiées, notamment pour les jeunes femmes.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] Introduction et présentation de l'enquête VIRAGE * Le contexte, les objectifs et la méthodologie de l'enquête * La notion de continuum des violences de genre * L'échantillon francilien et ses caractéristiques + [00:20:10][^4^][4] Les violences de genre en Île-de-France * Les taux de prévalence des violences selon le sexe, l'âge et l'espace de vie * Les formes et les auteurs des violences subies * Les facteurs de risque et de vulnérabilité + [00:40:20][^5^][5] Les violences conjugales * La définition et les types de violences conjugales * Les profils des victimes et des agresseurs * Les conséquences sur la santé, le logement et la parentalité + [00:59:00][^6^][6] Les violences subies par les mineurs dans la famille * La mesure et les formes des violences intrafamiliales * Les liens entre les violences subies dans l'enfance et à l'âge adulte * Les impacts sur la scolarité, la sexualité et la santé mentale + [01:18:00][^7^][7] Les violences dans les espaces publics * Les lieux, les moments et les circonstances des violences * Les violences sexistes et sexuelles, notamment le harcèlement de rue * Les stratégies d'évitement et de résistance des victimes

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:51:00][^2^][2]:

      Cette vidéo présente le Centre Hubertine Auclert, un organisme associé de la région Île-de-France qui œuvre pour l'égalité entre les femmes et les hommes. Il aborde les missions, les outils et les actions du centre, ainsi que les enjeux de l'éducation à l'égalité et de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans les établissements scolaires. Il propose également des témoignages, des conseils et des ressources pour les professionnels de l'éducation.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] Le Centre Hubertine Auclert * Présentation du centre et de ses 4 missions * Exemples de productions, d'événements et de formations * Invitation à consulter le site et la banque de ressources + [00:06:42][^4^][4] Les violences sexistes et sexuelles * Définitions, chiffres et conséquences des violences * Cadre légal et obligations des professionnels * Ressources pour agir et accompagner les victimes + [00:22:05][^5^][5] L'éducation à l'égalité * Enjeux, objectifs et principes de l'éducation à l'égalité * Outils et méthodes pour aborder les stéréotypes, les représentations et les discriminations * Pistes pour favoriser la mixité, la diversité et le respect dans les classes + [00:38:20][^6^][6] Les questions des participants * Réponses aux questions posées par le chat ou par téléphone * Précisions, exemples et recommandations sur les sujets abordés * Rappel des contacts et des ressources utiles

      Résumé de la vidéo [00:40:00][^1^][1] - [01:51:00][^2^][2] :

      La vidéo est la deuxième partie d'un webinaire sur la compréhension et l'action contre les violences sexistes et sexuelles dans les établissements scolaires, organisé par le Centre Hubertine Auclert. Elle aborde les thèmes suivants :

      Points forts : + [00:40:00][^3^][3] Les outils pour agir contre les violences * Présentation des campagnes de sensibilisation du Centre Hubertine Auclert * Présentation du violentomètre, un outil d'auto-évaluation et de dialogue sur les violences dans le couple * Présentation des techniques d'auto-défense verbale et des 5D pour intervenir en cas de harcèlement dans l'espace public + [00:58:00][^4^][4] Les ressources pour accompagner les victimes * Présentation du guide "Violences sexistes et sexuelles : comment réagir ?" du Centre Hubertine Auclert * Présentation du dispositif "Parler sans tabou" de la région Île-de-France, qui propose un numéro vert, un chat et une application pour les jeunes victimes ou témoins de violences * Présentation du réseau "Violences femmes info", qui propose un numéro d'écoute national, des associations locales et des centres d'information sur les droits des femmes et des familles + [01:16:00][^5^][5] Les questions des participants * Réponses aux questions posées par le chat sur les sujets abordés pendant le webinaire * Échanges sur les expériences et les pratiques des participants en matière de prévention et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles * Conclusion et remerciements

      Résumé de la vidéo [01:17:00][^1^][1] - [01:51:00][^2^][2]:

      La deuxième partie de la vidéo traite des violences sexistes et sexuelles dans les établissements scolaires, en abordant les notions, les conséquences, le cadre légal et les ressources pour agir.

      Points forts: + [01:17:00][^3^][3] Les violences sexistes et sexuelles: définitions et chiffres * Les violences sexistes sont fondées sur le genre et visent à maintenir une domination * Les violences sexuelles sont des atteintes à l'intégrité physique et sexuelle d'une personne * En France, 1 fille sur 10 et 1 garçon sur 50 sont victimes de violences sexuelles avant 18 ans + [01:25:00][^4^][4] Les conséquences des violences sexistes et sexuelles sur les victimes * Les violences ont un impact sur la santé physique, psychique, sociale et scolaire des victimes * Les victimes peuvent développer des troubles post-traumatiques, de l'anxiété, de la dépression, etc. * Les victimes peuvent avoir des difficultés à se concentrer, à apprendre, à s'exprimer, à se projeter + [01:34:00][^5^][5] Le cadre légal des violences sexistes et sexuelles * Les violences sexistes et sexuelles sont des infractions pénales punies par la loi * Les violences peuvent être commises par des majeurs ou des mineurs, dans ou hors de l'établissement * Les personnels de l'éducation nationale ont des obligations de signalement, de protection et de prévention + [01:44:00][^6^][6] Les ressources pour agir contre les violences sexistes et sexuelles * Les victimes et les témoins peuvent s'adresser à des adultes de confiance, des associations, des numéros d'écoute, etc. * Les établissements scolaires peuvent mettre en place des actions de sensibilisation, d'éducation, de formation, etc. * Le centre Hubertine Auclert propose des outils, des campagnes, des formations et des webinaires sur ces sujets

