156 Matching Annotations
  1. Last 7 days
    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:25:43][^2^][2]:

      Cette vidéo présente une conférence de Sophie JANOIS sur les résultats de l'étude REACT, menée au CHU de Montpellier, concernant les besoins cliniques des situations de tyrannie familiale sévère. Elle aborde les limites des thérapies familiales classiques et l'importance de la résistance non-violente dans le traitement.

      Points forts: + [00:00:11][^3^][3] Présentation de l'étude REACT * Résultats publiés récemment + [00:01:00][^4^][4] Comprendre les besoins cliniques * Situations fréquentes mais peu étudiées + [00:02:04][^5^][5] Limites de l'offre de soins * Thérapies existantes insuffisantes + [00:03:01][^6^][6] Résistance non-violente * Approche alternative prometteuse + [00:11:25][^7^][7] Étude randomisée * Comparaison avec traitement usuel + [00:20:57][^8^][8] Résultats et perspectives * Améliorations continues observées

    1. Bien sûr ! Voici un résumé de la transcription de la vidéo avec des points forts et des timecodes :

      1. Introduction (00:00:16)
      2. Présentation de la chaîne "Tronchamb BIS".
      3. Thème de la vidéo : santé mentale, informations et idées reçues.

      4. Santé mentale et maladies (00:00:38)

      5. Différence entre maladies physiques et maladies mentales.
      6. Prise en charge des maladies chroniques plus complexe.
      7. Importance du diagnostic et des choix thérapeutiques.

      8. Maladies mentales et invisibilité (00:01:55)

      9. Les maladies mentales sont souvent invisibles.
      10. Stigmatisation et difficulté à poser un nom sur le problème.
      11. Besoin d'une meilleure compréhension et d'une prise en charge adaptée.

      12. Addictions et troubles cognitifs (00:11:46)

      13. Comorbidités fréquentes entre troubles mentaux et addictions.
      14. Troubles cognitifs : mémoire, concentration, organisation.
      15. Impact sur la vie quotidienne des patients.

      16. Psychoéducation et rôle du pair-aidant (01:11:46)

      17. Le pair-aidant accompagne les personnes souffrant de troubles mentaux.
      18. Rôle de lien entre l'équipe de soin et la personne.
      19. Importance de la formation et de la reconnaissance du métier.

      20. Conclusion (02:09:53)

      21. Dépoussiérer l'image du psychiatre.
      22. Espoir d'amélioration dans la prise en charge.
      23. Mixité et diversité dans les métiers de la santé mentale.
    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:26:50][^2^][2] : La vidéo aborde le concept de la "bientraitance" dans le contexte des soins de santé et de l'éthique. Elle explore l'histoire, la définition et l'application de la bientraitance, ainsi que les défis éthiques associés à son utilisation dans les institutions médico-sociales.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Introduction de la bientraitance * Présentation par l'association Argos 2001 * Discussion sur l'accompagnement des troubles bipolaires + [00:05:02][^4^][4] Définition et origine de la bientraitance * Distinction entre bientraitance et maltraitance * Importance de la bientraitance dans les soins + [00:07:03][^5^][5] Notions clés de la bientraitance * Bienveillance, reconnaissance, empathie et care * Application dans les pratiques de soins + [00:14:17][^6^][6] Définition formelle de la bientraitance * Approche collective pour un accompagnement adapté * Respect des choix et besoins des usagers + [00:19:15][^7^][7] La bientraitance comme réponse à la maltraitance * Réflexion sur l'efficacité des protocoles et évaluations * Importance du dialogue et de la relation humaine + [00:25:48][^8^][8] Conclusion sur la complexité de la bientraitance * Nécessité d'aborder la violence et la maltraitance * Appel à l'humilité et à l'humanisation dans les soins Résumé de la vidéo 00:26:53 - 00:53:43 : La vidéo aborde les complexités de la "bientraitance" dans le contexte des soins de santé, en se concentrant sur un cas éthique spécifique d'une patiente souffrant de schizophrénie et de son interaction avec le système de soins.

      Points forts : + [00:26:53][^1^][1] Introduction au sujet * Discussion sur la bientraitance + [00:27:19][^2^][2] Présentation du cas * Profil d'une patiente + [00:29:01][^3^][3] Historique médical * Diagnostic de schizophrénie + [00:30:01][^4^][4] Situation actuelle * Défis quotidiens + [00:33:07][^5^][5] Approche thérapeutique * Maintien du lien soignant + [00:37:20][^6^][6] Questionnement éthique * Dilemmes de soins Résumé de la vidéo 00:53:46 - 01:20:16 : La vidéo aborde les complexités de la notion de "bientraitance" dans le contexte des soins, en mettant en lumière les défis liés à l'application de ce concept dans les pratiques institutionnelles et les soins aux patients.

      Points forts : + [00:53:46][^1^][1] Définition de la bientraitance * Discussion sur la responsabilité et l'hospitalité * Questionnement sur la conscience de la souffrance et le sens du soin + [00:57:01][^2^][2] Bientraitance vs. maltraitance * Débat sur l'excès de bienveillance pouvant mener à la maltraitance * Réflexion sur l'autorité et les limites nécessaires dans l'éducation et les soins + [01:07:01][^3^][3] Évolution de la bientraitance * Évolution historique du concept et son impact sur les pratiques actuelles * Injonctions contradictoires dans les institutions et la perte de sens du terme + [01:14:12][^4^][4] Bien traitance et hôpital public * Discussion sur la dégradation de l'hôpital public et l'impact sur la bien traitance * Importance de l'usager comme co-auteur de son parcours de soin Résumé de la vidéo [01:20:19][^1^][1] - [01:39:25][^2^][2] : La vidéo aborde les complexités de la "bientraitance" dans le secteur de la santé, en examinant les contradictions et les défis institutionnels rencontrés par les professionnels. Elle soulève des questions sur l'intentionnalité et l'impact des actions bienveillantes, tout en explorant l'évolution des normes sociales et éducatives.

      Points forts : + [01:20:19][^3^][3] Réflexion collective sur la bientraitance * Difficultés et contradictions rencontrées + [01:23:16][^4^][4] Comparaison avec le greenwashing * Questionnement sur la sincérité des actions + [01:25:37][^5^][5] La bientraitance est personnalisée * Adaptation aux situations singulières + [01:27:15][^6^][6] L'intention de bien traiter * Importance malgré les méthodes contestables + [01:32:31][^7^][7] Éducation et contraintes * Nécessité des limites pour grandir + [01:35:29][^8^][8] Frustration nécessaire à l'éducation * Construire des limites chez l'enfant

    1. Résumé de la vidéo [00:00:01][^1^][1] - [00:10:27][^2^][2]: La première partie de la vidéo aborde les troubles psychiques à travers le prisme des neurosciences. Elle présente une conférence en ligne organisée par l'association "Servent au Point Com" et l'Université du Temps Libre du Pays d'Aubagne, avec l'intervention de Sylvie Thirion, membre de l'association et chercheuse en neurosciences.

      Points saillants: + [00:00:01][^3^][3] Introduction de la conférence * Présentation de l'événement et des intervenants + [00:01:01][^4^][4] Olivier Boisclair prend la parole * Présentation de Sylvie Thirion et de son parcours + [00:03:09][^5^][5] Parcours de Sylvie Thirion * Focus sur sa recherche en neuro endocrinologie + [00:06:00][^6^][6] Activités de Sylvie Thirion * Son implication dans la diffusion de la culture scientifique + [00:07:02][^7^][7] Organisation de l'événement * Remerciements et reconnaissance du travail d'équipe + [00:10:27][^8^][8] Introduction aux troubles psychiques * Définition et impact sur les individus Résumé vidéo [00:29:33][^1^][1] - [01:01:48][^2^][2]:

      La vidéo aborde les troubles psychiques sous l'angle des neurosciences, en se concentrant sur la dépression et les troubles bipolaires. Elle explore la génétique complexe derrière ces maladies, l'impact des gènes sur la susceptibilité, et l'importance de la vulnérabilité au stress.

      Points forts: + [00:29:33][^3^][3] Génétique des troubles * Impact génétique sur la susceptibilité * Milliers de gènes impliqués + [00:37:02][^4^][4] Transmission neuronale * Importance des canaux calciques * Communication entre neurones + [00:41:02][^5^][5] Vulnérabilité au stress * Stress et anxiété liés à la dépression * Étude de la réactivité de l'amygdale + [00:51:56][^6^][6] Transporteur de la sérotonine * Influence sur l'humeur et la dépression * Variations génétiques et réactivité au stress + [00:55:57][^7^][7] Réactivité au stress * Importance de la réactivité individuelle * Impact des événements de la vie et de l'enfance Résumé vidéo [01:01:51][^1^][1] - [01:31:43][^2^][2] : La vidéo aborde les troubles psychiques sous l'angle des neurosciences, en se concentrant sur le rôle du stress, de l'inflammation et du microbiote dans la dépression et le trouble bipolaire.

      Points forts : + [01:01:51][^3^][3] L'axe du stress et le BDNF * Importance du BDNF pour le cerveau * Recherches actuelles sur le BDNF + [01:02:45][^4^][4] Réaction inflammatoire et troubles psychiatriques * Lien entre inflammation et stress * Diagnostic différentiel de la dépression et bipolarité + [01:05:57][^5^][5] Le microbiote * Impact du microbiote sur le cerveau * Études sur le microbiote et les troubles psychiques + [01:20:03][^6^][6] Questions et réponses * Origine génétique des troubles mentaux * Traitement et prévention des troubles psychiques

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:19:44][^2^][2]:

      Cette vidéo, présentée par Anne-Lise Ducanda, médecin de PMI, aborde la gestion des écrans chez les enfants de 0 à 18 ans. Elle partage ses observations sur l'impact négatif d'une surexposition aux écrans sur le développement des enfants, soulignant l'importance de limiter leur utilisation pour préserver leur capacité de concentration et leur bien-être.

      Points clés: + [00:00:21][^3^][3] Introduction d'Anne-Lise Ducanda * Médecin de PMI, expérience avec les tout-petits + [00:00:49][^4^][4] Augmentation des difficultés chez les enfants * Problèmes de langage, agitation, incapacité à se concentrer + [00:01:33][^5^][5] Lien entre difficultés et surexposition aux écrans * Plus de 90% des enfants en difficulté surexposés aux écrans + [00:02:06][^6^][6] Changement de pratique médicale * Intégration de la gestion des écrans dans le suivi des enfants + [00:03:06][^7^][7] Création du collectif sur Exposition écran * Collaboration avec d'autres professionnels pour sensibiliser + [00:04:07][^8^][8] Impact des écrans sur l'attention * Distinction entre attention réflexe et attention focalisée + [00:06:07][^9^][9] Caractéristiques addictives des écrans * Stimulation du circuit de la récompense dans le cerveau + [00:07:46][^10^][10] Persuasive design et économie de l'attention * Techniques utilisées pour captiver les utilisateurs + [00:10:33][^11^][11] Nécessité de régulation par les parents * Les enfants ont besoin d'aide pour gérer leur temps d'écran + [00:11:49][^12^][12] Conséquences de la surexposition aux écrans * Troubles physiques, psychiques et difficultés scolaires + [00:13:11][^13^][13] Difficulté d'auto-régulation chez les jeunes * Incapacité à limiter leur propre temps d'écran + [00:15:04][^14^][14] Explosion du temps passé devant les écrans * Statistiques alarmantes sur l'utilisation des écrans par les enfants + [00:17:48][^15^][15] Effets des écrans sur les adolescents * Augmentation des troubles psychiques et de l'isolement Résumé de la vidéo [00:19:46][^1^][1] - [00:40:17][^2^][2] : La vidéo aborde la gestion des écrans chez les enfants de 0 à 18 ans, en mettant l'accent sur les conséquences négatives d'une exposition excessive, telles que les troubles du sommeil, les problèmes de concentration et les comportements agressifs. Elle souligne également les risques liés aux réseaux sociaux, comme le cyber-harcèlement et l'hypersexualisation, et propose des stratégies pour limiter l'utilisation des écrans.

      Points clés : + [00:19:46][^3^][3] Conséquences de l'exposition aux écrans * Troubles du sommeil * Troubles de l'attention * Comportements agressifs + [00:23:56][^4^][4] Risques liés aux réseaux sociaux * Cyber-harcèlement * Hypersexualisation * Influence des contenus inappropriés + [00:29:07][^5^][5] Statistiques alarmantes * Taux élevé de cyber-harcèlement * Exposition précoce à la pornographie * Augmentation des troubles mentaux chez les jeunes + [00:37:04][^6^][6] Stratégies de gestion des écrans * Limitation de la durée d'utilisation * Surveillance des contenus * Encouragement des activités hors écran Résumé vidéo 00:40:21 - 00:59:06 : La vidéo aborde la gestion des écrans chez les enfants de 0 à 18 ans, en mettant l'accent sur l'importance de créer un équilibre entre le temps passé devant les écrans et les activités hors écran. Anne-Lise Ducanda propose des stratégies pour aider les parents à réguler l'utilisation des écrans par leurs enfants, telles que l'établissement de règles familiales claires et l'encouragement d'activités alternatives.

      Points forts : + [00:40:21][^1^][1] Gestion du temps d'écran * Importance de l'équilibre * Stratégies pour les parents + [00:44:23][^2^][2] Âge pour le premier smartphone * Recommandations et impacts * Groupes de soutien pour parents + [00:47:01][^3^][3] L'ennui stimule la créativité * Mode cérébral par défaut * Encouragement de l'exploration + [00:50:55][^4^][4] Importance de l'extérieur * Besoins primaires des enfants * Comparaison avec les prisonniers + [00:54:26][^5^][5] Toxicité des écrans pour les tout-petits * Effets sur le développement * Importance des interactions réelles Résumé de la vidéo [00:59:07][^1^][1] - [01:19:34][^2^][2] : La vidéo aborde la gestion des écrans chez les enfants et les impacts sur leur développement, notamment le langage et la communication. Elle souligne l'importance de l'interaction humaine et des activités réelles pour le développement cérébral des enfants.

      Points forts : + [00:59:07][^3^][3] Impact des écrans sur les bébés * Les écrans peuvent nuire au développement du langage + [01:00:08][^4^][4] Observations cliniques * Les enfants surexposés aux écrans présentent des retards de langage + [01:04:06][^5^][5] Effet de la télévision passive * La télévision allumée en permanence peut affecter la communication + [01:09:05][^6^][6] Technoférence dans les relations * Les appareils numériques peuvent interférer avec la relation parent-enfant + [01:14:07][^7^][7] Retards moteurs et intellectuels * Le manque d'activité physique et l'usage excessif des écrans peuvent causer des retards + [01:18:02][^8^][8] Élagage synaptique * Les connexions cérébrales peu utilisées sont éliminées, ce qui peut être problématique avec une surexposition aux écrans Résumé de la vidéo [01:19:35][^1^][1] - [01:39:49][^2^][2] :

      Cette partie de la vidéo aborde la gestion des écrans chez les enfants de 0 à 18 ans et les impacts potentiels sur leur développement. Anne-Lise Ducanda discute des troubles liés à une exposition excessive aux écrans, tels que des retards de développement et des comportements pouvant être confondus avec l'autisme, tout en soulignant l'importance d'un environnement sans écran pour un développement sain.

      Points forts : + [01:19:35][^3^][3] Impact des écrans * Troubles de communication et interactions * Confusion avec l'autisme + [01:21:02][^4^][4] Observations cliniques * Augmentation des cas de troubles chez les enfants * Syndrome d'exposition précoce et excessive aux écrans (SEPE) + [01:22:12][^5^][5] Contenus dangereux * Risques liés aux contenus inappropriés sur internet * Importance de la supervision parentale + [01:25:13][^6^][6] Conseils pour les parents * Éviter les écrans pour les enfants de 0 à 6 ans * Intégrer les enfants dans les activités quotidiennes + [01:27:00][^7^][7] Statistiques éducatives * Augmentation des dossiers MDPH liés aux troubles du développement * Corrélation avec l'utilisation des écrans + [01:34:41][^8^][8] Actions recommandées * Signer une charte pour réduire l'exposition aux écrans * Utiliser des méthodes alternatives pour engager les enfants Résumé de la vidéo [01:39:50][^1^][1] - [01:53:16][^2^][2] : La partie 6 de la vidéo aborde la gestion des écrans chez les enfants de 0 à 18 ans, les projets de loi récents adoptés par l'Assemblée nationale pour protéger les mineurs en ligne, et les stratégies pour limiter l'exposition des enfants aux écrans.

      Points forts : + [01:39:50][^3^][3] Gestion des écrans chez les enfants * Importance de réagir maintenant * Collaboration avec les parents et les professionnels + [01:40:17][^4^][4] Projets de loi sur la protection en ligne * Interdiction des réseaux sociaux sans accord parental sous 15 ans * Droit à l'image de l'enfant et lutte contre la surexposition aux écrans + [01:41:07][^5^][5] Stratégies pour les écoles * Utilisation des écrans dans un cadre éducatif * Importance de la supervision parentale à la maison + [01:42:57][^6^][6] Pétition pour l'éducation sans écrans * Initiative des parents et professionnels de santé * Dialogue avec les institutions éducatives + [01:44:52][^7^][7] Usage du numérique dans l'éducation * Débat sur l'utilisation appropriée du numérique avec les adolescents * Éducation au numérique vs éducation par le numérique + [01:47:09][^8^][8] Impact des écrans sur le développement * Témoignage d'une orthophoniste sur les retards de langage * Nécessité d'une rééducation familiale et d'une prévention nationale

    1. Résumé de la vidéo [00:00:01][^1^][1] - [00:26:09][^2^][2]: La vidéo présente une conférence sur le bien-être des adolescents et le rôle des parents. Julie Rolling, intervenante, discute des défis psychologiques de l'adolescence, de l'importance du soutien social et de la nécessité d'une approche systémique pour aborder la santé mentale des jeunes.

      Points forts: + [00:00:08][^3^][3] Introduction de la conférence * Accueil et contexte de la conférence + [00:01:14][^4^][4] Rôle de l'UNAFAM * Importance de l'association dans la santé mentale + [00:06:29][^5^][5] Présentation de Julie Rolling * Expérience clinique et focus sur les adolescents + [00:09:46][^6^][6] Enjeux de l'adolescence * Défis psychologiques et sociaux rencontrés par les jeunes + [00:12:09][^7^][7] Complexité de l'adolescence * Différentes théories et modèles pour comprendre cette période + [00:19:01][^8^][8] Mutation et crise de l'adolescence * Impact des changements physiques et émotionnels sur les jeunes + [00:22:03][^9^][9] Sensibilité des adolescents * Réceptivité aux influences extérieures et à l'environnement + [00:26:09][^10^][10] Exigences scolaires * L'importance de l'éducation dans le développement des adolescents Résumé de la vidéo [00:26:12][^1^][1] - [00:51:34][^2^][2]: Julie Rolling discute des défis de l'adolescence et du rôle des parents dans le soutien à l'autonomie et à l'identité des adolescents. Elle aborde l'importance des groupes d'amis, les figures d'identification, et les rites de passage, tout en soulignant les changements dans les structures familiales et les impacts de la mondialisation.