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:51:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est un webinaire organisé par le Centre Hubertine Auclert sur le thème "Décrypter et prévenir le cybersexisme chez les jeunes". Il s'agit de la quatrième séance d'un cycle de webinaires sur l'éducation à l'égalité. Le webinaire présente les résultats d'une enquête menée en 2015 auprès de 1500 élèves d'Île-de-France sur les cyberviolences à caractère sexiste et sexuel. Il propose également des pistes de prévention et d'accompagnement des victimes, ainsi que des ressources pédagogiques pour sensibiliser les jeunes au cybersexisme.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Le Centre Hubertine Auclert * Présentation du centre, de ses missions et de ses actions * Présentation du cycle de webinaires sur l'éducation à l'égalité * Présentation des publications et des outils du centre + [00:11:30][^4^][4] Le cybersexisme : définition et contexte * Définition du cybersexisme comme une forme de cyberharcèlement à caractère sexiste et sexuel * Contexte des usages numériques des jeunes et des réseaux sociaux * Enjeux du cybersexisme pour l'égalité entre les filles et les garçons + [00:23:00][^5^][5] Les résultats de l'enquête sur le cybersexisme * Méthodologie et échantillon de l'enquête * Les différentes formes de cybersexisme : insultes, rumeurs, diffusion d'images intimes, etc. * Les conséquences du cybersexisme sur les victimes : isolement, anxiété, décrochage scolaire, etc. + [00:43:00][^6^][6] Les logiques de genre derrière le cybersexisme * Analyse du cybersexisme au prisme du genre et des normes de sexualité * Les rapports de domination et de contrôle exercés sur les filles * Les injonctions paradoxales et le double standard sexuel + [01:03:00][^7^][7] La prévention et l'accompagnement du cybersexisme * Les dispositifs juridiques et institutionnels existants * Les acteurs et les actrices de la prévention et de l'accompagnement * Les outils et les ressources pédagogiques pour sensibiliser les jeunes

      Résumé de la vidéo [01:05:00][^1^][1] - [01:51:00][^2^][2]:

      Cette partie du webinaire traite des enjeux du cybersexisme chez les jeunes, des formes de violences qu'il engendre, des conséquences sur les victimes et des moyens de prévention et d'accompagnement. Il s'appuie sur les travaux du Centre Hubertine Auclert et sur les témoignages de professionnels de terrain.

      Points forts: + [01:05:00][^3^][3] Le cybersexisme, une forme de sexisme en ligne * Définition et caractéristiques du cybersexisme * Les logiques de genre et de sexualité qui sous-tendent les violences numériques * Les chiffres et les études sur le cybersexisme en France + [01:19:00][^4^][4] Les différentes formes de cyber violences à caractère sexuel * Le harcèlement sexuel en ligne, le cyberharcèlement et le slut-shaming * La diffusion non consentie de contenus intimes, le revenge porn et les comptes ficha * Le sexting, les nudes et les pressions à l'envoi d'images * Les cyberviolences conjugales et le contrôle numérique + [01:34:00][^5^][5] Les conséquences du cybersexisme sur les victimes * Les impacts psychologiques, scolaires, sociaux et juridiques * Les difficultés à parler, à se faire reconnaître et à se faire accompagner * Les stratégies de résistance et de résilience des victimes + [01:42:00][^6^][6] Les actions de prévention et d'accompagnement du cybersexisme * Les dispositifs d'écoute, de signalement et d'aide aux victimes * Les outils pédagogiques et les ressources disponibles * Les bonnes pratiques et les recommandations pour les professionnels de l'éducation

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:13:00][^2^][2]:

      Cette vidéo présente l'association Colosse aux pieds d'argile, qui intervient dans les milieux sportifs, éducatifs et culturels pour sensibiliser et prévenir les violences sexuelles, le harcèlement et le bizutage. Elle suit une intervention de l'association dans un collège, où les élèves écoutent le témoignage de Sébastien Boueilh, ancien rugbyman professionnel et fondateur de l'association, qui a été victime de violences sexuelles pendant son adolescence. La vidéo explique aussi le rôle et les missions de l'association, ainsi que les moyens de protéger et d'accompagner les victimes.

      Points forts: + [00:00:10][^3^][3] Présentation de l'intervenant et de l'association * L'intervenant s'appelle Y et fait partie de Colosse aux pieds d'argile * Il était rugbyman professionnel et a rencontré Sébastien Boueilh * L'association a été créée en 2013 par Sébastien Boueilh à partir de son histoire personnelle + [00:02:06][^4^][4] Définition des violences sexuelles, du harcèlement et du bizutage * Les violences sexuelles sont des actes de nature sexuelle commis sans le consentement de la victime * Le harcèlement est un ensemble d'agissements répétés qui visent à dégrader les conditions de vie ou de travail d'une personne * Le bizutage est une sorte d'intégration qui consiste à faire subir à une personne des épreuves humiliantes ou dégradantes + [00:06:17][^5^][5] Témoignage de Sébastien Boueilh sur son vécu et son parcours * Sébastien Boueilh raconte comment il a été victime de violences sexuelles pendant quatre ans au centre de formation de l'Olympique de Marseille * Il explique comment il a gardé le silence pendant 18 ans par honte et peur * Il décrit comment il a réussi à se reconstruire grâce au rugby, à la justice et à l'association + [00:09:34][^6^][6] Conseils et ressources pour les victimes et les témoins * Il faut parler à un adulte de confiance, à un numéro d'écoute ou à l'association Colosse aux pieds d'argile * Il faut signaler les faits aux autorités compétentes ou faire une information préoccupante * Il faut se faire accompagner par des professionnels, comme des juristes ou des psychologues

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [02:04:00][^2^][2]:

      Cette vidéo est un webinaire organisé par le Centre Hubertine Auclert sur la collecte de preuves en cas de cyberviolences sexistes, sexuelles et conjugales. Il réunit trois intervenants : une avocate, un gendarme et une commissaire de justice, qui présentent leurs rôles, leurs outils et leurs conseils pour aider les victimes à faire valoir leurs droits.

      Points forts : + [00:01:05][^3^][3] Le Centre Hubertine Auclert et l'Observatoire régional des violences faites aux femmes * Présentation du centre de ressources en matière d'égalité femme-homme en Île-de-France * Rappel des numéros d'écoute pour les victimes de violences * Définition des cyberviolences et des textes de référence + [00:11:00][^4^][4] Le rôle de l'avocate dans la collecte de preuves * Distinction entre le droit civil et le droit pénal * Différence entre une allégation et une preuve * Importance de la loyauté de la preuve en droit civil + [00:20:00][^5^][5] Le rôle du gendarme dans la collecte de preuves * Présentation du commandement de la gendarmerie dans le cyberespace * Explication des procédures de signalement et de dépôt de plainte * Conseils pour sécuriser ses données et ses appareils numériques + [00:32:00][^6^][6] Le rôle de la commissaire de justice dans la collecte de preuves * Présentation du statut et des missions de la commissaire de justice * Explication du constat digital et de ses modalités * Exemples de cas pratiques de constat digital en matière de cyberviolences

      Résumé de la vidéo [00:35:00][^1^][1] - [02:04:00][^2^][2]:

      La deuxième partie du webinaire aborde les cas pratiques de collecte de preuves en cas de cyber-harcèlement et de cyber-surveillance. Les intervenants présentent les outils et les méthodes pour documenter les faits de violence en ligne, ainsi que les précautions à prendre pour protéger la victime et la preuve.