      Points forts: + [00:26:12][^3^][3] Dépendance et autonomie * Lutte entre l'autonomie et la dépendance * Importance du groupe d'amis + [00:29:36][^4^][4] Figures identificatoires * Influence des adultes sur l'identité des ados * Opposition et identification + [00:33:01][^5^][5] Fin de l'adolescence * Définition floue de la fin de l'adolescence * Impact des structures familiales + [00:39:04][^6^][6] Éducation et société actuelle * Complexité de l'éducation dans le contexte moderne * Absence de consensus sociétal sur l'éducation + [00:49:00][^7^][7] Impact du COVID-19 * Effets psychologiques sur les adolescents * Adaptation et résilience des jeunes Résumé de la vidéo [00:51:36][^1^][1] - [01:15:50][^2^][2]: La vidéo aborde les défis psychologiques et sociaux auxquels les adolescents sont confrontés, en particulier pendant la pandémie de COVID-19. Elle met en lumière l'importance de l'accès à Internet, les effets des écrans sur le sommeil et la santé mentale, et les problèmes scolaires comme la phobie scolaire et le harcèlement.

      Points forts: + [00:51:36][^3^][3] Impact du COVID-19 * Les adolescents exemplaires malgré les défis + [00:52:38][^4^][4] Étude sur les adolescents * Difficultés accrues sans Internet ou dans des conditions sociales difficiles + [00:53:29][^5^][5] Besoin de contact physique * Importance de la présence physique malgré l'ère numérique + [00:55:11][^6^][6] Effets physiologiques des écrans * Influence sur le sommeil et la santé mentale des jeunes + [01:07:01][^7^][7] Paradoxe de l'éducation * Exigences scolaires élevées pendant une période psycho-affective complexe + [01:10:03][^8^][8] Phobie scolaire et harcèlement * Diverses raisons derrière l'absentéisme et l'importance de l'attention au harcèlement Résumé vidéo 01:15:53 - 01:41:21 : Julie Rolling discute des défis auxquels les adolescents sont confrontés, notamment le harcèlement en ligne et les tentatives de suicide. Elle souligne l'importance de l'implication des parents et des professionnels pour soutenir les adolescents en crise.

      Points forts : + [01:15:53][^1^][1] Harcèlement en ligne * Nécessité d'action au-delà des parents et de l'école * Importance de la réaction des victimes + [01:17:30][^2^][2] Révélation du harcèlement * Difficulté pour les victimes de parler * Création d'un environnement sûr + [01:19:01][^3^][3] Tentatives de suicide * Souhait d'arrêter la souffrance, pas de mourir * Importance de la détection précoce par les adultes + [01:22:02][^4^][4] Idées reçues sur le suicide * Importance de la communication ouverte avec les adolescents * L'inquiétude des parents est une preuve d'amour + [01:25:02][^5^][5] Soutien aux parents * Gestion de la culpabilité et de l'anxiété * Nécessité de thérapies familiales + [01:33:44][^6^][6] Cadre et punition * Équilibre entre discussion et affirmation de l'autorité parentale * L'affirmation claire des règles est bénéfique pour les adolescents Résumé de la vidéo [01:15:53][^1^][1] - [01:41:21][^2^][2]:

      Cette partie de la vidéo aborde les défis auxquels les adolescents sont confrontés, notamment le harcèlement en ligne et les risques suicidaires. Julie Rolling discute des moyens de soutenir les adolescents en crise, en soulignant l'importance de l'implication des parents et des professionnels pour créer un environnement sécurisant et pour aider les adolescents à retrouver confiance en eux.

      Points forts: + [01:15:53][^3^][3] Harcèlement en ligne * Nécessité d'action au-delà des parents * Trois conditions du harcèlement + [01:17:18][^4^][4] Pouvoir des jeunes harcelés * Ils ont un pouvoir de réponse * Importance de l'accompagnement + [01:18:36][^5^][5] Vulnérabilité à l'adolescence * Période d'angoisses et de vulnérabilité * Difficulté à voir des solutions + [01:19:01][^6^][6] Tentatives de suicide * Souhait de faire taire la souffrance * Importance de la détection et du soutien + [01:25:08][^7^][7] Rôle des parents * Gérer la culpabilité et l'inquiétude * Importance du soutien continu + [01:30:22][^8^][8] Rencontre avec les adolescents * Établir un lien de qualité * Utiliser le cadre thérapeutique

  2. Feb 2024
    1. si on se réfère à la 00:03:17 définition voyez qui est déjà bien ancienne 1946 publié en 48 je crois d'ailleurs de l'OMS qui nous dit que la santé c'est pas simplement une absence de maladie et on a un peu eu tendance à 00:03:30 l'oublier depuis ces années covid ou c'est vraiment protégé pour la maladie mais on s'est aperçu que c'était bien plus large que ça et pourtant vous voyez 46 on était déjà au clair là-dessus la santé c'est du bien-être et le mot 00:03:45 bien-être est dans la définition du bien-être physique effectivement pas avoir de maladies mais c'est aussi du bien-être psychologique et c'est aussi du bien-être social psychologique ou 00:03:56 mental c'est la même chose et du bien-être social ces trois bien-être constituent la santé donc s'occuper du bien-être des élèves c'est aussi s'occuper de leur santé
    2. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:58:30][^2^][2] :

      La vidéo présente une conférence de Julien Masson, maître de conférence à l'Université de Lyon, sur le bien-être à l'école. Il aborde l'importance du bien-être pour les apprentissages et la santé des élèves, en soulignant que le bien-être est un facteur clé de la réussite scolaire et de la santé à long terme.

      Points clés : + [00:00:34][^3^][3] Introduction de Julien Masson * Expert en bien-être scolaire + [00:01:17][^4^][4] Priorité de l'éducation nationale * Bien-être nommé priorité + [00:02:01][^5^][5] Définition de la santé * Bien-être inclus dans la santé + [00:03:08][^6^][6] Bien-être et santé * Bien-être essentiel pour la santé + [00:04:46][^7^][7] Modèle du bien-être * Utilisation du modèle d'Édouard Diner + [00:06:49][^8^][8] Nécessité du bien-être à l'école * Lien entre bien-être et réussite scolaire + [00:11:49][^9^][9] Impact de l'environnement sur la santé * École influence la santé des élèves + [00:15:40][^10^][10] Satisfaction de vie et motivation * Satisfaction à l'école booste la motivation + [00:19:22][^11^][11] Émotions et apprentissage * Émotions positives favorisent l'apprentissage + [00:22:16][^12^][12] Étude sur le bien-être pendant le COVID * Impact du bien-être sur la motivation durant le confinement Résumé de la vidéo [00:25:00][^1^][1] - [00:58:30][^2^][2]:

      La vidéo aborde l'importance du bien-être à l'école, soulignant que le bien-être des élèves est essentiel pour leur santé et leur réussite scolaire. Julien Masson, maître de conférence à l'Université de Lyon, explique que le bien-être est un facteur clé dans l'apprentissage et peut influencer positivement la motivation et les résultats des élèves.

      Points clés: + [00:25:00][^3^][3] L'impact du bien-être sur l'apprentissage * Le bien-être favorise la réussite * Les émotions positives stimulent la motivation + [00:38:00][^4^][4] Les déterminants de la santé des élèves * Facteurs sociaux et environnementaux prédominants * L'école joue un rôle crucial + [00:50:00][^5^][5] Stratégies pour améliorer le bien-être * Approche globale nécessaire * Importance des émotions dans l'éducation

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:28:09][^2^][2]:

      Cette vidéo présente une discussion sur les Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogiques (ITEP) en France, leur rôle dans la lutte contre le décrochage scolaire et la manière dont ils aident les enfants présentant des troubles du comportement. Les invités, Jean-Baptiste et Roland, expliquent le fonctionnement des ITEP, les défis rencontrés par les enfants et les professionnels, et l'importance du sport et de l'activité physique dans le développement et la réinsertion sociale des jeunes.

      Points clés: + [00:00:00][^3^][3] Introduction à l'émission School TV * Focus sur les ITEP + [00:01:07][^4^][4] Définition et mission des ITEP * Accueil des jeunes avec troubles du comportement + [00:03:09][^5^][5] Discussion avec les invités * Approche personnalisée pour chaque enfant + [00:23:10][^6^][6] Le sport comme outil d'intégration * Tournoi national de rugby pour les ITEP + [00:25:23][^7^][7] Approche globale pour la réussite * Importance de la motivation et de l'apprentissage ludique + [00:27:01][^8^][8] Suivi des anciens élèves * Difficultés de réinsertion pour les jeunes adultes

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:54:04][^2^][2] :

      Cette vidéo est une table ronde sur le thème de l'antipsychiatrie, qui regroupe des intervenants de différents horizons : une militante ex-psychiatrisée, un psychologue, un juriste et un animateur. Ils abordent les origines, les courants, les critiques et les alternatives à la psychiatrie institutionnelle, en s'appuyant sur des exemples concrets, des témoignages personnels et des références théoriques. Ils échangent leurs points de vue, parfois divergents, sur les enjeux politiques, sociaux et philosophiques de la santé mentale, ainsi que sur les droits et les besoins des personnes concernées.

      Points forts : + [00:02:34][^3^][3] La définition de l'antipsychiatrie * Un terme apparu en 1961 par David Cooper, un psychiatre réformiste * Un mouvement hétérogène, composé d'universitaires (Foucault, Deleuze, Goffman...) et de militants (psychiatrisés, survivants, ex-patients...) * Une critique politique, sociale et philosophique de la psychiatrie institutionnelle + [00:10:45][^4^][4] La recherche sur la psychiatrie * Les limites du modèle biomédical, qui réduit la souffrance humaine à des symptômes, des maladies et des traitements * Les effets néfastes de la psychiatrie sur les patients, notamment la stigmatisation, la violence, la perte d'autonomie et la chronicisation * Les alternatives possibles, comme la psychothérapie, la pair-aidance, les lieux de vie communautaires ou les approches transculturelles + [00:27:21][^5^][5] Le droit et la psychiatrie * L'évolution du droit du patient, grâce à l'influence de l'antipsychiatrie et à la protection constitutionnelle des libertés * Le rôle du juge des libertés et de la détention, qui contrôle les mesures d'hospitalisation sans consentement * Les difficultés de la pratique judiciaire, face à la complexité des situations, à la pression des experts et à la pénurie de moyens + [00:39:08][^6^][6] Les témoignages des patients * Les expériences vécues en psychiatrie, parfois bénéfiques, souvent traumatisantes * Les revendications des patients, comme le droit à l'autodétermination, le refus du diagnostic, le choix du soin ou la dénonciation des maltraitances * Les initiatives des patients, comme les associations, les collectifs, les médias ou les actions militantes

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:08:00][^2^][2]:

      Cette vidéo est une conférence d'Anne-Marie Gagnon, une philosophe de la psychiatrie, qui présente ses recherches sur la définition du trouble mental et le rôle des valeurs dans la science.

      Elle explique comment la psychiatrie a été critiquée pour sa conception floue et normative du trouble mental, et comment elle a tenté de répondre à ces critiques en élaborant une définition basée sur la notion de dysfonction.

      Elle montre ensuite les limites de cette approche, et propose une alternative inspirée de la philosophie féministe des sciences, qui reconnaît la présence et l'importance des valeurs dans la science, sans renoncer à l'objectivité.

      Points saillants: + [00:02:51][^3^][3] L'historique de l'émergence du questionnement sur la définition du trouble mental * La psychiatrie a été remise en question dans les années 60-70 pour son efficacité, ses conditions de traitement et son statut scientifique * Le mouvement antipsychiatrique a accusé la psychiatrie de pathologiser la déviance sociale et d'utiliser le concept de maladie mentale comme un mythe * La crise entourant le diagnostic d'homosexualité a montré l'influence des groupes de pression et des valeurs sociales sur les catégories psychiatriques + [00:09:39][^4^][4] Les positions philosophiques sur la définition du trouble mental * Le naturalisme défend que le trouble mental est une dysfonction objective des fonctions naturelles, mais il peine à définir ces fonctions et à les distinguer des normes sociales * Le normativisme soutient que le trouble mental est une construction sociale basée sur des valeurs, mais il renonce à la scientificité de la psychiatrie et à la réalité des souffrances psychiques * La position hybride combine les deux approches, mais elle est difficile à articuler et à appliquer + [00:20:00][^5^][5] La proposition alternative inspirée de la philosophie féministe des sciences * La philosophie féministe des sciences remet en cause la conception traditionnelle de la science comme indépendante des valeurs, et propose une conception alternative qui reconnaît la présence et le rôle des valeurs dans la science * La proposition alternative consiste à définir le trouble mental comme une perturbation significative du fonctionnement psychique, biologique ou développemental, qui est évaluée selon des critères épistémiques, éthiques et politiques * Cette proposition permet de rendre compte de la diversité et de la pluralité des valeurs en jeu dans la psychiatrie, sans renoncer à l'objectivité et à la rigueur scientifique

      Résumé de la vidéo [00:21:00][^1^][1] - [01:08:00][^2^][2]:

      Cette partie de la vidéo présente la thèse d'Anne-Marie, qui porte sur la définition du trouble mental en psychiatrie et la question de l'objectivité scientifique.

      Elle propose une solution pour dépasser le débat entre le naturalisme et le normativisme, qui sont deux positions philosophiques opposées sur le rôle des valeurs dans la science.

      Sa solution consiste à adopter une conception alternative de la science, inspirée par la philosophie féministe des sciences, qui reconnaît la présence et l'importance des valeurs sociales et culturelles dans la production des savoirs scientifiques.

      Elle illustre sa proposition avec des exemples tirés de la psychiatrie et de la médecine.

      Points saillants: + [00:21:00][^3^][3] L'historique de la controverse sur la définition du trouble mental * La psychiatrie fait face à des critiques dans les années 60-70 * Le mouvement antipsychiatrique remet en question le concept de maladie mentale * La dépathologisation de l'homosexualité soulève le problème du vide conceptuel + [00:32:00][^4^][4] Les positions philosophiques sur le trouble mental * Le naturalisme défend une conception objective basée sur les fonctions naturelles * Le normativisme défend une conception subjective basée sur les valeurs sociales et culturelles * Les deux positions ont des problèmes et des limites + [00:45:00][^5^][5] La proposition d'Anne-Marie pour dépasser le débat * Adopter une conception alternative de la science qui admet la présence des valeurs * Distinguer les valeurs épistémiques et non épistémiques * Proposer des critères pour réguler les valeurs en science * Appliquer cette conception à la psychiatrie et à la médecine

      Résumé de la vidéo [00:46:00][^1^][1] - [01:08:00][^2^][2]:

      La deuxième partie de la vidéo présente les modèles sociaux de l'objectivité scientifique, qui sont des approches philosophiques qui reconnaissent le rôle des valeurs sociales et culturelles dans la production de la connaissance scientifique.

      L'objectif est de montrer comment ces modèles peuvent aider à penser la définition du trouble mental en psychiatrie, en dépassant l'opposition entre le naturalisme et le constructivisme.

      Points saillants: + [00:46:00][^3^][3] Les modèles sociaux de l'objectivité scientifique * Définition et origine des modèles sociaux * Exemples de modèles sociaux : la théorie de la communauté épistémique, la théorie de la démocratie épistémique, la théorie de la pluralité épistémique * Avantages et limites des modèles sociaux + [00:58:00][^4^][4] L'application des modèles sociaux à la définition du trouble mental * La notion de dysfonction comme une valeur sociale * La notion de préjudice comme une valeur sociale * La possibilité d'une objectivité sociale du trouble mental + [01:04:00][^5^][5] Les enjeux éthiques et politiques des modèles sociaux * La responsabilité sociale des psychiatres et des chercheurs * La participation des personnes concernées par le trouble mental à la définition * La diversité des perspectives sur le trouble mental

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:01:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est la première partie d'une conférence sur le concept de trouble mental et sa pertinence pour la psychiatrie personnalisée.

      Anne-Marie Gagné-Julien, médecin du sommeil, pédopsychiatre et docteur en philosophie de la psychiatrie, présente les enjeux épistémologiques et éthiques de cette approche, ainsi que les limites et les défis qu'elle pose.

      Elle compare la psychiatrie à l'oncologie, où la médecine personnalisée a connu des succès, mais aussi des limites.

      Elle interroge la notion de personnalisation, qui peut avoir des sens différents selon les disciplines et les contextes.

      Elle critique le rêve d'une psychiatrie fondée sur des marqueurs biologiques, qui négligerait la dimension clinique et relationnelle de la discipline.

      Elle propose de réfléchir à une psychiatrie qui soit à la fois précise, stratifiée et holistique, en tenant compte de la complexité des troubles mentaux et de la singularité des personnes.

      Points clés : + [00:00:00][^3^][3] Introduction de la conférence * Présentation de la conférencière et du sujet * Contexte de la médecine personnalisée et de ses dénominations * Paradoxe entre la personnalisation et la numérisation + [00:09:01][^4^][4] L'exemple de l'oncologie personnalisée * Développement des techniques de séquençage et de bioinformatique * Ciblage des traitements en fonction des marqueurs moléculaires * Limites de la précision et de la complexité cellulaire + [00:17:01][^5^][5] La psychiatrie personnalisée : un champ émergent * Chronologie et terminologie de la psychiatrie personnalisée * Promesse de recherches en pharmacologie, génétique, marqueurs, stades et modèles mathématiques * Hypothèse d'un complexe de la psychiatrie trop clinique

      Résumé de la vidéo [00:18:00][^1^][1] - [01:01:00][^2^][2]:

      Cette partie de la vidéo présente les enjeux et les limites de la psychiatrie personnalisée, en comparant avec l'oncologie.

      L'orateur explique que la psychiatrie personnalisée vise à trouver des marqueurs biologiques, génétiques ou computationnels pour caractériser les troubles mentaux et proposer des traitements adaptés.

      Il montre que cette approche pose des problèmes épistémologiques, éthiques et pratiques, et qu'elle n'est pas forcément adaptée à la spécificité de la psychiatrie.