      Points clés: + [00:35:00][^3^][3] Le cyber-harcèlement * Définition, exemples et cadre juridique * Comment collecter des preuves sur les réseaux sociaux, les messageries, les forums, etc. * Comment demander le retrait du contenu illicite auprès des plateformes + [01:10:00][^4^][4] La cyber-surveillance * Définition, exemples et cadre juridique * Comment détecter et supprimer les logiciels espions, les trackers GPS, les objets connectés, etc. * Comment collecter des preuves sur les appareils numériques de la victime ou de l'agresseur

      Résumé de la vidéo [01:12:00][^1^][1] - [02:04:00][^2^][2]:

      Cette partie du webinaire traite de la collecte de preuves en cas de cyber-harcèlement et de cyber-surveillance, deux formes courantes de cyber-violence. Les intervenants présentent des cas pratiques et des conseils pour documenter les faits, les conserver et les transmettre aux autorités compétentes.

      Points forts: + [01:12:00][^3^][3] Le cyber-harcèlement * Définition, exemples et cadre juridique * Les réflexes à adopter face au cyber-harcèlement * Les outils pour capturer, sauvegarder et imprimer les contenus en ligne * Les démarches pour signaler, bloquer et supprimer les contenus + [01:38:00][^4^][4] La cyber-surveillance * Définition, exemples et cadre juridique * Les signes d'alerte et les risques liés à la cyber-surveillance * Les outils pour détecter, neutraliser et prouver la cyber-surveillance * Les démarches pour porter plainte, se protéger et se faire accompagner

      Résumé de la vidéo [01:40:00][^1^][1] - [02:04:00][^2^][2]:

      Cette partie de la vidéo traite des aspects juridiques et techniques de la collecte de preuves en cas de cyberviolences. Les intervenants présentent les différents types de preuves, les modalités de leur conservation et de leur transmission, ainsi que les outils et les bonnes pratiques à utiliser.

      Points clés: + [01:40:00][^3^][3] Les preuves en droit civil et en droit pénal * Les règles de la preuve sont différentes selon la matière * En droit civil, la preuve est libre mais doit être loyale * En droit pénal, la preuve est encadrée par des principes et des procédures + [01:48:00][^4^][4] Les preuves numériques et leur valeur probante * Les preuves numériques sont des éléments matériels ou immatériels qui sont stockés ou transmis par un système informatique * Les preuves numériques doivent respecter les critères de licéité, de fiabilité, de pertinence et de loyauté * Les preuves numériques peuvent être contestées par la partie adverse ou le juge + [01:56:00][^5^][5] Les outils et les méthodes pour collecter des preuves numériques * Les victimes peuvent utiliser des outils simples comme les captures d'écran, les enregistrements, les sauvegardes, etc. * Les victimes peuvent aussi faire appel à des professionnels comme les commissaires de justice, les avocats, les forces de l'ordre, etc. * Les victimes doivent respecter certaines précautions comme ne pas modifier les preuves, les conserver dans un lieu sûr, les transmettre de façon sécurisée, etc.

    1. Endométriose, briser le silence | ARTE Regards

      Résumé de la vidéo de [00:00:00][^1^][1] à [00:30:00][^2^][2]:

      Cette vidéo traite de l'endométriose, une maladie inflammatoire chronique qui touche une personne menstruée sur 10 et qui provoque des douleurs pelviennes, des troubles digestifs et des difficultés à concevoir. Elle suit le parcours de deux femmes, Priscilla et Thésia, qui ont été diagnostiquées tardivement et qui cherchent à améliorer leur qualité de vie et à sensibiliser la société sur cette maladie méconnue.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] Présentation de Priscilla, infirmière de 36 ans * Souffre d'endométriose depuis 20 ans sans être prise au sérieux * Associe les règles aux médicaments et à la douleur * Découvre l'Institut de la femme et de l'endométriose, un lieu d'accompagnement + [00:06:02][^4^][4] Présentation de Thésia, étudiante en droit franco-allemand * Hospitalisée à 14 ans pour des douleurs intenses, mais pas diagnostiquée * Souffre de vertiges, d'évanouissements et de troubles intestinaux * S'engage dans une initiative citoyenne pour faire reconnaître l'endométriose + [00:12:02][^5^][5] Les symptômes et les traitements de l'endométriose * L'endométriose se caractérise par la présence de tissu semblable à la muqueuse utérine en dehors de l'utérus * Le tissu endométrial réagit aux hormones et entraîne des réactions inflammatoires * Les traitements visent à soulager les douleurs, à réduire l'inflammation et à préserver la fertilité * Les traitements peuvent être médicamenteux, hormonaux ou chirurgicaux + [00:20:02][^6^][6] Les conséquences de l'endométriose sur la vie quotidienne * L'endométriose peut entraîner des difficultés à travailler, à étudier, à se déplacer ou à avoir des relations sociales * L'endométriose peut affecter la confiance en soi, l'estime de soi et la sexualité * L'endométriose peut avoir un impact sur le désir d'enfant et la fertilité * L'endométriose nécessite une adaptation permanente et une gestion de l'énergie

    1. Le porno influence-t-il nos désirs ? | Les idées larges | ARTE

      Voici un résumé de la transcription de la vidéo de cette page, avec les time codes des points forts :

      • La critique du porno par le féminisme radical (0:06 - 1:13) : La vidéo explique comment, dans les années 60 et 70, les féministes radicales ont dénoncé la sexualité comme un outil de domination masculine, et comment, à partir des années 80, elles ont ciblé le porno comme le principal vecteur de cette domination.
      • La réaction du féminisme pro-sexe (1:13 - 4:46) : La vidéo présente le courant du féminisme pro-sexe, qui a émergé à la fin des années 70 en opposition au féminisme radical. Les féministes pro-sexe défendaient la liberté et la diversité sexuelle, et considéraient le porno comme un moyen d'expression et d'émancipation, à condition qu'il soit produit et consommé de manière éthique et alternative.
      • Le bilan du féminisme pro-sexe (4:46 - 9:17) : La vidéo interroge l'ancienne réalisatrice porno Ovidie, qui a fait partie du mouvement pro-sexe en France dans les années 90-2000. Elle dresse un bilan critique du féminisme pro-sexe, en soulignant que le porno féministe reste marginal face au porno mainstream, qui véhicule toujours des images sexistes et racistes. Elle appelle à repolitiser la sexualité et à questionner les origines de nos fantasmes.
      • Le porno comme miroir grossissant des rapports sociaux (9:17 - 13:31) : La vidéo interviewe le sociologue Florian Voros, qui a mené une enquête sur les fantasmes et les masculinités. Il nuance l'idée d'un lien direct entre le porno et les comportements sexuels, et montre que le porno peut aussi être un espace d'interrogation sur les rapports de domination qui traversent la société. Il invite à lire le porno comme un révélateur des stéréotypes qui structurent nos imaginaires érotiques.