      Points clés: + [00:18:00][^3^][3] La psychiatrie personnalisée suit-elle le modèle de la médecine personnalisée ? * La psychiatrie cherche à se légitimer comme une discipline médicale * La psychiatrie reprend les termes et les méthodes de la médecine personnalisée * La psychiatrie a-t-elle des caractéristiques propres qui nécessitent une approche différente ? + [00:28:00][^4^][4] La psychiatrie personnalisée existe-t-elle ? * Il existe des recherches qui tentent de développer une psychiatrie personnalisée * Ces recherches promettent une pharmacologie, une génétique, des marqueurs, des stades et des approches mathématiques plus précis * Ces recherches sont encore peu nombreuses, peu concluantes et peu applicables + [00:38:00][^5^][5] La psychiatrie personnalisée est-elle souhaitable ? * La psychiatrie personnalisée pose des questions éthiques sur la responsabilité, la liberté et la dignité des patients * La psychiatrie personnalisée risque de réduire la complexité des troubles mentaux à des données quantifiables * La psychiatrie personnalisée peut être en contradiction avec la clinique, la relation et la singularité des patients

      Résumé de la vidéo [00:40:00][^1^][1] - [01:01:00][^2^][2]:

      La deuxième partie de la vidéo présente les limites et les défis de la psychiatrie personnalisée et de précision, en comparant avec d'autres disciplines médicales comme l'oncologie.

      L'orateur propose deux hypothèses pour expliquer le développement de ce champ : l'imitation et l'enrichissement.

      Points forts: + [00:40:00][^3^][3] L'hypothèse de l'imitation * La psychiatrie voudrait imiter l'oncologie qui a réussi à trouver des marqueurs biologiques * La psychiatrie suit les termes et les concepts de la médecine personnalisée * La psychiatrie cherche à se légitimer et à se crédibiliser + [00:48:00][^4^][4] L'hypothèse de l'enrichissement * La psychiatrie personnalisée serait une étape d'enrichissement de la discipline * La psychiatrie articulerait des approches personnalisées, des biotechnologies et des spécificités propres * La psychiatrie intégrerait des dimensions relationnelles, sociales et environnementales + [00:56:00][^5^][5] Les limites et les défis de la psychiatrie personnalisée * Le coût épistémique : la perte de connaissances et de perspectives * Le coût éthique : la sélection des patients, la stigmatisation, la réduction de la personne * Le coût social : la transformation du système de santé, la déshumanisation, la marchandisation

    1. Voici un résumé de la page web que vous consultez :

      • La détection précoce des troubles psychotiques chez les jeunes : C'est le sujet principal de la page, qui présente les enjeux, les causes et les solutions pour prendre en charge les adolescents et les jeunes adultes qui souffrent de troubles psychotiques, comme la schizophrénie.
      • Le pôle PEPIT de l'hôpital Sainte-Anne : C'est un exemple de structure spécialisée dans la détection et l'évaluation des troubles psychotiques chez les jeunes, qui propose une approche pluridisciplinaire et implique les patients et leurs familles dans le soin.
      • La psychothérapie institutionnelle : C'est une autre approche de la psychiatrie, qui considère la maladie mentale comme un problème social et non pas seulement organique, et qui met en place des soins psychiques adaptés à chaque cas.
      • Le Collectif du printemps de la psychiatrie : C'est un mouvement qui revendique plus de moyens humains et financiers pour l'hôpital public, et qui souhaite organiser des assises citoyennes de la psychiatrie ouvertes à toute la société.
    2. Un Français sur 5 connaîtra dans sa vie un épisode psychiatrique. Dans les trois quart des cas, les premiers symptômes apparaissent entre 15 et 25 ans.
    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:09:00][^2^][2]:

      Cette vidéo traite du sujet des violences conjugales et de leurs conséquences sur la parentalité et les enfants. Elle présente les caractéristiques des auteurs de violences, les facteurs déclencheurs des passages à l'acte, les effets psychotraumatiques sur les victimes et les pistes de prévention et de protection.

      Points clés: + [00:00:16][^3^][3] La violence dans les couples est très présente autant dans la relation parentale que dans la relation conjugale * Les conflits autour d'une question éducative sont souvent à l'origine des violences * Les auteurs ont du mal à accepter la différenciation et l'autonomie de la victime * La victime s'adapte aux demandes de l'auteur pour éviter les crises + [00:04:02][^4^][4] L'auteur de violences conjugales ne peut pas être un bon parent pour ses enfants * Les enfants sont exposés aux violences et en subissent les conséquences * Les enfants présentent des troubles du développement, de l'attachement, de la socialisation et du comportement * Les enfants risquent de reproduire les schémas de violence ou de subir d'autres formes de maltraitance + [00:07:42][^5^][5] La violence est un poison qui attaque la parentalité et la santé des enfants * Les enfants sont des victimes civiles des violences conjugales et doivent être entendus et examinés * Les violences sont le résultat d'un système culturel qu'il faut changer * La question est de savoir jusqu'à quel point on accepte la souffrance des enfants pour laisser le pouvoir à un homme violent

    1. Résumé de la vidéo de [00:00:00][^1^][1] à [01:06:00][^2^][2]:

      Cette vidéo est une conférence de Margaux Sanchez, chercheuse en psychologie, sur le développement des compétences psychosociales (CPS) chez les élèves et les enseignants. Elle présente les enjeux, les définitions, les recherches et les pratiques liés aux CPS, ainsi que les bénéfices pour la santé mentale, le bien-être et les apprentissages.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] Le contexte et les enjeux des CPS * Les chiffres alarmants du harcèlement, du décrochage et des problèmes de santé mentale chez les élèves * Le besoin d'un meilleur équilibre entre instruction et éducation * Les initiatives en France pour promouvoir le bien-être à l'école + [00:09:20][^4^][4] La définition et les catégories des CPS * Le concept proposé par l'OMS qui regroupe des compétences utiles pour la vie quotidienne * Les trois grandes catégories: cognitives, émotionnelles et sociales * Les effets positifs des CPS sur la santé mentale, le climat scolaire, l'engagement et la réussite des élèves + [00:25:17][^5^][5] Les recherches et les interventions sur les CPS * Les trois grands domaines de recherche: le développement spécifique, le développement transversal et le développement contextualisé des CPS * Les exemples de programmes et de pratiques efficaces pour développer les CPS chez les élèves et les enseignants * Les conditions et les facteurs de réussite des interventions sur les CPS + [00:49:03][^6^][6] Les choix et les perspectives pour les CPS * Les différentes façons efficaces de développer les CPS qui correspondent aux besoins et aux contextes des acteurs * L'importance de l'implication des enseignants, des élèves, des familles et des établissements scolaires * Les pistes pour renforcer le système éducatif et la formation initiale et continue des professionnels

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:35:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence sur les sciences du danger et leur application en psychiatrie légale, organisée par la section de psychiatrie légale de l'AFPBN. Trois intervenants exposent leurs réflexions et leurs expériences sur le sujet, en abordant les aspects théoriques, pratiques et éthiques.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Introduction par Nidal Moukaddam * Présente le contexte et les objectifs de la conférence * Présente les trois intervenants et leurs parcours * Souligne l'importance de la psychiatrie légale et de la science du danger + [00:02:01][^4^][4] Mathieu Lacambre : La naissance de la science du danger en psychiatrie * Définit les concepts de risque, de danger, de sécurité et de sûreté * Présente les origines et les principes des sciences du danger (cindyniques) * Explique les applications et les limites des sciences du danger en psychiatrie * Illustre son propos avec un exemple de prise en charge d'un agresseur sexuel sous injonction de soins + [00:21:01][^5^][5] Laurent Lallier : L'expertise psychiatrique à la lumière des neurosciences * Présente les enjeux et les modalités de l'expertise psychiatrique pénale * Présente les apports et les limites des neurosciences dans l'évaluation de la responsabilité pénale * Explique les notions de discernement, d'altération du jugement et d'abolition du discernement * Illustre son propos avec des exemples de cas cliniques et de recherches en neuro-imagerie + [00:40:01][^6^][6] Nidal Moukaddam : La science du danger et la prévention du suicide * Présente les enjeux et les chiffres du suicide en France et dans le monde * Présente les facteurs de risque et de protection du suicide * Présente les modèles et les outils de prédiction du suicide * Explique les limites et les biais des modèles prédictifs * Présente les stratégies et les recommandations de prévention du suicide + [01:00:01][^7^][7] Questions-réponses avec le public * Les intervenants répondent aux questions du public sur divers aspects de la science du danger et de la psychiatrie légale * Les questions portent notamment sur la formation des experts, la place des victimes, la responsabilité des soignants, l'éthique des neurosciences, la prévention du suicide chez les jeunes, etc.

    1. Cette vidéo est une audition du co-président de la Commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (CIIVISE), Edouard Durand, devant la commission des lois de l'Assemblée nationale le 19 juillet 2023.

      Il présente le bilan du travail de la CIIVISE, notamment son dernier avis sur le coût du déni des violences sexuelles faites aux enfants, estimé à 9,7 milliards d'euros par an.

      Il répond également aux questions des députés sur les enjeux de la prévention, de la prise en charge, de la justice et de la reconnaissance des victimes.

    1. Cette vidéo explique les troubles des conduites alimentaires (TCA), leurs causes, leurs conséquences et leurs traitements. Elle aborde les trois principaux TCA : l’anorexie mentale, la boulimie et l’hyperphagie boulimique, ainsi que d’autres troubles moins connus. Elle donne des conseils pour repérer, évaluer et accompagner les personnes souffrant de TCA, en insistant sur le rôle des parents, des professionnels de santé et des réseaux spécialisés.

    1. Voici un résumé de la vidéo que vous avez ouverte dans votre navigateur Microsoft Edge :

      • Webinaire 2023 : “La santé mentale des enfants et des jeunes” : Il s'agit d'un colloque organisé par la FCPE, une fédération de parents d'élèves, le 21 mars 2023, sur le thème du bien-être des enfants et des jeunes dans le contexte post-covid¹[1].
      • Intervenants : Claire Bey, chargée de la santé et de l'action sociale au ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, et Eric Delemar, Défenseur des enfants auprès de la Défenseur des droits²[2].
      • Objectifs : Faire un bilan de l'état psychologique des jeunes, proposer des pistes d'action et des préconisations pour la prévention, le dépistage et la remédiation des troubles de la santé mentale³[3].
      • Références : La vidéo contient de nombreux liens vers d'autres ressources de la FCPE, comme des webinaires, des articles, des campagnes, etc.
    1. TOULOUSE Table ronde enregistrée au REC22 avec Jacques Van Rillaer (Professeur émérite de psychologie à l'université de Louvain) et Franck Ramus (Directeur de Recherche CNRS, laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique).