      Voici un résumé de la transcription de la vidéo de cette page, de 0h14 à 0h21 :

      • Le porno comme miroir grossissant des rapports de domination (0h14:07) : Le sociologue Florian Voros explique que le porno peut nous aider à réfléchir aux différentes formes de domination qui sont à l'œuvre dans la société et qui structurent nos fantasmes, en les amplifiant et en les révélant.
      • La distinction entre fantasmes et comportements réels (0h15:27) : Florian Voros insiste sur le fait qu'il n'y a pas de lien de cause à effet automatique entre les images sexistes dans les films et les comportements sexistes réels, et qu'il faut prendre en compte le contexte culturel dans lequel les hommes se construisent.
      • L'importance du groupe de pairs masculin (0h16:00) : Florian Voros montre que le groupe d'amis masculin joue un rôle de production de normes très fort, notamment à l'adolescence, et qu'il peut renforcer les stéréotypes virilistes et hétérosexistes.
      • L'exemple du film La Guerre du Feu (0h16:46) : Florian Voros cite le film La Guerre du Feu de Jean-Jacques Annaud comme un exemple de production culturelle qui véhicule une idée reçue très prégnante, celle que les hommes sont naturellement des violeurs et que la civilisation les rend plus respectueux des femmes.

      Voici un résumé de la transcription de la vidéo de cette page, de 0h17 à 0h21 :

      • Le porno comme miroir grossissant des rapports de domination (0h17-0h18) : Le sociologue Florian Voros explique que le porno peut nous aider à réfléchir aux différentes formes de domination qui traversent la société et structurent nos fantasmes, en les amplifiant et en les révélant.
      • Les fantasmes et les masculinités (0h18-0h20) : Florian Voros présente son enquête sur les fantasmes et les masculinités, où il montre que les hommes hétérosexuels sont peu exposés au contenu alternatif et que le porno renforce souvent les stéréotypes sexistes et racistes, mais qu'il peut aussi les interroger et les mettre mal à l'aise.
      • La production d'images alternatives par les féministes pro-sexe (0h20-0h21) : Ovidie, ancienne réalisatrice porno, raconte comment les féministes pro-sexe ont tenté de produire des images reflétant la pluralité des pratiques et mettant en scène les femmes comme actrices de leurs désirs, mais qu'elle dresse un bilan plus que mitigé du mouvement auquel elle a appartenu.
    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:22:00][^2^][2] :

      Cette vidéo explore la question du corps féminin dans le féminisme, en retraçant les différentes étapes historiques et théoriques qui ont marqué le rapport des femmes à leur corporéité. Elle s'appuie sur les travaux de la philosophe Camille Froidevaux-Metterie, qui propose une approche phénoménologique du féminisme, inspirée par Simone de Beauvoir et Iris Marion Young.

      Points clés : + [00:00:08][^3^][3] La bataille de la procréation * Les féministes des années 70 ont libéré les femmes des grossesses non choisies et de la maternité obligatoire * Elles ont revendiqué la contraception libre et gratuite et la liberté de l'avortement + [00:03:36][^4^][4] La bataille du travail * Les femmes ont pu s'engager pleinement dans le monde du travail grâce à la maîtrise de leur fécondité * Elles ont lutté pour l'égalité salariale, la parité et la lutte contre le plafond de verre + [00:05:58][^5^][5] La bataille du genre * Les féministes des années 90 ont importé les notions de genre et de queer, qui déconstruisent les stéréotypes de féminin et de masculin * Elles ont délaissé les questions corporelles, jugées trop essentialistes ou différentialistes + [00:06:53][^6^][6] Le tournant génital du féminisme * Les féministes des années 2010 se sont saisies des sujets les plus intimes et génitaux du corps féminin, comme les règles, le clitoris, la fausse couche ou le post-partum * Elles ont dénoncé les violences gynécologiques et obstétricales, et revendiqué le droit au plaisir et à l'orgasme + [00:08:41][^7^][7] Le mouvement #MeToo * Le mouvement a révélé l'ampleur du harcèlement et des agressions sexuelles subis par les femmes dans tous les milieux * Il a mis en lumière le scandale de l'objectivation corporelle des femmes, qui les prive de leur liberté et de leur dignité + [00:10:24][^8^][8] Le féminisme phénoménologique * C'est une approche qui tient ensemble les deux facettes de l'aliénation et de la libération corporelle des femmes * Elle reconnaît que les femmes sont des sujets libres, mais que leur corps est situé, historisé et socialisé * Elle invite les femmes à se réapproprier leur corps, à le débarrasser des injonctions patriarcales, et à l'éprouver comme source de plaisir et de puissance

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:05:19][^2^][2] :

      Cette vidéo est un podcast d'ARTE Radio qui donne la parole à un homme victime d'inceste par son grand-père pendant dix ans. Il raconte comment il a vécu ce traumatisme, comment il a réussi à en parler et à se reconstruire, et comment il a transformé sa souffrance en humour avec son spectacle "Tenue laïque exigée".

      Points forts : + [00:00:03][^3^][3] Il a été incesté de 3 ans à 13 ans par son grand-père * Il a subi une mise sous emprise et des menaces de mort * Il a ressenti de la culpabilité et de la honte * Il a parlé à sa grand-mère qui l'a rejeté + [00:02:00][^4^][4] Il a développé des troubles psychiques et des TOC * Il se trouvait immonde et sale * Il avait peur de tout et se sentait rejeté * Il a voulu se suicider à 23 ans + [00:03:07][^5^][5] Il a commencé une thérapie et a porté plainte * Il a été reconnu victime et a été soulagé qu'on le croie * Il a perdu 100 kg de tristesse * Il a retrouvé le goût de vivre et de rire + [00:04:01][^6^][6] Il a créé un spectacle sur son histoire * Il a réalisé son rêve de faire rire * Il a rencontré d'autres victimes qui se sont confiées * Il a dénoncé le manque de justice pour les pédocriminels

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:07:24][^2^][2]:

      Cette vidéo présente le service d'écoute et d'orientation SIOS, qui s'adresse aux personnes qui ont des fantasmes sexuels déviants ou qui ont commis des infractions à caractère sexuel. Il s'agit d'un service anonyme, confidentiel et non jugeant, qui propose une écoute bienveillante, des informations et des orientations vers des thérapeutes spécialisés. Le but est de prévenir le passage à l'acte ou la récidive, et de réduire la souffrance des personnes concernées.

      Points clés: + [00:00:00][^3^][3] Le témoignage d'un homme qui a peur de passer à l'acte sur sa fille * Il se demande s'il est pédophile et s'il représente un danger * Il appelle SIOS pour demander de l'aide + [00:01:28][^4^][4] La présentation du service SIOS * Il s'agit d'un service d'écoute et d'orientation par téléphone, chat ou mail * Il est destiné aux personnes qui ont des fantasmes sexuels déviants ou qui ont commis des infractions à caractère sexuel * Il est animé par des psychologues, des sexologues et des psychothérapeutes formés et expérimentés + [00:03:00][^5^][5] Les types de fantasmes sexuels déviants * Il y a déviant par rapport à la loi (pédophilie, inceste, viol, etc.) * Il y a déviant par rapport à la personne elle-même (ce qui lui fait souffrir ou ce qui fait souffrir l'autre) * Il y a des fantasmes qui sont envahissants et qui ont des conséquences dans la vie quotidienne + [00:04:28][^6^][6] Le secret professionnel et l'obligation d'assistance * Le secret professionnel peut être levé dans des circonstances extrêmement précises (danger imminent pour une personne identifiée) * L'obligation d'assistance implique d'écouter, de clarifier, de trouver des solutions et de mettre en sécurité une victime potentielle + [00:05:52][^7^][7] La liste des thérapeutes spécialisés * SIOS dispose d'une liste de thérapeutes spécialisés qui ont été formés et supervisés par l'UPL (unité de psychopathologie légale) * SIOS propose des coordonnées aux personnes qui ont besoin de prolonger la réflexion ou la prise en charge + [00:06:26][^8^][8] Le service de prévention * SIOS fait partie d'un plan plus global de prévention de la violence faite aux femmes * SIOS a pour objectif d'agir avant le passage à l'acte ou la récidive * SIOS espère contribuer à une société moins violente

    1. Cette vidéo est une audition du co-président de la Commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (CIIVISE), Edouard Durand, devant la commission des lois de l'Assemblée nationale le 19 juillet 2023.

      Il présente le bilan du travail de la CIIVISE, notamment son dernier avis sur le coût du déni des violences sexuelles faites aux enfants, estimé à 9,7 milliards d'euros par an.

      Il répond également aux questions des députés sur les enjeux de la prévention, de la prise en charge, de la justice et de la reconnaissance des victimes.

    1. Résumé vidéo [00:00:01] - [01:04:59]:

      Cette vidéo est un webinaire sur la vaccination contre les infections à papillomavirus humain (HPV), animé par le professeur Daniel Floret, vice-président de la commission technique des vaccinations à la Haute Autorité de Santé. Il présente les données scientifiques sur l'efficacité, la sécurité et l'impact de la vaccination HPV, ainsi que les recommandations actuelles en France.

      Temps forts: + [00:00:15] Présentation du webinaire et des intervenants * Organisé par le comité régional d'éducation pour la santé et l'Agence Régionale de Santé PACA * Premier des quatre webinaires annuels sur la vaccination * Généralisation de la vaccination HPV dans les collèges pour les élèves de 5e dès la rentrée 2023 + [00:03:00] Les infections et les maladies liées au papillomavirus * Plus de 200 génotypes de HPV, classés en faible ou fort potentiel oncogène * Responsables de verrues génitales, de lésions précancéreuses et de cancers du col de l'utérus, de la vulve, du vagin, de l'anus et de la gorge * Histoire naturelle de l'infection HPV : infection, réponse immunitaire, élimination ou persistance, progression vers le cancer * Facteurs de risque de l'infection HPV : ancienneté et nombre de partenaires sexuels, infection par le VIH, transplantation d'organes, hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) + [00:10:12] Le cancer du col de l'utérus en France et dans le monde * Environ 3000 cas et 1100 décès par an en France, avec une incidence maximale entre 45 et 49 ans * Quatrième cancer et quatrième cause de mortalité par cancer chez la femme dans le monde, avec 600 000 cas et 340 000 décès par an * 88% des cancers du col concernent des pays à revenus faible ou intermédiaire * Dépistage organisé par cytologie ou recherche du virus HPV chez les femmes de 25 à 65 ans, avec un objectif de 80% de couverture + [00:14:00] Les vaccins contre le papillomavirus * Basés sur des pseudo-particules virales, qui entraînent une forte réponse immunitaire sérique avec des anticorps neutralisants * Trois types de vaccins : bivalent (contre HPV 16 et 18), quadrivalent (contre HPV 6, 11, 16 et 18) et nonavalent (contre HPV 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58) * Efficacité évaluée sur la prévention des lésions précancéreuses liées aux HPV ciblés par le vaccin, avec des taux supérieurs à 90% * Sécurité confirmée par de nombreuses études de pharmacovigilance, sans augmentation du risque de maladies auto-immunes, de fausses couches ou de troubles neurologiques + [00:29:57] L'impact de la vaccination HPV dans le monde * Diminution de la prévalence des HPV ciblés par le vaccin, des lésions précancéreuses et des verrues génitales dans les pays ayant une forte couverture vaccinale * Diminution de l'incidence du cancer du col de l'utérus en Australie, où la couverture vaccinale est supérieure à 80% * Protection croisée contre d'autres HPV oncogènes non ciblés par le vaccin * Immunité de groupe observée chez les personnes non vaccinées, grâce à la réduction de la circulation du virus + [00:37:06] La durée de protection et les schémas vaccinaux * Persistance des anticorps neutralisants pendant plus de 10 ans après la vaccination, sans nécessité de rappel * Schémas vaccinaux à deux ou trois doses selon l'âge, avec une intervalle minimal de 5 mois entre les doses * Possibilité de schémas à une dose, avec des données préliminaires encourageantes mais pas encore suffisantes + [00:43:07] La vaccination des garçons et les recommandations en France * Justifiée par la prévention des cancers ORL, anaux et péniens, ainsi que des verrues génitales chez les hommes * Bénéfique également pour la protection des femmes, en réduisant la circulation du virus * Recommandée pour tous les garçons de 11 à 14 ans, avec un rattrapage possible jusqu'à 19 ans révolus * Recommandée également pour les HSH jusqu'à 26 ans et pour les futurs transplantés d'organes dès 9 ans * Couverture vaccinale insuffisante en France, avec environ 40% pour une dose et 33% pour un schéma complet à 15 ans chez les filles