      00:01:31 : (J.V.R.) définitions historiques de psychanalyse et termes voisins ; explications ultimes des troubles ; avant et à partir de 1914 , dont comme Freud l'a conçue, 00:09:10 : il n'a pratiquement rien enlevé ; change la théorie de la séduction ; 00:15:50 : du nouveau et du bon dans la psychanalyse = le bon n'est pas nouveau et le nouveau n'est pas bon (1909 - un psy de Fribourg) 00:29:45 : (F.R.) interface psychanalyse et neurosciences = "neuropsychanalyse" ; psychanalyse a légitimité scientifique contestée ; neuro-foutaises ; 00:33:25 : concepts qui se ressemblent ; mots voisins ; bon mais pas nouveau ; jusqu'à Platon 00:36:55 : pas de preuves aux hypothèses psychanalyse de troubles mentaux 00:38:15 : ce que les psychanalystes essayent de s'approprier ; 00:38:55 : ce dont ne parle jamais la neuropsy. 00:40:00 : épistémologie (3 points) 00:41:10 : Biblio avec méta-analyses : conclusions pas en correspondance avec citations 00:47:15 : quand aboutit au désespoir et suicide ; 00:48:08 : nombre de croyants en psychanalyse = argument non convainquant 00:50:22 : prédominance en France dans milieu psychiatrique... / TCC : effet Lacan 00:54:00 : les psychanalystes d'aujourd'hui : mélange d'absurdités et de bon sens ; nombreuses écoles pour gérer les désaccords (comme schismes) 01:00:26 : encore enseigné à l'université, sans source ou juste un livre ; programme national en médecine mais pas en psycho, progrès lents.

      Animation : Priscille Lacombe

  3. Jan 2024
    1. Le mercredi 24 janvier 2024, France terre d'asile et l'Institut Convergences Migrations ont organisé un colloque sur la santé mentale des demandeur·se·s d'asile au Ministère de la Santé.

      Retrouvez dans ce dernier replay : 6) La table ronde sur la santé mentale des enfants demandeurs d’asile : comment mieux détecter et accompagner ? - Thierry Baubet, professeur des universités praticien hospitalier en psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, Université Sorbonne Paris Nord, chef de service AP-HP, Hôpital Avicenne, codirecteur scientifique du Centre National de Ressources et de Résilience (Cn2r) - Andrea Barros Leal, psychologue clinicienne au Comede - Mario Speranza, pédopsychiatre, professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (Université de Versailles), directeur de recherche, INSERM Paris Saclay - Anne Hegoburu, sous-directrice de la régulation de l’offre de soins, Direction générale de l’offre de soins, Ministère du travail, de la santé et des solidarités Modération : Lamia Missaoui, sociologue, Laboratoire Printemps UVSQ, Co-directrice du département Health de l'Institut Convergences Migrations

      La conclusion de cette journée d'échanges - Delphine Rouilleault, directrice générale de France terre d’asile

    1. Mercredi 24 janvier 2024, France terre d'asile et l'Institut Convergences Migrations ont organisé un colloque sur la santé mentale des demandeur·se·s d'asile au Ministère de la Santé.

      Découvrez dans ce replay : 3) La présentation du projet CAPSE, Groupe SOS de l’Essonne - Aubane Dauvilaire, directrice d’établissements Cada, Huda, et CAPSE

      4) La table ronde sur la santé mentale des femmes demandeuses d’asile : de la prise en charge précoce à l’autonomisation - Maëlle Léna, cheffe du projet « Autonomisation et protection des femmes migrantes » (AMAL), France terre d’asile - Sibel Agrali, directrice du centre de soins de Primo Levi - Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, directrice de l'Institut Convergences Migrations-CNRS, anthropologue, Inalco Paris-CESSMA, psychologue clinicienne (Hôpital Avicenne) Modération : Nicolas Chambon, sociologue, responsable du pôle Recherche de l’Orspere Samdarra, MdC Lyon 2, Centre Max Weber, membre de l’Institut Convergences Migrations

    1. MSH-ALPES (MAISON DES SCIENCES DE L'HOMME) Conférence de Marine Paucsik dans le cadre du cycle "Fil Good. Lier la recherche et le bien-être en société" (saison 9).

      Le sentiment de sécurité est une dimension clé du bien-être psychologique et joue un rôle majeur dans le développement socio-émotionnel des individus et l'apparition des troubles psychopathologiques (e.g., Mikulincer & Shaver 2012; Ward et al., 2006).

      Selon la théorie de l'attachement (Bowlby, 1969, 1982), le sentiment de sécurité psychologique serait déterminé par la construction de représentations mentales inter et intra individuelles formées dans les relations d'attachement de type sécure pendant l'enfance (Bowlby, 1979).

      Toutefois, les recherches montrent que l'attachement est un construit malléable et que le sentiment de sécurité peut être à la fois temporellement acquis et installé sur le long terme via des pratiques d'amorces d'attachement sécure (Gillath et al., 2008).

      Cette présentation exposera la façon dont la Thérapie Fondée sur la Compassion permet d'initier et de recréer ce lien sécure tout en apportant des points de vigilances sur l'implémentation de ces pratiques (e.g., Baldwin et al., 2019).

    1. Le mercredi 24 janvier, France terre d'asile et l'Institut Convergences Migrations ont tenu un colloque sur la santé mentale des demandeur·se·s d'asile au Ministère de la Santé.

      Découvrez dans ce replay : 1) L'introduction et ouverture - Najat Vallaud-Belkacem (présidente de France terre d'asile) - Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (directrice de l'institut Convergences Migrations-CNRS, anthropologue, Inalco Paris-CESSMA, psychologue clinicienne)

      2) La présentation des conclusions de l'étude & discussion générale : Santé mentale des demandeur·se·s d'asile - Quels constats, quelles priorités d'action ? - Andrea Tortelli, psychiatre, Pôle CHU Psychiatrie Précarité (Hôpital Sainte-Anne), cheffe de service du Capsys et chercheuse à l’Inserm - Gesine Sturm, psychologue clinicienne, Laboratoire Psychologie de la socialisation - Développement et travail, Université de Toulouse - Frank Bellivier, délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie au ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités - Clémence Olsina, directrice de l’asile, Direction générale des étrangers en France, ministère de l’Intérieur - Frédéric Roy, directeur du centre d’accueil pour demandeurs d’asile de Bègles, France terre d’asile - Caroline Izambert, cheffe de service promotion de la santé et réduction des risques · Paris Santé - Direction de la santé publique de la Ville de Paris Modération : : Nicolas Chambon, sociologue, responsable du pôle Recherche de l’Orspere Samdarra, MdC Lyon 2, Centre Max Weber, membre de l’Institut Convergences Migrations

  4. Oct 2023
  5. Sep 2023
    1. Exacerbée par lacrise sanitaire, cette l’altération de l’état de santé mentale des Franciliens s’observe en réalité demanière continue depuis 2010, et concerne tout particulièrement les adolescents et les jeunes.
  6. Jun 2023
  7. May 2023
  8. Mar 2023
  9. Feb 2023
  10. Jan 2023
    1. La Défenseure des droits recommandeau ministre des Solidarités et de la santéd’assurer le développement de la présenced’interprètes dans les centres et structures desoins ;La Défenseure des droits recommandede nouveau aux présidents des conseilsdépartementaux de solliciter l’agence régionalede santé dont il dépend et l’ensemble despartenaires de l’offre de soins pour mettreen œuvre l’organisation d’un bilan de santéconforme aux préconisations du Haut conseilde la santé publique pour tout jeune exilé enphase d’évaluation ;La Défenseure des droits recommandede nouveau aux présidents des conseilsdépartements de multiplier les partenariatsextérieurs afin de renforcer l’offre de soin enmatière de santé mentale pour les mineursnon accompagnés et de renforcer la formationdes évaluateurs à l’appréhension des troublespsychiques et au repérage des symptômes destress posttraumatique.

      Recommandadion 25

    2. La Défenseure des droits recommandeau ministre de l’Éducation nationale, dela Jeunesse et des sports et au ministredes Solidarités et de la santé de renforcerles relations partenariales entre santé etéducation afin de garantir le respect des droitsfondamentaux des enfants hospitalisés enraison de troubles de la santé mentale et ded’assurer une continuité pédagogique pourchaque enfant hospitalisé

      Recommandadion 22

    3. La Défenseure des droits recommande auministre de la Justice, garde des Sceaux, etau ministre des Solidarités et de la santé deproposer l’inclusion dans la loi de l’interdictiond’accueil d’un mineur en unité psychiatriquepour adulte.

      Recommandadion 20

    4. La Défenseure des droits recommandeau ministre des Solidarités et de la santéde poursuivre la densification de l’offre desoins hospitalière en pédopsychiatrie, enpoursuivant la trajectoire à la hausse dunombre de lits et places en pédopsychiatrie,en réduisant les inégalités territoriales dansle maillage de l’offre de soins, en développantles équipes mobiles. Une attention particulièredevrait être portée à la situation dans lesOutre-Mer

      Recommandadion 19

    5. La Défenseure des droits recommande auministre des Solidarités et de la santé dedévelopper la prise en charge des urgencespédopsychiatriques, en assurant la présencesystématique d’un pédopsychiatre dansles services d’urgence pédiatriques et endéveloppant des dispositifs d’urgencespédopsychiatriques permettant d’apporterrapidement une réponse adaptée etproportionnée à la situation (depuisl’intervention au domicile, à la consultation enstructure, voire à l’hospitalisation dans les casles plus critiques).