    1. Pourquoi certaines personnes sont-elles homosexuelles? Pourquoi quelqu’un voudrait changer de sexe? Voilà des questions auxquelles la science peut maintenant apporter des réponses! De nombreuses études en neuroendocrinologie, réalisées chez l’humain et chez l’animal depuis les années 90, démontrent que l’homosexualité et la transsexualité, deux phénomènes distincts, ont tous les deux une origine biologique, au moins en partie. Après avoir dressé un portrait de la diversité sexuelle, la conférencière présente dans un langage simple et à la portée de tous comment les hormones modifient le développement du cerveau à l’état embryonnaire et influencent l’orientation ou l’identité sexuelle. Cette théorie neuro-hormonale basée sur des centaines d’études permet également de comprendre pourquoi l’orientation sexuelle et l’identité de genre sont irréversibles. La conférencière présente les résultats de nombreux articles scientifiques rigoureux et d’études de cas et discute des découvertes récentes en biologie qui poussent plus loin notre compréhension de l’homosexualité et de la transsexualité.

      Cette conférence présentée par Catherine Hallé, M.Sc. a été enregistrée le 13 mai 2014 à la Ville de Gatineau, Québec, Canada Catherine Hallé a un diplôme de maîtrise en biologie cellulaire et moléculaire et elle est impliquée activement dans la communauté LGBT+ depuis 2003.

    1. Cette vidéo est une conférence sur les dessous de l'industrie du X, organisée par l'Université de Genève. Elle aborde les aspects juridiques, fiscaux, psychologiques, technologiques et culturels de la pornographie, avec quatre intervenants experts dans leurs domaines.

    1. Résumé vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:18:31][^2^][2]:

      Cette vidéo est un podcast de Charlotte Bienaimé sur le thème de la prostitution et du travail du sexe. Elle explore les différentes facettes de ce sujet controversé, en donnant la parole à des femmes qui ont vécu ou vivent encore cette expérience, ainsi qu'à des militantes féministes aux positions divergentes. Elle interroge les notions de choix, de contrainte, de violence, de dignité, de révolution et de travail dans le contexte de la prostitution.

      Temps forts: + [00:00:00][^3^][3] Le témoignage de Rozenn, survivante de la prostitution * Elle raconte son enfance marquée par la pauvreté, les violences et les abus * Elle explique comment elle a été piégée par des proxénètes à 15 ans * Elle décrit son parcours de libération et son engagement abolitionniste + [00:14:01][^4^][4] Le témoignage d'Anaïs, travailleuse du sexe * Elle revient sur son initiation à la webcam à 16 ans * Elle assume son choix de se prostituer et revendique ses droits * Elle critique la loi de pénalisation des clients et le discours moralisateur + [00:27:29][^5^][5] Le débat entre les féministes abolitionnistes et anti-abolitionnistes * Elles confrontent leurs arguments sur la nature et la légitimité du travail du sexe * Elles dénoncent les violences et les stigmatisations subies par les prostituées * Elles exposent leurs visions du féminisme et de la libération des femmes + [00:41:27][^6^][6] Le témoignage de Grisélidis Réal, écrivaine et prostituée * Elle lit des extraits de ses œuvres autobiographiques * Elle affirme son identité de [ __ ] et son goût pour la transgression * Elle défend la prostitution comme un acte révolutionnaire et artistique

    1. Quelles sont les nouvelles règles du jeu sexuel ? | Les idées larges | ARTE

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:27:25][^2^][2]:

      Cette vidéo est une interview de la sociologue Irène Théry, qui analyse le mouvement MeToo à la lumière de l'histoire et de l'anthropologie du consentement sexuel. Elle montre comment les normes et les valeurs qui régissent la sexualité humaine ont évolué à travers trois révolutions du consentement, qui ont modifié les frontières entre la sexualité permise et la sexualité interdite. Elle explique aussi comment MeToo a révélé la persistance des violences sexuelles et des inégalités de genre, et comment il a contribué à transformer la civilité sexuelle ordinaire.

      Temps forts: + [00:00:04][^3^][3] Le mouvement MeToo comme une révolution de la civilité sexuelle * Présentation du livre de Théry "Moi aussi, la nouvelle civilité sexuelle" * Approche socio-anthropologique et historique des questions sexuelles * Importance de prendre en compte le permis et l'interdit, le consentement et la violence + [00:01:13][^4^][4] La première révolution du consentement : le mariage chrétien * La sexualité comme signe de la nature déchue et de la concupiscence * Le mariage comme moyen de sauver son âme et de contrôler sa sexualité * Le consentement au mariage comme engagement à une vie sexuelle disciplinée et procréatrice + [00:05:00][^5^][5] La deuxième révolution du consentement : le mariage d'amour * La revendication du consentement des époux contre le consentement des parents * L'émergence de l'idéal du mariage d'amour avec la Révolution française * La double morale sexuelle entre les hommes et les femmes, la division des femmes en deux + [00:11:01][^6^][6] La troisième révolution du consentement : la libération sexuelle * La montée de l'égalité des sexes et de la contraception * L'épanouissement sexuel comme dimension de la nature humaine * Le consentement à l'acte sexuel comme nouvelle norme de la sexualité permise + [00:15:24][^7^][7] Les limites et les paradoxes de la libération sexuelle * La persistance de la violence sexuelle et de la domination masculine * Le procès d'Aix et la plaidoirie de Gisèle Halimi sur le viol * Le mouvement MeToo et la prise de parole des victimes + [00:20:31][^8^][8] Les transformations de la civilité sexuelle ordinaire * L'horizon d'attente des jeunes femmes et leur refus des passages à la casserole * La remise en cause de l'asymétrie entre la sexualité masculine de conquête et la sexualité féminine de citadelle * L'interdit statutaire de relation entre les mineurs et les majeurs

    1. Résumé de la vidéo [00:00:02][^1^][1] - [00:26:51][^2^][2]:

      Cette vidéo explore la question de la bisexualité, son histoire, ses défis et ses possibilités. Elle examine les différentes façons de définir et de mesurer l'orientation sexuelle, ainsi que les influences biologiques, culturelles et psychologiques qui la façonnent. Elle suggère que la bisexualité est plus répandue et plus fluide qu'on ne le pense, et qu'elle pourrait être la norme plutôt que l'exception.