      Recommandadion 17

    6. La Défenseure des droits recommandeau ministre des Solidarités et de la santéde réaliser une étude pluridisciplinaire etlongitudinale sur les effets à long terme dela crise sanitaire, sur la santé mentale desenfants et des adolescents

      Recommandadion 16

    7. La Défenseure des droits recommande nonseulement d’augmenter le nombre de centresmédico-psycho-pédagogiques (CMPP) etde centres médico-psychologiques (CMP),mais également de développer et de soutenirles projets de création d’équipes mobiles etde reconnaître le modèle de l’équipe mobilecomme un « équipement » de l’hôpita

      Recommandadion 15

    8. La Défenseure des droits recommandeau Gouvernement d’évaluer la faisabilitéet l’opportunité de créer des maisons desenfants, en lien avec les CMP et CMPP, sur lemodèle éprouvé des maisons des adolescents

      Recommandadion 08

    9. La Défenseure des droits recommande auministre des Solidarités et de la santé, audirecteur général de la Caisse nationaled’Assurance Maladie et aux partenaireslocaux, notamment les autorités exécutivesdes collectivités territoriales, de conforterles maisons des adolescents dans chaquedépartement et d’en sécuriser le financement

      Recommandadion 07

    10. La Défenseure des droits recommande auxpouvoirs publics d’inscrire la prise en comptede la santé mentale des enfants et adolescentsdans sa dimension la plus large, en conformitéavec la définition de l’OMS, dans le cadre d’unevéritable stratégie publique afin de favoriser,notamment à l’école , la mise en œuvre demesures dédiées et adaptées aux besoinsfondamentaux des enfants.

      Recommandadion 01

  11. Sep 2022
    1. Article 27 1. Les Etats parties reconnaissent le droit de tout enfant à un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental, spirituel, moral et social.
  12. Jul 2022
    1. LES EFFETS DÉLÉTÈRES DE LA SÉPARATION DE JUMELLESÀ L’ÉCOLE SANS ÉVALUATION PRÉALABLE
    2. Au lendemain de sa publication, le rapport aété présenté à Montpellier par la Défenseuredes droits dans le cadre d’un colloqueréunissant la Maison des adolescents del’Hérault, la rectrice d’académie, la Mairie, lecentre psychiatrique du centre hospitalieruniversitaire, l’agence régionale de santé et laprotection judiciaire de la jeunesse. Plus de200 personnes étaient présentes.
    3. Dans notre rapport annuel enfant intitulé« Santé mentale des enfants : le droit au bienêtre », présenté en novembre, nous avonsmontré que le défaut de prise en charge destroubles en santé mentale
    4. La Défenseure des droits y a consacréune partie dans son rapport annuel sur « lasanté mentale des enfants : le droit au bien-être », et a appelé à plusieurs reprises lesautorités publiques à une vigilance accrue auxdroits des enfants entendus largement.
    5. Le rapport annuel sur les droits del’enfant, consacré en 2021 à la santé mentaleet au bien-être
  13. May 2022
    1. 12Répondre dès aujourd’hui aux enjeux lesplus urgents de la psychiatrie de l’enfant etde l’adolescent– revaloriser la consultation libérale en pédo-psychiatrie– envisager le remboursement des séancesd’orthophonie, de psychomotricité, de psycho-thérapie en libéral, dans une logique de parcoursde soins– tripler le nombre d’hospitalo-universitaires enpédopsychiatrie sur l’ensemble du territoire
    2. 07Permettre à l’école d’assumer sa fonction depromotion de la santé mentale– élaborer une stratégie nationale de promotion dela santé mentale et de prévention en milieuscolaire, selon une approche graduée– former le personnel éducatif au repérage de lasouffrance psychique et à la promotion de lasanté mentale
    3. 03Élaborer une loi-cadre sur la santé mentale,préalablement à une réforme de la psy-chiatrie
    4. 02Faire de la participation des usagers dansle système de santé un axe transversal desfutures mesures, à toutes les échelles
    5. 01Faire de la santé mentale une grande causenationale
    6. École, santé mentaleet psychiatrie
  14. Apr 2022
    1. Article 25Les Etats parties reconnaissent à l'enfant qui a été placé par les autorités compétentes pour recevoir des soins, une protection ou un traitement physique ou mental, le droit à un examen périodique dudit traitement et de toute autre circonstance relative à son placement.
    2. particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé et en ce qui concerne le nombre et la compétence de leur personnel ainsi que l'existence d'un contrôle approprié.