      Temps forts: + [00:00:27][^3^][3] L'attirance pour les filles ou pour les garçons * Une question qui semble se décider tôt et pour le restant de notre vie * Mais est-ce vraiment le cas ? Pourquoi sommes-nous aussi rigides en la matière ? * Et si nous étions en réalité tous bisexuels ? + [00:02:01][^4^][4] La bisexualité dans la culture populaire * De plus en plus visible chez les célébrités et dans les séries télévisées * Souvent stigmatisée, incomprise ou ignorée par la société * Préférée au silence par de nombreuses personnes bisexuelles + [00:07:23][^5^][5] Les origines biologiques de l'orientation sexuelle * Les tentatives de trouver un gène, une hormone ou une structure cérébrale qui détermine l'homosexualité ou l'hétérosexualité * Les limites et les critiques de ces recherches * L'absence de preuve d'un facteur inné et immuable + [00:17:02][^6^][6] Les influences culturelles et historiques sur la sexualité * L'émergence et la domination de la norme hétérosexuelle depuis le 18e siècle * La création et la classification des catégories sexuelles * L'impact des normes sociales sur nos désirs et nos comportements + [00:23:29][^7^][7] La fluidité et la diversité de la sexualité humaine * L'idée que nous sommes tous bisexuels à la base et que nous nous décidons ensuite en fonction de notre environnement * L'exemple des animaux qui ont une sexualité plus variée et moins contrainte * La possibilité d'assumer librement nos désirs sans chercher à coller des étiquettes

    1. https://youtu.be/c81K_vKyCV4

      Résumé de la vidéo [00:00:01][^1^][1] - [00:21:51][^2^][2]:

      Cette vidéo explore la question de l'inceste du point de vue de l'anthropologie. Elle présente les travaux de Maurice Godelier et de Dorothée Dussy, qui ont des approches différentes sur le sujet. Elle interroge aussi des historiens, des juristes et des primatologues pour comprendre comment l'inceste est défini, interdit, pratiqué et révélé dans les sociétés humaines.

      Points forts: + [00:00:03][^3^][3] Les révélations de Camille Kouchner et le mouvement #MeTooInceste * L'affaire Olivier Duhamel a provoqué une prise de conscience collective * Un Français sur dix affirme avoir été victime d'inceste durant son enfance * L'inceste est un phénomène répandu qui touche tous les milieux sociaux + [00:00:54][^4^][4] L'interdit de l'inceste à travers les sociétés * Maurice Godelier, anthropologue de la parenté, affirme que l'inceste est universellement interdit * L'interdit de l'inceste permet de domestiquer la sexualité et d'organiser les rapports sociaux * L'interdit de l'inceste varie selon les sociétés et les époques, mais il concerne toujours les parents et les enfants et les frères et sœurs + [00:03:08][^5^][5] La prohibition de l'inceste comme invariant anthropologique * Claude Lévi-Strauss, le plus célèbre des anthropologues français, a théorisé que l'interdit de l'inceste marque le passage de la nature à la culture * L'interdit de l'inceste oblige les familles à s'unir entre elles et à constituer une société * L'interdit de l'inceste est une contrainte qui crée de l'échange et de la communication + [00:05:14][^6^][6] Les mutations du droit pénal sur l'inceste * Anne-Emmanuelle Demartini, historienne, retrace l'évolution du traitement juridique de l'inceste * Sous l'Ancien Régime, l'inceste est un crime sexuel puni de mort * La Révolution française décriminalise l'inceste et introduit la notion de viol * Aujourd'hui, l'inceste n'est pas une infraction à part entière, mais une circonstance aggravante des infractions sexuelles + [00:08:16][^7^][7] Les familles recomposées et le statut du beau-père et de la belle-mère * Maurice Godelier analyse les conséquences des séparations et des remariages sur la parenté * Il constate une dissociation entre conjugalité et parentalité * Il souligne le vide juridique en France pour le statut du beau-père et de la belle-mère, qui doivent se comporter comme des parents sans l'être biologiquement * Il prend l'exemple de l'affaire Olivier Duhamel pour montrer que l'inceste peut se produire dans ces situations + [00:10:31][^8^][8] La pratique de l'inceste comme forme de violence et de domination * Dorothée Dussy, anthropologue, reproche à l'anthropologie de la parenté de s'être trop concentrée sur l'interdit de l'inceste et d'avoir négligé la pratique de l'inceste * Elle étudie les mécanismes de silence et de parole qui entretiennent le tabou de l'inceste * Elle interroge des incestueurs en prison et des victimes qui témoignent * Elle affirme que l'inceste est une spécificité humaine, qui relève d'un exercice érotisé de la domination * Elle inverse la thèse de Lévi-Strauss et soutient que ce n'est pas l'interdit de l'inceste qui fonde la culture, mais la pratique de l'inceste qui fonde la domination masculine

    1. Cette vidéo est une audition de Monsieur le Juge Durand, co-président de la commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants, par la délégation au droit de l'enfant de l'Assemblée nationale. Il présente les missions, l'organisation, les témoignages et les préconisations de la commission.

    1. Résumé vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:38:58][^2^][2]:

      Cette vidéo est une audition du juge Édouard Durand, président de la Commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (CIVIS), par la délégation aux droits des femmes du Sénat. Il expose les travaux, les constats et les recommandations de la CIVIS sur la prévention, la protection et la réparation des victimes de violences sexuelles dans l'enfance.

      Temps forts: + [00:00:00][^3^][3] Introduction de la présidente de la délégation aux droits des femmes * Présente le juge Durand et la CIVIS * Rappelle le contexte et les objectifs de la commission * Pose une question sur le financement et le budget de la CIVIS + [00:03:44][^4^][4] Présentation du juge Durand * Rappelle le discours du président de la République sur l'inceste * Décrit la réalité et l'ampleur des violences sexuelles faites aux enfants * Partage des témoignages de victimes recueillis par la CIVIS + [00:21:01][^5^][5] Questions des sénatrices et des sénateurs * Interrogent le juge Durand sur les préconisations de la CIVIS * Abordent des sujets comme la prescription, la formation, l'éducation, la pornographie, etc. * Soulignent les difficultés et les enjeux de la lutte contre les violences sexuelles + [01:38:35][^6^][6] Conclusion du juge Durand * Répond aux questions et aux remarques des parlementaires * Insiste sur la nécessité de maintenir la CIVIS comme une institution originale et autonome * Appelle à une prise de conscience collective et à une mobilisation politique

    1. Cette vidéo est une présentation des travaux de la Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (CIVISE), animée par Karine TP et Elsa Bertagnolo, psychologues cliniciennes. Elles exposent les objectifs, les méthodes, les chiffres et les préconisations de la CIVISE, ainsi que les enjeux pour les professionnels et les victimes.

    1. Présentation par Emilie Cole, chargée d'étude à l'ONPE sur la prostitution des adolescents : repères juridiques, phénomènes observés et états des mieux des ressources. Cette présentation porte sur les repères des différentes formes d'exploitation sexuelle et pratiques de prostitution concernant ces jeunes en France, les parcours et profils de ces adolescents, les acteurs et partenariat mobilisés pour prendre en charge ce public.

    1. Violences sexuelles et vie scolaire : éclairages de la recherche et du terrain Lutter contre les violences sexistes et sexuelles sur mineur-e-s : dépistage, santé sexuelle, actions de prévention, posture professionnelle

      Ambre Lesage, référente « Espace vie affective relationnelle et sexuelle » du Planning Familial 62

    1. TOULOUSE Table ronde enregistrée au REC22 avec Jacques Van Rillaer (Professeur émérite de psychologie à l'université de Louvain) et Franck Ramus (Directeur de Recherche CNRS, laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique).

      00:01:31 : (J.V.R.) définitions historiques de psychanalyse et termes voisins ; explications ultimes des troubles ; avant et à partir de 1914 , dont comme Freud l'a conçue, 00:09:10 : il n'a pratiquement rien enlevé ; change la théorie de la séduction ; 00:15:50 : du nouveau et du bon dans la psychanalyse = le bon n'est pas nouveau et le nouveau n'est pas bon (1909 - un psy de Fribourg) 00:29:45 : (F.R.) interface psychanalyse et neurosciences = "neuropsychanalyse" ; psychanalyse a légitimité scientifique contestée ; neuro-foutaises ; 00:33:25 : concepts qui se ressemblent ; mots voisins ; bon mais pas nouveau ; jusqu'à Platon 00:36:55 : pas de preuves aux hypothèses psychanalyse de troubles mentaux 00:38:15 : ce que les psychanalystes essayent de s'approprier ; 00:38:55 : ce dont ne parle jamais la neuropsy. 00:40:00 : épistémologie (3 points) 00:41:10 : Biblio avec méta-analyses : conclusions pas en correspondance avec citations 00:47:15 : quand aboutit au désespoir et suicide ; 00:48:08 : nombre de croyants en psychanalyse = argument non convainquant 00:50:22 : prédominance en France dans milieu psychiatrique... / TCC : effet Lacan 00:54:00 : les psychanalystes d'aujourd'hui : mélange d'absurdités et de bon sens ; nombreuses écoles pour gérer les désaccords (comme schismes) 01:00:26 : encore enseigné à l'université, sans source ou juste un livre ; programme national en médecine mais pas en psycho, progrès lents.

      Animation : Priscille Lacombe

    1. Conférence du jeudi 26 Janvier 2023 à l'Espace Samuel Paty (Lyon 8) organisée par l'AFIS Lyon. Présenté par Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS en Sciences Cognitives

      Synopsis : combien y a-t-il de sexes : 2, 3, 5 ou plus ? Qu’est-ce que le genre, et en quoi diffère-t-il du sexe ? Une femme est-elle définie par le sexe femelle ou par son identification au genre féminin ? Pourquoi y a-t-il autant de controverses sur le sens de ces mots ? Quelles sont les différentes parties qui s’opposent, et quelles sont leurs revendications? En quoi leurs intérêts sont-ils en conflit ? Et comment peut-on espérer résoudre ces conflits, en prenant en compte les intérêts légitimes de chacun ?

      Franck Ramus répondra volontiers aux commentaires et aux questions sur le contenu de la conférence, mais uniquement sur son blog : https://ramus-meninges.fr/2023/04/25/.... Les commentaires sous la vidéo sont donc fermés.

      0:00 Introduction 7:02 Conférence 1:38:31 Conclusion 1:40:11 Questions

    1. à mettre en lien avec https://hyp.is/go?url=https%3A%2F%2Fwww.planning-familial.org%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2F2023-11%2FLIVRE_BLANC_WEB.pdf&group=world<br /> et le rapport IGESR,

      Biais d’autorité :

      le document s’appuie sur des témoignages de médecins, de psychologues, de juristes, etc., sans préciser leurs sources, leurs qualifications, leurs affiliations, ou leurs conflits d’intérêts éventuels. Il donne ainsi l’impression que ces experts sont unanimement d’accord et qu’ils représentent la vérité scientifique, juridique ou morale sur le sujet de l’éducation à la sexualité à l’école.

      Biais de confirmation :

      le document sélectionne et interprète les faits, les chiffres, les études, les exemples, etc., qui vont dans le sens de sa thèse, à savoir que l’éducation à la sexualité à l’école est dangereuse, nuisible, et idéologique. Il ignore ou minimise les éléments qui pourraient contredire ou nuancer son propos, comme les bénéfices potentiels de l’éducation à la sexualité, les recommandations internationales, les avis divergents, etc.

      Biais de généralisation :

      le document extrapole à partir de cas concrets, souvent anecdotiques, isolés, ou non vérifiés, pour en tirer des conclusions générales et alarmistes sur l’ensemble du système éducatif, des intervenants, des contenus, et des élèves. Il utilise des termes comme “toujours”, “jamais”, “partout”, “aucun”, etc., qui ne reflètent pas la diversité et la complexité de la réalité. Biais de faux dilemme : le document oppose de façon simpliste et manichéenne deux conceptions de l’éducation à la sexualité : celle qui respecte l’enfant, sa maturité, son intimité, et so