      Article 3

  15. Mar 2022
    1. les jeunes aidantes ne sont pas tout à fait des jeunes comme les autres. Elles doivent jongler entre temps familial, scolaire, amical et temps de l’aidance tout en portant une charge mentale singulière.
  16. Feb 2022
    1. Selon l’OMS, la santé mentale se définit comme « un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté. Dans ce sens positif, la santé mentale est le fondement du bien-être d’un individu et du bon fonctionnement d’une communauté ».
    2. Le droit à la santé, dont la santé mentale est une composante à part entière, constitue un droit fondamental consacré par de nombreux textes nationaux et internationaux, et notamment à l’article 24 de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), qui en donne une définition qui dépasse le strict cadre sanitaire
    3. manque de structures et de professionnels spécialisés dans le domaine de la pédopsychiatrie
    4. Enfin, il reste indispensable de répondre véritablement aux insuffisances dont souffre le secteur de la santé mentale, en investissant massivement pour développer les offres de prise en charge et d’accompagnement, les propositions de suivi, les lieux d’écoute
    5. si tout le monde s’accorde sur l’importance de l’équilibre psychologique et émotionnel pour se sentir bien au quotidien et sur le lien entre santé mentale, santé physique, et qualité relationnelle, le lien entre santé mentale de l’enfant et respect effectif de ses droits, reste un combat
    6. R e c o m m a n d at i o n n ° 2 8 La Défenseure des droits recommande également la réalisation d’une recherche longitudinale menée par des chercheurs indépendants sur la trajectoire des mineurs à l’issue de leur passage en détention ou en centre éducatif fermé, en terme notamment d’insertion sociale, de santé, de formation, de logement, de vie familiale et de récidive d’infraction pénale
    7. R e c o m m a n d at i o n n ° 2 7 La Défenseure des droits recommande aux directions territoriales de la protection judiciaire de la jeunesse et aux agences régionales de santé de construire des partenariats entre les structures locales de pédopsychiatrie et les centres éducatifs fermés (CEF), afin de renforcer l’accès aux soins de santé des enfants en CEF
    8. La Défenseure des droits recommande de nouveau aux présidents des conseils départements de multiplier les partenariats extérieurs afin de renforcer l’offre de soin en matière de santé mentale pour les mineurs non accompagnés et de renforcer la formation des évaluateurs à l’appréhension des troubles psychiques et au repérage des symptômes de stress posttraumatique
    9. R e c o m m a n d at i o n n ° 2 5 La Défenseure des droits recommande au ministre des Solidarités et de la santé d’assurer le développement de la présence d’interprètes dans les centres et structures de soins
    1. Article 39Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour faciliter la réadaptation physique et psychologique et la réinsertion sociale de tout enfant victime de toute forme de négligence, d'exploitation ou de sévices, de torture ou de toute autre forme de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ou de conflit armé. Cette réadaptation et cette réinsertion se déroulent dans des conditions qui favorisent la santé, le respect de soi et la dignité de l'enfant.
    2. Article 25Les Etats parties reconnaissent à l'enfant qui a été placé par les autorités compétentes pour recevoir des soins, une protection ou un traitement physique ou mental, le droit à un examen périodique dudit traitement et de toute autre circonstance relative à son placement.
  17. Jan 2022
    1. R e c o m m a n d at i o n n ° 2 3 La Défenseure des droits recommande au ministre de l’Intérieur de renforcer la formation initiale de l’ensemble des agents aux spécificités de l’audition du mineur victime et de systématiser la formation au protocole NICHD des agents appartenant aux brigades de protection des familles (police et gendarmerie).
    2. R e c o m m a n d at i o n n ° 2 2 La Défenseure des droits recommande au ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des sports et au ministre des Solidarités et de la santé de renforcer les relations partenariales entre santé et éducation afin de garantir le respect des droits fondamentaux des enfants hospitalisés en raison de troubles de la santé mentale et de d’assurer une continuité pédagogique pour chaque enfant hospitalisé
    3. R e c o m m a n d at i o n n ° 2 1 La Défenseure des droits réitère sa recommandation au ministre des Solidarités et de la santé de consacrer par la loi un droit à la présence parentale dans le cadre du Code de la santé publique en vue d’organiser un véritable accueil des parents et/ou des représentants légaux au sein des hôpitaux.Toutefois, ce principe doit tenir compte des besoins spécifiques des adolescents. C’est pourquoi, il conviendrait de recueillir le consentement de l’enfant selon son degré de discernement afin de s’assurer de son adhésion à la présence parentale.
    4. R e c o m m a n d at i o n n ° 2 0 La Défenseure des droits recommande au ministre de la Justice, garde des Sceaux, et au ministre des Solidarités et de la santé de proposer l’inclusion dans la loi de l’interdiction d’accueil d’un mineur en unité psychiatrique pour adulte
    5. R e c o m m a n d at i o n n ° 1 9 La Défenseure des droits recommande au ministre des Solidarités et de la santé de poursuivre la densification de l’offre de soins hospitalière en pédopsychiatrie, en poursuivant la trajectoire à la hausse du nombre de lits et places en pédopsychiatrie, en réduisant les inégalités territoriales dans le maillage de l’offre de soins, en développant les équipes mobiles. Une attention particulière devrait être portée à la situation dans les Outre-Mer.
    6. R e c o m m a n d at i o n n ° 1 8 La Défenseure des droits recommande au ministre des Solidarités et de la santé de soutenir le développement d’unités thérapeutiques transversales, rassemblant dispositifs d’aller-vers, offre de soins ambulatoire et en hospitalisation, afin d’éviter les ruptures dans les parcours de soins et de lutter contre les inégalités dans l’accès aux soins.
    7. R e c o m m a n d at i o n n ° 1 7 La Défenseure des droits recommande au ministre des Solidarités et de la santé de développer la prise en charge des urgences pédopsychiatriques, en assurant la présence systématique d’un pédopsychiatre dans les services d’urgence pédiatriques et en développant des dispositifs d’urgences pédopsychiatriques permettant d’apporter rapidement une réponse adaptée et proportionnée à la situation (depuis l’intervention au domicile, à la consultation en structure, voire à l’hospitalisation dans les cas les plus critiques)
    8. R e c o m m a n d at i o n n ° 1 6 La Défenseure des droits recommande au ministre des Solidarités et de la santé de réaliser une étude pluridisciplinaire et longitudinale sur les effets à long terme de la crise sanitaire, sur la santé mentale des enfants et des adolescents
    9. R e c o m m a n d at i o n n ° 1 5 La Défenseure des droits recommande non seulement d’augmenter le nombre de centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP) et de centres médico-psychologiques (CMP), mais également de développer et de soutenir les projets de création d’équipes mobiles et de reconnaître le modèle de l’équipe mobile comme un « équipement » de l’hôpital
    10. R e c o m m a n d at i o n n ° 8 La Défenseure des droits recommande au Gouvernement d’évaluer la faisabilité et l’opportunité de créer des maisons des enfants, en lien avec les CMP et CMPP, sur le modèle éprouvé des maisons des adolescents.
    11. R e c o m m a n d at i o n n ° 1 La Défenseure des droits recommande aux pouvoirs publics d’inscrire la prise en compte de la santé mentale des enfants et adolescents dans sa dimension la plus large, en conformité avec la définition de l’OMS, dans le cadre d’une véritable stratégie publique afin de favoriser, notamment à l’école , la mise en œuvre de mesures dédiées et adaptées aux besoins fondamentaux des enfants.
    12. I l e s t u r g e n t d e d é pa s s e r l e s l o g i q u e s d e s i l o s. L a s a n t é m e n ta l e d e s e n fa n t s, v é r i ta b l e e n j e u d e s o c i é t é p o u r n o s e n fa n t s a u j o u r d’ h u i c o m m e p o u r l e s a d u lt e s q u ’ i l s s e r o n t d e m a i n , m é r i t e m i e u x q u e d e s a p p r o c h e s f r a g m e n ta i r e s e t u n e a p p r o c h e s t r i c t e m e n t s a n i ta i r e .
    1. former des citoyens éclairés. S’épanouir aujourd’hui et demain dans et par l’école, c’est penser la qualité de vie en milieu scolaire et dans nos services, parce que l’épanouissement et le bien-être sont des composantes essentielles de la réussite des élèves
    1. R e c o m m a n d at i o n n ° 1 La Défenseure des droits recommande aux pouvoirs publics d’inscrire la prise en compte de la santé mentale des enfants et adolescents dans sa dimension la plus large, en conformité avec la définition de l’OMS, dans le cadre d’une véritable stratégie publique afin de favoriser, notamment à l’école, la mise en œuvre de mesures dédiées et adaptées aux besoins fondamentaux des enfants.
  18. Dec 2021
    1. Certaines absences de professeurs, parfois en grande difficulté psychologique, n’ont été découvertes que tardivement, souvent après signalements de parents d’élèves, et ont rarement été déclarées. Les professeurs n’étaient pas formés au télé-enseignemen
  19. Nov 2021
  20. Jun 2021
    1. Un enfant peut-il s'entretenir avec le psychologue scolaire sans l'accord des parents ou des tuteurs légaux ? Oui ! Un entretien est parfaitement permis (dès lors qu’il ne s’agit que d’un entretien, sans constitution de dossier !) sans en avertir les parents. De même qu'un chef d’établissement peut tout à fait recevoir un élève sans consentement préalable des parents.
  21. May 2021
    1. Les enfants placés dans les servicespsychiatriques pour majeursL’attention du Défenseur des droits a été appelée à plusieurs reprises depuis 2018 sur les situations d’enfants, pour certains âgés de 13 ou 14 ans, qui séjournent en service de psychiatrie adulte, malgré leur minorité.

      qu'en est il de la situation dans les Yvelines.

  22. Apr 2021
    1. Mission bien-être et santé des jeunes (ARS IdF) 11.05.2018 Dans le cadre de la mobilisation nationale en faveur de la jeunesse, l'ARS IdF s'engage au côté des Académies de l’Éducation nationale, autour d'une réflexion partagée avec les acteurs de l'éducation, de la prévention, du soin et du social.
    1. Il s’appuie également sur les compétences psycho-sociales, définies par L’Organisation mondiale de la santé comme « la capacité d’une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne. C’est l’aptitude d’une personne à maintenir un état de bien-être mental, en adoptant un comportement approprié et positif à l’occasion des relations entretenues avec les autres, sa propre culture et son environnement. [...] ». Elles sont reconnues aujourd’hui comme un déterminant majeur de la santé et du bien-être et les évaluations des interventions centrées sur ces compétences (une quinzaine de synthèses de la littérature depuis 2004) ont démontré que leur développement favorise l’adaptation sociale et la réussite éducative et contribue à prévenir la consommation de substances psychoactives (drogues illicites, tabac, alcool), les problèmes de santé mentale et les comportements violents et sexuels à risque. Ce développement se fait de façon optimale lorsque l’enfant les expérimente et les observe dès son plus jeune âge. C’est pourquoi les ateliers de développement des compétences psychosociales à destination des enfants et des parents figurent parmi les stratégies de prévention et de promotion de la santé les plus anciennes et les plus reconnues.
    2. Soutenir les programmes validés visant à la promotion du rôle des compétences psycho-sociales (notamment des enfants, des jeunes, des parents, etc.)
    3. développer des projets territoriaux sur les trois rectorats
    4. Axe 1 – Promouvoir et améliorer l’organisation en parcours des prises en charge en santé surles territoiresRenforcer les dispositifs de repérage-précoce des jeunes en situation de vulnérabilitéLa plupart des troubles psychiques se déclarent avant 14 ans. Il est donc essentiel de mieux interpréter les signes de fragilité ou de souffrance des jeunes et de favoriser le travail en réseau entre les acteurs de la santé scolaire,
    5. Une présence renforcée dans les périodes de transition, les moments de risques de rupture dans le parcours de vie du jeune, et auprès des jeunes les plus vulnérables. Une culture partagée entre les personnels de l’éducation nationale et le secteur de santé, afin de mieux interpréter les signes de fragilité ou de souffrance, et impulser des interventions simples, précoces, coordonnées entre acteurs, doit permettre d’éviter de surmédicaliser des situations qui peuvent avoir des composantes diverses : questionnement identitaire, isolement, décrochage et difficultés scolaires, familiales, conduites à risques, etc. Cette démarche devrait également faciliter un appel mieux hiérarchisé au système de prise en charge médicalisé, et notamment à mieux organiser l’accès à certaines structures comme les centres médico psychologiques, les centres médico psycho pédagogiques ou les services hospitaliers de pédopsychiatrie, pour lesquelles est à privilégier un repérage précoce, avec une orientation efficace vers les soins, des situations plus complexes
    6. Favoriser le renforcement des facteurs faisant de l’école un environnement favorable à la santé mentale dans le sens des écoles bienveillantes (cf. le rapport Moro-Brison)
    7. Mettre en place, pendant 3 ans, l’expérimentation "Ecout' émoi" de l'organisation de repérage et prise en charge de la souffrance psychique chez les jeunes de 11 à 21 ans
    1. SEMAINE 7 : Vivre avec son temps Psychoéducation, stratégies basées sur la mindfulness et conduites suicidaires Détresse et conduites suicidaires à l’heure des réseaux sociaux Les conduites suicidaires chez l'adolescent
  23. Feb 2021
    1. « Un entrant sur dix est orienté vers une consultation de psychiatrie à l’issue de l’examen clinique d’entrée en détention. Plus de la moitié des personnes détenues ont déjà un antécédent de troubles psychiatriques, tandis qu’un entrant sur six a déjà été hospitalisé en psychiatrie. Les pathologies et troubles mentaux sont surreprésentés en milieu carcéral : une personne détenue sur 25 répond aux critères diagnostics de schizophrénie (soit quatre fois plus qu’en population générale), plus d’une personne détenue sur trois est atteinte de syndrome dépressif, une sur 10 est atteinte de dépression mélancolique à haut risque de suicide, une sur six a une phobie sociale, une sur trois une anxiété généralisée »

      Il y a probablement un travail de prévention à faire en milieu scolaire (tant sanitaire que social)

  24. Jan 2021
  25. Dec 2020
  26. Nov 2020
  27. Oct 2020